Nouvelle circulaire sur les free party
La nouvelle circulaire sur les free party vient de tomber il y a quelques minutes ! -------------------------------------------------------- Ce document que nous attendions depuis plusieurs mois est enfin tombé. Si c’est largement insuffisant par rapport aux objectifs que se sont fixés les sound systems (augmentation du seuil de déclaration en préfecture à 1500, arrêt des saisies…) on peut noter quelques points très positifs : -------------------------------------------------------- Tout d’abord le ton général est très positif et respectueux des free party qui sont considérés comme une pratique amateur à traiter comme les autres pratiques amateurs ! Cette circulaire est envoyée conjointement par le cabinet du ministre de la Jeunesse et des sports et le cabinet du ministre de l’Intérieur. C’est un document qui est adressé à tous les préfets, tous les cadres de la gendarmerie et de la police et les directions des services de jeunesse. Ils doivent donc en avoir lecture et la prendre en compte dans leur actions à partir de maintenant. -------------------------------------------------------- 1 : c’est le dialogue et la médiation qui doivent primer sur la répression 2 : il existe une volonté de continuer le dialogue au niveau national entre les collectifs et les ministères de la Jeunesse, de l’Intérieur (pour les gendarmes), de la Justice (pour les saisies) et la Défense (pour les terrains). Ce travail se fait au sein du « groupe de travail interministériel » piloté par le Délégué Interministériel à la Jeunesse, Jean-Benoît Dujol que nous avons rencontrés de nombreuses fois. 3 : Un travail est en cours (sur le seuil à 1500 personnes), les fiches reflexes etc. au niveau national et devrait aboutir dans les mois à venir. 4 : Ce dialogue doit aussi avoir lieu au niveau local pour faciliter l’organisation des teufs légales pour ceux qui ont des projets (multi-sons, grosse free, Teknivals…). 5 : Le point le plus important : LA NOMINATION DANS CHAQUE DEPARTEMENT DE MEDIATEURS FREE PARTY AVANT LE 3 AVRIL PROCHAIN. Ces médiateurs viendront des services jeunesse. C’est une première en France car cela veut dire que 90 « animateurs jeunesse » vont être nommés pour être les interlocuteurs des sons qui en ont besoin. Depuis 20 ans, notre mouvement n’avait pour interlocuteurs des gendarmes, des policiers ou les services des préfectures. C’est donc une nouvelle philosophie dans l’action de l’état envers les free qui est annoncée. On aborde plus les free uniquement par le coté répression mais par l’aspect engagement amateur, bénévolat, culturel. Reste à voir comment ça se déroulera sur le terrain… Dès que ces médiateurs seront nommés nous publierons la liste de leurs contacts dans chaque département français. -------------------------------------------------------- Enfin le document termine sur 2 points : le rappel les saisies ne sont pas autorisées par la loi s’il y a moins de 500 personnes et que les free party doivent être traités comme toutes les autres pratiques amateurs. Si on vient vous menacer de saisie alors que vous êtes 200, vous pourrez leur montrer ce document pour stopper cette action. -------------------------------------------------------- Voilà donc un document dont le ton et la forme vont vraiment dans le bon sens. Reste à savoir, avec les beaux jours et le retour des soirées dans tous les sens, comment ces écrits seront appliqués sur le terrain. -------------------------------------------------------- Un dernier point cependant : Freeform n’est pas un regroupement d’organisateurs, mais une association de soutien aux sound systems…
Nouvelle circulaire sur les free party
La nouvelle circulaire sur les free party vient de tomber il y a quelques minutes ! -------------------------------------------------------- Ce document que nous attendions depuis plusieurs mois est enfin tombé. Si c’est largement insuffisant par rapport aux objectifs que se sont fixés les sound systems (augmentation du seuil de déclaration en préfecture à 1500, arrêt des saisies…) on peut noter quelques points très positifs : -------------------------------------------------------- Tout d’abord le ton général est très positif et respectueux des free party qui sont considérés comme une pratique amateur à traiter comme les autres pratiques amateurs ! Cette circulaire est envoyée conjointement par le cabinet du ministre de la Jeunesse et des sports et le cabinet du ministre de l’Intérieur. C’est un document qui est adressé à tous les préfets, tous les cadres de la gendarmerie et de la police et les directions des services de jeunesse. Ils doivent donc en avoir lecture et la prendre en compte dans leur actions à partir de maintenant. -------------------------------------------------------- 1 : c’est le dialogue et la médiation qui doivent primer sur la répression 2 : il existe une volonté de continuer le dialogue au niveau national entre les collectifs et les ministères de la Jeunesse, de l’Intérieur (pour les gendarmes), de la Justice (pour les saisies) et la Défense (pour les terrains). Ce travail se fait au sein du « groupe de travail interministériel » piloté par le Délégué Interministériel à la Jeunesse, Jean-Benoît Dujol que nous avons rencontrés de nombreuses fois. 3 : Un travail est en cours (sur le seuil à 1500 personnes), les fiches reflexes etc. au niveau national et devrait aboutir dans les mois à venir. 4 : Ce dialogue doit aussi avoir lieu au niveau local pour faciliter l’organisation des teufs légales pour ceux qui ont des projets (multi-sons, grosse free, Teknivals…). 5 : Le point le plus important : LA NOMINATION DANS CHAQUE DEPARTEMENT DE MEDIATEURS FREE PARTY AVANT LE 3 AVRIL PROCHAIN. Ces médiateurs viendront des services jeunesse. C’est une première en France car cela veut dire que 90 « animateurs jeunesse » vont être nommés pour être les interlocuteurs des sons qui en ont besoin. Depuis 20 ans, notre mouvement n’avait pour interlocuteurs des gendarmes, des policiers ou les services des préfectures. C’est donc une nouvelle philosophie dans l’action de l’état envers les free qui est annoncée. On aborde plus les free uniquement par le coté répression mais par l’aspect engagement amateur, bénévolat, culturel. Reste à voir comment ça se déroulera sur le terrain… Dès que ces médiateurs seront nommés nous publierons la liste de leurs contacts dans chaque département français. -------------------------------------------------------- Enfin le document termine sur 2 points : le rappel les saisies ne sont pas autorisées par la loi s’il y a moins de 500 personnes et que les free party doivent être traités comme toutes les autres pratiques amateurs. Si on vient vous menacer de saisie alors que vous êtes 200, vous pourrez leur montrer ce document pour stopper cette action. -------------------------------------------------------- Voilà donc un document dont le ton et la forme vont vraiment dans le bon sens. Reste à savoir, avec les beaux jours et le retour des soirées dans tous les sens, comment ces écrits seront appliqués sur le terrain. -------------------------------------------------------- Un dernier point cependant : Freeform n’est pas un regroupement d’organisateurs, mais une association de soutien aux sound systems…
Nouvelle circulaire sur les free party
La nouvelle circulaire sur les free party vient de tomber il y a quelques minutes ! -------------------------------------------------------- Ce document que nous attendions depuis plusieurs mois est enfin tombé. Si c’est largement insuffisant par rapport aux objectifs que se sont fixés les sound systems (augmentation du seuil de déclaration en préfecture à 1500, arrêt des saisies…) on peut noter quelques points très positifs : -------------------------------------------------------- Tout d’abord le ton général est très positif et respectueux des free party qui sont considérés comme une pratique amateur à traiter comme les autres pratiques amateurs ! Cette circulaire est envoyée conjointement par le cabinet du ministre de la Jeunesse et des sports et le cabinet du ministre de l’Intérieur. C’est un document qui est adressé à tous les préfets, tous les cadres de la gendarmerie et de la police et les directions des services de jeunesse. Ils doivent donc en avoir lecture et la prendre en compte dans leur actions à partir de maintenant. -------------------------------------------------------- 1 : c’est le dialogue et la médiation qui doivent primer sur la répression 2 : il existe une volonté de continuer le dialogue au niveau national entre les collectifs et les ministères de la Jeunesse, de l’Intérieur (pour les gendarmes), de la Justice (pour les saisies) et la Défense (pour les terrains). Ce travail se fait au sein du « groupe de travail interministériel » piloté par le Délégué Interministériel à la Jeunesse, Jean-Benoît Dujol que nous avons rencontrés de nombreuses fois. 3 : Un travail est en cours (sur le seuil à 1500 personnes), les fiches reflexes etc. au niveau national et devrait aboutir dans les mois à venir. 4 : Ce dialogue doit aussi avoir lieu au niveau local pour faciliter l’organisation des teufs légales pour ceux qui ont des projets (multi-sons, grosse free, Teknivals…). 5 : Le point le plus important : LA NOMINATION DANS CHAQUE DEPARTEMENT DE MEDIATEURS FREE PARTY AVANT LE 3 AVRIL PROCHAIN. Ces médiateurs viendront des services jeunesse. C’est une première en France car cela veut dire que 90 « animateurs jeunesse » vont être nommés pour être les interlocuteurs des sons qui en ont besoin. Depuis 20 ans, notre mouvement n’avait pour interlocuteurs des gendarmes, des policiers ou les services des préfectures. C’est donc une nouvelle philosophie dans l’action de l’état envers les free qui est annoncée. On aborde plus les free uniquement par le coté répression mais par l’aspect engagement amateur, bénévolat, culturel. Reste à voir comment ça se déroulera sur le terrain… Dès que ces médiateurs seront nommés nous publierons la liste de leurs contacts dans chaque département français. -------------------------------------------------------- Enfin le document termine sur 2 points : le rappel les saisies ne sont pas autorisées par la loi s’il y a moins de 500 personnes et que les free party doivent être traités comme toutes les autres pratiques amateurs. Si on vient vous menacer de saisie alors que vous êtes 200, vous pourrez leur montrer ce document pour stopper cette action. -------------------------------------------------------- Voilà donc un document dont le ton et la forme vont vraiment dans le bon sens. Reste à savoir, avec les beaux jours et le retour des soirées dans tous les sens, comment ces écrits seront appliqués sur le terrain. -------------------------------------------------------- Un dernier point cependant : Freeform n’est pas un regroupement d’organisateurs, mais une association de soutien aux sound systems…