Photos du journal
Photos du journal
Bonjour à tous ! Voilà le CR des rencontres de la fête libre. Ce n'est pas parfait mais ça permettra à ceux qui n'étaient pas là de savoir ce qui s'est dit...et à ceux qui étaient là de transmettre aux autres ! Bonne lecture ! Compte rendu des Rencontres de la fête libre 22&23 novembre 2014, Bessais-le-Fromental, Village de Goules, centre de la France Pour cette première édition des rencontres, un peu plus de 60 sound systems et collectifs, plus de 100 personnes, avaient fait le déplacement pour ce week-end d’échange et de réflexions. Merci à tous d’avoir cru en ce projet! S’il faut tirer un bilan global de cette première, c’est qu’un moment de ce genre était vraiment attendu et qu’il y a une envie énorme d’échanger et de construire ensemble l’avenir de la free party, au-delà de tout ce qui fait nos différences au quotidien, dans nos soirées, nos régions et nos styles respectifs. Une première aussi, car il y avait tellement de choses à échanger, à débattre que clairement, un week-end n’a pas suffi et qu’un paquet de choses restent à dire. En attendant une prochaine rencontre nationale, le travail se poursuit dans les ateliers par mail et par téléphone. Un rendez-vous est pris en mars pour un point au niveau national aussi… à suivre donc. Bilan des ateliers : • Atelier « organisation et communication au niveau national », samedi, 25 participants • Ateliers « actions nationales », samedi et dimanche, 55 participants • Atelier « conscience festive et évolution de la fête libre », samedi, 30 participants • Atelier « Manifeste/charte de la fête libre », dimanche, 30 participants Atelier « organisation et communication au niveau national », 25 participants L’atelier est tombé d’accord sur le fait que la question de l’organisation et de la communication au niveau national est un point essentiel car ce n’est que soudés et unis que les collectifs techno pourront faire avancer la situation et changer la donne à grande échelle. Des propositions de mutualisation de moyens ou même d’organisation de « coopérative » pour soutenir les sons au niveau national ont été faites, mais il semble prématuré de se lancer dans des opérations de ce genre au niveau national tant qu’une véritable dynamique commune n’existe pas encore. Unanimement, il apparaît qu’il serait contraire à l’esprit qui anime les collectifs de mettre en place une structure nationale pyramidale qui prenne des décisions qui s’imposent à tous. Des regroupements existent ou ont existé en France : le Coll-soundz, le Cassoulet, Korngheol ont disparu, mais d’autres sont actifs à l’heure actuelle (Le Collectif des sound systems de l’ouest, le Collectif des sound system d’Aquitaine –Réagis-son, le Collectif de la fête libre dans le sud, les Insoumis en IDF…). C’est sur ces collectifs que doit s’appuyer la concertation au niveau national, elle ne peut être que la somme de ces énergies qui sont en lien direct avec les sons sur le terrain ! De même, nous sommes tous tombés d’accord pour dire qu’il ne servait à rien de créer un énième forum national car ceux qui existent vivent déjà à peine, mais qu’il est plus important de se voir et se rencontrer pour parler de vive voix. Il vaut mieux quelques réunions bien animées. Les collectifs existant sont déjà en relation et doivent renforcer leurs liens. Pour avoir une vraie couverture au niveau national, il faut aider les sound systems à s’organiser et se structurer au niveau des régions ou il n’y a rien pour l’instant. La première décision concrète de ces rencontres va être l’organisation de réunions dans les régions où il l’y a pas de réseau organisé (Nord, est, sud-est…) pour rencontrer les sons de ces régions et les inciter à s’unir. Des réunions seront organisées dans les mois à venir, avec les représentants des sons locaux et des représentants des collectifs déjà organisés pour partager les expériences, apprendre à se connaître et les aider à s’organiser ensemble. Freeform assurera les aspects « logistiques » de ces réunions. Un point sera fait au printemps pour voir si ces réunions ont servi et quelles sont les avancées dans chaque région. Atelier « actions nationales », samedi et dimanche, 55 participants Le Débat Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il y en assez de cette stigmatisation du mouvement, assez des saisies qui sont souvent abusives et ne servent qu’à énerver les passionnés sans rien régler. Nous sommes donc partis de ce constat et avons essayé de débattre et de trouver des solutions pour montrer notre désaccord sur ces sujets! Après donc divers témoignages où tout le monde a pu donner son avis sur la situation et ce que chacun a pu faire dans sa région pour défendre le mouvement à son échelle, il est apparu clairement qu’une action nationale devait voir le jour. Presque tout le monde est d’accord pour dire que les teknivals illégaux ne sont pas la bonne solution pour alimenter nos revendications, et le désir de pousser le public à défendre les valeurs de la free est important aux yeux de tous. Les teknivals ont une image festive et non revendicative, autant pour le public que pour la presse et les autorités. L’exemple des manifestives a été évoqué, mais l’impact que celles-ci ont ne correspond pas aux attentes des personnes présentes. Le désir de trouver quelque chose de nouveau est donc primordial, un renouveau de l’action, quelque chose qui ne s’est pas encore fait !!! Les actions choisies Après toutes ces réflexions, deux projets ont eu le soutien de la majorité des participants : 1 Organisation de manifestations fixes, revendicatives (et non festives), pour faire valoir nos droits et nos valeurs. Montrer que nous sommes aussi autre chose que des gens derrière ou devant des « caissons » et ne sachant et ne voulant que faire la fête. Une action de rassemblement revendicatif et pacifique devant les préfectures ou d’autres lieux institutionnels symboliques est donc choisie. Elle aura lieu le 10 janvier, partout en France, dans le maximum de villes possibles. Des déclarations de rassemblements seront faites pour que le message soit bien entendu par les autorités. Il faudra donc prévoir des banderoles pour bien communiquer auprès du public nos revendications, et un plan de communication presse sera mis en place pour annoncer publiquement nos intentions, donner rendez-vous au public, annoncer la date choisie et le lieu pour chaque département. 2 : Deuxième action, plus « festive », prévue pour février/mars, mais tout en restant revendicative et en montrant notre « ras le bol » de la répression au public et aux autorités. Organisation de « flash teufs » ou « teufs-éclairs », rassemblements ponctuels et brefs (1 heure maximum) dans 4 à 5 grandes villes françaises, dans des lieux fortement fréquentés avec distributions de tracts aux passants et invitations aux médias. L’idée est de montrer un aspect positif de notre culture, sans violence mais en plein centre, au cœur de la ville dans laquelle nous devrions avoir une place comme les autres cultures. Des équipes ont été créées pour assurer la mise en place des actions, leur coordination et la communication de ces 2 actions. Atelier « conscience festive et évolution de la fête libre », 30 participants 1/Les assos RDR sont intervenues pour expliquer leur fonctionnement. Du coté des sound systems il y a une demande de pouvoir facilement les contacter et les faire venir sur site lors de leurs manifestations. Leur présence dans les teufs est un vrai message aux autorités au sujet de la prise en compte du problème des drogues et c’est apprécié du public Les sons proposent d'informer les teuffeurs, dès la donation, de la présence d’un stand RDR à leur teuf, plutôt que de les laisser le découvrir par hasard. Les sound systems émettent également le souhait d'être informés et formés eux-mêmes sur la prévention des risques. 2/Au sujet des associations de premiers secours : peu de sons font appel à ces organismes (Croix rouge, croix blanche....) car trop chers mais ils seraient heureux de les faire venir si les coûts étaient moins élevés. A noter l’initiative des collectifs bretons qui sont en train de développer leur propre organisme de premiers secours et certains sons qui installent dans leurs soirées des infirmeries, avec tente, lit de camp, des personnes formées au brevet de secourisme et ligne de téléphone afin de pouvoir gérer les premières urgences en attendant les secours. Cela a aussi un impact positif sur l’image de la soirée donnée aux forces de l’ordre et riverains. 3/Un travail de sensibilisation du public aux « bonnes pratiques » doit être fait. L’éducation et la sensibilisation des teufeurs ce n’est pas forcément la mission des sound systems, mais tout le monde est d’accord pour diffuser des tracts d’information dans les soirées. Il faudra travailler sur un texte commun à écrire et diffuser. 4/Volonté de mobilisation pour changer l'image qui colle à notre milieu, en agissant à notre niveau sur l'opinion publique : Par exemple, après une soirée qui s’est bien passée sur un terrain, aller faire un bilan avec les riverains, la mairie ou les agriculteurs et montrer que tout s’est bien passé ; cela préparera le terrain pour les prochaines fois. 5/ Développer le côté sanitaire/hygiène dans les soirées en implantant des toilettes sèches, de l’eau potable en citerne... Ces moyens peuvent être fabriqués entre plusieurs sons et mutualisés à un niveau régional ou départemental. Il y aussi des asso qui peuvent former et informer sur ce sujet. C’est important car cela augmente le confort pour le public mais aussi l’image des fêtes auprès des riverains et des autorités. Atelier « Manifeste de la fête libre », 30 participants L’atelier a commencé sur un problème de compréhension à cause du terme « charte ». Certains voyaient (et souhaitaient) que cet atelier produise un document qui définirait les points de base de ce qu’est une « bonne » organisation de soirée alors que le but était plus largement de définir ce que sont les valeurs de la free party. Ce qui nous unis tous et qui fait que nous avons 95% en commun : le partage, une certaine conception de la fête et de la musique etc… et permettre de créer un socle commun, une base pour lancer une dynamique d’union nationale aussi ! Pour répondre à ces deux demandes et avancer, deux axes seront à prendre : • Rédaction d’un « guide d’organisation » dont les sons qui débutent pourront s’inspirer -une proposition faite par les autres ateliers aussi. • Changement de nom du projet « charte » pour passer à « MANIFESTE DE LA FÊTE LIBRE », proposition après la réunion mais qui est tellement importante qu’elle figure dans ce compte rendu. Une fois ce point éclairci, l’atelier a fait un tour de table où chacun a défini en un mot ce qui lui paraissait essentiel dans la free party. Voici la liste qui est sortie : Respect, environnement, conscience festive, musique électronique, autogestion, pluralité des pratiques, alternatif, spontanéité, solidarité, entraide, amateurisme, bon sens, unité, libre arbitre, sécurité, prévention, liberté, liberté sonore, passion, reconnaissance, organisation, xénophobie festive, pas cher, autonomie, émancipation, éphémère, temporaire, émancipation, ouverture d’esprit, transmission, ampleur, prix libre… Il a été décidé de réunir ces mots et de les agencer pour former un « MANIFESTE DE LA FÊTE LIBRE » qui sera proposé aux collectifs techno et aux sound systems comme une base de valeurs communes. Le travail se poursuit par mail et sur un espace collaboratif en ligne qui doit être mis en place. 4 personnes se sont portées volontaires pour rédiger des textes de propositions qui seront amendées et validées par tous ensuite. L’idée est de sortir dans les semaines à venir un texte qui tienne la route et sera proposé à tous. COLLECTIFS PARTICIPANTS AUX PREMIERES RENCONTRES NATIONALES DE LA FETE LIBRE : 716, AKD, Allawellsound6tm, Apache Sound system, Arakneed, Arenui, Artkaïd, Arts&Cultures 29, Babapunk monsters, BASS, Biotek invaders, Bordel Sonore, Cancoillotte, CDS, Censuré, Center coast, Collectif de la fête libre, Collectif des Sound System Bretons, Cosmik Azylum, Damage Kore, DAT, Decryp.T, Dominotek, Dream factory, Easytek, Eligmatik, En ket 2 tek, FMR, Irm, JSST, Korzeam, La Horde Perchitude (La HP), LCP, Loufok 6tm, Marmotek, Metek, Mongol tribe, Mouflon family, Mst, Ornorm,, Parallèle Nocturne, Poneytrotek, Protonik, Psykosquat, Réagi-sons (Collectif des sound system d'Aquitaine), Resistance Sonore, Rêve Ephémère, Rêve Party, Rottweiltek, Stakitek, Stupetek, Symbiosis, Tantrik Bangkok, Technoplus - A l'ouest, Technoplus Paris, Teknetium, Teknocif, Teknovores, Tlescop, TST, Unis sons, Uzinawatt…en espérant n’oublier personne, merci à tous !
Photos du journal
INFORMATION La manifestation nationale prévue ce samedi 10 janvier dans plus de quarante villes de France pour défendre les free party est reportée au 24 ou au 31 janvier (la date sera confirmée ultérieurement). La liberté d’expression, sous toutes ses formes, est aussi notre combat. Devant la violence de l’attentat hier, il nous semble essentiel de privilégier la solidarité avec les personnes qui ont donné leur vie pour défendre cette liberté. Nous appelons donc le mouvement Techno à se joindre aux rassemblements et marches communes qui auront lieu dans les jours à venir, partout en France. Montrons à tous ceux, quels qu’ils soient, pensant pouvoir nous imposer leur mode de vie par la force que rien n'arrête un peuple uni. La Fête Libre solidaire. « Je préfère mourir debout que vivre à genoux. » "Charb"
Photos du journal
MANIF’ NATIONAL DE DEFENSE DE LA FETE LIBRE, C’EST REPARTI ! Rendez-vous samedi 31 janvier dans plus de 40 villes de France pour défendre la Fête Libre. Nous restons aussi solidaires que déterminés pour défendre nos libertés. Nous proposons des solutions pour que tous puissent vivre ensemble, dans le respect et le dialogue. Retrouvons-nous donc le 31 pour échanger, présenter notre culture et faire entendre notre voix au cœur des villes ! https://www.facebook.com/events/738059746271114/
Photos du journal
ACTION NATIONALE DES SOUND SYSTEM, 31 JANVIER BILAN D’UNE JOURNEE TRES POSITIVE ! Malgré le mauvais temps, des rassemblements ont eu lieu dans 42 villes françaises. Beaucoup de passage, des gens qui restaient sur place aussi. Ces rassemblement ont étés de belles rencontres, sous la pluie souvent, la neige parfois ....et en T-shirts pour nos amis de la Réunion. 300 à Brest, 100 à Cahors, 400 à Montpellier, 50 à Montauban, 350 à Nice, 200 à Toulon, 600 à Paris, 300 à Nantes et à Rennes, 150 à Bordeaux et à 500 Lyon ….. en tout c’est plus de 10 000 personnes qui ont bravé la pluie pour rencontrer les passants, les élus et les médias. Autour d’un bon café (chaud) avec des dizaines de milliers de tracts distribués, la mission d’information a fonctionné à fond ! La presse a très bien joué le jeu, plus de soixante articles, surtout la presse régionale, un peu au national, quelques TV, pas mal de radios. Le bon point c’était de, pour une fois, lire un avis positif sur les free parties plutôt que l’habituel article dans la rubrique « fait divers » du dimanche matin. Pas mal de rendez-vous dans les préfectures aussi, sans projet particulier, juste pour échanger, parler de ce qui ne va pas, à Cahors, a Bourges…. Bravo aux collectifs qui se sont investis dans chaque ville, qui se sont pris en main pour cette action !!! Une délégation de manifestants qui étaient devant le ministère de la Jeunesse a été reçue par le Délégué Interministériel à la Jeunesse. Freeform et T+ en faisait partie.Le dossier avance très très doucement et il apparait qu'il faut vaincre les résistances et surtout la force de l'habitude pour réduire une répression qui existe depuis plus de 15 ans et qui a bien fait son nid, dans la tête des uns et des autres.... On souhaiterait un engagement politique fort sur ce dossier. Rendez-vous reste pris en février pour une dernière session de travail sur la question du relèvement du seuil et des autres évolutions. Nous attendons aussi la nomination des médiateurs "rassemblements festifs" issus des Directions Jeunesse dans les départements annoncée en octobre dernier. En attendant, Freeform reste à la disposition des organisateurs, dans leurs démarches de concertation, de mise en réseau et soutiendra sans faille les actions à venir.
Photos du journal
APPEL AUX MOTIVES POUR LE TEKNIVIBRATION 2015 !! L’association Freeform cherche du monde pour filer un coup de main aux sound systems sur le Teknival du 1er mai. Nous ne savons pas encore ou aura lieu le Teknival, s’il sera autorisé ou pas, mais comme la date approche à grands pas, nous lançons cet appel afin que ceux qui sont motivés puissent déjà prévoir de bloquer la date. Nous voulons être prêts à agir, quelle que soit la forme que prendra cette 22ième édition du Teknival. Nous mettons en place cette équipe pour : • Aménagement du site, si c’est nécessaire et possible • Accueil des gens, distribution de sacs poubelles et de messages d’information • Le nettoyage, distribution de sacs poubelles etc…. • Et plein d’autres trucs dont on a pas la moindre idée pour l’instant Vous devrez être préparés à un peu tout type de situations, avoir le cœur bien accroché, aimer les plans galère, les longues heures sous la pluie, dans le vent et vous retrouver dans des situations improbables ! Nous cherchons des gens sérieux, motivés et surtout autonomes ! A savoir : • Une lampe de poche • Des gants solides • Un gilet jaune • Votre couchage • Si vous avez une trousse à outils, un barnum, un groupe électrogène, des halogènes, voir un camion c’est top aussi ! Filles ou garçon, vous serez forcément mis à rude épreuve et nous vous demandons de vous inscrire UNIQUEMENT si vous êtes motivés pour donner au moins 4 HEURES de votre temps sur minimum 3 JOURS, soit 12 heures en tout. (par exemple jeudi matin/vendredi matin/dimanche après-midi). La seule chose qu’on vous demande, c’est d’être là quand vous avez indiqué que vous êtes dispo et surtout qu'on ai pas besoin de venir vous chercher au fond de vos tentes ou sur le dancefloor :-) Rigolos, cheps et pas sérieux s’abstenir, vraiment ! Pour la cause, pour le plaisir, pour faire des rencontres et pour plein d’autres raisons, on vous attend de pied ferme…et peut être même qu’entre deux coup de bourre, on pourra se faire une bonne bouffe, rigoler un peu et partager de bons moment ensemble. 1ière étape de l’inscription ici : https://freeform.doodle.com/i7wpvzeeb7xmm37k Vous inscrire avec une adresse mail valide et un numéro de téléphone qui marche, on vous recontactera !
Photos du journal
Dessin de la semaine dans le Républicain33, free party, humour et politique!
Photos du journal
COMMUNIQUÉ COMMUN DES ASSOCIATIONS MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL SUR LA FETE LIBRE Arts & Culture (Multi-son29) Techno+ Freeform -------------------------------------------------------------------------- Suite à la réunion du groupe de travail interministériel sur les free party ce 12 mars, nous considérons que nous avons porté jusqu’où il était possible la démarche de concertation et que c’est maintenant aux services du gouvernement de faire des propositions concrètes dans un délai rapide. ---------------------------------------------------------------------------- Autant sur l’augmentation du seuil à 1 500 participants que sur la nouvelle « fiche réflexe » nous avons contribué du mieux que nous pouvions à éclairer les travaux de ce groupe de travail, mais le manque d’une volonté politique forte empêche le dossier d’avancer. -------------------------------------------------------------------------- Depuis plus d'un an, l'État n'a accédé à aucune de nos revendications... Les représentants du mouvement avaient dès le départ posé comme condition la réalisation d'un geste fort de la part de l'État afin de montrer une rupture après des années de répression et de discrimination croissantes de notre culture. Nos différentes revendications en ce sens ont toutes été rejetées : • Printemps 2014 : demande d'un moratoire sur les saisies comme préalable à toute suite des négociations. Rejetée peu après par le ministère de l'Intérieur et comble d'ironie le nombre de saisies augmente. • Été 2014 : demande de la restitution du matériel saisi illégalement. D'abord promise par l'État en août, elle est ensuite rejetée lors d'une virulente réunion en septembre 2014. Heureusement le Fond de Soutien Juridique a permis à la plupart organisateurs en procès de récupérer leur matériel. • Automne 2014 : demande d'augmentation du seuil de déclaration actuellement fixé à 500 personnes prévues. Le ministère de l’Intérieur affirme le 12 mars 2015 son appui technique sur la forme mais ne nous donne toujours pas sa position officielle : pour ou contre le passage à 1500 ? Notre participation à ces réunions n’a plus de sens tant que les promesses écrites faites par le gouvernement en juillet dernier n'ont pas abouti : • Le travail sur les sanctions complémentaires pour les organisateurs n’a même pas commencé. • La fiche « réflexe » sur les organisations de soirée que nous avons contribuée à coécrire n’est toujours pas validée et nous ne savons pas quand elle pourra sortir. • La circulaire portant la nomination des « médiateurs départementaux » promise en février 2014 puis avril puis octobre puis mars 2015 n’est toujours pas signée. Au-delà des lenteurs de l'administration, nous déplorons le manque de volonté politique sur ce dossier. La jeunesse était encore récemment annoncée comme priorité pour ce gouvernement. A deux semaines des élections départementales, comment s’étonner que les gens en général et les jeunes en particulier se désintéressent de la politique quand elle ne représente que déceptions et frustrations ? Reste-t-il d’autre choix que les actions les plus radicales ? ----------------------------------------------------------------- Le prochain rendez-vous important pour la Fête Libre est la réunion nationale des sound systems et collectifs, le 11 avril prochain. Ce sera pour tous l’occasion d’étudier, s’il y en a d’ici là, les propositions du gouvernement, ou de tirer les conséquences de leur absence !
Photos du journal
Pour info, dans l’affaire du Multi-son "illégal" de Bretagne de juin 2014, le juge de Brest vient de prononcer la restitution des derniers sound systems saisis (et une grosse amende). Après la restitution des 2 autres en novembre, ce sont donc l’ensemble des saisies réalisées ce jour-là qui ont été annulées. Dans l’affaire de la saisie « préventive » en Ariège, la cour d’appel de Toulouse vient de demander la restitution du sound system et 500€ d’amende. Ces dossiers étaient soutenus par le Fond de soutien Juridique des sound systems! Unis, on est plus forts ! http://freeform.fr/le-fond-daide-juridique-aux-sound-systems/
Photos du journal
Communiqué de presse, 21/04, 18H ----------------------------------------------------------------------------------- Teknival 2015, B.A 103 de Cambrai-Epinoy. ------------------------------------------------------------------------------------ Comme en 2013, c’est très tardivement que nous apprenons que le Teknival va devoir s’imposer dans l’urgence et sans concertation à Epinoy. Cette information, bien que nous ayant été annoncée de manière officieuse, n’est toujours pas confirmée officiellement alors que les installations techniques doivent être réalisées dans les jours à venir. Pourtant, depuis un an, lors de nombreuses réunions interministérielles, l’association Freefrom et le collectif PACT IDF, pilotés par des spécialistes du spectacle vivant ont exposé des pistes pour donner à ce rassemblement annuel la chance d’évoluer et de grandir, à l’image des autres festivals de musiques actuelles français. Mais ce travail n’a pas été suffisant pour inciter le gouvernement à nous faire confiance. L’aspect culturel de cette manifestation va être encore une fois gommé par le volet sécuritaire et technique. Pourtant, les 70 000 personnes qui étaient venues en 2013 à Cambrai (dont 30 000 le samedi soir) font de cette manifestation l’un des plus importants festivals musicaux français. Le principal reproche qu’on fait à ce rassemblement est son coût pour la collectivité. Mais on ne parle jamais de la contribution de collectifs techno qui y participent. Avec près de 40 scènes installées sur site, plus de 1 000 artistes, amateurs ou confirmés, venus de toute l’Europe et plus de 800 bénévoles, leur apport est valorisé à plus de 800 000€. De son côté, l’état annonce environ 500 000 € de dépenses. Ce taux d’autofinancement de plus de 60% le situe dans la moyenne des festivals français. C’est même un bon résultat pour manifestation gratuite. Et il pourrait largement être amélioré si on ne devait pas s’y prendre au dernier moment pour l’organiser. On reproche aussi aux collectifs de ne pas gérer convenablement leur manifestation. Mais est-il un seul festival français qui puisse se préparer en connaissant le lieu où il va se dérouler 15 jours auparavant ? Connaitre le site quelques mois à l’avance, avoir le temps de recruter des bénévoles, d’échanger avec les élus locaux et de prévenir les riverains était une de nos demandes principales, mais elle n’a pas été entendue. Sur le sujet du Teknival comme pour les toutes les autres questions concernant des Fêtes Libres, les collectifs techno amateurs demandent de sortir du statut d’exception les députés leur ont assigné en 2001 pour être traités comme les autres formes de culture. Engagés depuis plus d’un an et sans encore de résultats concrets au sein du groupe de travail interministériel sur les rassemblements festifs, ils se demandent à juste titre s’il y a une autre place pour les free party en France qu’à la rubrique des faits divers ! Sont-ils condamnés à rester dans la clandestinité pour ne pas disparaitre ? Combien de temps devront-ils continuer cette lutte stérile entamée il y a un quart de siècle… ? Nous attendons des réponses et des engagements politiques qui redonnent foi en nos élus et en la capacité de notre société à faire une place à toutes les pratiques culturelles. Nous invitons les élus, les riverains et tous ceux qui veulent découvrir une culture différente, bruyante et tumultueuse, mais basée sur des valeurs de respect, de tolérance, de bénévolat et de partage à venir sur à notre rencontre lors de ce qui est, avant toute chose, un grand moment festif. ----------------------------------------------------------------------------- L’association P.A.C.T IdF coordonne la présence des sound system techno au Teknival depuis 2010. L’association Freeform travaille auprès des organisateurs de rassemblements festifs et exerce un rôle de médiation et de concertation à l’échelle nationale.
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Saisie du sound system Pixel en Vendée .... malgré notre intervention, les gendarmes prennent le son alors qu'il y avait moins de 500 personnes. On a eu beau leur expliquer que c'était illégal, on a entendu tous les arguments pour réfuter l'existence de la circulaire, puis une fois qu'ils l'ont eu, ce qui était écrit dedans... Putain de week end de merde...et c'est pas fini !!
Photos du journal
AFFAIRE DU TWEET #FREEPARTY Suite à notre réaction, la Gendarmerie Nationale vient d'effacer son tweet sur les free party, reconnaissant par là son caractère inadmissible. C'est une bonne chose, mais ce n'est pas suffisant. Nous ne pouvons accepter ce genre de propos illégaux et discriminatoires. C'est révélateur du fossé qui se creuse entre les autorités et une jeunesse jugée irresponsable voir dangereuse. Seule une évolution du cadre légal rapide pourra faire bouger les choses. La loi doit protéger les citoyens, tous les citoyens, y compris les organisateurs de Fêtes Libres et leur public !!! Passage du seuil de déclaration a 1500 ou abrogation de la loi Marianni immédiate! Il faut que les choses bougent et rapidement: le changement, c'est TOUT DE SUITE
Photos du journal
BILAN TEKNIVIBRATION, Teknival du 1er mai 2015. _______________________________________________ A l’heure où les dernières basses résonnent sur le site de la BA103, les associations PACT IdF et FREEFORM dressent un bilan positif de cette 22ième édition. _______________________________________________ Positif car sur plus de 70 scènes, 162 collectifs venus de toute l’Europe ont pu partager leur travail et leurs créations avec un public de néophytes ou de passionnés. C’est aussi pour tous l’occasion de se retrouver et de resserrer les liens qui unissent la grande famille techno européenne. Bravo à eux tous pour leur présence et leur motivation à faire de cette fête l’un de plus grands rassemblements amateurs français ! _______________________________________________ Positif car une nouvelle fois la fête se déroule sans incidents majeurs, prouvant encore si c’est nécessaire que les rassemblements festifs riment avec plaisir, partage et musique avant toute chose. De grands progrès restent encore à faire pour que cette fête corresponde à l’idéal qu’on se fait, mais malgré de nombreuses imperfections, c’est le positif qui l’emporte, sans hésitation. Merci à Techno+, Spirtitek, Prose et aux volontaires des associations de réduction des risques européennes présent sur site. Ils nous prouvent chaque jour que la prévention doit l’emporter sur la répression. _______________________________________________ Au niveau fréquentation, nous comptabilisons en tout 32 500 participants sur les 4 soirées (3000 le jeudi, 12 000 le vendredi, 14 000 le samedi et 2500 le dimanche). Cette fréquentation est radicalement en baisse et même divisée par deux par rapport à l’édition de 2013 qui avait eu lieu sur le même site. Nous sommes objectifs, la raison de cette baisse de fréquentation n’est pas uniquement le mauvais temps, mais surtout la colère qu’a exprimé une partie du public et des collectifs techno français qui n’ont pas vraiment le cœur à la fête ! En effet, partout en France, les incidents, les heurts avec les forces de l’ordre ou des interdictions de dernière minute pleuvent sur les fêtes libres, qu’elles rassemblent 50 ou 5000 personnes. Cette répression est la conséquence d’une loi d’exception « spéciale free party » datant de 2002, mal écrite et inapplicable sur le terrain. Encore une fois nous réclamons son abrogation ou sa réécriture dans les plus brefs délais ! Solidaire avec les collectifs victimes de cette loi honteuse, les bénévoles du Teknivibration ont organisé une collecte auprès des participants. Les sommes récoltées serviront à soutenir le Fond d’Aide Juridique aux Sound Systems. Rendez-vous à l’année prochaine. Ce sera la 23ième édition de ce teknival français. En perpétuelle évolution, la spirale continue de tourner. Verrons-nous la fin d’un cycle ou le début d’une nouvelle ravolution ? A suivre….
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Lettre ouverte a M. Le sénateur de l'Hérault, Henri Cabanel, élu Parti Socialiste M. Le sénateur, Dans un courrier conjoint avec le maire FN de Béziers, vous affirmez que vous défendez « le droit d’un maire et de ses administrés à choisir librement l’accueil d’une manifestation sportive ou culturelle ». Nous nous étonnons de cette prise de position car elle implique qu’au-delà des critères objectifs de sécurité et de santé publique incontournables dans tout rassemblement, et pour lesquels l’avis d’un maire est prépondérant, vous réclamez une possibilité de censure si le contenu d’une manifestation ne convient pas à la mairie. Nous vous rappelons qu’aujourd’hui, hors le risque de trouble à l’ordre public, nous vivons dans une démocratie et qu’en aucun cas un maire n’a le droit de choisir ce que les citoyens peuvent voir comme spectacle, entendre comme musique ou pratiquer comme sport sur sa commune, même si c’est le souhait ardent du cosignataire de ce courrier, M. Ménard. Nous souhaiterions savoir si vous confirmez votre soutien aux consignataires de cette lettre qui porte, l’air de rien, un sacré coup d’atteinte à la liberté d’expression, valeur qui a son importance dans notre pays. https://www.facebook.com/henri.cabanel
Photos du journal
COMMUNIQUÉ SUD KONNEXION _______________________________________________ Les membres du collectif SUD CONNEXION lancent un appel aux élus et aux citoyens solidaires et responsables. Après les attaques indignes des maires de Béziers Méditerranée dans la presse qui ont abouti à la perte du terrain que nous avions loué pour notre festival, nous avons décidé de lancer un appel aux élus des collectivités locales et aux particuliers pour louer un terrain. Nous sommes à la recherche d’un terrain de 10 à 15 hectares pouvant accueillir notre festival du 22 au 24 mai, éloignés des habitations, dans le département de l’Hérault ou les départements avoisinant (Aude, PO, Tarn, Aveyron, Haute-Garonne…). Choqués par les propos violents, voire anti-démocratiques des élus de l’agglomération de Béziers qui appellent à l’instauration d’une censure municipale sur les événements culturels et sportifs, nous espérons que des maires ou des particuliers auront envie de nous prouver qui existe une autre voie que la clandestinité pour les organisateurs de fête libres. Nous avons aussi sollicité l’Etat sur la mise à disposition d’anciens terrains militaires en voie de reconversion ou de sites inutilisés et nous attendons des réponses de ce côté-là. Dans tous les cas, nous n’abandonnerons pas ce projet car les insultes et attaques subies dans la presse, l’atteinte aux fondements des règles de notre démocratie proposée par M. Ménard, Cabanel, Aboud et leurs acolytes nous prouvent que notre démarche est la bonne. Pour rappel, dans un courrier adressé au Préfet de région le 5 mai dernier, ces élus ont réclamé le droit pour les maires de censurer les événements culturels ou sportifs qui ne leur conviennent pas, sans autre considération que leur bon vouloir. Nous sommes joignables sur la page de l’événement ou par téléphone
Photos du journal
LA FETE LIBRE EN QUESTION AU SENAT!!! ######################################## La Sénatrice EELV du Nord Marie-Christine Blandin pose officiellement une question au gouvernement sur le traitement des free party. Elle demande notamment si ce ne serait pas plus simple de supprimer la loi Mariani qui ne sert à rien et qui est inapplicable pour faire de la prévention et de l'accompagnement ... Une bonne question donc...on attend avec impatience une réponse précise et détaillée de notre ministère favori :-) La suite dans quelques jours ######################################## Question n° 16345 adressée à M. le ministre de l'intérieur À publier le : 21/05/2015 Texte de la question : Mme Marie-Christine Blandin attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les sanctions prévues lors des rassemblements festifs à caractère musical. Issu de la loi n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne, le cadre légal actuel n'est plus adapté aux pratiques des organisateurs. En effet, cette législation n'a pas atteint les objectifs qu'elle s'était fixée, car ce sont aujourd'hui plus de 4 000 « free party » qui sont organisées chaque année. En revanche, cela a créé un climat de tension autour de chacune de ces manifestations, faisant des élus locaux les victimes de ce cadre légal inadapté. La législation actuelle soumet l'organisation de ces manifestations à une déclaration en préfecture lorsque plus de 500 personnes sont attendues. En cas d'absence de déclaration, l'organisateur s'expose à une amende et à la saisie de son matériel (sonorisation, instruments...). Or, quels que soient les efforts fournis par les organisateurs et le sérieux de leur projet, si plus de 500 personnes sont effectivement présentes, la saisie du matériel en cas de « débordement » pénalise lourdement des acteurs culturels qui ne sont pas à l'origine de diverses transgressions. Depuis la loi de 2001, les « free party » ont fortement évolué et ne sont pas plus différentes que d'autres rassemblements festifs. Certaines formes se rapprochent de fêtes associatives, municipales (petits festivals) ou dans leur dimensionnement (à 100 ou 200 personnes) de fêtes privées comme des mariages, anniversaires… Face à ce constat, elle souhaite savoir si rattacher ces évènements à un encadrement juridique de droit commun tout en accompagnant la structuration du mouvement, ne permettrait pas d'apporter une solution durable afin de réduire les risques en terme de santé publique, de cohésion sociale et d'environnement.
Photos du journal
Encore une victoire pour le fond d'aide juridique aux sound systems!! -------------------------------------------------------------------------------------------------- Le sound system concerné demande à ce que l'on respecte son anonymat, mais ce qui est sur, c'est qu'une fois de plus, le juge prononce la relaxe et la restitution du matériel. Preuve est de nouveau faite, si c'était nécessaire que cette loi est inadaptée, mal écrite et mal appliquée. Combien nous faudra t'il de victoires pour que le gouvernement accepte nos propositions de monter le seuil a 1500 et inclure pour de vrai le ministère de Justice dans le groupe de travail sur les free ?!! ------------------------------------------------------------------------------------------------- PS: pour eux, pour nous, pas la peine de jouer a chercher de qui il s'agit, les intéressés communiqueront s'ils le souhaitent :-)
Photos du journal
La préfète de Charente-Martime souhaite une bonne fête de la musique a tous les amateurs de techno... Nous allons faire examiner la légalité de cette arrêté par notre service juridique et nous soutiendrons tout sound system qui se ferait saisir ce jour là. Le fond de soutien juridique est la pour prendre assurer votre défense en cas de saisie. Nous examinons la possibilité d'un référé liberté auprès du tribunal administratif pour faire annuler cet arrêté qui nous semble illégal à première vue. Rave ON...!!! AJOUT A 1H54 : L'association vient de faire partir un réferé liberté en urgence au tribunal administratif de Poitiers!
Photos du journal
FREEFORM ATTAQUE L'ARRETE ANTI-RAVE PARTY !!! Communiqué L'association Freeform a déposé dans la matinée une demande en référé liberté auprès du juge du tribunal administratif de Poitiers, visant a faire invalider l'arrêté anti-rave party pris par la Préfecture de La Rochelle qui interdit, le jour fête fête de la musique, tout "rassemblement musical", autre que le festival officiel "Free music" sur tout l'arrondissement de Jonzac, soit 114 communes. La fête de la musique est la fête des pratiques amateurs, initiée et soutenue par le ministère de la Culture depuis plus de 20 ans. C'est la fête de TOUTES les musiques. Nous nous opposons a cet arreté qui prive les amateurs de la techno de fête de la musique, pour servir les intérets d'un festival professionnel, payant, qui fait la promotion d'artistes signés sur des multi-nationales américaines ou japonaises (Universal, Sony music...) avec des subventions payées avec NOS impôts!!! Nous le jugeons illégal a la fois parce qu'il porte une discrimination envers un genre de musique (il cite les "rave party") mais aussi parce qu'il est totalement mal ficelé en imprécis. On croise les doigts pour que le juge écoute nos arguments et casse cet arrêté de la honte !!!!
Photos du journal
FREEFORM ATTAQUE L'ARRETE ANTI-RAVE PARTY !!! Communiqué L'association Freeform a déposé dans la matinée une demande en référé liberté auprès du juge du tribunal administratif de Poitiers, visant a faire invalider l'arrêté anti-rave party pris par la Préfecture de La Rochelle qui interdit, le jour fête fête de la musique, tout "rassemblement musical", autre que le festival officiel "Free music" sur tout l'arrondissement de Jonzac, soit 114 communes. La fête de la musique est la fête des pratiques amateurs, initiée et soutenue par le ministère de la Culture depuis plus de 20 ans. C'est la fête de TOUTES les musiques. Nous nous opposons a cet arreté qui prive les amateurs de la techno de fête de la musique, pour servir les intérets d'un festival professionnel, payant, qui fait la promotion d'artistes signés sur des multi-nationales américaines ou japonaises (Universal, Sony music...) avec des subventions payées avec NOS impôts!!! Nous le jugeons illégal a la fois parce qu'il porte une discrimination envers un genre de musique (il cite les "rave party") mais aussi parce qu'il est totalement mal ficelé en imprécis. On croise les doigts pour que le juge écoute nos arguments et casse cet arrêté de la honte !!!!
Photos du journal
FREEFORM ATTAQUE L'ARRETE ANTI-RAVE PARTY !!! Communiqué L'association Freeform a déposé dans la matinée une demande en référé liberté auprès du juge du tribunal administratif de Poitiers, visant a faire invalider l'arrêté anti-rave party pris par la Préfecture de La Rochelle qui interdit, le jour fête fête de la musique, tout "rassemblement musical", autre que le festival officiel "Free music" sur tout l'arrondissement de Jonzac, soit 114 communes. La fête de la musique est la fête des pratiques amateurs, initiée et soutenue par le ministère de la Culture depuis plus de 20 ans. C'est la fête de TOUTES les musiques. Nous nous opposons a cet arreté qui prive les amateurs de la techno de fête de la musique, pour servir les intérets d'un festival professionnel, payant, qui fait la promotion d'artistes signés sur des multi-nationales américaines ou japonaises (Universal, Sony music...) avec des subventions payées avec NOS impôts!!! Nous le jugeons illégal a la fois parce qu'il porte une discrimination envers un genre de musique (il cite les "rave party") mais aussi parce qu'il est totalement mal ficelé en imprécis. On croise les doigts pour que le juge écoute nos arguments et casse cet arrêté de la honte !!!!
Photos du journal
Le juge administratif a rejeté notre requête. Pas trop persuadé de la pertinence de la réponse. On fera le point avec notre conseil juridique pour voir s'il y a matière a faire appel. Un peu étonné de la réponse a vrai dire, pas forcément d'avoir perdu mais juste le sens de ce qui est écrit... En gros ça voudrait dire que chaque fois qu'il y a un gros festival dans les environs et que des raisons de sécurité l'imposent, les préfectures sont autorisés a interdire les teufs de plus de 500 dans un rayon de 20 km, pourquoi pas....mais nos autres questions restent sans réponses. A suivre
Photos du journal
TEKNIVAL: communiqué de presse du Sénateur de Béziers Henri Cabanel. --------------------------------------------------------------------------------------------------- Suite au Teknival...enfin quelqu'un qui à le courage de proposer le dialogue et des solutions concertées pour les free parties plutôt que la répression habituelle.
Photos du journal
TEKNIVAL: communiqué de presse du Sénateur de Béziers Henri Cabanel. --------------------------------------------------------------------------------------------------- Suite au Teknival...enfin quelqu'un qui à le courage de proposer le dialogue et des solutions concertées pour les free parties plutôt que la répression habituelle.
Photos du journal
MISE AU POINT CONCERNANT LE TEKNIVAL DE LAURENS Certains articles reprennent une dépêche AFP, basée sur les articles que nous avons écrit avant le teknival. La formulation, très approximative laisse à penser, que l'organisateur serait l'association FREEDOM. Nous ne connaissons pas cette association mais nous précisons quand même quelle n'a rien a voir avec Freeform qui existe pour faire de la médiation et soutenir les sons, pas pour organiser des teufs :-) Nous gardons tout notre soutien aux gens de Manifestival(ufo-T), Ravoltek et tous les sons qui se sont bougés pour faire entendre leur voix! Nous espérons que le teknival se terminera paisiblement. DEPUIS CE MESSAGE, LA DEPECHE AFP A ETE MODIFIEE: musique-festival-techno-rave,LEAD-CORRECTION CORRIGÉ: Hérault: 8.000 personnes rassemblées pour une rave-party illégale ATTENTION - CORRECTION: Revoici dépêche du 16 août avec nom corrigé de l'association de médiation "Freeform", citée sur le site du quotidien l'Indépendant /// Montpellier : Quelque 8.000 raveurs sont rassemblés depuis samedi soirdans un bois isolé privé de Fouzilhon, au nord de Béziers (Hérault), où se déroule une rave-party non autorisée, a-t-on appris dimanche auprès du groupement de gendarmerie de l'Hérault. À la demande du Service départemental d'incendie et de secours du département, la Protection civile a mis en place un poste médical avancé avec 35 secouristes pour assurer la prévention. "Notre mission est de porter assistance aux raveurs, en cas de malaise ou intoxication, nous n'avons pas eu à intervenir pour des cas sérieux, nous assurons également un rôle préventif pour prévenir contre la consommation de drogues, notamment", a indiqué un responsable de la Protection civile de l'Hérault. Selon la gendarmerie, la rave-party qui n'a pas fait l'objet d'une autorisation, doit s'achever mardi matin. "Ras-le-bol de la répression, marre de ne pas être entendu et de ne pas avoir d'espace pour cette pratique culturelle qui existe depuis 20 ans maintenant...", a réagi l'association Freeform, citée sur le site du quotidien l'Indépendant. De son côté, le sénateur de L'Hérault, Henri Cabanel, qui se présente comme plutôt hostile aux raves party, a défendu dans un communiqué la nécessité "de s'asseoir autour d'une table avec les maires, les représentants de l'Etat et les collectifs de jeunes pour travailler sur ce thème". Selon cet élu qui affirme que "4.000 raves sont organisées en France chaque année, et une centaine dans l'Hérault", il y a "des enjeux de sécurité pour les jeunes et de tranquillité pour les riverains" qui imposent aux élus de prendre en considération le phénomène. M. Cabanel indique également qu'il avait proposé "en conseil d'agglo à Béziers le 16 juillet dernier", une rencontre entre pouvoirs locaux et organisateurs des raves, rappelant le contexte législatif qui oblige ces derniers à demander une autorisation auprès "d'un représentant de l'Etat" et du "propriétaire des lieux" où sont organisés les rassemblements. cor/hj/cr/mm 2015/08/17 18:08:18 GMT+02:00 MSE01949 #954881 DAGI 2702 QUU17 (4) AFP (311)
Photos du journal
APPEL AUX DONS L'association FREEFORM a besoin de 2 ou 3 bureaux, quelques chaises et un ou deux truc pour ranger la paperasse! On emménage dans un nouveau bureau, ce qui va amener pas mal d'évolutions dont on vous parlera très vite. Si vous avez des trucs qui trainent dans votre garage ou un plan récup déchet' sympa, on est basé sur Toulouse centre et on est preneur avec grand plaisir ! contact par MP ou tel 06 15 065257
Photos du journal
VICTOIRE AU TRIBUNAL DE POLICE DE MEAUX (77) RESTITUTION DU MATERIEL POUR LE GS CREW!!! ______________________________________________ Jugé ce matin suite a une soirée au mois de mai, le GS CREW, soutenu par le FOND D'AIDE JURIDIQUE AUX SOUND SYSTEMS animé par @[1482807815320521:274:Freeform] a été innocenté. Le juge n'attends même pas le délibéré, il prononce la relaxe et la restitution sur le siège (immédiate) du matériel saisi injustement ! A priori pas d'appel du procureur en prévision et le son devrait récupérer son matos sous une quinzaine de jours! UNIS, ON EST PLUS FORT __________________________________________________ Les détails sur la saisie avaient étés donnés dans un articles sur Bass Expression que vous pouvez retrouver ici: http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=6891 Crédit photo http://www.mouvements-libres.fr/
Photos du journal
Faudrait pas que ça commence à devenir une habitude... mais encore une BONNE NOUVELLE. Dans le cas de la saisie suite au Teknival de Poitiers en juin dernier, le juge prononce la relaxe de la personne accusée à tort "d'organisation de rassemblement festif illégal" et la restitution du matériel saisi! Encore une victoire soutenue par le Fond d'Aide Juridique aux Sound Sytems!
Photos du journal
GAGNEZ UN SEJOUR AUX CARAÏBES !!! Pour ce week-end Freeform lance un grand jeu concours! Celui qui devine le nombre exact de teufs qu'il va y avoir ce week-end gagne un séjour dans les iles de ses raves pendant 2 ans à nos frais! Pas la peine de commencer en dessous de 200 vu le nombre de motivés pour cet halloween 2015!!! Réglement: les gendarmes ayant les chiffres officiels n'ont pas le droit de jouer :-)
Photos du journal
EN ANGLETERRE, DES JEUNES REAGISSENT A LA VIOLENCE DE LA POLICE LORS D'UNE RAVE PARTY ILLEGALE EN PLEIN CENTRE DE LONDRES. Lors d'une rave illégale réunissant près de 3000 personnes et organisée à deux pas de la Maison du Parlement anglais, des heurts ont éclatés entre les policiers anglais et un bon millier de jeunes qui essayaient de rentrer dans l'entrepôt. La fête de tenait dans un hangar destiné à la destruction dans le quartier de Vauxhall. Pour empêcher plus de public de venir sur la soirée qui avait déjà commencé depuis un bon moment sans problèmes particuliers, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés tout autour du site, bloquant l'ensemble des rues adjacentes ou sont installés des bâtiments aussi importants que les locaux du célèbre MI5 anglais ou l'ambassade des Etats Unis. Le ton est rapidement monté entre des jeunes venus faire la fête et des policiers très nerveux qui ont utilisé des chiens pour disperser les ravers. Gaz lacrymogènes et coups de matraque employés pour repousser les participants ont déclenché une riposte brutale de la part du public, avec des jets de projectiles, des barricades enflammées et même un jet cocktail Molotov. On compte 4 blessés parmi les forces de l'ordre, des dizaines côtés ravers et un grand nombre d'interpellations. Pendant ce temps-là, à l'intérieur, la fête battait son plein, dans une ambiance détendue et conviviale. Les photos que Freeform a reçues de ses correspondants anglais montrent un public joyeux, des tigres costumés et une jolie soirée, en contraste total avec les scènes de violence filmées par les médias à l'extérieur. Les consignes des organisateurs étaient très claires pour les participants: le but était la fête et les forces de l'ordre devaient être respectées. La soirée a finalement été interrompue à 6H du matin quand la police a trouvé le disjoncteur du bâtiment et coupé le courant. Les organisateurs seront probablement poursuivis mais une bonne partie du matériel de sono a pu sortir du site sans encombre. Cette rave, la plus importante dans Londres centre depuis des années s'inscrit dans une logique très affirmée de la jeunesse techno anglaise de reprendre ses droits sur la fête libre. Après le retour du UK TEK et ses 43 blessés, ce sont tous les week-end des raves illégales qui fleurissent à travers l'Angleterre, signe que, comme à l'époque de Thatcher et des Spiral Tribe, dans un pays en crise, la jeunesse cherche des moyens pour se retrouver et s'amuser librement sans gaspiller son maigre salaire à enrichir les professionnels de l'industrie des loisirs. S.R Plus d'infos, vidéos et traduction des articles anglais sur Bass Expression http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=7568
Photos du journal
EN ANGLETERRE, DES JEUNES REAGISSENT A LA VIOLENCE DE LA POLICE LORS D'UNE RAVE PARTY ILLEGALE EN PLEIN CENTRE DE LONDRES. Lors d'une rave illégale réunissant près de 3000 personnes et organisée à deux pas de la Maison du Parlement anglais, des heurts ont éclatés entre les policiers anglais et un bon millier de jeunes qui essayaient de rentrer dans l'entrepôt. La fête de tenait dans un hangar destiné à la destruction dans le quartier de Vauxhall. Pour empêcher plus de public de venir sur la soirée qui avait déjà commencé depuis un bon moment sans problèmes particuliers, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés tout autour du site, bloquant l'ensemble des rues adjacentes ou sont installés des bâtiments aussi importants que les locaux du célèbre MI5 anglais ou l'ambassade des Etats Unis. Le ton est rapidement monté entre des jeunes venus faire la fête et des policiers très nerveux qui ont utilisé des chiens pour disperser les ravers. Gaz lacrymogènes et coups de matraque employés pour repousser les participants ont déclenché une riposte brutale de la part du public, avec des jets de projectiles, des barricades enflammées et même un jet cocktail Molotov. On compte 4 blessés parmi les forces de l'ordre, des dizaines côtés ravers et un grand nombre d'interpellations. Pendant ce temps-là, à l'intérieur, la fête battait son plein, dans une ambiance détendue et conviviale. Les photos que Freeform a reçues de ses correspondants anglais montrent un public joyeux, des tigres costumés et une jolie soirée, en contraste total avec les scènes de violence filmées par les médias à l'extérieur. Les consignes des organisateurs étaient très claires pour les participants: le but était la fête et les forces de l'ordre devaient être respectées. La soirée a finalement été interrompue à 6H du matin quand la police a trouvé le disjoncteur du bâtiment et coupé le courant. Les organisateurs seront probablement poursuivis mais une bonne partie du matériel de sono a pu sortir du site sans encombre. Cette rave, la plus importante dans Londres centre depuis des années s'inscrit dans une logique très affirmée de la jeunesse techno anglaise de reprendre ses droits sur la fête libre. Après le retour du UK TEK et ses 43 blessés, ce sont tous les week-end des raves illégales qui fleurissent à travers l'Angleterre, signe que, comme à l'époque de Thatcher et des Spiral Tribe, dans un pays en crise, la jeunesse cherche des moyens pour se retrouver et s'amuser librement sans gaspiller son maigre salaire à enrichir les professionnels de l'industrie des loisirs. S.R Plus d'infos, vidéos et traduction des articles anglais sur Bass Expression http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=7568
Photos du journal
EN ANGLETERRE, DES JEUNES REAGISSENT A LA VIOLENCE DE LA POLICE LORS D'UNE RAVE PARTY ILLEGALE EN PLEIN CENTRE DE LONDRES. Lors d'une rave illégale réunissant près de 3000 personnes et organisée à deux pas de la Maison du Parlement anglais, des heurts ont éclatés entre les policiers anglais et un bon millier de jeunes qui essayaient de rentrer dans l'entrepôt. La fête de tenait dans un hangar destiné à la destruction dans le quartier de Vauxhall. Pour empêcher plus de public de venir sur la soirée qui avait déjà commencé depuis un bon moment sans problèmes particuliers, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés tout autour du site, bloquant l'ensemble des rues adjacentes ou sont installés des bâtiments aussi importants que les locaux du célèbre MI5 anglais ou l'ambassade des Etats Unis. Le ton est rapidement monté entre des jeunes venus faire la fête et des policiers très nerveux qui ont utilisé des chiens pour disperser les ravers. Gaz lacrymogènes et coups de matraque employés pour repousser les participants ont déclenché une riposte brutale de la part du public, avec des jets de projectiles, des barricades enflammées et même un jet cocktail Molotov. On compte 4 blessés parmi les forces de l'ordre, des dizaines côtés ravers et un grand nombre d'interpellations. Pendant ce temps-là, à l'intérieur, la fête battait son plein, dans une ambiance détendue et conviviale. Les photos que Freeform a reçues de ses correspondants anglais montrent un public joyeux, des tigres costumés et une jolie soirée, en contraste total avec les scènes de violence filmées par les médias à l'extérieur. Les consignes des organisateurs étaient très claires pour les participants: le but était la fête et les forces de l'ordre devaient être respectées. La soirée a finalement été interrompue à 6H du matin quand la police a trouvé le disjoncteur du bâtiment et coupé le courant. Les organisateurs seront probablement poursuivis mais une bonne partie du matériel de sono a pu sortir du site sans encombre. Cette rave, la plus importante dans Londres centre depuis des années s'inscrit dans une logique très affirmée de la jeunesse techno anglaise de reprendre ses droits sur la fête libre. Après le retour du UK TEK et ses 43 blessés, ce sont tous les week-end des raves illégales qui fleurissent à travers l'Angleterre, signe que, comme à l'époque de Thatcher et des Spiral Tribe, dans un pays en crise, la jeunesse cherche des moyens pour se retrouver et s'amuser librement sans gaspiller son maigre salaire à enrichir les professionnels de l'industrie des loisirs. S.R Plus d'infos, vidéos et traduction des articles anglais sur Bass Expression http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=7568
Photos du journal
EN ANGLETERRE, DES JEUNES REAGISSENT A LA VIOLENCE DE LA POLICE LORS D'UNE RAVE PARTY ILLEGALE EN PLEIN CENTRE DE LONDRES. Lors d'une rave illégale réunissant près de 3000 personnes et organisée à deux pas de la Maison du Parlement anglais, des heurts ont éclatés entre les policiers anglais et un bon millier de jeunes qui essayaient de rentrer dans l'entrepôt. La fête de tenait dans un hangar destiné à la destruction dans le quartier de Vauxhall. Pour empêcher plus de public de venir sur la soirée qui avait déjà commencé depuis un bon moment sans problèmes particuliers, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés tout autour du site, bloquant l'ensemble des rues adjacentes ou sont installés des bâtiments aussi importants que les locaux du célèbre MI5 anglais ou l'ambassade des Etats Unis. Le ton est rapidement monté entre des jeunes venus faire la fête et des policiers très nerveux qui ont utilisé des chiens pour disperser les ravers. Gaz lacrymogènes et coups de matraque employés pour repousser les participants ont déclenché une riposte brutale de la part du public, avec des jets de projectiles, des barricades enflammées et même un jet cocktail Molotov. On compte 4 blessés parmi les forces de l'ordre, des dizaines côtés ravers et un grand nombre d'interpellations. Pendant ce temps-là, à l'intérieur, la fête battait son plein, dans une ambiance détendue et conviviale. Les photos que Freeform a reçues de ses correspondants anglais montrent un public joyeux, des tigres costumés et une jolie soirée, en contraste total avec les scènes de violence filmées par les médias à l'extérieur. Les consignes des organisateurs étaient très claires pour les participants: le but était la fête et les forces de l'ordre devaient être respectées. La soirée a finalement été interrompue à 6H du matin quand la police a trouvé le disjoncteur du bâtiment et coupé le courant. Les organisateurs seront probablement poursuivis mais une bonne partie du matériel de sono a pu sortir du site sans encombre. Cette rave, la plus importante dans Londres centre depuis des années s'inscrit dans une logique très affirmée de la jeunesse techno anglaise de reprendre ses droits sur la fête libre. Après le retour du UK TEK et ses 43 blessés, ce sont tous les week-end des raves illégales qui fleurissent à travers l'Angleterre, signe que, comme à l'époque de Thatcher et des Spiral Tribe, dans un pays en crise, la jeunesse cherche des moyens pour se retrouver et s'amuser librement sans gaspiller son maigre salaire à enrichir les professionnels de l'industrie des loisirs. S.R Plus d'infos, vidéos et traduction des articles anglais sur Bass Expression http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=7568
Photos du journal
EN ANGLETERRE, DES JEUNES REAGISSENT A LA VIOLENCE DE LA POLICE LORS D'UNE RAVE PARTY ILLEGALE EN PLEIN CENTRE DE LONDRES. Lors d'une rave illégale réunissant près de 3000 personnes et organisée à deux pas de la Maison du Parlement anglais, des heurts ont éclatés entre les policiers anglais et un bon millier de jeunes qui essayaient de rentrer dans l'entrepôt. La fête de tenait dans un hangar destiné à la destruction dans le quartier de Vauxhall. Pour empêcher plus de public de venir sur la soirée qui avait déjà commencé depuis un bon moment sans problèmes particuliers, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés tout autour du site, bloquant l'ensemble des rues adjacentes ou sont installés des bâtiments aussi importants que les locaux du célèbre MI5 anglais ou l'ambassade des Etats Unis. Le ton est rapidement monté entre des jeunes venus faire la fête et des policiers très nerveux qui ont utilisé des chiens pour disperser les ravers. Gaz lacrymogènes et coups de matraque employés pour repousser les participants ont déclenché une riposte brutale de la part du public, avec des jets de projectiles, des barricades enflammées et même un jet cocktail Molotov. On compte 4 blessés parmi les forces de l'ordre, des dizaines côtés ravers et un grand nombre d'interpellations. Pendant ce temps-là, à l'intérieur, la fête battait son plein, dans une ambiance détendue et conviviale. Les photos que Freeform a reçues de ses correspondants anglais montrent un public joyeux, des tigres costumés et une jolie soirée, en contraste total avec les scènes de violence filmées par les médias à l'extérieur. Les consignes des organisateurs étaient très claires pour les participants: le but était la fête et les forces de l'ordre devaient être respectées. La soirée a finalement été interrompue à 6H du matin quand la police a trouvé le disjoncteur du bâtiment et coupé le courant. Les organisateurs seront probablement poursuivis mais une bonne partie du matériel de sono a pu sortir du site sans encombre. Cette rave, la plus importante dans Londres centre depuis des années s'inscrit dans une logique très affirmée de la jeunesse techno anglaise de reprendre ses droits sur la fête libre. Après le retour du UK TEK et ses 43 blessés, ce sont tous les week-end des raves illégales qui fleurissent à travers l'Angleterre, signe que, comme à l'époque de Thatcher et des Spiral Tribe, dans un pays en crise, la jeunesse cherche des moyens pour se retrouver et s'amuser librement sans gaspiller son maigre salaire à enrichir les professionnels de l'industrie des loisirs. S.R Plus d'infos, vidéos et traduction des articles anglais sur Bass Expression http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=7568
Photos du journal
EN ANGLETERRE, DES JEUNES REAGISSENT A LA VIOLENCE DE LA POLICE LORS D'UNE RAVE PARTY ILLEGALE EN PLEIN CENTRE DE LONDRES. Lors d'une rave illégale réunissant près de 3000 personnes et organisée à deux pas de la Maison du Parlement anglais, des heurts ont éclatés entre les policiers anglais et un bon millier de jeunes qui essayaient de rentrer dans l'entrepôt. La fête de tenait dans un hangar destiné à la destruction dans le quartier de Vauxhall. Pour empêcher plus de public de venir sur la soirée qui avait déjà commencé depuis un bon moment sans problèmes particuliers, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés tout autour du site, bloquant l'ensemble des rues adjacentes ou sont installés des bâtiments aussi importants que les locaux du célèbre MI5 anglais ou l'ambassade des Etats Unis. Le ton est rapidement monté entre des jeunes venus faire la fête et des policiers très nerveux qui ont utilisé des chiens pour disperser les ravers. Gaz lacrymogènes et coups de matraque employés pour repousser les participants ont déclenché une riposte brutale de la part du public, avec des jets de projectiles, des barricades enflammées et même un jet cocktail Molotov. On compte 4 blessés parmi les forces de l'ordre, des dizaines côtés ravers et un grand nombre d'interpellations. Pendant ce temps-là, à l'intérieur, la fête battait son plein, dans une ambiance détendue et conviviale. Les photos que Freeform a reçues de ses correspondants anglais montrent un public joyeux, des tigres costumés et une jolie soirée, en contraste total avec les scènes de violence filmées par les médias à l'extérieur. Les consignes des organisateurs étaient très claires pour les participants: le but était la fête et les forces de l'ordre devaient être respectées. La soirée a finalement été interrompue à 6H du matin quand la police a trouvé le disjoncteur du bâtiment et coupé le courant. Les organisateurs seront probablement poursuivis mais une bonne partie du matériel de sono a pu sortir du site sans encombre. Cette rave, la plus importante dans Londres centre depuis des années s'inscrit dans une logique très affirmée de la jeunesse techno anglaise de reprendre ses droits sur la fête libre. Après le retour du UK TEK et ses 43 blessés, ce sont tous les week-end des raves illégales qui fleurissent à travers l'Angleterre, signe que, comme à l'époque de Thatcher et des Spiral Tribe, dans un pays en crise, la jeunesse cherche des moyens pour se retrouver et s'amuser librement sans gaspiller son maigre salaire à enrichir les professionnels de l'industrie des loisirs. S.R Plus d'infos, vidéos et traduction des articles anglais sur Bass Expression http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=7568
Photos du journal
Photos du journal
C'est donc SAMEDI 14, la date lancée avec la team SP23, MST, Marc TEKNOKRATES, KONIX and CO! Avec un paquet d'artistes qui nous ont rejoint en plus, ASSASSIN, D' de KABAL, DIDIER WAMPAS, Dj NETIK et Df FLY, GOAYANDI.... que du bon et du motivé, tous bénévoles, pour soutenir les réfugiés! C'est de 14 à 4H du matin, c'est 12 euros en prévente et c'est à Cergy, sur la ligne RER A. pour moins cher qu'une entrée de concert, ON A BESOIN DE VOUS SUR CE COUP LA! Si vous ne pouvez pas venir, SVP PARTAGEZ UN MAXIMUM ET FAITE TOURNER NOTRE AFFICHE! Bougez vos fesses, FETEZ UTILE!!! https://www.facebook.com/events/1507963659524062/ ARTISTS & ACTION /// Samedi 14/11/2015 ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤ ¤ Artists in action, MST et Freeform, avec le soutien de SP23 présentent: ARTISTS&ACTI, 100% Benefit, concerts, lives & Djs en soutien aux réfugiés, car nous sommes solidaires !!! Bougez vos fesses, fêtez utile ! Ile de loisirs de Cergy / Party sous chapiteau De 14H à 4H ¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤¤¤ 14H-18H ACTE 1 : World sound dj’s SUN_J (X- ASIAN DUB FOUNDATION) & DJ SOUNDAR (ASIAN ELECTRONICA) JOSY (FULL VIBES) MELTDOWN MICKEY (Sp23) & CHARLIE KANE (Sp23 ) ------------- -- ------------- ------ --- ---------------- 18H-21H ACTE 2 Concerts: ASSASSIN + D' de KABAL DIDIER WAMPAS avec SUGAR&TIGER GOAYANDI - Trance acoustique! BAD GIRLZ - Ixindamix & Sim Simmer (Sp23) DJ NETIK et DJ FLY, mutli champions du monde DMC ! + d’autres à venir ------------- -- ------------- ------ --- ---------------- 21H-4H ACTE 3: Electro vibes ! JEFF23 (Sp23) THE PRO CHEESE TWO aka 69DB & Ixindamix (Sp23) IVAN LE TERRIBLE & SKAO (MST) B2B live & Dj set BROKEN ICE (MST) MAX VOLUME (Sp23) CHARLIE KANE (Sp23) DJ KONIX (Audiotrix) MARC (TEKNOKRATES) FEX (MST) PINUCHE (MST) ------ --- ---------------- ---------------- --------- ------------- -- ART and DECO by Mark Angelo Harrisson aka Stray Wayward & Feenix 13 (Sp23) RdR- Techno+ ¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Tarif : 12 € en préventes, 15€ sur site. Limité à 2500 places - Dépêchez-vous !!! https://www.yesgolive.com/freeform/artists-action ¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Pour venir à la base : RER A – Cergy Préfecture puis bus 48 (bus jusqu’à 23H) ou voiture : http://cergy-pontoise.iledeloisirs.fr/autres/acces-lile-de-loisirs ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤ Tous les artistes sont bénévoles, 100% des bénéfices seront reversés à des actions de solidarité avec les réfugiés : • Intervention des membres d’Artists in Action en Europe du sud, notamment en Italie du Sud, dans le cadre du SPRAR, distribution de matériel et de vêtements, établissement d’une cantine mobile. http://www.artistsinaction.eu/ • Soutien à l’association locale UNITED intervenant dans le 95 auprès des réfugiés et des sans-abris http://www.asso-united.fr/
Photos du journal
ALERTE ROUGE - RISQUE DE SAISIES Freeform, la vigie des pirates (:-) vous informe et relève le niveau d'alerte saisies à ROUGE! Attention, ces jours-ci, suite aux drames terribles dans le sud et avec les élections régionales qui approchent, les forces de l'ordre et les procureurs sont particulièrement vigilants et réactifs. 1 saisie le week-end dernier, 2 ce week-end, d'autres évitées de justesse. Ce n'est donc pas un temps a mettre un sound system dehors. Si vous avez prévus de poser quand même, attention à ne pas dépasser le seuil de 500, réduisez les nuisances sonores et gérez bien vos soirées. Allez au contact des forces de l'ordre et échangez avec eux sur votre soirée, comment ca va se passer et surtout ce que vous avez prévus en cas de malaise ou d'accident. Expliquez, rassurez. Ca va durer un mois environ (après le deuxième tour des régionales) puis le niveau d'alerte redescendra a orange. (Comme en vrai, on a pas le vert en option). Faites tourner.
Photos du journal
**Freeform crée le réseau des Correspondants de la fête libre** --------------------------------------------------------------------------------- Vous êtes concernés par la culture free party, vous la connaissez bien et vous avez envie de vous engager pour la soutenir et défendre les sound systems ? Nous avons besoin de vous ! ******************************************************************* Qu’est-ce que les « Correspondants de la fête libre » ? L’idée est d’avoir dans chaque région française des personnes qui puissent relayer de l’information, être à l’écoute des sound systems, répondre à leurs questions quand ils en ont et les aider en cas de besoin. ---------------------------------------------------------------------------- Besoin d’un conseil au niveau légal sur une organisation de soirée ? Des interrogations pour savoir comment monter un dossier de déclaration ou défendre un projet qui était pourtant bouclé depuis longtemps ? Les correspondants seront à la disposition des sound systems pour répondre à leurs questions et leur donner les infos nécessaires pour aider à ce que leurs projets se passent au mieux. En contact avec le bureau à Toulouse, ils pourront aussi faire remonter l’info en cas de saisie pour déclencher le soutien du Fond d’Aide Juridique aux Sound System et l’avocat de l’association. ---------------------------------------------------------------------------- Qui peut devenir « Correspondant de la fête libre » ? C’est une mission bénévole. Nous cherchons une personne par région française (au sens actuel du terme) ALSACE, AQUITAINE, AUVERGNE, BASSE-NORMANDIE, BOURGOGNE, BRETAGNE, CENTRE, CHAMPAGNE-ARDENNE, CORSE, FRANCHE-COMTE, HAUTE-NORMANDIE, ILE-DE-FRANCE, LANGUEDOC-ROUSSILLON, LIMOUSIN, LORRAINE, MIDI-PYRENEES, NORD-PAS-DE-CALAIS, PAYS DE LA LOIRE, PICARDIE, POITOU-CHARENTES, PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR, RHONE-ALPES. ---------------------------------------------------------------------------- Nous cherchons des gens qui : • Connaissent la scène free party et les sound systems de leur région • Connaissent un peu la loi concernant les free parties et sont motivés pour se former • Sont disponibles pour s’investir dans une activité associative solidaire • Sont sérieux et constants. Les correspondants doivent rester au moins un an en place. • Utilisent régulièrement les mails ET Facebook • Sont autonomes et peuvent se déplacer • Sont ok pour assister à un week-end de formation en janvier prochain et plus généralement à se former et à consulter la doc et les infos fournies par l’association pour pouvoir répondre de la meilleure façon aux questions qui leur seront posées par les sons. • Disposent d’un numéro de téléphone portable et sont joignables facilement (ou peuvent rappeler si on leur laisse des messages) • Savent respecter la confidentialité des échanges et des informations. • Souhaitent devenir adhérents de l’association Freeform. ******************************************************************* Comment faire pour participer à ce projet ? Allez sur cette page et remplissez le formulaire en ligne. http://freeform.fr/freeform-cree-le-reseau-des-correspondants-de-la-fete-libre/
Photos du journal
ON NE PEUT PAS VOTER FN ET AIMER LA FREE PARTY ********************************************************************** Pour tous ceux qui seraient prêts à voter FN dimanche aux régionales et qui vont en free party, vous devez savoir qu'en soutenant ce parti vous vous opposez à toutes les valeurs de la fête libre et vous condamnez à mort les soirées. Il n'y a aucune place pour les free parties dans une ville ou un pays dirigé par le Front National. Vous pouvez être certains que les teufs seraient interdites au plus vite et réprimées avec la plus grande violence. Des preuves? A la base même, le programme du FN qui considère que "Rap et techno ne sont pas des expressions musicales" ...au temps pour votre culture, on lui dénie même le droit d'exister. Pour le conseiller départemental FN de Béziers, les gens du teknival sont des "milliers de robots ivres et drogués" ... hop tous dans le même panier et tous au trou! Ne vous faites aucunes illusions, FN = la fin de la fête libre. Alors si vous êtes séduits par les discours faciles et rassurants du FN et qu'il y a un argument de plus qui peut vous empêcher de faire cette erreur dimanche, pensez à ce que représente une free: un moment de rencontre avec l'autre, d'où qu'il vienne, un espace de tolérance et de respect des différences, des fêtes qui abolissent les frontières et qui voyagent d'un bout a l'autre de l'Europe. Si vous voulez que cela continue a exister, ne votez pas FN.
Photos du journal
*************************************************************************** Pour information, les Euphorik vont bien récupérer leur matériel saisi en octobre, mais ........ ils ont étés reconnus coupables d'agression sonore, avec 500€ d'amende et 2 jours de stage civique!!!! *************************************************************************** Pour nous c'est assez catastrophique car cela crée des précédents sur 4 points : 1 : Ils sont saisis alors qu'il y avait moins de 500 participants sur site, ce qui normalement n’est pas possible dans le cadre légal qui régit les rassemblements festifs. C’est donc une innovation dans la répression. 2: Ils sont condamnés pour agression sonore, lors d'une soirée où il n'y en avait clairement pas! L’agression sonore est l’acte de chercher à nuire volontairement et de manière répétée à quelqu’un en faisant du bruit. La Cour d’appel de Toulouse avait justement jugé que « Le bruit émanant de raves parties ne permet pas de retenir à l'égard des organisateurs le délit d'agressions sonores mais seulement la contravention de tapage nocturne dès lors qu'ils ont eu le souci de choisir des lieux isolés, qu'ils procédaient à un repérage à cet effet et qu'ils n'ont manifesté aucune intention de nuire. » (CA Toulouse, 16/03/2000, JurisData : 2000-120716). Ce qui était clairement le cas dans ce dossier. 3. L'organisation de teuf ne serait donc plus jugée comme une simple infraction, elle deveniendrait un délit, avec risque d'un an ferme et 18 000 euros d'amende, même si vous n'êtes que 10. 4 : Cette sanction a été donnée dans le cadre d'une composition pénale. Normalement, cette procédure "transactionnelle" et simplifiée est réservée aux infractions et délits simples et incontestables (genre vous êtes flashés à 180 pour 110). C'est totalement abusif de proposer la composition pénale dans un cadre aussi peu "incontestable" que la notion d'agression sonore pour une fête. Normalement, ils auraient dus passer devant un juge. Un détournement de procédure, une infraction imaginaire, tout ça devant une juridiction inadaptée…. mais avec une sanction clémente. Donc forcément acceptée par un organisateur qui cherche surtout, et c'est normal, à récupérer son matériel. *************************************************************************** Nous comprenons la position des Euphorik, qui avaient le choix entre récupérer leur matériel tout de suite contre une amende de 500 ou refuser la composition pénale et passer en correctionnelle, risquer du sursis, avoir la façade qui reste enfermée jusqu’au procès, peut être jusqu’à l’appel, ce qui peut durer 2 ans…et une grosse amende à la clef s’ils perdaient. Ils ont donc dû accepter d’être reconnus coupables de quelque chose qu’ils n’avaient pas fait. *************************************************************************** On ne peut pas accepter cela. C’est trop simple d’accuser les gens de crimes qu’ils n’ont pas commis, pour ensuite sembler cléments. Nous allons adresser un courrier au ministère de la Justice et au Syndicat de la magistrature pour avoir plus d’explications sur ces pratiques.
Photos du journal
------------------------------------------------------------------------------------- FREFFORM LANCE "LES PETITES FICHES" ------------------------------------------------------------------------------------- Conseils juridiques et infos pratiques pour les organisateurs et les participants aux fêtes libres FICHE N°1: Que faire en cas d'amende pour circulation ou stationnement sur une route en DFCI? http://freeform.fr/?p=505
Photos du journal
###### DANS NOS ARCHIVES ########" En 1995, dans une circulaire intitulée: Les soirées raves des soirées à haut risque, un fonctionnaire visionnaire écrivait: "L'intervention des autorités préfectorales ou municipales peut s'exercer pleinement dans le cas des soirées raves soumises à autorisation, notamment par la prise d'arrêtés d'interdiction après avis défavorable des commissions de sécurité départementales ou communales selon la catégorie des établissements ou lieux recevant ou devant recevoir du public. (Voir modèles d'arrêtés en annexe). Un effort tout particulier de sensibilisation et d'information doit être entrepris par les fonctionnaires des Renseignements Généraux en direction des Maires et des personnels municipaux de leur ressort, très souvent sollicités par les organisateurs de soirées raves et peu au fait de la nature réelle de ce type de manifestation. Il convient toutefois de souligner que si les interdictions administratives ont réussi à contenir la multiplication des soirées raves, elles peuvent également générer un effet perverse dans la mesure où le nombre de soirées totalement clandestines risque d'augmenter rendant ainsi leur détection et leur localisation encore plus difficile. Depuis quelques temps leurs programmations sont libellées de façon très ésotérique dans l'agenda du service "36-15 RAVE" et ne comportent que fort peu d'indications sur les lieux de déroulement de la soirée. " ........................................................................................................ 20 ans après, on peut lui confirmer, il avait raison!
Photos du journal
LES PETITES FICHES FICHE N°2 : Créer une association Votre sound system évolue, vous avez envie de commencer à organiser des soirées en salle ou payantes, produire du vinyle ou des tshirts, acheter du matériel en commun ? La question de créer une association pour pouvoir faire toutes ces activités autour du son commence alors à se poser. Dans cette fiche, nous vous donnons les éléments basiques pour créer une association. http://freeform.fr/fiche-n2-creer-une-association/
Photos du journal
LES PETITES FICHES *************************************************************************** FICHE N°3 : Les amendes pour stationnement sur la voie publique hors agglomération **************************************************************************** Nous avons souvent des questions concernant des amendes reçues lors de soirées, pour stationnement de véhicules sur la voie publique, alors que le propriétaire du véhicule n’était pas à la soirée, qu’il ne conduisait pas ou qu'il considérait s'être bien garé. Nous avons décidé de faire un point sur les règles de stationnement et sur les voies de contestations possibles en cas d’amende injustifiée. http://freeform.fr/fiche-n3-les-amendes-pour-stationnement/
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
La petite fiche juridique de la semaine! FICHE N°4 : Gérer une association Une fois que vous avez créé votre association, vous allez devoir effectuer quelques démarches pour assurer son fonctionnement. Dans cette fiche nous vous donnons quelques conseils pratiques qui vous guideront dans la bonne gestion de celle-ci. http://freeform.fr/fiche-n4-gerer-une-association/
Photos du journal
La fiche juridique de la semaine! ********************************************************************* LE DELIT D'AGRESSION SONORE ********************************************************************* Depuis un an environ, nous constatons l’arrivée d’une nouvelle forme de répression envers la fête libre, la mise en accusation pour agression sonore. Beaucoup plus grave que l’amende pour organisation de soirée de plus de 500 personnes, ce délit peut être sanctionné d’un an de prison et 15 000 euros d’amende. Il est parfois appliqué à une fête regroupant 20 personnes dans un champ et servir de base à une saisie pour « faire cesser l’infraction ». No comment.... ********************************************************************* Si certains sound systems abusent et méritent parfois leurs amendes pour tapage nocturne ou non-déclaration de soirée, nous constatons ici une dérive avec l’utilisation abusive d’une procédure conçue à la base pour totalement autre chose. L’agression sonore est faite pour condamner ceux qui, volontairement et de manière répétée, veulent nuire à quelqu’un en particulier (par exemple, taper sur le plafond pour réveiller son voisin à 3 heure du matin pendant un mois….). En aucun cas, un sound system n’organise plusieurs fêtes de suite exprès pour nuire à quelqu’un ! Une free party peut déranger et constituer un tapage nocturne, mais en aucun cas une agression volontaire et surtout répétée alors que, dans 99% des cas, elle n’a pas lieu deux fois au même endroit par le même organisateur. Comme nous, la Cour d’appel de Toulouse a jugé en 2000 que cette qualification était inadaptée. Pourtant, sur le terrain, forces de l’ordre et procureurs l’utilisent de nouveau contre les sound systems. Nous allons vous en dire plus sur ce délit et les moyens de vous défendre si vous êtes attaqués injustement. http://freeform.fr/581-2/
Photos du journal
LE GUIDE DE SURVIE DE L’ORGANISATEUR DE FREE PARTY !!!! Fiches 6-1, 6-2 et 6-3 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Lorsque vous organisez une fête libre, quelle que soit l’attention que vous apportez pour que tout se passe bien, il y a toujours des risques légaux. Que cela vienne d’erreurs que vous avez pu faire, d’un accident ou d’oppositions à votre soirée, il n’est pas rare pour un Sound system de prendre des amendes ou de devoir s’expliquer avec la justice. Dans cette série de 3 fiches, Freeform fait le point sur les risques légaux liés à l’organisation de soirées en général, puis spécifiquement sur les soirées de plus de 500 personnes. Enfin, la 3ième partie de la fiche passe en revue les procédures juridiques quand cela va au-delà de la simple amende. Bonne lecture et n’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de précisions…ou d’aide! http://freeform.fr/fiches-6-les-risques-legaux
Photos du journal
FICHE N°7 : La location d’un site pour l’organisation d’une fête libre Lorsqu’on vous prête ou que vous louez un terrain ou une salle pour organiser une fête, les choses se passent généralement à l’oral. Cependant, il n’est pas rare de voir un propriétaire se rétracter à quelques jours de la date prévue, souvent sous la pression de la mairie, des forces de l’ordre ou des voisins. Parfois c’est après coup que les choses peuvent se tendre. Afin de vous protéger (et de protéger aussi le propriétaire) nous vous conseillons de rédiger un petit contrat rapide qui posera le cadre de l’utilisation du site. Retrouvez la fiche N°7 dans la rubrique "Conseils" de notre site: http://freeform.fr/conseils/
Photos du journal
************************************************************************** Parce qu'on vous aime bien, voici la Fiche N°8, sur les amendes pour tapage nocturne et aide au tapage ************************************************************************* Lorsque le son est trop fort ou que vous êtes installés trop près d’habitations, il peut arriver que vous soyez verbalisés pour tapage nocturne. Dans cette huitième fiche, nous vous détaillons les risques encourus en cas d’accusation de tapage nocturne et d’aide au tapage et les voies de contestation possibles. BONNE LECTURE ! http://freeform.fr/conseils/
Photos du journal
Ceci est un appel URGENT. Nous allons soutenir les Marmotek pour aller en Cour de Cassation suite à leur saisie. Notre but ? Démontrer que cette loi injuste est inapplicable. Nous avons besoin de vos dons ! https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr ************************************************************************* Saisi le 17/08/2014, condamnés en première instance puis en appel, le sound system Marmotek est clairement victime d’une loi abusive et mal écrite. Ensemble, nous allons déposer une QPC (Question prioritaire de Constitutionnalité) et un recours auprès de la cours de cassation pour attaquer ce jugement inadmissible mais aussi la loi Marianni elle-même. C’est une étape importante dans notre combat contre les saisies, cette répression abusive ! La cours de cassation ne juge pas des « faits », mais du droit et de son application par les tribunaux, c’est ce qui est important. Un recours de ce genre coute cher et nous voulons les meilleurs avocats. Nous prévoyons entre 5 et 10 000 euros de frais ! C’est beaucoup pour nous mais c’est très peu si vous êtes solidaires ! Le recours a été déposé le 10/03/16, les premiers frais d’avocats pour préparer nos arguments vont tomber tout de suite, nous avons donc besoin de vos dons MAINTENANT. ************************************************************************ Que vous soyez sound systems ou teufeurs, mobilisez-vous, donnez, collectez, récoltez et permettez-nous de mener ce combat avec les meilleures armes qu’on puisse avoir: un fat d'avocat et des arguments en béton ! DONNEZ & PARTAGEZ
Photos du journal
ARRETE PREFECTORAL les free party de plus de 500 personnes ne sont plus les bienvenues dans la zone du Massif des Leins. Elles doivent avoir lieu ailleurs dans le GARD ! :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: Pour faire plaisir aux maires des autres villages du département, le préfet du Gard a demandé (dans une grande lettre très gentille que nous vous mettons en copie ici) aux organisateurs de free party de plus de 500 personnes de les organiser ailleurs que sur les 11 communes composant le massif des Leins. (Voir la liste dans le courrier, page 2). En effet, les maires de cette zone sinistrée culturellement, ou il n’y a pas une seule salle de spectacle digne de ce noms et peu d’animations de qualité toute au long de l’année, semblent préférer les petites soirées aux grosses. Il est donc demandé aux organisateurs de teufs de plus de 500 personnes de se déplacer sur Saint Quentin la Poterie, Saint Cristol les anges, au-dessus d’Alès ou vers Avèze…quoi que l’été approchant, la cote vers La Grande Mote ou le Grau du roi seraient aussi ravis de les accueillir ! Les maires concernés apprécieront ! Il va sans dire que pour motiver les organisateurs de ces grosses soirées, le préfet leur rappelle que s’ils rassemblent plus de 500 personnes, ils risquent de voir leur matériel saisi. La parole donc aux petits sound systems et aux soirées intimistes. Avant de revoir des grosses soirées dans le massif des Leins, nous devrons probablement attendre le prochain teknival…au 15 aout peut être ? L'ensemble de l'arrêté ici: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1709029166031717.1073741834.1482807815320521&type=3
Photos du journal
Soutien aux Peufratek-Electrocution. En ce moment au tribunal de Fontainebleau avec l'avocat du fond de soutien....on croise les doigts!
Photos du journal
xxxxxXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXxxxx VICTOIRE DANS LE DOSSIER DE LA SAISIE ELECTROCUTION / PEUFRATEK !!! XXXXxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxXXX 3x 500 euros d'amende, 960 euros de dédommagement à la commune de Poligny et RESTITUTION TOTAL DU MATÉRIEL !!!! Un dossier en carton, une saisie pour tapage nocturne totalement excessive...le genre de dossier qu'on adore défendre...et gagner ! C'est effectivement une amende importante (2500 euros presque) mais ce qui compte, c'est de montrer que, même s'il y a eu un tapage et que ca peut mériter une sanction, on ne laissera pas saisir le matos des sons, et c'est ça qui compte!!! Pour nous aider à continuer à soutenir et défendre les sons, pensez à donner ici: https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
Les AKD-MIX/Imprévus ce matin en audition à la gendarmerie, référé-liberté contre l'arrêté d'interdiction des soirées dans le Gard...actualité judiciaire chargée pour la fête libre ce matin :-)
Photos du journal
Dans le dossier "Peufratek/Electrocution" nous avions crié victoire trop vite. Le juge a bien prononcé la restitution mais le procureur avait 10 jours pour faire appel...et il l'a fait! Visiblement, la sanction (2500€ d'amende) n'était pas suffisante et la procureur veut vraiment la confiscation définitive du son...une sanction exemplaire!!! C'est parti pour un appel donc....et tout notre soutien aux sons concernés! Evidemment toute aide via le Fond de Soutien pour cette nouvelle procédure reste la bienvenue! https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
MERCI aux sound systems 716,MYZANTROP, STRAKELIK,BREIZH ATTACK, LA BASS COUR, LE LAPIN BLANC et à leur public pour leur solidarité !!! Grâce à la collecte organisée lors de leur dernière soirée, ils ont pu faire un don de 450 euros au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, qui serviront à défendre d'autres sons contre les saisies abusives, partout en France! https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
Vu dans la Sarthe! Encore un arrêté qu'il va falloir combattre. Aux sons aussi de faire attention a ne pas toujours poser dans la même zone, ça fini par énerver les gens... http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sable-sur-sarthe-72300/pince-la-mairie-dit-non-aux-soirees-techno-dans-les-bois-4177234
Photos du journal
TEKNIVAL 1ER MAI 2016, LA POSITION OFFICIELLE DE FREEFORM, TRANSMISE AU GOUVERNEMENT. -------------------------------------------------------------------------------- FREEFORM n’accompagne pas cette année ce qui aurait du être 23ième édition du «Teknival du 1er mai » légal, faute de sound systems intéressés par la démarche, dépités par la façon dont cela c’était passé les années précédentes. On nous l’a dit de manière claire : comment continuer à accepter l’inacceptable ? Un certain nombre de collectifs techno ont préféré lancer un appel à un rassemblement revendicatif qu’ils n’ont pas souhaité déclarer aux services de l’Etat. Nous comprenons tout à fait leur démarche. Nous appelons les ministères concernés à écouter leurs revendications dans une logique ouverte et constructive. Le but des collectifs participants à ce rassemblement est clairement écrit dans un courrier qui a été adressé au groupe de travail interministériel et dont nous avons eu copie. Ils protestent contre le manque d’avancées sur le dossier « rassemblement festifs » et veulent obtenir des évolutions du cadre légal de leur pratique. Cet appel est signé par plus de 150 collectifs, soit 15% environ des organisateurs français, ce qui montre une importante mobilisation. Notre lecture est qu’il s’agit avant tout d’un positionnement « politique » et d’une volonté de reprendre le dialogue après une « démonstration de force » somme toute conforme aux « journées d’action » qu’on voit dans tout conflit social qui se prolonge. Le Teknival est depuis plus de 20 ans, l’outil du secteur techno pour faire entendre ses revendications. Les dernières évolutions législatives (Décret de 2006) ou ministérielles (Instruction du 14 avril 2014, aout 2015) ont été négociées autour de ces rassemblements. En effet, cette manifestation illégale et les enjeux de sécurité publique qu’elle mobilise sont une méthode éprouvée pour attirer l’attention des pouvoirs publics, en bien ou en mal. Nous pensons qu’il existe des solutions pour faire que ce Teknival revendicatifs soit une expérience positive pour tous : organisateurs, élus, riverains... Nous espérons que le gouvernement répondra favorablement, si possible avant le Teknival, à la demande des collectifs d’une réunion d’urgence sur les problèmes évoquées dans leur courrier. Il s’agirait d’y inviter les représentants des collectifs régionaux et les associations intervenant sur le secteur avec les objectifs suivants : • Mise en place, avant le Teknival, d’un moratoire de 6 mois concernant la loi sur les rassemblements festifs, avec arrêt total des saisies sur cette période, le temps de créer un groupe de travail ayant pour but de trouver un compromis autour de la rédaction d’un nouveau texte de loi. Nous pensons que le fait de mettre un moratoire de 6 mois aux saisies prévues dans le cadre de l’article R211-2 CSI ne présente pas de risque en termes d’ordre public. Il est certain que cela ne génèrerait pas une explosion du nombre de soirées qui ont déjà lieu tous les week-ends. A l’heure actuelle, la loi n’empêche pas les organisateurs de préparer des soirées, elle influe simplement (et négativement) sur les modalités d’organisation en les rendant clandestines, difficiles à encadrer et problématiques en termes de santé, notamment sur la question conduites addictives. De plus, les collectifs organisateurs, avertis qu’il y a un travail en cours se restreindraient d’eux-mêmes, ce qui constituera un très bon test pour l’avenir. • Rédaction d’une instruction concernant les poursuites et saisies pour « agression sonore » ainsi que les saisies pour simple tapage nocturne, extraite de la fiche réflexe et transmise aux procureurs et aux préfectures dans les plus brefs délais. Ces nouvelles formes de poursuite créent une tension énorme auprès des sound systems en mettant au niveau pénal le simple fait d’organiser une soirée, même s’il n’y a que 50 participants sur un terrain autorisé. En termes politiques, ce type de positionnement serait largement bénéfique. En effet, plutôt que de parier sur l’affrontement avec les jeunes, proposer une sortie de crise constructive pourra être annoncé et vécu comme une avancée. L’association d’élus comme le sénateur Henri Cabanel à la réflexion assurerait la création d’un projet de loi équilibrée, ceux-ci étant les premiers concernés par cette pratique se déroulant principalement en milieu rural. La durée de 6 mois pour le moratoire et le travail législatif laisse le temps de trouver des solutions coconstruites et surtout évite l’enchainement des autres rassemblements contestataires prévus, notamment le Teknival du 15 aout qui s’annonce très suivi dans le sud. Le délai de 6 mois pour le moratoire proposé reporterait en octobre la publication du nouveau cadre légal. A la fin de l'automne, la saison des free party étant quasi-terminée, cela permettra de bénéficier de l’effet positif en terme de communication de cette mesure autant auprès des jeunes que des élus et des populations rurales, tout en apportant un apaisement réel sur le terrain avant les prochains enjeux électoraux majeurs qui sont toujours source de tension. Un bilan pourra alors être réalisé après une saison d’expérimentation. Cet impact au niveau national pourra être décuplé avec la publication imminente du corpus opérationnel inscrit dans la nouvelle « Fiche réflexe » qui servira de guide au travail de terrain des médiateurs locaux dont nous attendons toujours la nomination prochaine. Nous croyons sincèrement que cette double dynamique permettrait de débloquer une situation qui reste problématique depuis maintenant plus de vingt ans et nous mettrons tout en oeuvre pour que des solutions durables et favorables pour tous soient trouvées. Les jours à venir, même s'ils seront surement riches en émotions, sont l'occasion de faire avancer le dossier et trouver une vraie place pour cette culture.
Photos du journal
************************************************************************ LETTRE OUVERTE DE FREEFORM AU PREMIER MINISTRE ***************************TEKNIVAL 2016*************************** ************************************************************************ Lettre ouverte à un gouvernement qui voudrait encore faire de la jeunesse une priorité. M. le Premier Ministre, Les « free party », autrement nommées par l’administration « rassemblements exclusivement festifs à caractère musical» sont une pratique, qui suscite l’enthousiasme d’une part non négligeable de la jeunesse française. Elle consiste à organiser des fêtes où l’on écoute, souvent dans une certaine clandestinité, parfois à 50, parfois à 15 000, de la musique électronique à fort volume. Elle a pour effet collatéral, parfois à juste titre, d’agacer fortement riverains, élus locaux et forces de l’ordre et ce depuis bientôt 25 ans. Les organisateurs sont des bénévoles, l’entrée est à prix libre et ouverte à tous sans distinction de race ou d’apparence, souvent pour quelques centimes d’euros. Par ces temps de crise, c’est assez rare. C’est une activité culturelle altruiste, autofinancée et en pleine expansion. Les recensements récents chiffrent entre 3 et 4 000 le nombre de ces soirées chaque année. Plus de 800 collectifs et associations partagent leur passion avec un peu plus de 150 000 participants réguliers dont la majorité a entre 18 et 25 ans. Et ces jeunes sont déçus, voire en colère. En colère au point que 150 de ces collectifs d’organisateurs et leur public ont décidé de se retrouver la semaine prochaine pour le plus grand rassemblement contestataire que le mouvement n’ait vu depuis de nombreuses années. Cela se passera en Région Centre, on ne sait trop où, mais ce qu’on sait, c’est qu’ils seront beaucoup. Combien : 5 000, 10 000, 20 000 ? Très dur à dire tellement ces jeunes se sont éloignés de ceux qui devraient pourtant être leurs interlocuteurs naturels, les services de l’État et des collectivités locales. Cela s’appelle dans notre jargon un Teknival « revendicatif ». On y proteste en dansant, comme on le faisait en 1998 lors de la première Techno Parade. Aussi irresponsable que cela puisse paraître, c’est un appel, un cri de protestation, le premier d’une longue série qui s’annonce. Saurez-vous l’entendre avant qu’il soit trop tard ? Contre quoi protestent-ils ? Tout d’abord, contre une loi, votée dans la foulée des attentats de septembre 2001, bâclée, inapplicable et à la limite de l’anticonstitutionnalité, qui impose la confiscation du matériel ayant servi à la chose « délictueuse » (sono et instruments de musique compris) chaque fois que les participants sont plus de 500 et qu’ils n’ont pas déclaré leur fête auprès de la préfecture. Cette loi a été adoucie par votre prédécesseur au début de son mandat à l’Intérieur alors que six mois avant les acteurs de la free party appelaient à brûler les cartes électorales face à ce déni de jeunesse du Premier Ministre alors à Matignon en mai 2002... Quand on voit que, 14 ans après, sur les 4 000 soirées organisées chaque année, seules 2 ou 3 sont déclarées sur toute la France, on mesure combien cette loi est inadaptée. On peut aussi ajouter que, quand les procureurs ou les préfectures demandent la confiscation de ce matériel de musique, 8 fois sur 10, les juges le restituent car les conditions d’une saisie n’étaient pas réunies ou la sanction demandée excessive. Ils protestent ensuite contre un ensemble de sanctions annexes, de pressions, voire de violences dont ils sont victimes tout au long de l’année, en représailles à des fêtes trop bruyantes ou à des orgies de stupéfiants supposées. Pourtant cela fait plus de deux ans qu’un groupe de travail interministériel a été créé pour tenter de trouver des solutions pérennes et de redéfinir le cadre de cette pratique. Étonnamment, les jeunes ne sont pas les seuls à trouver cette loi inutile et inapplicable. Quatre sénateurs, chacun dans leur style différent ont d’ailleurs questionné par écrit ou à l’oral et de manière tout à fait officielle votre gouvernement sur cette pratique. Le Sénateur Cabanel (PS) s’est déplacé pour rencontrer les ministères de l’Intérieur, de la Jeunesse et des Sports. La Sénatrice Marie Christine Blandin (EELV), le Sénateur François Marc (PS) et le Sénateur Jean-Paul Fournier (LR) ont posé des questions écrites. A ces quatre interrogations dument formulées, aucune réponse. Pourquoi? Oui, pourquoi, si tout le monde s’accorde à dire que cette loi est inadaptée, avons-nous à faire face à ce front du silence, à ce déni de réalité ? Pourtant, ce n’est pas un hasard si ce sont des sénateurs qui vous interpellent. Elus par les représentants des collectivités territoriales, ils entendent résonner ces basses indésirables qui font fi des frontières administratives. Nous pensons qu’il existe des solutions pour éviter de creuser encore un peu plus le fossé qui sépare la jeunesse française de ses élus. Pour cela, nous vous proposons d’avoir l’audace de changer les règles du jeu et nous souhaiterions vous rencontrer pour en parler au plus vite. Nous croyons sincèrement qu’il vaut mieux parier sur le dialogue et la cohésion sociale que d’entamer le combat contre la jeunesse de son propre pays. Dans tous les cas, c’est la France qui en sort perdante. Faites confiance à votre jeunesse FREEFROM, Association citoyenne
Photos du journal
Photos du journal
DEMENTI DE FREEFORM SUR LES CHIENS EVENTRéS AU TEKNIVAL DE SALBRIS .................................................................................................... Suite à l'article dans LA NOUVELLE REPUBLIQUE qui annonçaient que 6 cadavres de chiens avaient été retrouvés sur le site du teknival après le teknival du 29 avril au 2 mai dernier, nous avons pris contact avec la gendarmerie. Suite à un échange téléphonique avec le Commandant de groupement en second de la gendarmerie du Loire et Cher, on nous a confirmé les éléments suivants. 1: Des animaux morts ont bien étés retrouvés aux abords directs du teknival suite au "ratissage" organisé par les forces de l'ordre pour vérifier que personne n'était resté sur place. 2: Une enquête à été ouverte et les analyses vétérinaires prouvent que ces animaux étaient morts BIEN AVANT le teknival et que leur décès n'a rien a voir avec le teknival ni avec quoi comme ce soit comme trafic de drogue. Merci de faire tourner ce message pour faire taire la rumeur une bonne fois pour toute: Non, personne n'a jamais utilisé de chien pour faire passer de la drogue au Teknival et l'éventrer ensuite pour la récupérer. Ni à Salbris, ni il y a 10 ans. C'est une rumeur inventée pour salir l'image des teufeurs, ni plus ni moins!!! CORRECTION SUR LA NOUVELLE REPBLIQUE APRES RECLAMATION: http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Services/Toutes-les-DMAs/n/Contenus/DMAs/2016/05/18/Teknival-a-Salbris-Loir-et-Cher-les-depouilles-d-animaux-retrouvees-n-etaient-pas-celles-de-chiens-2719787
Photos du journal
CONTRE LES AMENDES "AIDE AU TAPAGE NOCTURNE" CONTESTEZ, CA MARCHE ! STOP AUX ABUS DE LA GENDARMERIE DU 17 Depuis 2/3 ans, la gendarmerie du 17, en particulier dans le sud, autour de Jonzac, à pour habitude de mettre des amendes au public pour "aide au tapage nocturne" en se basant uniquement sur les plaques d'immatriculation. Cette espèce de punition collective est totalement abusive. En 2015, nous avions fait une requête à la préfecture de Charente et au Ministère de l'Intérieur pour signaler ces abus, mais nous n'avions eu aucune réponse. Les sons du 17 n'étant pas très motivés pour se bouger et défendre leur public contre ces abus, nous avons abandonnés l'idée d'une action collective et à la place nous avons opté pour le soutien individuel aux personnes concernées. Notre tactique est de donner les outils pour contester ces amendes a toute personne qui en recevrait une. Cette stratégie commence a payer et nous avons les premiers retours positifs du juge qui invalide ces amendes. Donc il faut continuer comme-ça. Si vous connaissez des gens qui prennent ce genre d'amendes pour "aide au tapage nocturne" dans le 17 ou ailleurs, dites-leur d'aller sur notre page et de suivre la procédure qui est indiquée: http://freeform.fr/fiche-n8-amendes-pour-tapage-nocturne-et-aide-au-tapage-nocturne/ NE VOUS LAISSEZ PLUS FAIRE
Photos du journal
►ENQUETE ORGANISATEURS►►►►►►►►► ►Freeform lance une ►enquête nationale sur ► la répression et le rapport des organisateurs de free avec les forces de l'ordre, les maires et les administrations...►►►►►►►►►►►►►► TU ORGANISES DES FÊTES?► Prends 10 mn de ton temps pour répondre à notre questionnaire ANONYME. L'enquête est ouverte pendant une quinzaine de jours, ensuite nous analyserons les résultats qui nous permettrons d'encore mieux comprendre/expliquer et rendre plus solides nos arguments de défense de la fête libre! Merci à tous par avance pour vos réponses...et n'hésitez pas à faire tourner à vos potes qui posent aussi :-) http://freeform.fr/enquete-organisateur/
Photos du journal
◢◢◢ALERTE AU FAUX ARRÊTÉ PRÉFECTORAL◣◣◣ Depuis le début de journée, on nous alerte sur un arrêté préfectoral qui interdirait les rave party dans 3 départements du sud de la France. CET ARRÊTÉ EST UN FAUX. Nous avons appelé la préfecture de l'Aude qui le confirme après vérification: il n'existe pas de tel document au registre des actes administratifs. Difficile de dire de qui vient la "blague" et quel est le sens de ce canular mais c'est moyennement drôle. A faire tourner pour casser la rumeur.
Photos du journal
►ENQUETE ORGANISATEURS►►►►►►►►► ►►►►►►►Premiers résultats ►►►►►► ►Freeform a lancé une enquête nationale sur la répression et le rapport des organisateurs de free avec les forces de l'ordre, les maires et les administrations...►►►►►►►►http://freeform.fr/enquete-organisateur/ Avec 650 questionnaires remplis à ce jour et avant de pouvoir analyser plus en détail l’ensemble des réponses qui arrivent toujours, on peut déjà casser les dents à un premier mythe : celui de l’orga de free glandeur qui n’a rien d’autre à faire de sa vie que de poser et faire chier les honnêtes citoyens ! ►Voici ce que font les gars et les filles des sons en 2016 quand ils ne posent pas : Cadre►1,1% Agriculteur / ouvrier agricole ►2,3% Chauffeur routier► 2,4% Chef d’entreprise ►1,9% Commerçant ►0,5% Employé ►12,2% Fonctionnaire ►3,4% Étudiant ►20,9% Ouvrier ►18,5% Profession libérale ►0,5% Saisonnier ►7,5% Technicien ►9,7% Travailleur indépendant ►4,2% Intermittent du Spectacle ►2,3% En recherche d’emploi ►9,9% Ne cherchant pas de travail et très heureux comme ça► 2,8% ►Soit 87,4% de gens bien occupés qui ont très probablement autre chose à faire que passer des heures en déposition à la gendarmerie quand ils ont posé une fête à 150 dans le champ d’un pote. ►2.8% de gens qui vivent en dehors du système et à qui on souhaite le plus grand bien dans leur lutte pour un mode de vie alternatif et contre la machine à broyer du capitalisme moderne ! (Peut-être même plus de 3%, sachant que notre enquête se fait uniquement via internet, on touche forcément pas tout le monde…). Et 9.9% de chômeurs en galère ► comme dans toute la société française. ►ET 1 MYTHE DE DEMOLI….. D’autres à venir, avec votre aide !!! DONC SI TOI AUSSI TU ORGANISES DES FÊTES► Prends 10 mn de ton temps pour répondre à notre questionnaire ANONYME (UNIQUEMENT POUR LES ORGAS SVP). http://freeform.fr/enquete-organisateur/ L'enquête sera ouverte moins longtemps que prévue vu l’afflux des résultats/Fin dans la semaine prochaine ! Ensuite nous analyserons les résultats qui nous permettrons d'encore mieux comprendre/expliquer et rendre plus solides nos arguments de défense de la fête libre! Merci à tous par avance pour vos réponses...et n'hésitez pas à faire tourner à vos potes qui posent aussi :-) http://freeform.fr/enquete-organisateur/
Photos du journal
L'enquête organisateurs prend fin aujourd'hui. Avec plus de 800 réponses en une semaine, vous nous avec épatés. On a plus qu'à se mettre au boulot pour décortiquer ça!
Photos du journal
LA JUSTICE S'ACHARNE SUR UN MEMBRE DE L'EQUIPE FREEFORM 1 AN APRES LE MULTI "RESITANCE PARTY" . Suites juridique au multi-son de Nizas, commencé en légal, planté par le maire FN de Béziers, lâché en plein vol par la préfecture de l'Hérault mais maintenu et organisé de main de maitre par les activiste de l'underground sudiste. Pour moi aussi, en tant que salarié Freeform, mais aussi en tant que militant, le dossier était devenu "personnel". Pas question de lâcher l'affaire, aussi j'ai décidé, à titre perso mais aussi pour ma fierté professionnelle de médiateur de rester jusqu'au bout a bord de cette belle galère (pirate). C'était en mai 2015. La suite, vous l'avez vu dans les médias, un site rendu nikel, des riverains au top, 0 problème et des bons échanges en local depuis. Mais le procureur veut une tête sur le billot et la mienne semble lui plaire. Interlocuteur jusqu'au bout avec le ministère de l'intérieur pour essayer de sauver le légal, puis sur le terrain avec la pref et les secours et concertation avec les asso de RDR présentes, je semble le coupable idéal. Après la saisie d'un peu de matériel qui ne m'appartient évidemment pas (quoi que j'aimerais bien ;-) ), je suis donc convoqué en septembre prochain pour: Ouverture illégale d'un débit de boisson (j'étais surement debout derrière la tireuse ....) Tapage nocturne. Et organisation illégale de soirée. Nous irons donc avec l'avocat du Fond d'aide juridique, comme tous les sons que nous soutenons habituellement, parler de tout ça devant le juge. Mais avant tout ça, nous allons demander la restitution du matériel...Car en l'absence de jugement dans un délai de 6 mois, le matériel doit être restitué ...enfin, c'est ce que dit la loi. Voilà, c'était les news un peu "perso" de Sam Raymond, en direct de chez Freeform
Photos du journal
ARRETÉ ANTI-RAVE PARTY DANS LE GARD - BOIS DES LEINS. ON LACHE RIEN - AUDIENCE LE 27 JUIN Après 2 refus d'entendre notre demande de suspension puis d'annulation de cet arrêté pris en mars par la Préfecture du Gard qui voudrait interdire tout rassemblement festif sur tout une zone du département (Zone du Bois de Lens) 8 mois par ans, on a enfin réussi à passer le 1er barrage. Nous serons donc en audience au Tribunal Administratif le 27 juin prochain pour défendre nos arguments et demander à casser cet arrêté illégal!. Rappel des faits ici: http://www.objectifgard.com/2016/03/30/gard-les-rave-party-interdites-dans-le-bois-des-leins/ DEFENDRE VOS DROITS DE CITOYENS _ NE JAMAIS RIEN LACHER !!!! KEEP UP (PS: on lâche rien sur le graphisme pourri avec des fautes non plus :-) )
Photos du journal
▁▂▃ 500 c'est 500, BORDEL !!!▁▂▃ La cour d'appel de Poitiers vient de confirmer la saisie des PIXELS▁▂▃. Nous ne pouvons pas accepter cette décision car ils étaient 450 au plus fort de la soirée. C'est confirmé dans le procès-verbal des gendarmes. Nous attendons d'avoir les conclusions écrites du juge, mais l'argument du procureur est que c'est le chiffre PREVISIBLE qui compte...donc qu'ils aient été 400 ou 300, il s'en fout, ce qui compte c'est qu'ils AURAIENT PU être plus de 500. Cela voudrait dire que dès que vous posez, vous POUVEZ être plus de 500 ...et que même si vous n'étiez en vrai que 200, vous AURIEZ PU être plus de 500...donc toute saisie est justifiable. NOUS NE POUVONS PAS ACCEPTER CELA CAR C'EST LA PORTE OUVERTE A TOUS LES ABUS. Et comme c'est une décision de la cour d'Appel, cela pourrait même faire jurisprudence et s'étendre au niveau national. Si les PIXELS sont OK, on va donc de nouveau devoir faire un pourvoi en cassation pour demander à la plus haute juridiction française de trancher la question. Comme pour les Marmotek, les enjeux sont importants car si on gagne, on marquera des points pour continuer à flinguer cette loi de merde. Par contre, si on ne fait rien, la nouvelle va tourner sur les parquets de France et PLUS PERSONNE NE SERA A L'ABRI D'UNE SAISIE, que vous soyez moins de 500 ou pas.... On se laisse quelques jours pour réfléchir à comment lancer une campagne de com et de recherche de fond car une autre démarche en cassation c'est 5000€ qui partent. Mais ce qui est sur, c'est qu'il va falloir que tous les sons soient solidaires car c'est votre avenir à tous qui est concerné, petits ou gros. Le fond d'aide juridique va surement casser sa tirelire pour lancer cette action en justice, mais ca ne suffira pas et comme nous avons déjà 3 ou 4 autres procès en cours, on va vite se retrouver à sec. A chacun de réfléchir sur les moyens d'action et on lance une campagne de com tous ensemble début de semaine prochaine. Toutes idée, suggestion, stratégie est la bienvenue !!!! On veut des idées qui tappent! Comme il le fait avec la loi travail, ce gouvernement a clairement décidé de cesser respecter la loi et la correction la plus élémentaire pour gagner la guerre contre les sound systems. A nous de nous battre pour faire respecter la justice. NE RIEN LACHER, JAMAIS!!! En attendant, le pot commun est toujours ouvert pour les dons https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
FICHE N°10 : Qui Suis-je des interlocuteurs officiels de la fête libre Freeform reprend la série des "Petites fiches" avec aujourd'hui une fiche qui vous sera utile quand vous organisez une soirée et on vous parle de contacter la préfecture, le SDIS... Cette fiche est donc une typologie rapide des différentes personnes et services publics que vous êtes susceptibles de rencontrer et de contacter en tant qu’organisateur de Free Party. Vous y trouverez donc des explications sur leurs missions, les liens qui existent entre eux, et leur rôle. http://freeform.fr/conseils/
Photos du journal
FREEFORM 100% D'ACCORD AVEC T+ Si tu vas en teuf et que tu ne soutiens pas une réforme de la politique des drogues basée sur la liberté individuelle, le droit à l'information et à la santé, alors, tu te tires un balle dans le pied ! http://sh1.sendinblue.com/naa2azfh4c.html Tous les actes de répression que nous subissons (saisies, amendes, interdictions, discrimination, etc.) seraient-ils aussi bien acceptés par l'opinion publique et parfois une partie d'entre nous si à l'origine notre mouvement n'avait pas été associé à la consommation de drogues, dans une société farouchement prohibitionniste ? Avant même les dégradations, les atteintes à la propriété, les nuisances sonores, c'est la consommation de drogues qui a été pointée du doigt dans les soirées techno par les médias puis instrumentalisée par des politiciens. Associer un vice à un comportement et prohiber celui-ci dans le but de contrôler un groupe ou une population est un procédé aussi vieux que la politique. L'histoire moderne de la Prohibition internationale des drogues, veille d'un siècle, n'est qu'une succession d'exemples. Les Etats-Unis, fers de lance de la Guerre à LA Drogue, ont interdit l'opium face à l'immigraton asiatique, la cannabis par peur des travailleurs latinos et ont prohibé le cocaïne quand les afro-américains se sont mis à en consommer. Aujourd'hui encore aux USA, les fumeurs de crack (cocaïne base), qui sont majoritairement noirs, sont plus sévèrement punis que es sniffeurs de cocaïne poudre qui sont majoritairement blancs. En France, comme dans les autres pays, appliquer l'interdiction de consommer des drogues est impossible. Cette lutte policière n'est aussi qu'un prétexte pour cibler certaines populations. Et ce n'est pas un hasard si la France, d'abord réfractaire, n'a intégré dans sa législation les conventions internationales prohibitionistes qu'au lendemain du mouvement contestataire commencé en mai 68. La Loi du 31 décembre 1970, dont les principes sont toujours en vigeur, est l'une des plus sévère d'Europe. Cette loi d'exception permet des mesures digne de la lutte contre le terrorisme à l'encontre de simpel citoyens qui n'ont fait de "mal" qu'à eux-mêmes. On comprends alors aisément pourquoi les pouvoirs en place ont tout intérêt à entretenir le mythe du "fléau de LA Drogue". Depuis 20 ans Techno+ , refuse l'hyprocrisie de ceux qui disent qu'il n'y pas de lien entre la techno et les drogues. C'est faux ! L'ivresse psychoactive fait partie de cette culture et c'est justement son intégration assumée collectivement qui a fait le succès et l'efficacité de l'action initiée par Techno en 1995 et qui a été depuis reproduite partout en France. Cette démarche, appelée Réduction des Risques pour usagers de drogues (RdR), vise à reconnaître l'usage des produits et à privilégier la santé. Au terme d'un combat commencé il y a 30 ans par les militants de la lutte contre le sida et qui ont été ensuite rejoints par les consommateurs récréatifs de drogues, la RdR est depuis janvier 2016, inscrite dans le code de santé publique au même niveau que la répression des drogues. Contrairement à ce que certains essayent que vous faire croire, répression et RdR ne peuvent cohabiter. Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives ce weekend lors de l'acton mondiale Support. Don't Punish., dans 12 villes en France, et sur le web. Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride. La suite ici: http://sh1.sendinblue.com/naa2azfh4c.html
Photos du journal
Demain, nous sommes au Tribunal Administratif de Nîmes pour argumenter notre demande de voir suspendre puis annuler l'arrêté "Anti-rave" pris dans le Gard courant mars. Si vous avez encore des doigts, croisez les pour nous !!!
Photos du journal
Nous revenons avec Me Dupont, l'avocat de l'association du tribunal administratif de Nîmes. Le but de cette audience était de juger la demande de suspension de l'arrêté interdisant les "rave party" sur la zone du Bois des Leins, dans le Gard. Nous contestions cet arrêté car nous sommes persuadés que c'est l'échange et le dialogue et non les interdictions brutales qui peuvent aider à trouver des solutions pour que tout le monde, sound systems, public, riverains, élus locaux et même chasseurs (....) puissent cohabiter sur un territoire donné. Nous ne savons pas encore quelle décision rendra le juge mais d'ors et déjà, 2 points positifs: Le premier est que l'arrêté ne concerne a priori que les soirées de plus de 500 et non TOUTES les soirées, sur la zone concernée. Et la seconde est que nous avons pu échanger avec les maires et la préfecture qui étaient présents. Tout le monde est ouvert au dialogue et à trouver des solutions à long terme. Nous pouvons comprendre que certaines communes soient angoissées. Quand des teufs ont lieu toutes les semaines, pendant plusieurs mois, sur un site qui est en zone sensible pour les incendies, la pression monte. D"un autre côté, si les sons viennent toujours au même endroit, c'est généralement parce qu'ils se font bouler d'ailleurs, qu'on refuse de leur louer des site et que les mairies leurs ferment les portes. A chacun donc de faire des efforts. On attend ce que dira le juge et ensuite, on avisera tous ensemble des solutions à trouver. Des news très vite donc!
Photos du journal
xxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxx Arrêté anti-rave dans le Gard, victoire en demi-teinte pour Freeform au Tribunal Administratif de Nîmes! xxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx Nous appelons à la mise en place d’une concertation locale. L’association Freeform assignait la préfecture du Gard pour la suspension en urgence d’un arrêté qui interdisait l’organisation de « rave party » sur une zone de 19 communes dans le Gard jusqu’au mois d’octobre prochain, le jugement a été rendu le 30/06. Point positif, la décision du tribunal administratif de Nîmes contredit les propos de la Procureur de la république et la communication de la préfecture, reprise avec par les médias : les raves party ne sont pas interdites sur le massif des BOIS DES LEINS. Le juge rappelle que l’arrêté concerne les rave party de plus de 500 personnes et seulement celles-ci. Comme le rappelle le préfet dans le préambule de son arrêté, sur les 11 soirées ayant en lieu en 2015 sur cette zone, seules 2 d’entre-elles ont dépassé la limite à partir de laquelle la déclaration est obligatoire. Balayée donc la campagne de communication du printemps dernier et les coups de mentons de l’autorité judiciaire qui voulait frapper dès que 3 ou 4 personnes se rassemblaient. L’arrêté ne touche de 15% des rassemblements. Par contre, nous déplorons que la juge administratif ne se soit pas prononcé sur le fond. En effet, le juge rejette la notion d’urgence de notre référé et renvoie la réponse juridique à un jugement ultérieur, qui n’aura probablement pas lieu avant la fin de la période d’effet de l’arrêté. Cette demi-victoire ne doit pourtant pas être interprétée par les organisateurs de rassemblements festifs comme un signal a un déferlement de fêtes sur les bois de Leins, bien au contraire. La volonté de notre démarche légale était de prouver que la concertation devait primer sur la répression et qu’on ne pouvait penser les politiques publiques sur un territoire sans prendre en compte l’ensemble des usagers qui l’utilisent, qu’ils soient chasseurs ou ravers. Lors de la préparation de notre référé et au tribunal, nous avons pu échanger avec les élus locaux et les services de la préfecture. Il apparait évident que la crispation sur le massif n’est pas tant due aux risques ou aux nuisances générées par ces soirées que par leur répétition. A certaines périodes de l’été 2015, c’est une soirée par semaine qui se déroule sur ce territoire sensible et très limité. C’est trop et même les organisateurs le reconnaissent. En 2015, il y a eu 44 soirées répertoriées par la gendarmerie sur le Gard (dont 38 regroupant moins de 500 personnes, et donc légales), elles ont mobilisées 656 gendarmes, parfois sur plusieurs jours, pour plus de 16 000 participants (chiffres Gendarmerie du Gard). C’est dans la moyenne des départements français. Plus de 30 collectifs gardois font vivre cette culture de la « fête libre » et ce depuis près de 20 ans. Cependant, à part un médiateur récemment nommé et que personne n’a jamais rencontré, aucun service culturel, aucun service de jeunesse ou de santé ne semble se pencher sur la question. Elus locaux, gendarmes et organisateurs sont laissés seuls face à des questions compliquées. Ces jeunes musiciens, techniciens, décorateurs ou simples participants, souvent issus des mêmes territoires ne cherchent qu’une seule chose : pouvoir vivre leur passion en bonne intelligence avec les riverains. Nous saisissons donc l’opportunité de ce jugement pour appeler à la concertation et au dialogue. L’association Freeform demande donc officiellement à la Préfecture du Gard de mettre en place une session de concertation au niveau départemental pour que se retrouvent autour de la table les jeunes, les élus et les services de l’état dans le but de trouver des solutions durables et partagées.
Photos du journal
LE CR OFFICIEL DE LA REUNION DU 12 JUILLET Relevé de décisions Contexte Le sénateur Cabanel a pris l’initiative d’initier une concertation dans l’Hérault afin d’anticiper la préparation des rassemblements festifs et de faire évoluer la législation qui, de toute évidence n’est pas adaptée. Une première réunion s’est tenue le 29 juin en format restreint afin de préparer cette réunion du 12 juillet avec les représentants des sons et les ministères concernés. Principales conclusions 1/ Le guide de la médiation - Le guide sera diffusé avec la liste des médiateurs nommés, d’ici la fin juillet : mise en ligne sur le site du ministère de la jeunesse ; diffusion dans les réseaux des ministères partenaires ; envoi aux médiateurs rassemblements festifs. - A été évoquée la mise en place d’un accompagnement expérimental sur 2 ou 3 départements pour appliquer les principes du guide. Cette proposition sera rediscutée avec les Ministères concernés. 2/ La saisie du matériel sonore La principale demande des sons concerne la saisie de matériel. Celle-ci se décline en 2 sous-demandes : - La cessation totale des saisies - Le rehaussement du seuil de déclaration obligatoire en préfecture pour les rassemblements festifs à caractère musical avec diffusion de musique amplifiée, de 500 à 1500 participants (article R211-2 du CSI) Le cabinet du PM a indiqué que le gouvernement pourrait être favorable à une modification législative si celle-ci était portée au niveau parlementaire. Une étude d’impact a été réalisée par le ministère de la jeunesse et free form sur le rehaussement du seuil. 3/ Le rôle des élus locaux Le sénateur Cabanel se dit prêt à soutenir les sons auprès de ses collègues sénateurs et élus locaux, à condition que les sons produisent un argumentaire destiné à convaincre les maires d’accepter ce type de rassemblement sur leur territoire. Le sénateur souligne les problèmes soulevés par les élus locaux : - La réglementation sur les fêtes locales impose une fin des festivités à 1h00 du matin. De ce fait, accepter la tenue d’une free party dont la durée va au-delà de cet horaire reviendrait à accorder à une partie de la population un droit qui est refusé à l’ensemble. - L’image des free parties n’est pas positive auprès des populations - Quid de la responsabilité des maires ? 4/ Le rôle des procureurs Les sons ont pointé le non-respect du droit actuel car des saisies ont été réalisées alors que les rassemblements étaient inférieurs à 500 personnes. Ils tiennent la liste des décisions de saisies cassées en appel par les tribunaux (10 sur 12 saisies) et dénoncent l’inefficacité des saisies. 5/ Groupe de travail culture et intérieur sur les manifestations culturelles Les ministères de la Culture et de l’Intérieur ont monté un groupe de travail sur les manifestations culturelles ; le ministère de la jeunesse n’y est pour l’instant pas associé. Free form demande à faire partie du groupe de travail Suites à donner Concernant le Guide (MJVS) - Reprendre les ultimes ajouts du MININT – juillet 2016 - Publication sur le site internet jeunes.gouv.fr – juillet 2016 - Courrier à la signature du DIJ aux contributeurs (Ministères, sons) pour diffusion du guide - Courrier aux réseaux DJEPVA pour diffusion du guide– juillet 2016 Provoquer une RIM, à l’initiative du DIJ, pour discuter d’un accompagnement sur 2 ou 3 territoires pour appliquer le guide – septembre Concernant le rehaussement du seuil de déclaration : Une note du DIJ au cabinet VJS relative au portage politique de la modification de l’article R211-2 du CSI sera transmise. Elle sera accompagnée de l’étude d’impact– juillet 2016 Concernant le rôle des élus locaux Action du sénateur Cabanel : - Poursuite de son étude auprès de 343 communes (105 réponses au 12 juillet 2016). Les conclusions seront rendues en septembre. Action des sons : - Proposition d’un argumentaire démontrant que chaque partie prenante a intérêt à co-organiser les rassemblements free parties Concernant les saisies - Le DIJ prendra l’attache du ministère de la Justice pour comprendre les raisons de la position retenue par le Parquet (septembre 2016)
Photos du journal
"CES TEUFEURS SONT DES CONS ET DES IRRRESPONSABLES" Lettre ouverte, en réponse au préfet de l'Aude concernant les participants aux fêtes techno dans son département. Il y a des jours, on tombe de sa chaise en ouvrant son journal. Le préfet de l'Aude vient de faire très fort. Chevalier blanc de la lutte anti-rave party, il a choisi un mode de communication assez particulier avec ses administrés: l'insulte. http://www.ladepeche.fr/article/2016/07/27/2391603-raveurs-interdits-de-sejour-dans-l-aude.html#ArtwUiTB9OladYrW.99 Avant une réaction plus formelle de l'association, cette réponse à chaud et personnelle: Non, monsieur, le préfet, les teufeurs ne sont pas des cons et des irresponsables. Non, monsieur le préfet, vous n'accompagnez pas les gentils "organisateurs" dans leur projet. Sur 4000 soirées en France, seules 4 sont déclarées et 3 d'entre-elles dans le Finistère. Aucune dans l'Aude, et aucune depuis que la loi existe en 2002. Les rares organisateurs qui ont essayé d'organiser des soirées légales dans votre département se sont fait bouler, humilier et rejeter. Vous voulez des noms et des dates, nous les avons. Si les teufeurs font des fêtes illégales dans votre département, c'est parce que vous et les maires de l'Aude refusent de prendre leur responsabilités, d'aller vers les organisateurs (que les RG connaissent pourtant très bien) pour leur proposer des solutions et construire l'avenir ensemble. Non monsieur le préfet, les juges français ne sont pas laxistes, ils sont des juges et ils respectent la loi. Ce genre de propos dans la bouche du représentant de l'état que vous êtes ne sont pas acceptables. Non monsieur le préfet, ce n'est pas en expliquant aux maires comment tromper un tribunal administratif, en leur donnant des consignes pour poser des rochers à l'entrée des champs de votre département que vous trouverez des solutions... à part envoyer les teufeurs chez leurs voisins... Les jeunes organisateurs de fêtes sont issus de votre territoire, ce ne sont pas des extraterrestres, même si parfois ils peuvent venir d'aussi loin que Toulouse.... Non monsieur le préfet, les autres départements et le préfet de région ne vous suivront pas car il existe un gouvernement dans ce pays..et justement, nous étions à Matignon le 28 avril dernier, nous avons rencontré le cabinet du Premier Ministre, les Ministères de l'Intérieur, de la Santé, de la Jeunesse, de la Culture ces dernières semaines et ils vont tous dans un sens différent du vôtre, celui de la concertation et du dialogue. Pour preuve, sort ce jour un document de 53 pages, cosigné par 6 ministères, qui a pour titre "Rassemblements festifs organisés par les jeunes, démarches de concertation". On vient même de nommer un médiateur dans votre département...nous lui souhaitons bonne chance. Il existe des solutions pour le problème des rassemblements festifs, elles passent par le dialogue. L'insulte n'est pas le dialogue. Enfin, monsieur le Préfet, nous vous dirons une dernière chose: par les temps qui courent, les français sont tous capable de comprendre qu'il faut ménager les forces de l'ordre, qu'il faut faire des efforts et être solidaires, soudés... mais permettez moi de vous demander qui est l'irresponsable: celui qui cherche à dresser les uns contre les autres, à diviser les français et exciter les rancœurs, ou celui qui veut simplement les faire danser et s'amuser gratuitement? Quant à vous demander qui est le con, je ne vous en ferais pas l'affront, on m'a appris que c'était mal d'insulter les gens. Samuel Raymond Chargé de mission pour Freeform
Photos du journal
GUIDE ET MEDIATEURS RASSEMBLEMENTS FESTIFS Attendus depuis longtemps, la liste des médiateurs Fête libre départementaux et le Guide de Médiation sont enfin publiés par le Ministère de la Jeunesse et des sports. http://jeunes.gouv.fr/actualites/actualites-interministerielles/article/rassemblements-festifs-organises-7094 SI le Guide est consigné par 5 ministères (Justice, Intérieur, Jeunesse, Santé et Culture) et qu'il comporte quelques points intéressants (notamment sur le fait que les inculpations pour agressions sonores sont inadaptées aux free party), il donne un peu l'impression d'être un pansement sur une jambe de bois tant que des décisions politiques fortes ne sont pas prises pour changer la situation profondément. Sans enthousiasme et amendé par des ministères n'ayant pas du tout la même vision de la Fête libre, le guide écrit reste sur les bases d'une loi pourtant totalement inadaptée. La division en soirées de moins de 500 / Plus de 500 reste le fil conducteur et les même problèmes d'interprétation risquent de se poser. Un document important a lire cependant pour qui veut organiser des fêtes et comprendre pourquoi et comment réagissent les services de l'état. http://www.jeunes.gouv.fr//IMG/UserFiles/Files/Guide_Rassblmt_Festif_V5_HD%20(2).pdf Quand à la liste des médiateurs, seules 53 préfectures sur la centaine de départements français ont jugées important de répondre en nommant quelqu'un dans leur département. Etonnamment, certains départements comme l'Aude, pourtant concernés au premier plan n'ont pas nommé de médiateurs, tout en préparant un "plan anti-rave party", preuve que les circulaires et demandes d'un gouvernement en fin de course sont interprétées a leur guise par des préfets "maitres chez eux....". Pour d'autres comme le Doubs, le médiateur est....un gendarme. Etrange définition du terme médiation.... Il semblerait qu'il y ait d'autres erreurs de contacts dans d'autres départements. Malgré tout, il faut signaler que la plupart des médiateurs nommés sont des gens du Ministère de la Jeunesse, des gens formés a travailler avec les associations, les amateurs etc. et cela devrait changer des services préfectoraux débordés et expéditifs. Nous ne saurions que vous conseiller de les contacter pour voir en quoi ils peuvent vous accompagner dans vos projets, si cela vous semble utile. http://www.jeunes.gouv.fr//IMG/UserFiles/Files/LISTE%20MEDIATEURS%202016-diffusion.pdf Nous ferons le point dans quelques mois sur les résultats de ce double dispositif (guide + médiateurs), en attendant, bonne lecture !
Photos du journal
SAISIE AU MULTI _ VICTOIRE AU TRIBUNAL DE BEZIERS ! Suite au multi-sons "Resistance" à Nizas en mai 2015, nous avons enfin eu le résultat du jugement! La juge a prononcé la relaxe totale pour les chefs d'inculpation concernant l'ouverture illégale d'un débit de boisson et de tapage nocturne (vu qu'une amende avait déjà été payée). Pour l'organisation de soirée non déclarée, c'est une amende avec sursis de 500€ (promis on recommencera pas....) et la RESTITUTION DU MATERIEL qui sont décidées!! Une décision qui nous semble juste, même si, dans l'absolu, l'accusation d'organisation aurait aussi du tomber (le site n'étant pas dangereux) mais on a senti que la juge et le procureur avaient bien compris la dimension politique de l'action des sons qu'on avait soutenu jusqu'au bout. Une décision d'autant plus juste que lundi, dans une réunion avec une vingtaine de maires, c'est un élu de Nizas qui venait raconter comment c'était passé le multi et qui résumait ainsi les choses: "Au début, toutes ces voitures, le cadenas de l'aérodrome brisé, on s'est sentis comme agressés, puis on est resté 3 jours, on a rencontré des gens formidables et à la fin, le site était plus propre que lorsqu'ils étaient arrivés". Un beau bilan pour une fête de 2500 personnes qui a été possible grâce à l'engagement des sons, des assos de RDR @[1606336536280918:274:Korzéame RDR], Techno+ and co..) qui ont fait travail de fou, du début à la fin...et qui vont pouvoir récupérer le matos saisi! Un petit rappel en images ici: http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/herault/beziers/les-2700-teufeurs-ont-quitte-la-rave-illegale-de-nizas-pres-de-beziers-731949.html Et comme on garde le meilleur pour la fin, petit mot de politique locale: le maire de Corneilhan, (commune faisant partie de l'agglo de Béziers et ou les sons avaient trouver un terrain e 10HA à louer) qui avait réussi à leur faire perdre le terrain et à faire planter le multi légal par ses manoeuvres et ses manipulations et surtout en intimidant le propriétaire .... s'est fait virer par ses administrés avant la fin de son mandat: trop malhonnête!! Pour un peu, on retenterait presque le multi légal à Corneilhan...les gens de Béziers ont bien besoin de distraction en ce moment, et en poussant bien, on devrait entendre les basses depuis la mairie! MORALE: NE LACHEZ RIEN !!! Cette victoire à été obtenue grâce au financement du Fond de soutien, toujours ouvert à vos dons à cette adresse: https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
/////////////////////3 victoires / 1 défaite ///////////////////////////// Semaine active pour le Fond de soutien des sound systems. 4 dossiers, 3 restitutions, 1 saisie définitive... Victoire tout d'abord pour les SYSTEM NON KONFORM (SNK) saisis en juin 2013, après une ordonnance pénale de confiscation en 2014, un jugement en 2015 puis un appel en 2016... il aura fallut 3 ans de bataille juridique pour que le son récupère son matériel. Victoire encore dans le dossier hallucinant des VVF, qui apportent 4 caissons au multi d'Halloween dans le sud en 2015. A peine utilisés pendant la fête, les caissons et le camion sont saisis à la sortie, alors qu'aucun organisateur n'est entendu. Quelques mois plus tard, le procureur demande, SANS AUCUN PROCES, la destruction du son et du camion.... Intervention de l'avocat du fond, la décision est cassée et le matériel sera rendu. Enfin dans le dossier du multi de Nizas, il aura aussi fallut attendre plus d'un an et demi avant que le matériel soit rendu aux sons. La encore une victoire pour le fond mais on en a déjà parlé hier! Par contre, dans le dossier du son LA BANDE PASSANTE, rien à faire. Après une première condamnation, la cour d'appel de Nîmes vient de confirmer la saisie définitive. On aura tout tenté (à part la cassation mais les couts sont trop élevés et on en a déjà deux en cours - Marmotek et Pixels). Voilà le bilan d'une semaine riche en actualités! N'oubliez pas que si le FOND DE SOUTIEN peut fonctionner et défendre les sons, c'est grâce à vos dons et ceux des sons, sur le Pot Commun ou dans les soirées. Continuez à donner pour qu'ils puissent continuer à vous faire danser! https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
Message concernant les amendes pour stationnement de la SPU Après analyse par des avocats sympathisants et bénévoles, il apparait que : 1 Dans leur grande majorité, les amendes sont difficilement contestables car la route d’accès (au moins une partie) était signalée par un panneau notifiant l’interdiction de stationnement dans tout le massif forestier et que les risques de feu qu’il y avait dans le sud à cette période-là peuvent justifier une certaine sévérité du juge qui serait amené à étudier votre contestation. 2 Cependant on nous a rapporté de nombreux cas abusifs, à savoir : • Cas de personnes ayant reçu plusieurs amendes dont certaines pour des jours alors qu’elles n’étaient pas encore arrivées sur site ou qu’elles étaient déjà parties • Cas de personnes ayant reçu plusieurs amendes le même jour Si vous n’êtes pas dans un cas abusif clair (1 ou 2) et que vous souhaitez quand même contester, vous le pouvez mais sachez que : soit le parquet refuse votre demande, soit il la transfère au juge. Dans ce cas-là, il y aura un jugement auquel vous serez tenu d’assister. Si vous n’y allez pas et/ou si le juge n’approuve pas votre contestation, il y a clairement un risque de prendre une amende supérieure à celle déjà reçu (jusqu'à 750€). Dans les cas abusifs, nous pensons qu’il est légitime de contester. Nous vous conseillons de procéder de la manière suivante : 1 Payer les amendes « incontestables » 2 Faire un courrier au juge pour contester les autres. 3 joindre à ce courrier les justificatifs comme quoi vous avez payé les amendes que vous ne contestez pas 4 joindre aussi les justificatifs de votre absence sur site ce jour-là Par exemple : vous avez reçu 3 amendes (28/29/30 aout) alors que vous n’étiez sur site que le 29/30. Débrouilliez-vous pour réunir tous les éléments qui peuvent justifier que vous n’étiez pas sur site ce jour-là : tickets de CB, ticket d’essence, facture dans un magasin… Vous pouvez même produire un témoignage écrit si vous avez des personnes qui vous ont vu (genre courrier de vos parents ou d’un collègue qui attestent sur l’honneur que vous étiez avec eu le 28 à l’heure de l’amende). Envoyez le tout à l’adresse indiquée sur les amendes et attendez : soit une réponse positive, soit une convocation. Ce ne sera pas indispensable d’être à la convocation si votre dossier contient assez d’éléments, mais c’est mieux. MODELE 1 POUR CONTESTATION EN CAS D’AMENDE ALORS QUE VOUS N’ETIEZ PAS LA MODELE 2 : MODELE POUR CONTESTATION EN CAS DE PLUSIEURS AMENDES DANS LA MÊME JOURNEE MODELE 1 POUR CONTESTATION EN CAS D’AMENDE ALORS QUE VOUS N’ETIEZ PAS LA Nom Prénom Adresse Numéro de l’avis de contravention : A l’attention l’officier du Ministère Public près le Tribunal d’Alès Objet : Contestation. Monsieur, Je vous adresse ce courrier afin de vous faire part de ma contestation concernant l’infraction signifiée à mon encontre le ………../……………. /………….. En effet, je ne me trouvais pas à l’adresse constatée au jour de l’infraction constatée. J’ai été verbalisé les ….., …. , ……. aout 2016. Je reconnais les faits concernant les dates du ……,……… aout 2016, mais le ….. aout 2016, je n’étais pas présent au lieu ni à l’heure cités sur l’avis de contravention. Je vous adresse en pièce jointe les justificatifs de ma présence sur la commune de …………………., situé à plus de …………….. km du lieu de l’infraction constatée, à savoir : • Liste des justificatifs • Liste des justificatifs • Liste des justificatifs Je vous adresse aussi les justificatifs de paiements des autres amendes pour lesquelles je reconnais avoir commis l’infraction constatée. • Numéro de l’avis de contravention, justificatif • Numéro de l’avis de contravention, justificatif En vous remerciant par avance de prendre en compte cette requête, recevez, monsieur l’officier du Ministère Public, l’expression de mes sentiments respectueux. A …… Le ….. Nom et signature MODELE 2 : MODELE POUR CONTESTATION EN CAS DE PLUSIEURS AMENDES DANS LA MÊME JOURNEE Nom Prénom Adresse Numéro de l’avis de contravention : A l’attention l’officier du Ministère Public près le Tribunal d’Alès Objet : Contestation. Monsieur, Je vous adresse ce courrier afin de vous faire part de ma contestation concernant l’infraction signifiée à mon encontre le ………../……………. /………….. à …………..H…………….MN En effet, ce même jour, à …………..H…………….MN, j’ai déjà fait l’objet d’une verbalisation que j’ai reconnu et réglé (voir justificatif en pièce jointe). Il est clairement contraire à la jurisprudence en cours de verbaliser deux fois dans la même journée sur ce type de chemin forestier. En vous remerciant par avance de prendre en compte cette requête, recevez, monsieur l’officier du Ministère Public, l’expression de mes sentiments respectueux. A …… Le ….. Nom et signature
Photos du journal
Dans le dossier Biff Crew / Rottweiltek du 1er de l'an 2015/16, en appel, la cour confirme la saisie définitive du matériel, 900€ d'amende pour les deux personnes concernées. L'appel aura juste servit a faire supprimer les TIG ...ça fait mal par ou ça passe !
Photos du journal
Gros incidents en cours sur la fête d'haloween à Commana (29) D'après les gens sur place, une grosse fête (4000 personnes) sur terrain avec autorisation du propriétaire, le maire est passé, il n'y avait pas de soucis majeurs, ni avec les gendarmes locaux. En cours d'après-midi, longtemps après la coupure du son, gros débarquement de mobiles qui foncent direct sur le son sans négocier, gazent tout le monde et arrivent a prendre quelques amplis avant de repartir en courant sous la réponse plutôt musclée du public breton. A l'heure actuelle, plus de 1000 personnes remontées à bloc restent sur le site et attendent un retour des gendarmes qui ont promis de revenir... Cet incident violent, très rare en Bretagne, est assez inadmissible, surtout qu'on parle d'une fête, certes non déclarée en préfecture, mais ayant lieu sur un terrain loué avec un maire qui n'est pas opposé.... http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=9255 Est-ce qu'il faut voir un lien entre cette attaque violente et l'arrivée en Finistère d'un nouveau préfet. Nommé le 19 septembre dernier et arrivant en droite ligne de l'Alsace, celui-ci a peut être pas encore appris que la Bretagne est une terre de concertation et de dialogue, mais que ses habitants sont des défenseurs de leurs libertés assez motivés et efficaces. Nous espérons que la soirée ne s'achèvera pas sur un blessé ou pire et nous appelons les autorités préfectorales a faire preuve de discernement et de retenue... c'est n'est qu'une fête, bordel!
Photos du journal
$$$$$AFP Rave-party dans le Finistère: le préfet saisit le matériel$$$$$$$$$$ AFP Rennes, Ille-et-Vilaine : Les gendarmes sont intervenus dimanche à la demande du préfet sur un terrain de Commana (Finistère) pour "saisir les sons" d'une rave-party, laissant les 4.000 "teufeurs" bretons sous le choc, eux qui s'étaient habitués depuis des années à la bienveillance des autorités. Ce sont des voisins mécontents qui dans la nuit ont alerté les autorités de ce rassemblement autour de la musique techno. La free-party, qui selon la gendarmerie a réuni quelque 4.000 personnes, n'avait été autorisée ni par la mairie, ni par la préfecture. Or un tel feu vert est indispensable pour tout rassemblement de plus de 500 personnes. La préfecture a donc décidé d'intervenir. "Nous avons demandé aux gendarmes de réaliser des contrôles d'alcoolémie et de stupéfiants, ainsi que de saisir les sons", a indiqué à l'AFP Jean-Daniel Montet-Jourdran, le directeur de cabinet du préfet du Finistère. Quelque 70 gendarmes ont été mobilisés pour l'occcasion. Alors que le son était coupé depuis 15H00, une quarantaine d'entre eux sont intervenus vers 16H30 pour saisir les amplis. "Face aux actes de rébellion de certains teufeurs, ils ont été contraints d'utiliser des gaz lacrymogènes", a complété M. Montet-Jourdran, selon qui l'intervention n'a duré qu'une dizaine de minutes. En outre, a-t-il précisé, un hélicoptère a survolé la zone afin de pouvoir identifier les organisateurs et certaines immatriculations et lancer d'éventuelles poursuites judiciaires. "On assume totalement le fait qu'on ait dépassé le nombre de personnes, et s'il y a des poursuites, on assume les conséquences", a réagi auprès de l'AFP un des membres de l'organisation, mais "pourquoi ce déferlement de violence", s'interrogeait-il dimanche soir, visiblement stupéfait. "On s'est fait gazer, on s'est fait foncer dedans, on s'est fait matraquer, et ça on ne le comprend pas, on n'est pas des criminels, on est des gens du coin", se défendait-il, lui qui fait des rave-parties dans le Finistère depuis des années. Et puis, "se faire saisir notre matériel comme ça, ça fait mal au coeur." "D'habitude, ça se passe très bien dans notre département", raconte-t-il, on est même "réputés en France" pour ça. Le jeune homme parle de concertation avec l'ancien préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine qui selon lui "voyait vraiment la techno comme une culture de la jeunesse". Mais "on vient d'apprendre qu'il y a un nouveau préfet". Pascal Lelarge a pris ses fonctions il y a deux mois. "Peut-être veut-il faire un exemple?" AFP Repris dans Le Figaro, le Dauphiné libéré etc.... d'autres articles a venir dans le Télégramme de Brest et Ouest France demain!
Photos du journal
LES FREE PARTIES ? Un ramassis d’alcooliques et d’individus sous l’emprise de stupéfiants!!! http://www.letelegramme.fr/bretagne/commana-4-000-raveurs-et-un-final-qui-degenere-31-10-2016-11274558.php Le mépris pour le public des free parties par M. Montet Jourdan, Directeur de cabinet, Préfecture du Finistère à découvrir dans Le Télégramme de Brest du 31/10/2016! Après “les teufeurs sont des cons et des irresponsables” par le Préfet de l’Aude l’insulte est elle devenu la nouvelle façon de s’exprimer du pouvoir ? STOP AUX VIOLENCES, PHYSIQUES OU VERBALES REAGISSONS DEFENSE DE LA FETE LIBRE !!!
Photos du journal
Tentative de saisie et attaque des gendarmes sur une soirée de 2/300 personnes des Strakelik dans le 22 à Plouaret, gazage et un blessé. Il y a quelques minutes, une soixantaine de gendarmes sont intervenus APRES la fin d'une soirée organisée par les STRAKELLIK. Ils ont tenté de saisir le matériel (alors qu'il n'y avait que 200 personnes, que la fête était finie et le son coupé). Résultat, les gens ne se sont pas laissés faire...un blessé et des gazés! Les images des incidents https://www.facebook.com/100009061363648/videos/1680664768912219/?hc_ref=NEWSFEED
Photos du journal
█ ▐ ░ ▒LA CHASSE A LA FETE LIBRE EST OUVERTE█ ▌▐ ░ ▒ █ ▌ ▐ ░ ▒SAISIE EN COURS SUR LA SOIREE QUADRIVIUM (35) █ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒ Visiblement, les préfectures de Bretagne ont décidés de faire un exemple contre les sound systems ce week end. Après les violences de la semaine dernière, les 2 blessés et la saisie des Strakelik dans le 22 ce matin, c'est les sons qui ont posé à la QUADRIVIUM qui sont en train de se faire saisir par la préfecture du 35. █ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒█ ▌ ▐ ░ ▒
Photos du journal
IL N'Y A PAS D'ALERTE SAISIES Depuis hier, on voit ressortir le logo "ALERTE SAISIES" qu'on avait publié en novembre 2015. C'est gentil d'avoir re-publié ce visuel que nous n'utilisons que dans les cas extrêmes mais du côté de Freeform, nous ne considérons pas qu'il y ait d'alerte particulière à déclencher ! Oui, en Bretagne, il y a des tensions et les deux derniers week-end, les événements ont étés plus que chaud. Mais 1: C'est un phénomène localisé et les bretons vont prendre les moyens que ça cesse très rapidement. 2: AU CONTRAIRE, c'est dans ce genre de moment qu'il faut organiser des fêtes et exprimer sa colère et sa solidarité. Faites des teufs, faites le bien, allez voir les maires, les riverains, les journalistes, faites des déclarations en préfecture, contactez vos médiateurs départementaux, faites des coalitions, rencontrez vous, échangez...et faites vivre le truc plus que jamais. Ce n'est pas le moment de se cacher, c'est le moment de s'exprimer et de montrer haut et fort la force et la richesse de cette culture. Solidaires, irréprochables, efficaces et motivés !!!
Photos du journal
╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬ ╬╬╬ MESSAGE DES SOUND SYSTEMS BRETONS╬╬╬╬╬╬ ╬╬╬╬╬ CONTRE LES SAISIES ET LES VIOLENCES╬╬╬╬╬ ╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬╬ Tous les Sound Systems Bretons rejoints par ceux des Pays de la Loire s'unissent plus que jamais pour défendre les valeurs qui les rassemblent depuis tant d'années. Nous défendons une culture, notre culture. -Tout d'abord notre amour du son et de la fête libre !!!! Mais en ces temps d'affrontements et de saisies : -Le respect de notre liberté d'expression -L'arrêt des saisies abusives et non justifiées -L'arrêt des affrontements et violences policières - L'abandon des poursuites envers les propriétaires qui nous accueillent Nous cherchons à nous faire entendre et respecter sans violences mais avec convictions. Nous mettons en place des actions qui nous ressemblent. Mais pour nous faire entendre il nous faut être nombreux, alors on a besoin de tout le monde, de tous ceux qui se sentent concernés. On a besoin de vous pour continuer à faire la fête ensemble ! Tendez l'oreille et faite tourner ...
Photos du journal
█ ▌ ▐ ░ ▒APPEL A TEMOINS, TEUF 56 13/11 █ ▌ ▐ ░ ▒ A faire tourner à vos contacts en Bretagne/Bretagne Sud Est-ce un acte isolé ou une nouvelle étape dans la guerre que l'état à décidé de mener contre la fête libre en Bretagne, on ne le sait pas encore. Deux participants à une free sur la commune de MOLAC (56) le 13 novembre dernier, viennent de recevoir une amende pour AIDE AU TAPAGE NOCTURNE. Nous avons besoin URGENT de savoir si d'autres personnes ont étés verbalisées pour la même raison ! Si vous connaissez des gens qui ont eu ce type d'amende sur cette soirée ou récemment en Bretagne, merci de nous contacter en mp ou par mail sur contact@freeform.fr Déjà expérimentée dans la 17, la tactique des gendarmes consistant à verbaliser les PARTICIPANTS a une soirée pour aide au tapage nocturne, souvent alors qu'il n'y même pas d'amende pour tapage nocturne pour l'orga est totalement abusive. Quand il y a une contestation, le juge invalide l'infraction. Si c'est avéré dans le 56, on a un modèle de courrier pour contester tout prêt et qui a déjà fonctionné et nous le communiquerons à ceux qui en font la demande. Après une contestation massive, les amendes de ce type ont cessées dans le 17. Nous avions fait une fiche sur le sujet déjà ici avec la méthode pour contester http://freeform.fr/fiche-n8-amendes-pour-tapage-nocturne-et-aide-au-tapage-nocturne/
Photos du journal
▓▒░░▒▓ 03/12/2016//BZH ▓▒░░▒▓ ░▒▓DEFENDRE LA FETE LIBRE ▓▒░ ▓▒░░▒▓▒░░▒▓▒░░▒▓▒░░▒▓▒░░▒ On s'en doutait depuis quelques jours, les collectifs d'organisateurs de l'Ouest, soutenus par tout le mouvement allaient forcément réagir à la guerre aux free parties déclenchées par les représentants de l'état en Bretagne. Saisies, gazages, violences, actions d'intimidations individuelles ou collectives, depuis quelques semaines tout y passe. Tombé dans le week-end, ce tract en dit un peu plus sur les actions prévues. Pas encore de lieu ni de détails mais on peut donc lire qu'il s'agira de "manifester"... actions revendicatives donc. Les sons disent de tendre l'oreille...une date, le samedi 3/12 et une zone..la Bretagne! Nous sommes très étonnés du timing de cette vague de répression...qui a intérêt à mettre le feu a une région ou tout se passait plutôt bien depuis de nombreuses années? Toujours prêts à soutenir les actions de défense de la fête libre, Freeform reste en stand by, dans l'attente de plus d'infos!
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Vous en avez mare de la répression qui empêche la fête libre de s'exprimer et grandir ? Vous êtes dans le Sud Ouest et vous avez envie de vous engager pour aider à montrer les cotés positifs de la free au grand public. Vous voulez participer à un truc motivant et festif ? Vous n'avez rien contre les chocolatines ? Le COLLECTIF DE LA FETE LIBRE qui regroupe les sons du sud-ouest prépare une "Mani'Festive" sur Toulouse pour début 2017. Cette Manifestive s'inscrit dans un ensemble d'actions et de manifs qui auront lieu dans plusieurs villes en France en même temps au début du printemps. Motivés pour rejoindre le projet et donner un coup de main ? Rendez-vous pour une première réunion d'information, le samedi 3 décembre à 13h / salle d'AG du MixArt à Toulouse. https://www.facebook.com/groups/658578470906800/?fref=ts
Photos du journal
MODELE DE LETTRE DE CONTESTATION AMENDES POUR AIDE AU TAPAGE TEUF "ESPRITS LIBRE" 13/11/2016 dans le 56 Suite aux demandes nombreuse de participants ayant étés verbalisés pour aide au tapage (à 9H30 du matin...) nous vous avons préparé un modèle de lettre de contestation. https://drive.google.com/file/d/0B6AO8b2MPJywMnd5SkxGdEpfQXc/view?usp=sharing
Photos du journal
Nous venons d'apprendre que les locaux de Techno+ Paris ont étés perquisitionnés par une quinzaine de gendarmes armés, la présidente qui vit à Nantes et des salariées gardés à vue/auditionnés L'association ou des gens de l'asso seraient accusés de Production, consommation, vente et promotion de stupéfiants! Quoi qu'il se soit passé, quoi que des personnes puissent dire ou faire, nous sommes certains que l'association TECHNO+ n'a jamais fait autre chose que son boulot, à savoir de la REDUCTION DES RISQUES !!!! Accuser Techno+ en tant qu'association, c'est attaquer à la fois tout le concept de réduction des risques, de santé communautaire mais aussi la scène techno ! Nous laisserons à T+ le soins de communiquer et de se défendre mais qu'ils soient d'ores et déjà assurés de notre soutien TOTAL ET ENTIER! L'ensemble du mouvement techno, du public aux sons, des assos de réduction des risques aux artistes: SOLIDARITé !!!!!
Photos du journal
✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞FREE PARTY✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞ FIN DES NEGOCIATIONS POUR LE GOUVERNEMENT ? ✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞✞ En mai 2015, la sénatrice du Nord Marie-Christine Blandin interpellait le Ministre de l’Intérieur, par une question formelle, au sujet des free parties. Elle évoquait notamment l’inadaptation de la loi par rapport aux réalités des free et aux évolutions du mouvement. Cette, nuit, le Ministre de l’Intérieur, à peine nommé, lui fait une réponse qui nous laisse sans voix. http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ150516345 Si le ton du message n’est pas négatif et renvoie en tout premier lieu vers la concertation, au regard des manifestations et incidents des dernières semaines, celui-ci prend un sens particulièrement fort. En effet, la réponse du Ministre de l’Intérieur est principalement un rappel du cadre légal. Sur la fin seulement, il évoque le travail de concertation réalisé en 2016, notamment les outils méthodologiques. Cependant, les questions que posaient de la sénatrice Marie-Christine Blandin, comme celles que posent le sénateur Henri Cabanel et beaucoup d’entre nous, portent aussi sur l’évolution de ce cadre légal et de l’accompagnement de ces pratiques. C’est aussi la première des revendications des sound systems. Dans la réponse, il n’est fait aucune mention d’une quelconque réflexion en cours sur une évolution de ce cadre, ni du travail réalisé en interministériel. Comment comprendre cette réponse autrement que comme une fin de non-recevoir aux revendications des 15 000 personnes qui ont manifestés ce week-end en Bretagne et aux dizaines de milliers qui ont suivi les actions revendicatrices des collectifs, au 1er mai, au 15 aout ? Comment comprendre cette communication après les 5 blessés et les multiples saisies de ces dernières semaines dans l’Ouest de la France, après les perquisitions violente contre l’association de réduction des risques emblématique du milieu free party, Techno+ ? Le fait que cette réponse vienne plus d’un an et demi après la question, mais juste deux jours après la nomination du nouveau ministre renforce, de notre point de vue, son poids, d’autant plus que c’est la seule communication officielle sur ce sujet spécifique depuis 2014. Nous avons donc interpellé le cabinet du Premier ministre et les Ministère concernés (Intérieur, Culture, Jeunesse, Santé) pour savoir si cette réponse est la réponse officielle et définitive du nouveau gouvernement aux volontés de progrès des uns et des autres. Nous sommes dans l’attente d’une réponse officielle.
Photos du journal
le 18 mars 2017, ce sera le coup d'envoi du PRINTEMPS TECHNO. Une RaVOLUTION sonore. Les caissons dans la rue contre la répression! Bass Expression nous en dit un peu plus sur cette initiative lancée par le Collectif de la Fête Libre et qui commence à monter partout en France! http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=9430
Photos du journal
♡♡♡♡♡COMPIL ARTISTS IN ACTION 5//♡♡♡♡♡♡ ♡♡♡POUR LES FETES, FAITES-VOUS PLAISIR / OFFREZ UTILE & SOLIDAIRES♡♡♡♡ La nouvelle compilation Artists In Action vient de sortir. 71 tracks de bon son, en top qualité pour mixer sur vos façades...Un track list trop important pour tous les citer: Radiobomb, Basscave, Israel Toledo &Lathan, Le possee SP23 au complet, un son mortel d'Asphalt Piratres, Barouf, 3Phazegenerator... pour 8 euros, ou plus si vous voulez! https://artistsinaction.bandcamp.com/album/artists-in-action-5 Que du bon pour tes oreilles mais aussi dans ton âme! 100% des bénéfices sont reversés utilisés pour améliorer les conditions de vie des migrants dans les camps en Europe. https://www.facebook.com/ArtistsinAction33/ Et pour couper court à toute polémique: oui, c'est une compile pour soutenir les réfugiés, non, ils ne prennent pas le pain des sdf français, oui, on emmerde les racistes, les gens qui votent FN et tout ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur salon /// Ca c'est dit !
Photos du journal
►Restitution du son et du camion des VVF►►► ►► ► ►►►► ► ►►►►►►► Nouvelle victoire pour le Fond de soutien juridique aux Sound System. ►►►►►►►►►►►►►►►►►►►►►► Un camion contenant du matériel de sono appartenant au un des membres du son "VVF" avait été saisi à la sortie de la grosse soirée d'Halloween du sud de la France en 2015 ou le son était invité parmi une quinzaine d'autres orgas. Cette soirée illégale, qui avait réuni plus de 15 000 personnes et au suite à laquelle 3 personnes étaient décédées (une sur place, 2 sur le retour) était loin d'être une réussite en termes sanitaires et renvoie chacun d'entre nous à ses responsabilités en tant qu'organisateur ou participant. La prévention, la prudence, la solidarité doivent être la chose la plus importante quand on s'implique dans la Fête Libre. Mais la façon dont a agi la justice est encore plus mauvaise. En effet, le camion transportant quelques enceintes qui n'ont même pas toutes étés utilisées lors de la soirée est arrêté à la sortie de la manifestation, lors d'un contrôle "de routine". Les gendarmes découvrent le matériel de sono et le conducteur est emmené au la gendarmerie. Lors de l'audition, les choses se passent normalement. Le matériel a effectivement été amené sur site, mais la personne arrêtée est tout sauf un organisateur. Le matériel et le camion sont saisis temporairement en attendant une décision du juge. Sauf que.... le procureur, la loi, il n'en a pas grand-chose à faire. Donc au bout de quelques mois, comme rien ne permet d'accuser la personne arrêtée et qu'il n'y a eu aucune enquête pour chercher d'autres organisateurs, il décide de se venger avec les moyens du bord. Les moyens du bord ? Il ordonne la destruction du son et du camion perso de cette personne, sans aucun jugement, sans base juridique, juste pour donner une leçon..... Evidemment, le fond de soutien juridique aux sound systems est mis au courant et notre avocat s'empare de l'affaire. Une opposition est formulée et l'affaire se retrouve devant un vrai juge, qui prononce la restitution immédiate du matériel. Cette affaire est vraiment révélatrice de ce qu'il cloche avec les free parties. Il aurait été logique qu'une enquête ait lieu après cette soirée. 15 000 personnes sans déclaration, des décès....on pourrait comprendre que la justice cherche à comprendre ce qui s’est passé. Mais rien D'un autre côté, on attrape un gars qui passe par là avec 3 enceintes, et comme ça, un peu par vengeance, un peu au hasard, sans procès, on proposer de lui concasser son camion et ses enceintes....en mode shérif du far west... Comment accepter ce genre de comportement, comment reconnaitre une justice et des institutions qui agissent avec tant de violence et hors de tout cadre légal. Dans le bras de fer qui oppose la Fête Libre à l'état, il est temps que le dialogue prime sur la violence et le mépris. ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Si vous soutenez l'action du fond de soutien et que vous voulez nous donner les moyens de continuer à aider les sound systems, passez sur cette page et lâchez quelques euros: https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
❄ ❄ ❄ ❄❄❄ ❄❄❄❄ ❄ ❄❄JOYEUSES FETES (LIBRES) A TOUS! ❄❄ ❄❄ ❄❄ ❄❄❄❄ ❄❄❄❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄❄❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄ Prenez soins de vous, de vos amis et de vos familles ! ❄❄ ❄ ❄❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄❄ On se retrouve début 2017, sauf actu bouillante. Le début de l'année sera hot, avec le passage en cassation pour les Marmoteks et plein de grosses grosses nouvelles a vous annoncer ! ❄❄ ❄ ❄❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄❄ ❄❄ ❄ ❄❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄❄ ❄ ❄❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄❄ ❄❄ ❄ ❄❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄❄ ❄ ❄ ❄❄
Photos du journal
☠ ☮ ☯ BONNE ANNÉE 2017 ☠ ☮ ☯ ☠ ☮ ☯☠ ☮ ☯☠ ☮ ☯☠ ☮ ☯☠ ☮ ☯☠ Freeform vous offre ses meilleurs vœux pour cette année 2017 qui commence ! On ne va pas parler de 2016, c’est mal de parler dans le dos des morts, surtout quand tout le monde est d’accord pour dire que qu’ils ne nous manqueront pas. Mais l’adversité ne nous abat pas, au contraire, elle nous donne la force d’avancer toujours ! On attaque cette nouvelle année bille en tête et full power avec une actu pleine balle ! Ca démarre sur les chapeaux de roues avec dès le 4 janvier le jugement de la cour de cassation suite à la saisie des Marmoteks en 2015. On attend une bonne nouvelle pour le son, mais peut être aussi pour toute la scène free party si le juge leur donne raison ! Le projet Freeform va aussi rebondir avec l’ouverture d’un « centre infos-ressources » au service de la fête libre. Nouveau bureau, nouvelles têtes dans l’équipe…on vous explique ça dans quelques jours ! De grosses dates à venir dès le début 2017 avec la journée de manifs nationales le 18 mars, une nouvelle rencontre des sons français début avril, un beau projet dans l’Aude et un max de choses partout en France. A tous ceux qui posent, à tous ceux qui vivent et font vivre la fête libre, nous souhaitons une année pleine de beaux projets, de réussite et d’amour !! ☠ ☮ ☯☠ ☮ ☯☠ ☮ ☯
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
☠☠☠☠☠19/01 SAISIE MARMOTEK CONFIRMEE PAR LA COUR DE CASSATION !☠☠☠☠☠☠ La nouvelle est tombée hier en fin d’après-midi. Le recours en contre la saisie définitive des Marmoteks est rejeté par la cour de cassation. La volonté de la justice de détruire le matériel des Marmots reste intact et tous, du tribunal local à la plus haute juridiction française restent soudés pour appliquer cette loi inique. Les mots de la cour de cassation sont assez étonnants, voir irresponsables pour la plus haute juridiction française. En effet, nous demandions au juge de se prononcer sur LA question importante, à savoir : quand la loi dit-elle que la déclaration en préfecture est obligatoire et qu’est-ce qui détermine si le terrain choisi par sa configuration ou l’absence d’aménagement présente des risques pour les participants. Quels sont les critères objectifs pour les aménagements de sécurité obligatoires? En l’espèce, la cour de cassation rappel les faits : une soirée ou sont dénombrés 700 participants. Elle confirme la présence d’un poste de secours avec 2 secouristes bénévoles, un lit pour se reposer, une trousse de secours et des extincteurs. 2 WC et un point d’eau sont installés sur site, un axe rouge est réservé pour l’accès des pompiers en cas de besoin. Mais la cour de cassation, au lieu de juger sur le droit comme elle est censée le faire, juge sur les faits : elle considère que ce dispositif est INDENIABLEMENT insuffisant. INDENIABLEMENT devient donc une notion de droit. Aucun critère de référence, aucune loi ou circulaire qui dise combien de secouristes ou de lits…juste l’estimation INDENIABLE d’un juge à la cour de cassation que c’est insuffisant… C’est d’autant plus inadmissible que la loi dit que jusqu’à 500 personnes, aucun dispositif ni aucune déclaration ne sont nécessaires…puis en passant à 700 et malgré tout ce qui est installé, c’est INDENIABLE que c’est insuffisant. Comment un organisateur pouvait-il le savoir ? Il y a-t’il un guide, un texte qui précise les choses. Non, rien, mais ce n’est pas grave, la cour de cassation elle, elle sait ce qu’il faut comme secouristes… Ce jugement n’est pas acceptable ! Nous attendons le retour des Marmoteks mais de notre côté, il nous semble important de continuer le combat. Après avoir épuisé tous les recours possibles de la loi française, il reste la seule possibilité de se tourner vers la COUR EUROPENNE DES DROITS DE L’HOMME, non plus simplement pour défendre les Marmoteks, mais pour attaquer cette loi infâme ! Parfois saisis, jamais soumis, la fête libre ne se laissera pas faire ! Du côté de Freeform, à notre manière et surtout grâce au soutien que tous, sound systems et public, vous apportez au FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE, on ne lâche rien !!! PS : un autre point mérite attention dans l’arrêt de la cour de cassation (lire ci- après) qui explique que toute personne saisie est fondée à demander la restitution de son matériel dans les 6 mois. L’avocat du fond de soutien juridique va devoir tester pour comprendre dans quel sens les juridictions locales interprètent l’arrêt sur ce point mais c’est peut être le point positif de ce dossier. RePS : nous ne pouvons que nous étonner du fait que OUEST FRANCE ai eu le texte du jugement avant même les avocats des Marmoteks. Le parquet était-il impatient de communiquer sur cette victoire au point d’outrepasser la déontologie ? Qu’il se rassure, cela ne fait que renforcer notre motivation !
Photos du journal
FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE DES SOUND SYSTEMS ☮☠ ☮TOTAL DES DONS 2016 : 30 000 EUROS☠ ☮☠ ☠ ☮☠ BRAVO A TOUS POUR VOTRE SOLIDARITE☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ ☠ ☮☠ L’année 2016 nous a montré le plus bel exemple de solidarité pour la FETE LIBRE depuis très longtemps. En effet, vous avez donné plus de 30 000 euros lors de collectes organisées dans les soirées et sur Lepotcommun.fr. Très difficile de faire un détail de toutes les occasions ou vous avez donné, mais un big up aux collectif du sud qui se sont bougés et qui, pièces après pièces ont réuni plus de 10000€ en solidarité avec leurs collègues qui en faisaient autant partout en France, les sons d'Ile de France, les Bretons, la Charente... L’appel sur le Pot Commun a généré plus de 7000€ Le budget d’avocats du fond pour 2016 se monte à plus de 20 000 € (100% en frais juridiques. 0€ de frais de gestion). Avec cette somme, pas mal de sons français ont pu récupérer leur matériel. Demain encore, l’avocat défend un membre des 4-1 à qui on menace de saisir camion perso, son PC et son sound system pour une soirée de 200 personnes sans aucune nuisance. Ce qu’on lui reproche ? Un budget de 200€ réalisé avec la donation pour payer le groupe et l’essence….ce serait une « activité professionnelle dissimulée » avec travail au noir. Pendant ce temps-là, Bouygues emploie des centaines de travailleurs clandestin dans les travaux du métro parisien et ne paie que 5 000 euros d’amendes … et personne ne vient saisir son yacht de milliardaires ! C’est pour lutter contre ces injustices et défendre tout le monde que ce fond existe. C’est grâce à vous tous, sound systems et donateurs que nous pouvons, jours après jours, nous tenir auprès de sons ! L’année 2017 sera aussi celle du gros chantier qui va porter le débat à un autre niveau. Dans le dossier Marmotek, la défaite à la cour de cassation nous ouvre la voie pour la juridiction la plus haute en Europe, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Nous allons pouvoir discuter non plus de telle ou telle soirée, mais de cette loi, de son côté violent et discriminatoire ! A suivre de près ! Grâce à vous tous la scène, la techno dispo d’armes pour se défendre et faire jeu égal avec les plus forts…et avec les temps troublés que les politiques nous préparent, vous pouvez être sûrs que ça sera nécessaire ! UNITY IS THE TEKNO WAY https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr ☠ ☮
Photos du journal
Relaxe des 4-1 Soundsystem. Les Catins Soundsystem ont été jugé suite à une soirée organisée le 17/10/2015. Menacés de saisie, on les accusait de travail dissimulé pour avoir perçu une donation d’environ deux cents euros lors d’une soirée n’excédant pas les deux cent personnes!! Le jugement a été rendu aujourd’hui, 24 jan. 2017. Verdict : RELAXE du prévenu, RESTITUTION de la sono. Une belle victoire rendue possible grâce du Fond De Soutien. Merci à tous !!
Photos du journal
FREEFORM ouvre un lieu dédié à la Fête libre : L’INFRA-BASE situé dans le quartier des minimes à TOULOUSE. L’INFRA-BASE sera un lieu de partage, de conseil et de médiation autour de la fête libre ouvert en journée à partir de mi-février si tout va bien. Ce sera le vôtre, acteurs de la scène free party. • Info-ressources pour les organisateurs • Un studio de mix pour les Djs • Des conseils • Un espace de réunion • Plein d’autres choses à inventer ensemble…. Le lieu que nous récupérons est un ancien studio qu’il faut repeindre et arranger un peu. Nous lançons donc un appel pour un coup de main, quelques heures de votre temps pour voir se créer un lieu unique en France. Nous investirons les lieux début février et cherchons : > des bénévoles pour aider L’INFRA-BASE à prendre forme (petits travaux pour se réapproprier l’espace de type peinture, pose de linoleum,…). > des dons en matériels pour équiper le lieu (bureautique, informatique, petit électroménager,…). On publiera une liste des choses dont on aurait besoin au plus vite. Nous comptons sur vous ! Journées de travaux dans L’INFRA-BASE : jeudi 2 et vendredi 3 février. Si vous êtes motivés pour nous aider, MP sur notre page FB (assofreeform) ou un petit sms au 06 74 53 40 43 et on vous rappelle !
Photos du journal
Pour le studio-mix de l'INFRABASE, nous cherchons à acheter une paire de platines et une table de mixage. Nous avons un budget de 500 à 700 euros. Si vous avez envie de faire une bonne action pour la collectivité et booster votre karma, nous sommes preneurs de petits prix. Vous avez une MK2 qui dort depuis 5 ans dans votre salon, une DJ7 de chez Freevox que personne ne caresse et qui s'ennuie ? Une paire de numark qui va bien ? On est preneur ! MP sur la page de l'asso pour nous contacter :-)
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖ ✖✖ALERTE SAISIES NIVEAU ROUGE✖✖ ✖✖✖✖MARS à JUIN 2017✖✖✖✖✖ ✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖✖ Comme en novembre 2015, nous relançons une alerte saisies niveau rouge... pour les mêmes raisons: nous entrons dans une période d'élections. Présidentielles et législatives vont s'enchainer et nous le voyons déjà depuis quelques semaines, les forces de l'ordre vont être de plus en plus présentes. Ils vont y être quasiment obligés par les politiques en campagne, surtout les députés. S'ils laissent faire une teuf, s'il y a un seul problème ils seront traités de laxistes et d'irresponsable par les candidats de "droite". D'un autre côté, il ne ne devrait pas y avoir trop de brutalité car s'ils tapent sur des djeuns, ça criera aux violences policières dans les médias du côté gauche. Avec le FN au milieu pour jeter de l'huile sur le feu, surtout pendant les législatives qui sont des élections locales, ça va être compliqué tout ça.... Nous prévoyons donc une recrudescence de saisies administratives du dimanche/lundi, probablement sans violence mais tout autant inacceptables! Si vous avez prévu de poser dans cette période, essayez à ne pas dépasser le seuil de 500, réduisez les nuisances sonores et gérez bien vos teufs. Allez au contact des forces de l'ordre et échangez avec eux sur votre soirée, comment ça va se passer et surtout ce que vous avez prévus pour les secours et l'heure de fin. Expliquez, rassurez. Ca va durer 3 mois environ (après les législatives) puis on verra, en fonction de ce que nous aurons réservé les élections, à quel niveau d'alerte on sera pour les 5 années à venir.... C'est pas gagné, mais on reste à vos côtés!
Photos du journal
//// STUDIO IN PROGRESSSSSSSSSSSSSSSSSSSS Platines Technics MK2 SL1200, table A-MIX RMC35, une paire de monitoring M-AUDIO... manque plus que les câbles et on va pouvoir faire les premiers tests :-) Merci à Sam - Artkaid pour le soutien !! Bientôt on line !
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
►►SAMEDI 18 MARS - MANIFESTIVES◄◄✖ Grosse journée de revendication pour les sound systems! DEFENSE DE LA FETE LIBRE La mobilisation grandit de jour en jour pour les manifestives du 18/3. La liste des villes se rallonge: Toulouse, Nantes, Paris, Marseille, Clermont, Lyon et Strasbourg!! Le soutien s'étend aussi au niveau international, avec une manif à BERLIN et MONTREAL Pour l'instant, 110 sound systems se sont délcarés présents sur ces manifs. Une belle liste de gens motivés et solidaires! ►►►LISTE SONS MANIFESTIVES NATIONALE ◄◄◄ ✖ 100Prise de tek ✖ 109 hysterique ✖ Adrénakore ✖ Adre'nofil ✖ AJT ✖ Alpha Squadron ✖ Animaltek ✖ Anonymes 09 ✖ ArtChampThé ✖ Artkaid ✖ Asylum factory ✖ ATM ✖ Baba Punk Monsters ✖ Bass Creatures ✖ Bassatelik ✖ Beausniaq ✖ Bratatek ✖ BTP ✖ BTS ✖ BTTK ✖ Camikaze ✖ Capsule corp ✖ Coalition Résistance Centre ✖ Co-Incidences ✖ Conkrete MTL ✖ Cosmic Company ✖ DFC ✖ DIB MTL ✖ Dirty Crooks ✖ DirtyCake ✖ Disconnet ✖ D'Mouniac ✖ Dominotek ✖ Dub Sharin Records ✖ DubUrMind ✖ Dup'tek ✖ Easy tek ✖ Electrocution ✖ Elygmatek ✖ Fantasmagorik ✖ FGP ✖ FoXakiff ✖ Freek6tm ✖ Groovy Fuckers ✖ Groseille ✖ Hache du son ✖ Holytek ✖ Horizon Vertical ✖ Horrorcore ✖ Ilogik ✖ Inconito ✖ Jumotek ✖ K6tem ✖ Kartel ✖ Keep smiling ✖ Kick-i-poz ✖ Krapultek ✖ La Réunion MTL (Le Salon Publique) ✖ Leschgros6tm ✖ Machine Mosh Pit ✖ Marmotek ✖ Martopitek ✖ Masknwar45 ✖ Maz'o'tek ✖ Mess With The Best ✖ MG3S ✖ Mobil'Dick ✖ Mongol tribe ✖ Montréal Drum & Bass Collective ✖ Music Flips ✖ Musik Me Luv ✖ MVW ✖ Mysticall (MCV) ✖ MZK ✖ Narkoceptik ✖ Nobassnofun - NBNF ✖ Nosteam Sound 6stm ✖ O2R ✖ Opak Jokers ✖ Parazik ✖ Paté d'tek ✖ POH ✖ PPS ✖ R-1-T ✖ R2Rêves Family ✖ RaveAge ✖ Rave-voltés ✖ RHT ✖ Sens inverse ✖ Sismik ✖ Soirées DEEP ✖ SPACECHOP ✖ Speakeasy Electro Swing Montreal ✖ Spécimen ✖ Strangers At Home ✖ Sub Anarchy ✖ Syndrome Actif ✖ Tartine sonore ✖ TBS ✖ Tekmanta ✖ Tekmanta ✖ Teknovores ✖ The Turtle Krew ✖ Thunder tek ✖ Tout en Kamion ✖ Trash Family ✖ Unglorious Basstards ✖ Venin 6tem ✖ Venin6tm ✖ Waktp ✖ XC6FF ✖ ✖ ✖ Si vous êtes un son et que vous avez prévus d'être présents sur la manifs, lâchez nous un mp qu'on vous rajoute :-) Toutes les infos villes par villes ici Liens vers les pages événements de chaque ville: PARIS https://www.facebook.com/events/1412229692194868/ TOULOUSE: https://www.facebook.com/events/1854666764809225/ NANTES: https://www.facebook.com/events/417720588566827/ MARSEILLE: https://www.facebook.com/events/1211287418953265/ LYON: https://www.facebook.com/events/339569689776743/ CLERMONT-FERRAND: https://www.facebook.com/events/1830540833885390/ STRASBOURG: https://www.facebook.com/events/234503303678781/ MONTRÉAL (CANADA): https://www.facebook.com/events/273007249797456/ BERLIN (ALLEMAGNE): https://www.facebook.com/events/1069454866515584/ Rappel du texte de l'appel: 18/03/2017 DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! RENDEZ-VOUS LE 18/03 A CLERMONT-FERRAND, NANTES, TOULOUSE, STRASBOURG, PARIS, LYON et MARSEILLE (pour la France). Mais aussi à MONTRÉAL et BERLIN! Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation soutenu à l'international et qui s’élève dans toute la France pour défendre la Fête Libre. A MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, STRASBOURG, NANTES, CLERMONT-FERRAND, LYON, MONTRÉAL, BERLIN retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, sound systems, DJs, livers, décorateurs, performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants • Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage ! Vous êtes un son, une asso concernée par la fête libre et vous voulez soutenir cet appel, participer à la manif ou faire un char, envoyez-nous un mail à cette adresse : manifestive2017@gmail.com ou en mp sur cette page
Photos du journal
Encore une VICTOIRE pour le FOND DE SOUTIEN JURIDIQUE DES SOUND SYSTEMS!!! Dans le dossier Marine Harvest ou étaient saisis le matériel des sons TABASS/BPM/STRAKELLIK, le juge ordonne la restitution du matériel. Rappel des faits ici: https://www.basstek.fr/lorganisatrice-presumee-de-la-rave-party-de-poullaouen-qui-sest-deroulee-dans-la-nuit-de-samedi-a-dimanche-a-ete-placee-en-garde-a-vue/ Encore une fois, cette loi injuste est renvoyée dans les cordes! Fête libre 1 - Marianni 0
Photos du journal
Le Trax du mois de mars est très politique et très free party! La lettre ouverte des sound systems organisant les manifestives aux élus et candidats, une interview croisée sur la répression et la position du candidat Benoit Hamon sur la techno en général et les free en particulier....et une petite fiction sur l'impact qu'aurait le FN sur la culture techno s'il arrivait au pouvoir. Samedi dans les kiosques !
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
#leçon de solidarité, level 1000 !!! Le 07/03, les Electrocution/Peufratek récupèrent leur matos saisis début 2016 dans une soirée ou ils n’étaient même pas 500, sans aucun incident a part des nuisances sonores. Condamnés en première instance, ils font appel au fond de soutien pour avoir un coup de main qui leur met un avocat à disposition ! Ils récupèrent leur matos en appel ! Toute une façade, pour plus de 20 000 euros saisie injustement qui rentre à la maison, c’est bon ! Le 07/03, le fond de soutien reçoit un don de 2200 euros, fruit d’une collecte organisée par des collectif d’Ile de France . Merci aux Dubeatatif, HTF et Adrenofil pour avoir coordonné tout ça …Big up aux Alkemist, MAkB, C_kore, Damage Kore, Easy Tek, GS Crew, Ishebeltek, Margantak, Fantasmagorik, Martopitek, NRV, Ninjatek Alcatraz, Psartek, PDF, Rek, Dup tek, Maz’o’tk, SKD, POH, Veksor, THC, SKMD, Forcené, Teknophage, Saucis’son, Zingués pour avoir mis la main à la pate ! Quelle belle assembly ! Les uns soutiennent les autres, sans rien demander en retour, et quand la roue tournera, on sait que ça se passera dans l’autre sens avec autant de talent ! BRAVO A TOUS, vive la fête libre 
Photos du journal
▲▽▲COMMUNIQUÉ DE PRESSE DES COLLECTIFS TECHNO▲▽▲ ▲▽▲MANIFESTIVES SAMEDI 18/03▲▽▲ FAITES TOURNER - SI VOUS CONNAISSEZ DES GENS DANS LA PRESSE, ENVOYEZ LEUR ▲▽▲▲▽▲▲▽▲▲▽▲▲▽▲▲▽▲▲▽▲ https://www.facebook.com/groups/manifestive18mars2017/?fref=nf
Photos du journal
Parce que Freeform est basé Toulouse, petit message spécial pour les amis du Sud-Ouest ▄▀▄▀▄▀▄ ٠•●► MANIFESTIVE DU 18/03/2017 ▄▀▄▀▄▀▄ ٠•●► ▄▀▄▀▄▀▄ ٠•●► INFOS TOULOUSE ▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄ ٠•●► Rendez-vous à partir de 13H, atelier banderoles (Cours Dillon, Parking Tisséo) Départ à 14H, Cours Dillon, côté Pont Neuf Fin 18H au Grand Rond ► DANSONS DANS LA RUE POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION ! ► Le 18 mars, c’est le printemps techno, un mouvement de protestation qui s’élève de tout la France pour défendre la Fête Libre. ► A CLERMONT-FERRAND, MARSEILLE, PARIS, TOULOUSE, NANTES, LYON, STRASBOURG, MONTREAL, DRESDE, BERLIN, retrouvons-nous pour faire entendre notre ras-le-bol de la répression. Amateurs de techno, Sound Systems, DJs, Livers, Décorateurs, Performers… tous unis derrière les chars des sons qui défileront ce jour-là. ► Nous demandons l’abrogation des lois discriminatoires et l’arrêt de la répression que nous vivons tous les week-ends ! ►► Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani ►► Arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants ►► Possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes ►► Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. ►► Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car « NOUS » sommes responsables ! ► Pour vivre heureux, arrêtons de vivre cachés ! Unis, dans la rue pour défendre mais aussi faire découvrir au public ce qui nous fait vibrer. Le 18 Mars, nous irons à la rencontre de la population et des médias pour partager notre motivation et notre vision de la culture, de la solidarité et du partage !
Photos du journal
▲▽▲MANIFESTIVE POINTS DE RENDEZ-VOUS VILLE PAR VILLE▲▽▲ Lieu et horaire: Toulouse - 14h Cours Dillon Marseille - 14h Place Felix Barret Paris - 13h Place Denfert Dochereau Clermont - 13h place Delille Strasbourg - 14h Place de l'Université Lyon - 14h30 Place Bellecour Nantes - 14h préfecture/Quai Ceineray https://www.facebook.com/groups/manifestive18mars2017/ FAITES TOURNER ! :)
Photos du journal
۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩ Les manifs nationales vues par Freeform ۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩.. ..۩۩۩ ۩. Grosse et belle affluence pour les manifestations partout à travers la France. De notre côté, on compte plus de 25 000 personnes. Paris 8000, à Marseille 2000, à Nantes et Toulouse 7000, à Clermont et à Strasbourg près de 1000, un peu plus de 3000 à Lyon ! On a été vraiment impressionné par la motivation des collectifs, les moyens déployés, les banderoles énormes sur les camions, la compétition de slogans tous plus déter(minés) les uns que les autres !! Niveau orga aussi, rien à dire, pas un poil de travers, horaires respectés, itinéraires bien gérés et nettoyage sur le passage de la manif. Même du côté de la police/mairies, des retours positifs et le fait que le ménage soit fait derrière la manif a été apprécié par tous ! Bien sur quelques galères, des micros pas opé, des camions en panne la veille au soir, des embrayages qui lâchent sur le trajet…mais ça n’a pas empêché les gens d’être là et à part la neige, pas grand-chose n’aurait pu vous arrêter ! ☼ ☀ ☁ ☂ On a bien vu que les sons sont quasi des pros de l’orga d’événements public, à leur façon, souvent dans le rush, parfois dans le bordel, mais toujours opés et avec talent ! Bravo à tous ! Un beau point qu’on remarque aussi, même si ça peut paraître bizarre à certain : il y avait plus de monde sur les manifs que sur les teufs qui ont eu lieu après !! Pour nous c’est clairement le signe que les gens sont conscients qu’il faut défendre la fête libre, qu’ils étaient là pour défiler, dans la joie et en dansant, mais pour une bonne raison, plus importante même que de faire la fête la chouille le soir. On ne peut que regretter qu’une des teufs se soit terminée en saisie dans le 77. Même si, à la finale, il n’y a eu que très peu de matériel de saisi, ça ne fait que renforcer le sens de la manif et la motivation pour la suite. Un big up aussi à nos copains à Montréal, en Allemagne et même aux ÂmeSon qui ont fait raisonner leur soutien en direct de Ouarzazate au Maroc…rien ne peut arrêter les tribes quand elles sont unies ! Les sons et le public ont envoyé un message clair aux politiques de tout poil et pour l’instant, à part Hamon qui a donné sa position dans le dernier TRAX, la lettre aux politiques n’a pas eu beaucoup de réponses ! C’est assez dommage, surtout que le traditionnel teknival du 1er mai se situe juste entre les deux tours cette année. On peut deviner que ce sera l’occasion pour les sons de se rappeler à leur souvenir de manière encore plus claire si rien ne vient d’ici là ! D'ici là, ne lâchez rien, vous êtes magnifiques !
Photos du journal
Local aménagé; platines vinyles branchées; on fait quelques tests... Préparez les microsillons, la cabines DJs va bientôt être prête à vous accueillir et diffuser vos mixs en direct! L'Infrabase est dans la place!
Photos du journal
Restitution pour la saisie d'avril 2016 des AKD-MIX ! En avril 2016 (et non pas 2015 comme on l'a écrit sur la photo...), alors qu'ils organisent une soirée de moins de 500 personnes sur terrain privé avec autorisation, les AKD-MIX se font saisir des platines, une table et des amplis. Le motif de la saisie est un tapage nocturne, certains voisins ayant étés dérangés par le son. Les AKD-MIX demandent alors l'aide du fond de soutien juridique car, s'ils reconnaissent qu'ils ont peut être abusé au niveau du volume, ils avaient pris toutes les précautions pour que la fête se passe bien...et une sanction aussi violente que la saisie de plusieurs milliers d'euros de matériel n'est pas justifiée! Hier, le juge et même le procureur ont étés du même avis et ont ordonnés la restitution du matériel. Reste une amende de 80€ pour le tapage et 1€ symbolique de dommages et intérêts pour une personne qui avait déposé plainte. Encore une fois, qu'un sound system prenne une amende car il a cassé les oreilles d'un voisin, pourquoi pas, si c'est mérité, mais nous ne pouvons pas accepter que le simple tapage, constaté à l'oreille et sans aucun critère objectif serve comme base pour une saisie qui a autant de conséquences financières et morales! PS: toujours aussi mauvais chez @[1482807815320521:274:Freeform]....avril 2016 la saisie, pas 2015.... Pour que permettre que le FOND DE SOUTIEN reste actif, le pot commun attend toujours vos dons ici: https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
☮LE 1er AVRIL, FREEFORM A FAIT UN RÊVE ---UN RÊVE EN FORME DE POISSON ---- MAIS PAS SEULEMENT ---UN RÊVE D'UN MONDE OU LES GENS POURRAIENT SE PARLER ET CONSTRUIRE ENSEMBLE PLUTÔT QUE TOUJOURS DEVOIR SE BATTRE POUR DÉFENDRE CETTE CULTURE ----pour ceux qui ne l'ont pas lu, on vous laisse découvrir ce texte et on en reparle dans la semaine! BON DIMANCHE À TOUS ☮☮☮☮☮☮Grande victoire pour la fête libre ! ☮☮☮☮☮ ☮☮☮☮☮Les teufs enfin reconnues en France ☮☮☮☮☮☮☮☮☮ Après 4 ans de négociations intenses, les collectifs techno viennent de trouver un accord avec le gouvernement qui annonce un grand plan free party en 4 parties ! 1 : La loi Marianni est abandonnée, les saisies de sound systems deviennent hors la loi. Les collectifs seront toujours sanctionnés s’ils abandonnent des déchets ou s’ils dégradent un site, mais fini les saisies de matériel. 2 : Sur le modèle des aires d’accueil des gens du voyage, un lieu sera aménagé sur chaque commune avec accès libre et gratuit sur simple demande des organisateurs. Les sites seront répertoriés en fonction de la taille et du nombre de KW qui pourront être utilisés, du petit calage pour 50 personnes aux manifestations de 5 ou 10 000 personnes. Les organisateurs pourront choisir un site et remplir une demande au moins 15 jours avant la manifestation, en fonction de leur projet. Une première liste de 1 000 sites sera dévoilé dans les semaines à venir ! 3 : Un décret sera pris qui permettra aux organisateurs motivés d’utiliser des sites industriels inutilisés. A partir du moment où une demande d’utilisation sera déposée en mairie, les pouvoirs publics auront un mois pour répondre à cette demande. Tout refus devra être argumenté par un dossier expliquant les raisons pour lequel le site n’est pas utilisable. Le refus sera examiné par un groupe de spécialistes issus des collectifs techno qui pourront proposer des solutions alternatives. 4 : Dans chaque département, un stock de matériel mutualisé sera mis à disposition des collectifs techno. Toilettes sèches, talkies, rampes de robinet d’eau potables… Ce matériel sera financé par le ministère de Culture mais ce sera aux collectifs techno de s’occuper de le fabriquer, le conserver en état et d’en gérer l’utilisation a précisé le ministre de la Culture qui s’engage à mettre le dispositif en place pour le début mai 2017 ! Pour les collectifs qui souhaiteraient continuer à organiser des fêtes sans demander d'autorisation, les sanctions ne pourront être prises qu'en cas de dégradation ou d'accident, mais si tout se passe bien, la plus grande tolérance devra être la règle. Après la signature de cet accord, les collectifs techno et les représentants des collectifs techno et le Premier Ministre se sont quittés sur une poignée de main franche et un petit mot d’humour : « Sans rancune, on se voit au tekos ! »
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
On à même déjà notre Dj fantôme Ombre du visu à travers la glace///
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Da fat jack !
Photos du journal
Connecting people...dans la salle de réunion!
Photos du journal
Merci à @[100007054713171:2048:Dimitri Delatour] et @[100008898182904:2048:Sammas Akd] pour les coups de main...studio opérationne!
Photos du journal
L'infrabase au sous-sol, Sozinho et le QG à l'étage, le combo qui va bien !
Photos du journal
A noter sur vos agendas: Samedi prochain, journée portes ouvertes à l'Infrabase. Amenez vos disques et votre curiosité, il y en aura pour tous les goûts! https://www.facebook.com/events/1535382119819219/
Photos du journal
ELECTIONS PRESIDENTIELLES, LE POINT DE VUE DE FREEFORM Après avoir longuement hésité à se prononcer sur ce qui occupe en ce moment la tête d’une grande partie des gens en France, Freeform vous livre son état d’esprit sur les élections en cours. Merci de lire ce message jusqu'au bout avant de réagir :-) VOTER OU NE PAS VOTER ? Certains d’entre nous irons voter, d’autres non, pour nous toutes les positions sont respectables. Nous pensons que c’est aux politiques de donner envie aux citoyens d’aller leur donner leurs voix. Si un électeur par trop de fois trompé ne veut plus accorder sa confiance à quiconque, c’est son choix. Mais si vous vous reconnaissez dans ce que présente un candidat, alors bougez vos fesses dimanche prochain. Lisez les programmes, renseignez- vous et si vous n’y allez pas, faites-le en pleine conscience, pas par flemme ! POUR QUI VOTER ? Nous n’avons pas à vous dire pour qui voter. Les enjeux d’une élection présidentielle dépassent ceux d’un mouvement culturel, mais clairement, la politique mise en place par le/la prochain(e) président(e) aura un impact sur notre culture. Chacun est libre de ses choix, mais si vous vivez pleinement les valeurs de la fête libre, certains programmes devraient vous paraitre pour le moins…incompatibles. POUR QUI NOUS NE VOTERONS PAS ? Dans l’équipe Freeform, nous avons des sensibilités différentes, des points de vue parfois en conflit, mais s’il y a une chose certaine pour nous tous, c’est que personne ne votera pour Marine LE PEN. Et si notre position peut avoir une importance pour vous, nous appelons tous les acteurs de la fête libre à faire de même. POURQUOI NOUS APPELONS LES GENS A NE PAS VOTER LE PEN ? NOUS SOMMES CONTRE LA FERMETURE DES FRONTIERES ET LA SUPPRESSION DU DROIT DU SOL. Les fondateurs du mouvement venaient de partout en Europe, ils ont voyagé sans se soucier des frontières. Les collectifs continuent de porter ces valeurs de liberté de circulation, certains s’arrêtent un moment dans un pays pour y vivre et échanger, c’est un droit et chacun doit pouvoir bénéficier des mêmes droits que tout citoyen. Celui de voter, celui d’avoir accès à la santé, à l’éducation pour ses enfants. Naitre en France et y vivre est suffisant pour être français. Il n’y a pas de droit du sang ni de race qui tienne ! Et nous ne renoncerons pas a tout ça par peur de quelques illuminés veulent tout faire exploser, nous sommes plus forts qu'eux et ni les guerres, ni les épreuves n'ont fait fermer nos frontières, cela ne doit pas changer. NOUS SOMMES CONTRE UNE POLITIQUE DU TOUT SECURITAIRE ET LE SURARMEMENT DE LA POLICE. Oui les forces de l’ordre sont utiles parfois, oui, on ne peut pas laisser la loi du plus fort diriger le monde et nous même, parfois, nous avons besoin de nous faire recadrer. Mais l’escalade de l’armement, de la répression ne sert à rien à part à énerver les gens et à créer de la violence. Treillis, tasers, flash ball et fusils automatiques ne pourront jamais remplacer le dialogue et le respect mutuel ! Il y a déjà tellement de répression contre les free parties que voter pour quelqu’un qui en rajoutera une dose serait suicidaire ! NOUS PENSONS QUE L’IMMIGRATION ET LE METISSAGE SONT UNE CHANCE POUR L’HUMANITE. Effectivement, nous vivons une crise. Oui les politiques sont de plus en plus corrompus et les riches de plus en plus riches, mais ce n’est pas en tapant sur les étrangers que vous y changerez quelque chose. S’il y a un ennemi commun, c’est ceux qui trouvent normal d’accumuler des milliards quand vous bossez pour un smic, pas ceux qui fuient les bombes, la torture ou simplement la pauvreté pour venir refaire leur vie à l’abri ! La techno, notre musique, crée par des noirs dans les clubs gays des USA, mélange de musique africaine et de sonorités allemandes, expédiées en Angleterre puis chassée avec ses camions a débarqué en Europe, voyagé jusqu’à Goa et au Japon pour nous revenir remixée et plus belle. Métissée ! NOUS PENSONS QUE LA LUTTE CONTRE LA DROGUE ET LA CRIMINALISATION DES USAGERS QUE VEUT LE PEN SONT UNE ERREUR ET UN DANGER. Pour LEPEN, un fumeur de joint est un criminel qui doit être condamné. Nous pensons qu’il faut dépénaliser, que la législation routière doit s’aligner sur ce qui est fait pour l’alcool, avec un seuil et des règles simples et logiques. Nous sommes contre la tolérance 0, pour la réduction des risques, les salles de shoot et le soutien aux personnes dépendantes, pas pour leur enfermement ! POUR TOUTES CES RAISONS ET POUR UN MILLIER D’AUTRES, SI VOUS AIMEZ LA FETE LIBRE, NE VOTEZ PAS LE PEN.
Photos du journal
TRIBUNE : 1er MAI 2K17, UN TEKNIVAL EN FORME DE BILAN ? (Texte un peu long avec plein de mots dedans:-) ) LE TEKNIVAL, UN MOMENT FESTIF AUTANT QU’UN OUTIL POLITIQUE POUR LA SCÈNE FREE. 24 ans… en presque un quart de siècle le teknival est devenu petit à petit le symbole d’une scène free party et de son rapport de force avec l’état. Il est passé par différentes périodes. Importé par des anglais chassés par le gouvernement ultra-conservateur de Margaret Thatcher, il porte en lui les germes de la contestation et cristallise au début des années 2000 toutes les tensions imaginables. Ingérable et ingéré à la fin des années 90, il deviendra une monnaie d’échange entre le mouvement et le gouvernement après le passage de la loi Marianni en 2002. Le teknival du 1er mai et du 15 aout deviennent légaux et les sound systems acceptent de rentrer dans le cadre proposé par Nicolas Sarkozy en échange de l’augmentation du seuil maximum pour une free non déclarée. On passe alors de 250 à 500 personnes. Cela restera la seule avancée notable en 15 ans. En 2007, les collectifs bretons acceptent de sacrifier le « teknival off des Vieilles charrues », manifestation devenue légale qui se tenait au début de l’été en marge du festival et regroupait plus 50 000 personnes contre l’organisation de « multisons », sorte de mini-teknival légal à taille humaine (autour de 5000 personnes). L’accord comporte la possibilité pouvoir en faire un par an et par département sur les deux régions (Pays de Loire et Bretagne – 9 départements0 avec un soutien financier et opérationnel des préfectures. Entre 2008 et 2012, ce sont plus de 25 multis qui ont lieux dans l’ouest, permettant de dynamiser la vie des collectifs et d’améliorer l’image des teufs. A partir de 2012, juste après l'élection de F. Hollande, les choses recommencent à se dégrader. Les engagements concernant les multis dans l’Ouest ne sont plus tenus par l’état et du côté des teknivals, le mépris des organisateurs, des sons et du public devient la règle. En 2015, un ras-le-bol se fait entendre. Même si l’édition 2015 du 1er mai réunit encore plus de 30 000 personnes, l’ambiance n’est plus à la fête alors que les saisies se multiplient partout sur le territoire. Signe de la rupture totale entre le gouvernement et les collectifs, ce n’est pas un mais deux teknivals illégaux et revendicatifs qui refont surface. Le 15 aout, dans le sud fait le premier son retour à l’été 2015, après 8 ans d’absence. Suit le 1er mai 2016 qui réunit aussi près de 30 000 personnes dans le centre de la France, puis le de nouveau le 15 aout dans le sud. Les revendications sont les même sur toutes les manifestations : arrêt des saisies, évolution de la loi, plus de concertation et moins de répression. Elles sont reprises dans les médias et les teknivals se déroulent sans aucun incident, ce qui démontre de nouveau la capacité d’organisation des collectifs impliqués. Ces gros rassemblements permettent de remettre un temps la question du dossier free party sur le tapis et plusieurs réunions ont lieu au cabinet du Premier Ministre de l’époque, Manuel Valls. Si les ministères de la Culture et de la Jeunesse et même les conseillers directs du Premier Ministre semblent pour une concertation et une évolution du cadre légal, le ministère de l’Intérieur, arc-bouté sur l’utilité de la saisie comme moyen de contrôler les teufs, bloque toute avancée. 3 jours après la démission de Valls, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve devient 1er ministre et une réponse du nouveau ministre de l’Intérieur à la sénatrice EELV M.C BLANDIN clos les négociations. Tout va bien dans le meilleur des mondes. ET LE 1ER MAI 2017 ? Début 2017, alors que la campagne pour les présidentielle bat son plein et qu’un proche de Benoit Hamon est nommé ministre de l’Intérieur après la démission forcée de Bruno Leroux, on imagine qu’un échange va avoir lieu. Surtout que dans le numéro de Trax consacré aux élections, le candidat PS se prononce pour que les free parties prennent leur place dans le paysage culturel et qu’il y ait plus de concertation. Pourtant à quelques jours du teknival, aucune prise de contact, aucun appel envers les associations du secteur, ne serait-ce que pour savoir ce qui est prévu en rdr… Rien, encéphalogramme plat et toujours l’immense décalage entre les mots et les actes. Les manifestives organisées dans 7 villes en simultanée et qui réunissent plus de 30 000 personnes à la mi-mars n’arrachent même pas un commentaire côté Culture. Du coup, du côté des collectifs et du public, on s’active pour faire de la nouvelle édition du teknival du 1er mai un exemple d’autogestion. Les revendications sont de nouveaux exposées mais plus d’envie de discuter, surtout avec un gouvernement qui n’a que quelques semaines à vivre. Le gouvernement actuel passe la main sur un bilan plus que mitigé sur les free parties. 2 circulaires à peine relayées dans les préfectures, la nomination très tardive des médiateurs avec lesquels une première réunion a eu lieu fin mars 2017 alors que leur nomination avait été annoncée dès l’été 2015. Et bien sûr, un soutien renouvelé à Freeform par le ministère de la Jeunesse, mais tellement dérisoire. Une asso, un local et 3 salariés pour un mouvement qui compte plus de 800 collectifs, près de 4 000 teufs par an et des centaines de milliers de participants réguliers. Un seau pour vider un navire qui coule…mieux que rien mais tellement insuffisant. Mais surtout, et même si la scène reste très dynamique et que nous avons de belles fêtes tous les week-ends en France, les saisies de matériel sont devenues monnaie courante, les pressions et les intimidations font désormais parties du quotidien des collectifs. Une certaine libération de la répression s’installe et les affrontements ne sont pas rares. En région parisienne, a de nombreuses reprises, teufeurs et gendarmes en viennent aux mains, des organisateurs sont arrêtés pour rébellion…Dans un contexte politique tendu, certains semblent penser qu’un flashball peut arrêter un mouvement habitué à la clandestinité depuis plus de 25 ans. QUELLE POSITION POUR FREEFORM DANS CE TEKNIVAL ? Pas facile pour une association dont le rôle est de faire de la médiation de s’engager quand les deux parties ne veulent plus dialoguer. Avec un peu la sensation de nous retrouver entre le marteau et l’enclume, nous avons décidé de rester en retrait cette année. Nous ne forcerons pas la main aux uns et aux autres pour dialoguer. La « concertation » de l’édition 2016 nous aura servi de leçon. Nous respectons le choix des organisateurs de ne plus dialoguer. Qui pourrait leur reprocher alors que même nous, nous avons jeté l’éponge ? Par contre, difficile de ne pas juger l’attitude du ministère de l’Intérieur assez irresponsable. Au regard du niveau de surveillance dont font l’objet les sound systems, il est impossible que le gouvernement ne soit pas informé de l’existence du teknival 2017. Les pouvoirs publics semblent miser sur le fait que tout se passera sans accrocs, que le teknival sera limité et sans ampleur. Rien ne semble se préparer en termes de premiers secours ou de santé publique. Le travail des assos de RDR est toujours formidable et on sait qu’ils seront encore une fois au premier rang pour pallier aux déficiences de l’état, mais prier que tout se passera bien sans rien prévoir nous parait à minima, peu sérieux…. Penser que les candidats à la présidentielle n’en parleront pas semble aussi être un pari…risqué. La position de l’Intérieur consiste à laisser faire avec deux options confortables : si tout se passe bien, c’est l’encadrement des services de l’état qu’il faut louer, et si cela se passe mal, c’est l’irresponsabilité des organisateurs qu’on pourra dénoncer. Cela aussi ne nous semble pas digne d’un état qui prend soin de sa jeunesse. En pleine période électorale, avec la déception qu’engendre auprès des publics un deuxième tour ou la seule option pour s’exprimer est de voter contre le Front National ou de s’abstenir, il y a fort à parier qu’une bonne partie des collectifs et du public français choisirons de faire entendre leur colère en participant massivement au teknival. Nous renouvelons notre confiance et notre soutien aux collectifs engagés dans la défense de la fête libre. Nous resterons particulièrement attentifs à toute violence et débordement qui pourrait survenir et surtout, même si l’association n’est pas présente formellement sur le site, nous ne serons pas loin, vigilants, disponibles et réactifs ! Passé ce teknival et les élections, quand nous aurons de nouveaux interlocuteurs au gouvernement, nous prendrons de nouveau le pouls de ceux-ci. Une fois de plus, infatigables défenseurs du dialogue et de la concertation, nous tenterons de remettre les gens autour de la table des négociations, s’ils le souhaitent et si nous avons un gouvernement digne de ce nom, et ça, ce n’est pas encore gagné !
Photos du journal
TEUF DE COMMANA : 9000 € D'AMENDES, L’AGRICULTEUR CONDAMNÉ !! Le Finistère, terre d’expérimentation judiciaire dans la lutte contre la fête libre ? En première instance, le tribunal de Brest condamne à 5000€ d’amendes l’un des organisateurs présumés et à 4000€ l’agriculteur qui a prêté son champ. En octobre dernier, la préfecture déclenchait une attaque violente et injustifiée contre une free party qui s’achevait sur la commune de Commana (29). Après une réaction très forte du public, les gendarmes intervenus sur site devaient se retirer très précipitamment, emportant sous les jets de mottes de terre deux amplis et laissant plusieurs blessés sur le terrain. Cette intervention avait déclenché une réaction au niveau nationale. De manifestations de protestation et une free revendicative regroupant près de 10 000 personnes sur Saint Brieuc avaient eu lieu en solidarité avec les organisateurs. Dans la presse, le directeur de cabinet de la préfecture justifiait cette intervention au motif que les free parties regroupaient notoirement un « ramassis de drogués et d’alcoolique ». Freeform avait porté l’affaire en haut lieu et nous avions été reçus au cabinet du Premier Ministre pour expliquer le mécontentement de l’ensemble de la scène bretonne sur ces actions et ces propos. Quelques jours plus tard, après une concertation entre les collectifs finistériens et le préfet, une communication beaucoup plus apaisée venait de la préfecture, reconnaissant l’importance de la culture free dans le 29 … et promettant de faire primer le dialogue et la concertation sur la répression. http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/rave-party-finistere-prefet-ouvre-porte-aux-teufeurs-1120035.html Mais pour les juges de Brest, le combat contre la fête libre continue et cette fois-ci encore, ils font preuve d’imagination. http://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/commana-amende-pour-l-organisateur-de-la-free-party-et-l-agriculteur-4950639 Tout d’abord, ils condamnent l’organisateur présumé pour « agression sonore ». Cette qualification qui transforme le fait de jouer de la musique trop fort en un délit passible d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende est complètement inadaptée car elle implique une notion de « volonté de nuire » qui n’est jamais le cas dans l’organisation d’une fête. Dans un document de 32 pages co-signé par le ministère de la Justice et sorti en juillet, le gouvernement précise d’ailleurs que cette qualification n’est pas adaptée aux free party. La cour d'appel de Toulouse avait bien confirmé qu’une free party, à partir du moment où elle a lieu dans un site à l’écart des habitations (en l’espèce, au milieu des monts d’Arrée, loin du village de Commana) ne peut pas constituer une agression volontaire contre une personne en particulier. (Lire notre fiche sur le sujet ici : http://freeform.fr/581-2/) Tous les jugements sur ce type d’accusation ont étés rejetés par l’ensemble des juges en France et même une cours d’appel, sauf dans le 29 ou c’est la troisième fois qu’un organisateur et condamné pour cette infraction. C’est l’exception bretonne ??? MAIS SURTOUT, ET C’EST PIRE QUE TOUT, L’AGRICULTEUR QUI A PRÊTÉ SON CHAMP EST AUSSI CONDAMNÉ À 3000 € D’AMENDES !!! C’est absurde d’imaginer que cet homme a prêté son champ pour nuire à quelqu’un …et c’est d’autant plus absurde que plusieurs teufs légales ont étés autorisées sur ce site ! Cela voudrait dire que quand la préfecture donne son accord, on peut agresser les gens (sonorement parlant) mais que sans accord, la musique devient une arme… De plus le message des juges est complètement absurde et à contre-sens de l’intérêt général. En effet, ce qui est reproché aux sons, c’est de squatter des terrains sans demander l’autorisation des propriétaires….mais quand l’un d’entre eux dit oui, on le condamne. Pour nous le juge brestois veut se casser la fête libre et ceux qui l’acceptent sur leurs terrains. Il cherche à pousser les collectifs dans l’illégalité pour mieux les briser ensuite. Et cela alors que du côté des populations, des gendarmes et même de la préfecture, les choses se passent plutôt bien dans ce département qui est, est-il besoin de le rappeler, le haut-lieu de la fête libre en France avec plus de 70 sound systems actifs ! Nous soutenons les collectifs techno et surtout le propriétaire victimes de cet acharnement judiciaire. Nous faisons confiance à la cours d’appel de Rennes pour avoir un jugement plus logique et respectueux du code pénal, ce petit livre rouge qui est censé prévaloir sur les jugements moraux et les convictions personnelles !
Photos du journal
☠☠ GRAND JEU "MAIS OU EST LE TEKNIVAL ?"☠☠ ☠☠MISES A JOUR HEURE PAR HEURE ☠☠ MISE A JOUR 22H19 Message de la Gendarmerie de Loir et Cher: Pour information aux éventuels teknivaliers égarés dans le 41, le point de chute du "frenchtek24" est au nord-ouest de Tours (Château la Vallière). Soyez prudents si vous passez dans ce secteur, il y a un grand nombre de véhicules sur les routes. MISE A JOUR 17H37 La préfecture de l'Allier se réveille et prend a son tour un arrêté anti-teknival! Une information fiable de ce côté ? C'est pas gagné leur histoire et même les journalistes ont l'air d'en douter:-) http://www.rjfm.net/news/le-prefet-de-l-allier-prend-au-cas-ou-des-arretes-interdisant-la-tenue-d-un-teknival-1921 MISE A JOUR 14H47 Notre petit doigt nous dis que les infolines sont en train de tomber, le mystère devrait s'éclaircir rapidement! MISE A JOUR 13H58 Pas de mise a jour, mais une question: qui court plus vite, la rumeur ou la basse ?^^ MISE A JOUR 11H39 France3 entre dans la danse et annonce aussi la région Centre-Val de Loire! Bien informés les journalistes ? http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/teknival-devrait-avoir-lieu-centre-val-loire-ce-week-end-1242897.html MISE A JOUR 10H21 Un internaute avisé nous informe que le teknival pourrait avoir lieu dans l'Indre, vu que la préfecture à pris un arrêté il y a déjà deux jours :-) ! Plus informés que les collègues du 41 le 36 ?^^ http://www.indre.gouv.fr/Actualites/Breves/Arretes-prefectoraux-portant-interdictions-temporaires MISE A JOUR 9H48, Il semblerait que la préfecture du CHER ai aussi pris un arrêté. Direction le 18 du coup ? Va savoir.... PREMIER MESSAGE 9H Au grand jeu de "Mais ou le teknival?" la gendarmerie du Loir et Cher (41) semble avoir une longueur d'avance sur les teufeurs ! En effet, alors que la France entière se demande ou aura lieu le teknival, la préfecture et les gendarmes du 41 publient un arrêté "anti-teufs" et appellent les populations à la plus grande vigilance pour surveiller le moindre Mercedes blanc qui passe dans le département! Visiblement, ils en savent plus que tout le monde car vu l'avalanche de messages qui circulent pour savoir ou aura lieu le tekos, ni les participants ni les sons ni même Freeform, n'en savons rien ! Alors info ou intox? https://www.facebook.com/notes/gendarmerie-de-loir-et-cher/avis-a-la-population/732902450213192/ http://www.loir-et-cher.gouv.fr/content/download/9675/62722/file/AP%20Interdiction%20rassemblements%20festifs.pdf
Photos du journal
Hier soir, un Teknival s’est installé illégalement sur la commune de PERNAY (37). Selon les organisateurs 70 « murs de son » ont été mis en place et près de 30 000 participants sont attendus. (Source Gendarmerie Indre et Loire) Dépêche AFP 12H21 Musique techno près de Tours: environ 10.000 personnes réunies Environ 10.000 personnes se sont rassemblées sans incident à Pernay, à une vingtaine de kms de Tours, pour un rassemblement international de musique techno non déclaré, a-t-on appris samedi auprès de la préfecture d'Indre-et-Loire. L'installation sur une propriété privée a entraîné des embouteillages pendant plusieurs heures dans la nuit sur les routes de campagne menant au site, a-t-on indiqué de même source. Les services de sécurité et de secours sont sur place. Des déviations ont été mises en place et une départementale, réservée aux services de secours, a été coupée à la circulation. Selon la préfecture, le nombre de participants pourrait atteindre les 20.000 dans la nuit de samedi à dimanche. La fête doit durer tout le week-end. L'an dernier, elle s'était déroulée en Sologne à la même période.
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
musique-techno-loisirs Teknival près de Tours: 30.000 participants, un décès Rennes, Ille-et-Vilaine : La présence au Teknival qui se tient depuis vendredi soir à Pernay, près de Tours, était estimée dimanche matin à 30.000 personnes et un participant est décédé pour des raisons indéterminées, a-t-on appris auprès de la préfecture d'Indre-et-Loire. "Selon nos estimations, il y avait 30.000 personnes sur le site à 9H00 ce matin", a indiqué le directeur de cabinet du préfet, Loïc Grosse. "On déplore dans la nuit un décès, une personne qui était déjà morte quand elle a été amenée à un poste médical avancé. On ne connaît pas les causes de la mort" qui seront déterminées ultérieurement mais la victime ne portait pas trace de blessures externes, a-t-on indiqué de même source. "Deux personnes en urgence absolue ont été évacuées, dont une en arrêt cardio-respiratoire qui a pu être ranimée. Douze autre personnes en urgence relative ont également été transportées au CHU pour surveillance complémentaire", a précisé M. Grosse. Il a ajouté que 51 personnes avaient reçu des soins pendant la nuit aux différents postes médicaux. Enfin, durant la nuit, les plongeurs ont sorti de l'étang qui traverse le site en deux six personnes qui étaient tombées à l'eau. Concernant les effectifs, 200 gendarmes sont sur place ainsi que 80 pompiers, 30 membres d'associations de prévention et de secours et une dizaine de membres du SAMU. La pluie et les orages prévus dans la journée devraient réduire les risques d'incendie consécutifs à la sécheresse qui sévit dans la région et à d'éventuelles imprudences des festivaliers. Le Teknival, qui doit se prolonger jusqu'à lundi, est un rassemblement international de musique techno, considéré comme illégal car non déclaré aux services de l'Etat. Il fête cette année ses 24 ans et se déroule à chaque édition dans un lieu différent, tenu secret jusqu'aux dernières heures. mcl/fm 2017/04/30 11:57:40 GMT+02:00 MSE01949 #859199 DGTE 0371 CCY79 (4) AFP (296)
Photos du journal
Freeform relaie le communiqué de presse des Sound Systems Acteurs du Teknival du 1er mai 2017 COMMUNIQUÉ DE PRESSE DES SOUND SYSTEMS ACTEURS DU TEKNIVAL DU 1ER MAI 2017 Depuis plus de 25 ans, le mouvement dit de la « Free Party » s'est implanté en France. Depuis plus de 25 ans, la seule réponse apportée par les différents gouvernements qui se sont succédés n'a été que la répression. Les concertations entre les différentes institutions et les acteurs de la Free Party n'ont aboutit à aucune solution pérenne. Bien au contraire, le Gouvernement n'a fait qu'exacerber les tensions en jouant la politique de l'autruche. Le sentiment de ras le bol a provoqué une série de mobilisations, que ce soit des Teknivals dans les champs et/ou des Manifestives dans les rues, pour dénoncer cette situation et demander des avancées concrètes dans les négociations. Les lois qui nous régissent s'inscrivent dans le cadre de l'anti-terrorisme. Pourtant nous ne sommes que des artistes et des fêtards prônant l'autogestion et la solidarité ! Le règne d'Hollande arrive à son terme avec un bilan extrêmement lourd. Le nombre de saisies a explosé de manière exponentielle, les violences policières sont devenues monnaie courante et le nombre de blessés a donc augmenté en conséquence. Si les autorités disposent facilement de moyens pour réprimer les petits évènements, il n'en est pas de même quand les Sound Systems se rassemblent en Teknival. En 1993, le 1er Teknival s'est fait en réponse à l'interdiction d'un évènement Tekno. Près de 25 ans plus tard et en l'absence d'un dialogue sincère et concret avec les autorités, nous avons été obligés, une fois de plus, de nous mobiliser pour nous faire entendre. Plus de 60 000 personnes ont répondu à cet appel et près de 150 Sound Systems venus de toute l'Europe ont participé à l'élaboration de ce projet. C'est la plus importante mobilisation non déclarée à ce jour. L'unité de notre mouvement est bien là, lorsque l'on nous attaque, nous répondons de manière festive mais déterminée ! La mort d'une personne sur le Teknival a créé un choc d'autant plus grand que la gestion sanitaire et sécuritaire de l’événement était irréprochable. Tous les services de secours étaient sur place et la coordination entre Sound Systems et services de l’état a été exemplaire. Même si le risque zéro n'existe pas, nous entendons la douleur des proches et leurs questions. Nos pensées vont vers eux dans cette épreuve. Toutefois nous sommes écœurés de voir l'utilisation prosélyte qui a été faite de cet accident tragique. Une fois de plus cet incident a été utilisé par une partie de la presse pour stigmatiser la culture Tekno, les articles insistant sur le nombre d'évacuations sans jamais les mettre en comparaison avec les autres types d’évènements. En effet, à fréquentation équivalente, les chiffres sont 4 fois inférieurs à ceux des événements similaires mais encadrés par l'état et 10 à 20 fois inférieurs à ceux des festivals commerciaux ou des fêtes populaires régionales. Les participants à ce genre d'événements ne viennent pas en consommateurs mais en acteurs et cela fait toute la différence. Il en résulte une culture forte de l'autonomie et de la solidarité qui permet de faire face à la plupart des situations. La Free Party continue de grandir et nous ne sommes pas près de disparaître ! Il est temps que les gouvernements à venir le comprennent et l'acceptent. Nous exigeons donc : • L'arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani. • L'arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants. • La possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes. • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons. • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques, car NOUS sommes responsables! Collectif des Sound Systems Acteurs du Teknival du 1er mai 2017
Photos du journal
◕◔◕◔BILAN DU FONDS DE SOUTIEN JURIDIQUE DES SOUND SYSTEMS◕◔◕◔ MAI 2014 – MAI 2017 ◕◔◕◔ Le fonds de soutien juridique a été créé par Freeform en 2014 devant la recrudescence des saisies injustifiées. Il a pour mission de prendre en charge les frais d’avocats des sound systems saisis lors de l’organisation de fêtes libres. Au-delà de la question juridique, il a pour vocation de démontrer que les saisies sont le plus souvent faites pour de mauvaises raisons, inefficaces et totalement inadaptées à la situation. Il vise à faire évoluer la jurisprudence. Freeform estime être intervenu sur 90% des saisies en France sur la période citée. NOMBRE DE PROCEDURES SOUTENUES ENTRE MAI 2014 ET MAI 2017 : 34 53 collectifs soutenus dont les 1krevables, AKD Mix, Anonym09, Cat1 sound system, Damage Kore, Elektrocution, Enket2tek, GS Crew, Hors-Sujet, Ishebeltek, La Bande Passante, Mad56, les Malfeteurs, la Manoucherie, Marmotek, Nizas Sound Systems, Pen Ar Bass, Peufratek, Psylosofs, Pixel, RHT, Rottweiltek, SNK, Strakelik, Stratospherik, Tabass Sound System, Telescop, Original one, VNR, VVF et Zibeulbeuz + d’autres ayant souhaité rester anonymes. Nombre de dossier en cours pour 2017 : 5 LE BUDGET DU FONDS Entre 2014 et 2017, 44 484€ ont étés récoltés. 37 167€ ont étés dépensés en frais d’avocat et 7317€ restent disponibles. Ces sommes proviennent des collectes organisées lors de soirées, des dons faits en ligne via lepotcommun.fr et de dons directs par des soutiens de la fête libre. La solidarité n’est pas un vain mot en free party, bravo à tous ! 100% des fonds sont affectés au soutien juridique, 0% de frais de gestion LES RESULTATS DU FONDS Avec plus de 86% de restitutions dont 62% en première instance, les avocats du fond de soutien démontrent que ces saisies sont le plus souvent abusives. Pour les 14% qui restent, nous allons le plus loin possible. En 2017, deux dossiers vont jusqu’à la Cour de Cassation, instance suprême de la justice française et pour l’un d’entre eux, nous irons en juin à la Cour Européenne des Droits de l’Homme ! Un grand merci aux avocats qui soutiennent notre action et les collectifs ! Pour ceux qui veulent continuer à soutenir, le lien du pot commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/hau0eukr
Photos du journal
VIENS FAIRE TOURNER TON SON EN HQ ! A @[488106748201591:274:L'Infrabase], de Freeform tu as la possibilité de venir faire un mix ou un live dans le studio. Tu peux: - soit être diffusé en direct sur la page Facebook de L'Infrabase, puis archivé sur la page Youtube (https://www.youtube.com/c/FREEFORMINFRABASE) - soit venir profiter du matériel mis à ta disposition pour t'entrainer (deux platines @[9707388681:274:Technics Sl-1210 mk2] + table de mix AMIX RMC 35 et enceinte de monitoring). -et repartir avec un fichier audio+vidéo sur clef USB. L'Infrabase c'est le premier lieu en France dédié à la culture de la fête libre, animé par l'équipe de @[1482807815320521:274:Freeform] Tu peux aussi profiter de conseils sur la création d'un label, l'organisation de soirées et récupérer de l'info et du matos de RDR. Pour venir profiter du studio il te suffit de réserver ton créneau horaire en t'inscrivant sur l'agenda interactif: http://doodle.com/poll/hwri5inzw2qb4uby ET d'envoyer un message privé sur la page de L'Infrabase avec tes coordonnées! C'est gratuit. L'Infrabase c'est au 38 rue des anges à Toulouse. A bientôt!
Photos du journal
Après la sono saisie à la Quadrivium restituée la semaine dernière, c'est le matériel des BTS et O13/WTF (Belg) saisi à la Bordel Hangarsmik 3 en février dernier qui sort avec 1000€ d'amendes dont 500 avec sursis. Deux nouvelles victoires pour les avocats du Fonds de Soutien Juridique des Sound Systems...et une preuve de plus que cette loi est inadaptée et inapplicable ! #stoprepression #ouiaudialogue !
Photos du journal
MESSAGE CONCERNANT LES TEUFS QUI ONT LIEU SUR LES HERBAGES DESTINÉS AU BÉTAIL Vous connaissez tous notre attachement à la défense des sound systems et notre soutien indéfectible quand il s’agit de saisies ou de procédures abusives. Cependant, il y a un truc qui craint vraiment, c’est de poser sur des champs qui sont utilisés pour le pâturage des animaux sans demander l’autorisation du propriétaire du champ. C’est très violent pour les éleveurs qui font le choix de faire paitre leur bétail en pleine nature plutôt que de les nourrir aux granulés et les garder enfermer en étable. À cette période de l’année, un champ d’herbe qui est piétiné ne repoussera pas avant l’automne prochain… et c’est autant d’herbe fraîche que les animaux n’auront pas, sans compter les petites choses qui restent après la fête, même quand c’est nettoyé, genre les bouchons de canette et les mégots qui sont un peu enterrées dans le sol et qui risquent de blesser les animaux quand ça ressort. Certains disent « mais on a proposé une indemnisation au propriétaire après coup », dans les faits, ce n’est pas vraiment mieux car l’herbe fraîche, ça ne peut pas s’acheter et ça ne se remplace pas par du foin qu’il faut faire venir de loin, qui coute cher et qui donne un autre gout au lait pour ceux qui font du fromage etc. Avec les sécheresses que nous connaissons depuis quelques années, les pâturages sont devenus une ressource rare et essentielle, surtout pour les petits agriculteurs qui n’ont pas les moyens de faire venir des tonnes de foins pendant l’été. En plus, il faut être clair, ça donne une très mauvaise image de la teuf auprès des agriculteurs alors qu’on a besoin d’eux pour avoir des terrains. Ils sont comme nous, ils parlent entre eux et le fait de savoir qu’un de leur collègue s’est fait piétiner son champ, ça les rends encore plus hostiles aux teufs. Si vous repérez un champs qui semble bien pour faire une teuf, qui est à l’écart des habitations et bien desservi, essayez plutôt de prendre contact avec le propriétaire et proposez lui un billet AVANT de faire la teuf, ça se passera toujours mieux. Et si celui que vous visez n’est pas dispo, ils sauront vous indiquer un autre lieu ou un collègue à eux. Si c’est impossible d’obtenir une autorisation ou que vous perdez votre terrain au dernier moment, préférez les friches, les zones inexploitées ou les terrains qui appartiennent à des mairies, des administrations, des grosses entreprises ou de gros propriétaires qui ont du terrain à ne plus savoir qu’en faire et qui n’auront pas de préjudice de votre passage. Quand vous faites vos repérages pour un site, évitez ceux ou vous voyez de l’herbe bien verte et de hauteur moyenne, cela veut dire qu’ils sont entretenus, et donc utilisés pour de la pâture. Si vous ne savez pas reconnaitre ça au premier coup d’œil, demandez à vos potes qui sont du métier. La fête libre prône le respect de l’autre, ça passe aussi par le respect des terrains qui nous accueillent et des gens qui travaillent sur ces espaces naturels. ////Précision, ce message ne concerne pas l'article sur la teuf des FNF qui avaient demandé l'autorisation avant de faire leur soirée////
Photos du journal
FREEFORM, QU’EST-CE QUE C’EST EXACTEMENT ? http://freeform.fr/freeform-quest-ce-que-cest/ Entre nos différentes missions, l’Infrabase et le fond de soutien juridique aux sound systems, on nous demande parfois : mais qu’est-ce que vous faites VRAIMENT ? Dans cet article, nous tentons d’expliquer notre travail, nos motivations et notre mode de fonctionnement.
Photos du journal
RESTITUTION CONFIRMEE ET RELAXE POUR LES ISHEBELTEK Saisis dans le 45 en novembre dernier pour non-déclaration de soirée de plus de 500 personnes alors qu'il étaient a peine 200 personnes, les Ishebletek paraissaient aujourd'hui au tribunal de Montargis. Le juge a confirmé la restitution du matériel et surtout la relaxe totale des membres du son qui comparaissaient devant lui pour une procédure abusive et injustifiée. Pas de vice de procédure, pas de blabla: on ne saisit pas le matériel sur une fête de 200 personnes, surtout quand tout c'est bien passé!!! Le rappel des faits sur @[202044763192833:274:Bass Expression]: http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=9346 Merci à l'avocate du Fond de Soutien Juridique des Sound Systems qui les a défendu au nom du fond!
Photos du journal
ÉLECTIONS, PIÈGES À SONS ? Alors que ce week-end s’achèvera la dernière phase d’un cycle électoral interminable, nous tenons à affirmer haut et fort: LES ÉLECTIONS NE DOIVENT PLUS ÊTRE LE PRÉTEXTE À DES VAGUES DE RÉPRESSION ENVERS LES COLLECTIFS TECHNO ! Nous l’avons constaté depuis de nombreuses années, à chaque fois qu’une élection est en cours, la pression monte pour les sound systems. Déjà en 2014, une vague de saisies avait frappé la France au moment des municipales, c’est ce qui nous avait motivé à relancer le travail avec Freeform. Les régionales de 2015 avaient eues moins d’impact en local, mais toutes les négociations avaient étés suspendues au niveau national pendant 3 mois et les attentats les ont achevées. Sur la première partie de 2017, nous avons compté plus de 15 saisies alors qu’entre 2013 et 2016, c’est 10 et 12 par an maximum….chiffre déjà terriblement élevé par rapport aux années précédentes. Au-delà de ces cas les plus extrêmes, ce sont des dizaines de collectifs qui ont dû annuler, reporter, déplacer les soirées sous la pression des forces de l’ordre qui leur ont parfois avoués qu’en temps normal, ça ne dérange personne mais « que le maire qui est aussi candidat-député a appelé le préfet pour vous faire cesser… ». Et au niveau national, tout est bloqué depuis fin novembre "en attente du nouveau gouvernement..." Nous avons beau hisser le drapeau rouge et prôner la prudence, l’agenda culturel des acteurs de la fête libre ne peut pas être soumis aux agendas électoraux de candidats qui ne s’en préoccupent plus une fois qu’ils sont élus. Plutôt que de se réveiller une fois de temps en temps pour montrer leur autorité, nous préfèrerions que élus se motivent au long de l’année pour trouver des solutions et construire l’avenir avec les collectifs. Ils nous disent qu’ils veulent des organisateurs responsables, nous leur répondons que NOUS voulons des élus responsables, qui voient les choses sur le long terme. Il existe des solutions pour que la fête libre prenne sa place de manière apaisée dans le paysage culturel français. Les collectifs ont montré leur volonté de dialogue et leur capacité à modifier leurs habitudes pour aller de l’avant. Nous espérons que les nouveaux élus auront feront de même et ne laisseront le dialogue dépérir comme le gouvernement précédent ! Les gouvernements passent, la free reste.
Photos du journal
///FREEFORM RELAIE LE COMMUNIQUÉ DE LA COORDINATION NATIONALE DES COLLECTIFS DE SOUND SYSTEMS////////////////// CA BOUGE DU CÔTÉ DES COLLECTIFS DE SOUND SYSTEMS ! 웃웃웃웃웃웃웃웃웃웃웃웃웃 Alors que la répression est grimpée en flèche depuis quelques mois, nous, collectifs régionaux de Sound Systems avons décidé d’interroger le nouveau gouvernement sur sa politique à venir concernant la Fête Libre. Un courrier signé de la Coordination Nationale des Collectifs des Sound Systems, une entité regroupant le Collectif de la Fête Libre (Sud/Sud-Ouest), le Collectif des Sound System d’Ile-de-France, le Collectif des Insoumis, le Collectif Résistance Centre, le Collectif des Sound-Systems de L’Ouest, le Collectif Bourgogne Auvergne, le Collectif 18KX (Région Centre) et le Collectif Réagissons, a été adressé au Premier Ministre cette semaine. Nous avons rappelé nos revendications : • Arrêt définitif des saisies de matériel de sonorisation et suppression de l’amendement Mariani, • Arrêt des procédures abusives contre les organisateurs et les participants, • Annulation des procédures en cours et la restitution du matériel saisi, • La possibilité d’avoir accès à des terrains publics inutilisés et exploitables pour nos évènements, • Un appui dans l’ouverture d’une concertation nationale avec les élus locaux, • Un vrai soutien pour les actions de Réduction Des Risques au sein de nos manifestations, • La reconnaissance de la Fête Libre en tant que pratique culturelle amateur. Puis nous avons proposé un rendez-vous pour expliquer notre position et nos propositions de sortie de crise. Même si nous sommes méfiants quant à la volonté réelle de ce gouvernement de travailler dans la concertation, il nous paraissait indispensable de proposer un temps d’échange et de dialogue en ce début de quinquennat. Dans le même temps, et car nous avons étés déjà déçus par le passé, nous avons décidé de renforcer notre cohésion et notre capacité de coordonner nos actions sur la France entière. Pour cela, une coordination nationale est mise en place. Elle aura pour mission de permettre aux collectifs de mieux communiquer entre eux. Les collectifs de toute la France seront aussi invités aux Rencontres Nationales de la Fête Libre qui auront lieu en septembre prochain et qui seront l’occasion pour tous de se voir, de travailler ensemble à l’avenir de la fête libre et de rendre notre mouvement plus fort. Enfin, nous avons redéfini les règles de fonctionnement du Fonds de Soutien Juridique des Sound Systems, en concertation avec Freeform. A partir de cet été, chaque collectif aura un de ses membres au sein du comité de pilotage du fonds pour mieux défendre les sons et être au plus proche d’eux dans leurs galères ! Ca bouge donc et on vous tiendra au courant des suites de ce courrier et des détails pour les rencontres. ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Photos du journal
La page « soutien aux orgas » sur le site de Freeform est un espace dédié aux organisateurs de free party. ►► http://freeform.fr/soutiens-orgas/ Cet espace est là pour t’aider à mieux comprendre les lois, trouver des interlocuteurs et te renseigner sur tes droits. On y trouve : - les dix fiches conseil qui vous informent sur les risques et sur vos droits. Editées par Freeform, elles sont téléchargeables ou à consulter sur le site. - la présentation du fonctionnement du fonds d’aide juridique destiné à prendre en charge les frais d’avocats des sound-systems saisis. - une rubrique d’aide avec un formulaire si vous rencontrez des problèmes liés à l’organisation de votre soirée. - le « guide de la médiation des rassemblements festifs organisés par les jeunes », co-produit par les ministères de la Jeunesse, de la Santé, de l’Intérieur, de la Culture et de la Justice en juillet 2016. - la liste des médiateurs, interlocuteurs privilégiés des sound-systems dans chaque département. - les textes de lois encadrant les free parties. Tous ces outils sont là pour favoriser le bon déroulement de ta teuf. N’hésite pas à prendre le temps de t’y renseigner et de faire tourner le lien à tes potes orgas. Nous ne sommes jamais trop informés ! ►► http://freeform.fr/soutiens-orgas/
Photos du journal
☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯ NATURA 2000, ZNIEFF : CONNAITRE LE STATUT ÉCOLOGIQUE D’UN SITE DE TEUF AVEC GEOPORTAIL ☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯☮ ☯ Parfois, des free sont organisées dans des endroits sensibles au niveau écologique. Dans certains cas (nidification d’oiseaux rares, plantes ou espèces protégées), ces teufs peuvent faire des dégâts sur l’environnement de manière assez durable et provoquer la colère des autorités et des riverains. Souvent les orgas ne sont pas au courant du classement écologique du site ou ils posent et c’est dans la presse qu’ils découvrent que le site était classé en zone Natura 2000. Afin de ne plus vous laisser surprendre et d’agir de manière responsable, il existe un très bon outil pour connaitre le statut écologique d’un terrain et surtout connaitre la raison exacte de son classement. Le site WWW.GEOPORTAIL.FR est LE site de référence pour vos recherches. Sur ce site, il existe un onglet qui vous permet d’avoir toutes les informations. Une fois que vous avez localisé votre site, dans les rubriques à droite, choisir la carte en mode satellite puis cliquez sur « +DE DONNÉES ». Un menu s’ouvre à gauche. Dans la liste proposée « DONNÉES THÉMATIQUES » choisir « DÉVELOPPEMENT DURABLE ». Dans développement durable, choisir « ESPACES PROTÉGÉS » puis « NATURA 2000 », « ZNIEF », « RESERVES NATURELLES » les uns après les autres. Si votre terrain est en zone Natura 2000 par exemple, il apparaitra dans une zone en jaune. Dézoomez et cliquez sur le jaune, vous pourrez voir la référence de l’arrêté de classement. Une petite recherche dans Google avec l’identifiant de l’arrêté vous permettra de connaitre la raison de son classement. En fonction de ce qui est écrit, vous voyez comment réagir. Certains sites sont super sensibles et ne doivent pas être utilisés. D’autres ont des périodes à éviter. Par exemple, un site de passage pour les oiseaux migrateurs protégés de mars à mai pourra être utilisé en automne sans trop risques pour la Nature. Vous pouvez aussi procéder de la même façon avec les autres formes de classement de protection de la nature. Ca prend 5 minutes, cela peut vous éviter des ennuis…et surtout, protéger l’environnement. Plus d'info sur l'utilisation de géoportail sur la page http://freeform.fr/natura2000/ LE RESPECT DE LA NATURE EST UNE CHOSE ESSENTIELLE POUR LA FÊTE LIBRE / SOYONS RESPONSABLES
Photos du journal
16-17 septembre 2017, deuxièmes Rencontres Nationales de la Fête Libre. /// Ouverture des inscriptions ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ ☇ Les rencontres sont ouvertes aux sound systems et aux acteurs de la fête libre. Elles ont pour objectif de permettre aux collectifs de se retrouver, d’échanger sur le mouvement, son avenir et les moyens de le faire exister dans de bonnes conditions. C’est aussi un temps de formation et de rencontres qui aura lieu en centre France. Au programme des différents ateliers et assemblées : • Etat des lieux, présentation de la situation dans les régions et au niveau national. • • Coordination Nationale des Collectifs de Sound Systems : Quels moyens et quels outils de communication pour quels objectifs? • Fonds de soutien juridique, nouvelle gouvernance et modalités d’intervention. • Animer et faire vivre un collectif régional. • Quelles nouvelles méthodes pour faire entendre nos revendications? • Réduction des risques : comment protéger nos publics, quels besoins pour la scène free ? • Formation juridique : connaissance du cadre légal. • Rédaction de la Charte de la fête libre. • Teknivals 2018. Tous les sound-systems, tous les collectifs et toutes les associations de R.D.R. sont les bienvenues. Merci de faire tourner un maximum ce message aux gens concernés. Si vous souhaitez participer, envoyez-nous un message privé sur notre page : https://www.facebook.com/assofreeform/
Photos du journal
ALERTE SAISIES LOCALE//Dpt 44 Suite au décès d’un jeune de 17 ans dans une soirée nord 44 la semaine dernière et un ras-le-bol des élus locaux et des riverains du à la concentration de soirées sur cette zone tout au long de l’année (exprimé plusieurs fois dans la presse), la préfecture de Loire-Atlantique aurait demandé aux gendarmes de traiter avec fermeté les teufs qui se feraient dans cette zone. Cette information nous a été confirmée par des membres des collectifs Tripocorp sound system / Z'alignés Libertek / Gargouille CREW qui l’ont obtenue lors de leurs discussion avec les gendarmes pendant leur saisie ce week-end. Si la saisie a été limitée et que le dialogue est resté correct de part et d’autre, il est très probable que la pression va rester importante dans les semaines à venir, surtout dans le nord du département. Nous ne pouvons donc que conseiller aux sons qui posent dans cette zone habituellement de limiter leurs fêtes à des soirées de moins de 500 personnes et d’éviter les nuisances sonores… ou de se décaler sur les départements environnants. Sources presse http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saffre-44390/free-parties-le-bonheur-des-teufeurs-fait-le-malheur-des-riverains-4646814 http://www.20minutes.fr/nantes/2102891-20170711-loire-atlantique-enquete-homicide-involontaire-apres-mort-ado-lors-rave
Photos du journal
웃웃웃웃웃 FREEFORM RECRUTE 웃웃웃웃웃 4 POSTES EN SERVICE CIVIQUE A POURVOIR 웃웃웃웃웃 SUR TOULOUSE 웃웃웃웃웃웃 Vous avez entre 18 et 25 ans, vous êtes motivés pour vous engager auprès de l’association dans la défense des sound system ? Vous pouvez nous rejoindre en étant volontaire en service civique. Nous proposons quatre missions de 8 mois (24H semaine). Deux missions sont liées à l’animation du studio de l’Infrabase et le soutien aux musiciens des sons et deux autres missions sur le domaine de la réduction des risques. (Toutes les infos sur le statut des volontaires en service civique ici : http://www.service-civique.gouv.fr/page/je-suis-volontaire ) Si vous êtes intéressés, vous nous laissez un message de motivation et un cv en pièce jointe sur les annonces sur le site du service civique. Si votre candidature est retenue vous serez convoqués pour un entretien de motivation à l’Infrabase le 11 et 12 septembre prochain…et pourrez participer avec l’équipe à l’organisation des rencontres nationales les 16/17 septembre à la suite. ANNONCE RÉSERVÉE AUX GENS OPÉRATIONNELS ET MOTIVÉS :-) :-) Missions au studio http://www.service-civique.gouv.fr/missions/promouvoir-les-bonnes-pratiques-aupres-des-organisateurs-de-rassemblements-festifs-et-accompagner-les-jeunes-dans-leur-parcours-de-decouverte-artistique Missions en appui aux orgas et soutien aux actions de réduction des risques http://www.service-civique.gouv.fr/missions/promouvoir-la-reduction-des-risques-par-la-diffusion-d-outils
Photos du journal
RENCONTRES NATIONALES DES SOUND SYSTEMS : LES ENJEUX, POURQUOI Y PARTICIPER ? Depuis 4 ans, freeform accompagne et soutien les sound systems dans leurs revendications. Nous avons été à vos côtés pour les journées d’action, les manifestives ou les teknivals revendicatifs. Ensemble, nous avons fait notre possible pour faire comprendre au précédent gouvernement qu’il fallait faire évoluer la loi pour faire une place à la fête libre…sans succès. D’un autre côté, avec des réunions régulières, le fond de soutien juridique des sound systems, les fiches infos et notre travail au quotidien auprès de vous pendant ces années, nous pensons avoir contribué à plus de cohésion, plus de solidarité et nous espérons être une richesse pour le mouvement. Des milliers de fêtes chaque année, des centaines de collectifs actifs nous prouvent que le mouvement est dynamique et bien vivant, partout en France. En 2017 et pour les années à venir, les enjeux sont importants. Au printemps, les collectifs regroupés en Coordination Nationale ont adressé un courrier aux services du premier ministre pour une demande de rendez-vous mais celui-ci est resté lettre morte. Nos demandes de mise au point n’ont pas eu plus de réponse. Pour poursuivre ces actions et coller au mieux aux besoins des collectifs, il est important que nous réfléchissions ensemble à ce que le mouvement doit faire maintenant. Faut-il continuer à pousser pour faire évoluer la loi ou est-ce une perte d’énergie ? Se montrer au grand jour et revendiquer ou au contraire, faire avec l’existant et serrer les coudes pour continuer à faire vivre le mouvement sans faire de vague. De quels outils avez-vous besoin, que peut faire l’association pour mieux vous être utile ? Il y a-t-il des valeurs communes aux sound systems et est-ce que cela vaut la peine d’essayer de définir ce qui nous rapproche …ou encourager la diversité des postures et des comportements ? Créer des coordinations nationales, faire des manifestations d’envergure, parler aux médias et aux politiques ou privilégier la proximité, le contact avec l’opinion publique et les élus locaux ? Faire évoluer les habitudes ou continuer avec nos qualités et nos défauts sans rien y changer? Toutes ces questions que vous vous posez, que nous nous posons, nous allons en débattre ensemble les 16 et 17 septembre prochains, alors, soyez-là. MP pour plus d'infos, uniquement pour les sound systems et collectifs actifs.
Photos du journal
RETOUR SUR LES PETITES FICHES FREEFORM 6-1/2/3, le guide de survie de l'organisateur de free party !:-) Lorsque vous organisez une fête libre, quelle que soit l’attention que vous apportez pour que tout se passe bien, il y a toujours des risques légaux. Que cela vienne d’erreurs que vous avez pu faire, d’un accident ou d’oppositions à votre soirée, il n’est pas rare pour un Sound system de prendre des amendes ou de devoir s’expliquer avec la justice. Dans cette série de 3 fiches, Freeform fait le point sur les risques légaux liés à l’organisation de soirées en général, puis spécifiquement sur les soirées de plus de 500 personnes. Enfin, la 3ième partie de la fiche passe en revue les procédures juridiques quand cela va au-delà de la simple amende. Bonne lecture et n’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de précisions…ou d’aide. Le service juridique de Freeform est là pour ça. http://freeform.fr/fiches-6-les-risques-legaux/
Photos du journal
A ECOUTER SANS MODERATION!! https://www.facebook.com/linfrabase/videos/564944060517859/ Freeform et l’Infrabase lancent les TEKNOKTURN. Deux sets entre 18h00 et 22h00 tous les jeudis soir. Du mix ou du live en direct, diffusés depuis le studio de l’Infrabase. La première TEKNOKTURN c'est pour ce soir. A partir de 18h00: Duke vs. Aleksandr // live tribe suivi de Nico Tellurik // mix hardtek tribe Et pour les semaines à venir: ►► JEUDI 14 septembre Scandal Orchestra // liveset (18h/20h) RasKas Mongol Tribe// live hardtek tribe (20h/22h) ►► JEUDI 21 septembre Kevin AkrOsound // mix electro-techno (18h/20h) Ratus (BMK) // live tribecore (20h/22h) ►► JEUDI 28 septembre Lavitnok (Mongol Tribe) // live tribe (20h/22h) ►► JEUDI 5 octobre Por Tufrèk (Frèk6tem) // live tribe mentale (18h/20h) Extremits - Free Tekno Frèk6tem // live tribe (20h/22h) ►► JEUDI 12 octobre LoudKiker - ZouZou //mix tribe (18h/20h) Tapage mental // live tribe (20h/22h) ►► JEUDI 19 octobre Swazik // mix electro techno (18h/20h) Gael MSK (La Fourmilière) // mix techno house (20h/22h) N’hésitez pas à contacter la page de @l’Infrabase si vous êtes intéressé pour venir faire un set, nos locaux sont situés à TOULOUSE. Vous pouvez aussi venir jouer en direct en journée du lundi au vendredi mais également venir vous entrainer ou vous enregistrer si besoin. Ce studio est là pour vous. A bientôt, et bonne écoute !
Photos du journal
VENDREDI 13 OCTOBRE 2017, LE JOUR DE LA REPRISE DU DIALOGUE ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LES COLLECTIFS DE SOUND SYSTEMS ? En juin dernier, les collectifs techno adressaient une demande de rendez-vous au gouvernement fraichement élu. L’objectif de ce courrier était de faire le point avec le nouveau gouvernement sur le dossier free party, les évolutions possible du cadre légal et les problèmes rencontrés par les sons partout en France. Après un été un peu mouvementé, une réponse du Délégué Interministériel à la Jeunesse en charge du dossier est arrivée début septembre, comportant une invitation à une réunion ce vendredi 13. Après des échanges entre la coordination nationale des collectifs de sound systems et le ministère, l’ordre du jour suivant a été établi : La réunion du 13/10 permettra d’échanger sur : 1. Bilan de la réunion nationale des médiateurs départementaux 2. Présentation de la coordination nationale des collectifs 3 Proposition d’un programme interministériel sur des expérimentations sur plusieurs régions 4. Retour sur les 2 teknivals du 1er mai et du 15 août 2017 5. Point de situation sur l'activité de Freeform et les démarches de concertation locales 6. Point de situation sur les associations de prévention et réduction des risques 7. Réflexion et tour de table sur les perspectives 2017 - 2018 Coté collectifs, des représentants de la plupart des régions de France seront présents. Côté état, ce seront les Ministères de la Culture, de la Santé, de la Jeunesse (Education), de l’Intérieur et la Mildeca qui seront présents. Du beau monde des deux côtés donc pour ce premier échange après deux ans de rupture de dialogue. Reste à savoir si cette date du vendredi 13 portera chance aux défenseurs de la fête libre, ou si elle sera au contraire l’annonce de temps difficiles à venir.
Photos du journal
COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION FETE LIBRE / ETAT DU 13/10 PAR FREEFORM. Présents État : Ministère de la Culture, Ministère de la Santé, Ministère de l’Intérieur, Ministère de la Jeunesse/Éducation – DJPEPVA et la MILDCA Coté sons : Collectif des Sound Systems d’Ile de France, Collectif des Insoumis, Collectif des sound systems Bretons/Arts et Culture-Multisons 29, Collectif ABC (Auvergne/bourgogne/Centre) Collectif CRC (Centre), Collectif Rave Conscient (Rhône Alpes), un collectif de sons du Nord-Est, tous réunis dans la COORDINATION NATIONALE DES COLLECTIFS DE SOUND SYSTEMS. Associations : Techno+, Freeform Cette réunion était l’occasion de reprendre le dialogue entre les collectifs de sound systems et l’état dans ses différentes composantes suite au courrier envoyé au nouveau gouvernement en juin dernier. 1 : Présentation des « médiateurs rassemblements festifs ». Depuis mars 2017, l’état a étoffé et commencé à former le réseau des médiateurs départementaux. Ce sont des fonctionnaires du ministère de la jeunesse pour la plupart. Une liste de 70 noms est mise à disposition des organisateurs. Pour les sound systems, ces médiateurs sont les bienvenus mais ne semblent pas très utiles sur le terrain pour faire des déclarations notamment, car la majorité des teufs se font illégalement. Il est décidé d’un commun accord d’organiser des réunions entre les sons d’un département et les médiateurs sans « actualité », juste pour se rencontrer et échanger sur la situation des free dans le département. 2 : Présentation de la Coordination Nationale des Collectifs de Sound Systems. Les représentants des sons ont présenté la coordination et surtout les raisons de leur colère. Trop de saisies qui frappent souvent les petites soirées, une loi inadaptée qui empêche la free d’évoluer et surtout beaucoup de violences policières. Sur la question de l’évolution du cadre légal (arrêt de la loi Mariani, augmentation du seuil de déclaration a 1500 personnes) le Ministère de l’Intérieur a fait une réponse claire : il n’est pas question d’accepter cette revendication et ils considèrent que les menaces de saisie sont une arme efficace pour « contrôler » les sound systems. 3 : Le retour sur les teknivals 1er mai/15 aout passés et à venir. Pour le gouvernement, les teknivals ont un très mauvais bilan, avec beaucoup de décès, des factures pour le nettoyage et la remise en état des sites et de nombreuses nuisances. Les collectifs reconnaissent que les teknivals sont loin d’être parfaits mais la raison pour laquelle ils sont redevenus illégaux c’est le refus du dialogue côté état sur la loi + les conditions de tout ce qui se passe en france chaque week-end. Pour les sons, le bilan n’est pas négatif pour le 1er mai mais clairement, le 15 aout pose problème à tout le monde. Des deux côtés, on admet qu’il faut que les choses changent. Pour les collectifs, la question n’est pas que le teknival soit légal ou pas mais que cela corresponde aux valeurs du mouvement. Il n’est pas possible de penser les teknivals sans prendre en compte l’ensemble de la situation en France tous les week-end mais aussi les conditions dans lesquelles ils sont organisés. Une réflexion doit être engagée sur ce que les sons estiment être un teknival préparé dans de bonnes conditions, qui leur ressemble, avec une dimension revendicative et une vraie autogestion de la fête. 4 Points sur l’activité de Réduction des risques Coté État (Mildeca/Santé), on a confirmé la volonté de continuer à soutenir les missions de RDR et développer les actions sur le terrain. Du côté de Techno+, on souligne que les actions judiciaires entreprises contre l’association, la descente et les poursuites sont tout à fait négatives. Au-delà de la saisie du camion et du matériel de T+ qui empêche l’asso de faire son travail, c’est toute l’action de santé communautaire qui a été fragilisée par cette affaire. 5 Point sur l’activé de Freeform Freeform conduit des missions de médiation et de concertation un peu partout en France, notamment avec l’aide de la DJEPVA et du sénateur Cabanel. Un lieu dédié à la culture free party qui est aussi un « centre info-ressources » a été ouvert sur Toulouse. Pour Freeform, même si la position du ministère de l’Intérieur est bien comprise et prise en compte, il reste clair que le cadre légal actuel est une des raisons pour lesquelles le dossier n’avance pas. 5 : La proposition côté état : Mise en place de teufs « pilotes » dans 4 ou 5 régions françaises. Même s’il y a un refus de bouger sur la question de la loi, on peut voir une claire évolution de la façon de penser côté état qui vient avec une proposition de fêtes pilotes basées sur l’expérimentation réalisée entre 2008 et 2012 en Bretagne/Pays de la Loire. L’idée serait de relancer des multi-sons départementaux sur 4 régions pilotes à savoir : Bretagne / Occitanie / Pays de Loire / Centre Val de France + La Lorraine. Les multis sont des teufs légales qui regroupent un certain nombre de sound systems du département pour poser ensemble. Dans un projet de multi, l’état s’engage à ce que le projet aboutisse, ce qui veut dire un coup de main pour le site, les relations avec les élus et les riverains etc. Les conditions de ces projets restent encore à définir, nombre de teufs, conditions d’organisation et surtout voir si les sons des régions concernées acceptent de se lancer dans la démarche. 6 Perspectives 2018 Même si la position du Ministère de l’Intérieur est une déception pour tous, cette réunion a eu clairement un aspect positif : se rencontrer de nouveau, entendre les positions des uns et les autres, sortir des « postures » et montrer ce qui ne va pas, ce qui pourrait aller mieux et les limites fixées par les uns et les autres. Il est plus utile de se rencontrer pour dire ce qui ne va pas de vive voix que d’échanger par communiqués de presse. La présence du Ministère de la Culture était importante et celui-ci s’est clairement exprimé en disant que la free party était une pratique amateur qui a sa place au côté des autres pratiques culturelles des français. Un échange devrait avoir lieu sur le sujet pour approfondir et formaliser cette affirmation. Les propositions de l’état sont sur la table, c’est maintenant aux collectifs de répondre pour la suite. Nous sommes dans l’attente d’un communiqué des collectifs pour voir quelle suite sera donnée à cette réunion.
Photos du journal
Des saisies en cascade… Ce week-end et dans les semaines précédentes, les saisies de matériel se sont multipliées, autant sur de grosses soirées regroupant des milliers de personnes que sur des teufs à moins de 500. Certaines fêtes pourtant énormes sont passées aux travers, d’autres pas, selon une grille de décision dont les paramètres nous échappent mais qui n’a pas grand-chose à voir avec la loi ou les nuisances produites. Le bras de fer entre collectifs techno et l’état continue et si 2017 s’annonce comme l’une des pires années pour les sound systems français avec plus de 30 saisies depuis janvier dernier, c’est aussi une année ou l’on peut clairement dire que la scène explose en créativité et en diversité. Des milliers de fêtes, des millions de watts, des déco et des structures de plus en plus folles. La fête libre est en train de muter et loin de se recroqueviller sur elle-même, elle s’ouvre à tous et touche à tout. Il est loin le temps des sound systems kaki/camouflage/strombo rejeté au fond des bois par l’amendement Mariani. La free party s’affiche dans des friches industrielles, prend de l’ampleur, de la couleur et utilise les technologies les plus pointues. Certaines fêtes n’ont plus rien à envier aux « rave » légales …a part le fait qu’elles restent fidèles à leurs valeurs d’ouverture et au concept de prix libre. En octobre dernier, le gouvernement invitait les sound systems et soufflait le chaud et le froid. D’un côté, des avancées et des propositions, de l’autre, une position bloquée du ministère de l’Intérieur sur un cadre légal qui démontre chaque week-end qu’il n’effraie plus personne, qu’il ne correspond absolument pas à la réalité du terrain et que bien au contraire, il empêche les élus locaux et les sound systems de se parler en renvoyant chacun de son côté du mur. Dans les jours à venir, les sound systems doivent se réunir un peu partout en France pour parler de ces propositions et des réponses à leur apporter. Il est très important de pouvoir donner des réponses collectives, cohérentes et constructives si la fête libre veut se faire entendre. Ce mouvement doit trouver sa place dans la vie culturelle française, conserver ses spécificités et parfois se remettre en question. Mais une chose est sure, c’est que l’état n’a pas eu raison de 25 ans de fête libre et que ce n’est pas par la force qu’on impose une politique absurde.
Photos du journal
C’était il y a deux ans, le 13 novembre 2015. A l’automne 2015, Freeform s’engage dans un projet sortant de ses actions habituelles : l’organisation d’une soirée de soutien au projet ARTISTS IN ACTION. Artists in action, c’est le projet porté par Simone Sim Simer, Jeff 23 et l’équipe des Spiral Tribe pour soutenir les réfugiés à Calais et partout où c’est nécessaire. Quand nous fixons la date du 14 novembre pour cette fête, nous sommes loin d’imaginer que le 13, l’horreur va se répandre dans les rues de paris. Pour préparer ce projet formidable nous sommes portés par un énorme élan de motivation. Toutes les personnes investies dans la préparation étaient magnifiques de courage et de générosité. Sylvain Desmet, le directeur de la base de loisirs de Cergy-Pontoise (91) met toute la force de son engagement pour accueillir la soirée. Il ne nous a pas proposé de venir nous installer chez lui par hasard. Cergy est un lieu d’accueil pour les migrants et une centaine d’entre eux, syriens, irakien, vivent sur la base. Nous les rencontrons et leur expliquons le projet. On sent qu’ils sont touchés par cet acte de solidarité. Nous surfons sur une vague irrésistible et toutes les difficultés habituellement liées à la préparation d’un événement de cette ampleur (nous attendions 4 ou 5000 personnes) sont surmontées facilement. La mairie de Cergy (socialiste) nous met des bâtons dans les roues et nous refuse le prêt de la scène qu’elle devait nous passer ? Des volontaires bossant dans le spectacle sur Paris proposent de venir nous en installer une et de filer un coup de main avec leur camion pour une bouchée de pain. Une sono ? L’équipe MST fait revenir le fameux Exekut de Marseille en camion au prix d’un nombre de galères improbables. Des lights ? L’équipe de Régietek nous met à disposition du matériel digne d’une organisation professionnelle pour trois fois rien. La commission de sécu exige une vérification des installations électriques pourtant montées par des pros? L’équipe d’ACE nous propose de venir certifier le tout gratuitement. La sécu casse les prix. L’équipe de Structure Evts, portée par Julien des Acolytes nous ramène leur plus beau chapiteau de Bretagne et même Kiloutou nous fait des gratuités. Tout le monde veut montrer que, contrairement à ce que disent les médias, les français n’en ont pas marre des réfugiés. Les français comprennent les migrants et veulent qu’on les accueille dans de bonnes conditions ! Du côté des artistes, c’est encore plus fragrant. Autour du crew des Spirals réuni presque au complet, une utopie se concrétise. Les noms s’ajoutent aux noms au point que nous devons faire des choix. Tous bénévoles, tous généreux. Rock’in Squat nous offre son son, Dj Sun-J celui d’Asian Dub Foundation. Avec l’aide de Kevin Ringeval, la programmation s’étoffe, Didier des Wampas va jouer au côté des dj du crew MST, Goyandi donnera la réplique à D de Kbal et Marc des Teknokrates. Trop de têtes d’affiche pour tous les citer, ça devient n’importe quoi, mais du « Grand » n’importe quoi, cohérent et plein d’amour. Même la Sacem semble avoir décidé de nous oublier. Trax nous offre une page, la presse relaie au-delà de nos espérances. Trop nombreux sont ceux qui ont participé pour tous les citer mais ils se reconnaitront. Le projet est porté par une équipe de bénévoles formidables. Les crews des sons de l’Ile de France mettent la main à la patte. Besoin de bras, d’un barnum, d’une paire de platines ou d’un rouleau de scotch, ça roule, ça tombe sous le sens. Nous sommes tous là, vendredi soir, 1500 préventes déjà, ça va cartonner et Artists in Action repartir avec des milliers d’euros ouvrir sa première cantine au sud de l’Italie ou en Grèce. Tout est nickel, la commission de sécu est passée, on a le feu vert. Les lumières et le son en montage, nous en sommes à fignoler les loges, à coller les panneaux de prix sur la restauration déjantée de Nico, le cook du crew MST. On fignole mais on est prêts pour ouvrir le lendemain 11 heures, au taquet. Puis ça part en vrille, il est 21H30. Ca commence par une exclamation : Vous avez vu ? C’est chaud au stade de France ! Puis les messages qui tombent, les alertes qui s’affichent sur la surface des écrans. Un par un, les visages se penchent sur les smartphone et dans la nuit les gens arrêtent de bouger pour lire les news. À voir cette onde passer des uns aux autres, on devine que quelque chose d’ultraviolent se passe. Paris est à feu et à sang, ça tire au Bataclan. Une horrible sensation de déjà vu, un sentiment de 11 septembre, quand tu sens que la violence de ce qui est en train de se passer est telle qu’elle nous atteint tous, même alors que nous sommes hyper concentré sur notre mission. Petit à petit, tout se fige. Vu le nombre de techniciens sur place, chacun cherche à savoir si leurs potes bossaient au Bataclan ce soir-là, si tout le monde est sain et sauf. Ce ne sera évidemment pas le cas. Tout le monde parle, on se demande si ou doit continuer ou pas. Parce que, justement, on se bat pour dire non à ces gens-là. Parce qu’on le doit aux réfugiés que nous soutenons, qui sont dans les bâtiments à côté. On veut leur montrer que nous les aimons et que nous ne les confondons pas avec les massacreurs qui les ont déjà obligés à fuir leur pays. Chacun débat mais au fur et à mesure que le bilan s’alourdit et que les minutes passent, l’ampleur de ce qui vient de se passer devient de plus en plus concrète. Un par un, les derniers à bosser posent leurs outils, leur rouleau de gaffer et se rendent à l’évidence, on arrête. Tous sauf un. Ivan, président de Freeform et pilier des MST. Après avoir fini de monter les stacks avec méticulosité, il s’attèle à paramétrer son system. Sur un praticable, derrière son mac, il fait le sourd quand on lui dit ce qui se passe et garde la tête baissée sur ses programmes. Quand je viens lui dire pour la troisième fois que c’est la catastrophe, que la préfecture a déjà appelé une fois mais que forcément ça va pas se faire, il m’envoie bouler brutalement. Il a bien évidemment compris ce qui se passe mais dans un déni magnifique, il veut aller jusqu’au bout de son taf, finir ce réglage même s’il sait que ça ne servira à rien. Pour le principe. Puis il termine son setting, se lève, prend son mac et file vers les loges pour consulter les news. Il ressort et lâche le mot : c’est fini, on démonte. Une forme de stupeur nous saisit et un sentiment d’intense frustration. Préparer un tel projet, c’est une montée en tension, c’est une pression progressive qui va crescendo jusqu’à l’ouverture des portes, explose pendant l’exploitation et te laisse mort de fatigue mais heureux quand le dernier caisson est rentré au dépôt. Quelque chose d’orgasmique quelque part. Mais là, on a été coupé en pleine montée. Des mois de préparation puis à la dernière seconde, stoppés net, d’une manière violente, sans appel et tellement personnelle vu le projet. Dans le milieu techno, on dit que rien n’arrête un peuple qui danse, mais dans la vraie vie une rafale de kalachnikov fait ça plutôt efficacement. On décide de démonter le plus gros dans la foulée. Tant d’énergie disponible, beaucoup de rage aussi. Entre deux coups de fils aux proches sur Paris ou ailleurs, le son, les lights volent au fond des camions. Un dernier échange avec la préfecture pour confirmer qu’on annule, on met un fût en perce, on boit une bière ou douze puis ceux qui peuvent dormir vont se coucher. Dans le même bâtiment que les réfugiés. Certains sont venus nous voir. Le désespoir visible dans leurs yeux. La mort qu’ils fuient vient de les rattraper et frappe à quelques kilomètres. Des excuses se forment sur leurs lèvres, mais nous les refusons en les serrant dans nos bras. Le matin est brutal et harassant mais tout le monde est là pour achever ce qu’on n’a pas pu finir dans la nuit. On en a encore pour deux jours de taf et il faut continuer à bosser, c’est sans appel. La journée est longue, grise, dure. Tout le monde se serre les coudes. L’impact financier pour Freeform va être énorme mais l’heure n’est pas aux comptes. On a quand même le plaisir d’entendre la plupart des rares prestataires payés nous dire qu’ils vont réduire les couts au maximum, nous rendre les avances quand ils peuvent. L’équipe de la base est là aussi à nos côtés. C’était aussi leur projet et même si nous sommes un peu atypiques, même si nous les avons bousculés dans leurs habitudes, ils sont solidaires. Dans la journée, je reviens sur la partie logements pour ramener du matériel. Tous les réfugiés et une partie de l’équipe de la base sont assemblés dans la cour. Je hèle un responsable, pas de réponse. Je viens de fracasser la minute de silence. Je m’excuse mais pas de regards énervés, juste de la compréhension. Un jeune réfugié irakien, boxer et futur juriste qui se faisait une joie de participer à la soirée me prend dans ses bras, puis d’autre viennent me parler, des excuses encore. En les écoutant, je comprends combien ce que nous vivons les touche mais aussi combien notre peine, surtout à nous qui n’avons pas été frappés directement, est dérisoire. Ce qui nous bouleverse est leur quotidien. Ils ont quitté leur pays, traversé la méditerranée et pris tous les risques à cause de ce genre de massacre. Mais chez eux, c’est toutes les semaines. La France pleure, elle est traumatisée mais pourtant même après ça, elle continuera de dénier à ces humains le droit d’avoir cette même peur, ces même traumatismes et de vouloir fuir leur pays. Une voiture de police stationne à proximité, la sécurité est renforcée car on craint des représailles contre eux. Un passeport syrien a été retrouvé sur les lieux du massacre. Le samedi soir arrive, tout est presque rangé mais reste le grand chapiteau, vide et absurde. Nous décidons de faire un repas tous ensemble avec les bénévoles qui restent et une bonne partie du Network23 qui était déjà sur place. Ce sera un moment étrange, une sorte de catharsis. Une tablée d’une quarantaine de personnes sous cet immense chapiteau de 2000 places, ouvert et balayé par le vent. Dérisoire au regard de ce que le lieu devrait être au même moment. Nous écoutons de la musique sur un iPad avec une enceinte de poche en Bluetooth là ou étaient installés 20 kW de son il y a quelques heures, là où devraient danser des milliers de personnes. On aurait pu se mettre au chaud dans le catering, mais nous nous sommes installés là, dans le froid, sans en discuter, comme une évidence. On mange, on boit, on parle. Pas vraiment de ce qui vient de se passer, plutôt de fêtes, du passé, de l’avenir, mais le présent est dans nos têtes. Un moment d’hilarité générale quand trois RG déguisés en « jeunes du coin » viennent voir si nous n’avons pas prévu de faire la fête quand même. Quelqu’un leur a dit qu’il y avait de la lumière sur le terrain. On les invite à boire un verre et faisons comme si nous ne les avions pas reconnu. De l’alcool, nous en avions prévu beaucoup, et ça tombe bien car nous avons envie de boire, dans le vent, le froid et la lumière blafarde d’un halogène qui dessine nos ombres sur le chapiteau vide. Le dimanche matin trouve les derniers couchés et les premiers levés pour finir le démontage du chapiteau puis chacun reprend la route jusqu’à Paris, Marseille ou Toulouse, avec le chagrin en guise de copilote et France Info comme bande son…fuck them. Grâce à la solidarité des gens qui avaient pris leur place et qui nous en ont fait don, Freeform a pu continuer sur travail. Artists in action agit toujours de manière formidable pour la « refugee kitchen » en organisant des soirées de soutien, en sortant des compilations et surtout sur le terrain, les mains dans les gamelles, encore et encore. Cette action était une parenthèse dans la vie militante de Freeform, une aventure humaine et une épreuve dont nous ne sommes pas sortis plus grands ou plus forts, juste plus conscients de la fragilité de la vie et de l’importance de rester solidaires, quoi qu’il arrive. Merci à tous ceux qui ont porté ce projet, qui ont donné et qui donnent encore pour que vivent les utopies. Samuel, pour Freeform.
Photos du journal
SOUTIEN A TECHNO+ A L'OUEST /// FAITES TOURNER CAMPAGNE PARTICIPATIVE POUR L'ACHAT D'UN CAMION POUR LES INTERV EN TEUF /// PARTAGEZ https://fr.ulule.com/1kmion-pour-technoplus/ SOYEZ GENEREUX _ SORTEZ VOS EUROS_ VOUS SAVEZ PKOI:-)!!! Mais qui sont-ils et pourquoi diable un camion ? L'antenne des Pays de la Loire de l'association Techno+, https://www.facebook.com/TechnoPlusALOuest/ association de Réduction des Risques en milieu festif, intervient gratuitement dans vos événements (free party, rave, festival etc...) en Pays de la Loire. Pour transporter nos joyeux volontaires ainsi que notre stand et son Chill-out jusqu'à ta teuf, nous avons besoin d'un camion, et pas des moindre car notre matériel + nos volontaires ne rentrent que dans un camion 7 places double cabine (non pas qu'ils fassent des manières mais ils sont nombreux et le matériel est volumineux ). Pour l'instant nous jonglons entre les voitures des volontaires, et quelques locations de camions, mais ce mode de fonctionnement est onéreux, en argent comme en organisation et en logistique... Nos finances ne nous permettant pas de dégager la somme requise pour l'achat d'un camion, voilà pourquoi nous faisons appel à toi, teufeur, festivalier, organisateur, sympathisant, famille, ami, partenaire, association et structure de RDR. https://www.dailymotion.com/video/x69kepi
Photos du journal
#TEKNIVAL@BZH, POURQUOI LES COLLECTIFS TECHNO DE L’OUEST SONT EN COLÈRE ? Vous l’avez surement vu passer sur les réseaux sociaux, un appel est lancé par les sound systems de l’Ouest pour un rassemblement revendicatif façon teknival ce week-end. Cette action revendicative est la conséquence d’une série de saisies et d’incidents qui ont eu lieu dans cette région qui est pourtant un haut lieu de la fête libre en France. Depuis un an, le nombre de saisies s’est multiplié dans le grand-ouest, parfois alors qu’il y a moins de 500 personnes sur le site et qu’aucun trouble à l’ordre public important n’est constaté. D’autres actions ciblant le public des free ont aussi eu lieu. Dans le Morbihan par exemple, le préfet tente de faire payer des amendes à des participants à certaines free parties pour « aide au tapage nocturne ». Il essaye ainsi de dissuader les danseurs de venir dans les soirées en les cataloguant d’office comme complice de tapage nocturne, de par leur simple présence. A l’heure actuelle, ce sont de nombreux participants, parfois leurs parents, qui sont convoqués en gendarmerie pour avoir osé contester ces amendes basées sur des relevés de plaques d’immatriculation et qu’ils n’étaient évidemment pas présent sur la fête en question. On nous rapporte aussi plusieurs cas de participants ayant reçu des amendes pour stationnement dangereux alors qu’ils s’étaient garés dans un champ lors de soirées. Si les stationnements le long d’une route de campagne, de nuit et sans signalisation sont effectivement dangereux, le fait d’en profiter pour verbaliser aussi ceux qui s’étaient garé dans le champ prévu par les organisateurs décrédibilise l’action de sécurité routière. Comment l’aspect pédagogique d’une amende peut-il être compris quand il est accompagné de pratiques très questionnables éthiquement ? En Aout dernier, le préfet du Finistère qui essayait de faire payer 12 000 euros le déplacement des gendarmes sur une free party légale et déclarée de 2000 personnes avant d’abandonner l’idée sous la pression médiatique. Depuis, une commission a été nommée au gouvernement pour faire le point sur ces pratiques iniques et sous l’égide du préfet Guépratte, les conditions des indemnisations des services de l’état, sont en train d’être revues complètement. C’est la preuve que quand les bretons contestent, ce n’est pas pour le plaisir de râler mais bien parce que leur demandes sont légitimes, constructives et argumentées. Lors de la réunion du groupe de travail interministériel au ministère de la Jeunesse en octobre dernier, le gouvernement a proposé la Bretagne et les Pays de Loire pour devenir des régions pilotes, remettre en place de la concertation et accompagner les collectifs dans l’organisation de fêtes légales. Les sound systems réunis au mois de novembre ont validé cette démarche et sont prêts au dialogue. Mais il semble que les consignes gouvernementales ne soient pas parvenues jusque dans les lointaines contrées bretonnes et que pour l’instant, c’est la répression qui prime sur la concertation. Freeform rappelle que si le gouvernement ne souhaite pas voir évoluer le cadre légal et veut conserver la saisie comme un instrument de régulation, cela reste une sanction brutale et clivante qui ne devrait être réservée qu’aux cas les plus extrêmes. Idem pour les « punitions collectives » qui loin d’avoir un effet dissuasif génèrent au contraire des réactions de colère. Nous appelons les préfectures des départements du grand ouest à reprendre au plus vite un dialogue constructifs avec les représentants des collectifs. C’est ensemble et non les uns contre les autres que se construit l’avenir.
Photos du journal
Pour ceux que ça intéresse, le compte-rendu officiel (rédigé par la DJEPVA) de la réunion des collectifs de sound systems avec les représentants de l'état qui a eu lieu le 13 octobre dernier. 6 pages à lire...pour les courageux. https://freeform.fr/compte-rendu-officiel-reunion-etat-collectifs-13-octobre-2017/
Photos du journal
♬♬♬♬♬♬FREEFORM lance le projet Chrysaldisk pour aider les compositeurs de musiques électroniques de la scène free party à sortir leur premier vinyle.♬♬♬♬♬♬♬ Le projet : Freeform propose à deux artistes de travailler ensemble sur un vinyle 4 titres, avec 2 compos collectives en duo et deux compos individuelles. Chaque projet se déroulera sur un trimestre avec des formations liées à la production discographique et un accompagnement dans la réalisation du vinyle. Chaque disque sera pressé à 300 exemplaires et vous recevrez 30 copies chacun. Le reste sera vendu à prix coutant. (Freeform ne réalise pas de bénéfice sur ce projet). Si vous voulez participer à ce projet trimestriel il vous faut donc : - constituez un duo qui peut se retrouver en dehors de l’Infrabase - pouvoir venir aux quatre sessions qui auront lieu sur trois mois dans nos locaux à Toulouse. - avoir déjà produit des morceaux (en solo ou en duo) et pouvoir nous les faire écouter. - ne jamais avoir sorti de morceau sur support vinyle. Si vous correspondez aux critères et que le projet vous motive, il vous suffit de remplir le formulaire en bas de cette page : L’équipe du studio de l’Infrabase choisira ensuite le duo pour le premier projet et l’accompagnement. Une nouvelle session sera lancée tous les deux ou trois mois, en fonction de l’avancée des différents projets. Les quatre sessions d'une journée seront réparties sur trois mois : - session 1 : Définir un projet artistique et le diffuser (label, internet, live…) - session 2 : L’autoproduction et le monde du disque - session 3 : Présentation de l’avancée du projet, visuel… - session 4 : Mastering et post-production Compositeurs en tout genre : à vos claviers !! Inscriptions sur notre site: https://freeform.fr/projet-chrysaldisk/
Photos du journal
HALTE À L’ESCALADE DES TENSIONS SOUND SYSTEMS / FORCES DE L’ORDRE DANS LES FREE PARTIES EN BRETAGNE ET ILE DE FRANCE ///// LE DIALOGUE DOIT REPRENDRE ! Ce week-end, deux manifestations de contestation organisées par les sound systems avaient lieu : un teknival en Bretagne, un multison dans le 91. Ces deux manifestations regroupaient plus de 50 sound systems qui s’étaient unis pour protester contre les saisies et les incidents avec les forces de l’ordre. Les deux manifestations se sont terminées par encore plus de saisies …et de violence. A l’automne dernier, suite à de nombreuses saisies et heurts dans l’Essonne déjà, les sound systems d’Ile de France avaient organisé une manifestation devant la préfecture et adressé une demande de rendez-vous pour dialoguer. Cette lettre étant restée sans réponse, ils ont donc décidé d’organiser une puis deux fêtes dans le département pour se faire entendre. Ce dimanche donc, à la fin de ce rassemblement revendicatif près (trop près ?) d’Etampes, les policiers ont d’abord saisi le matériel d’un premier camion à la sortie de la fête. Rapidement encerclés par les participants, la police a du abandonner les enceintes pour éviter que la situation dégénère. En réaction, les forces de l’ordre ont donc déclenché d’autres saisies sur les camions qui quittaient le site, cette fois quelques kilomètres plus loin. Ces saisies ont entrainé un rassemblement de protestation devant le commissariat d’Arpajon, lequel a entrainé un gazage des contestataires…qui promettent à leur tour des réactions. Dans Le Parisien de ce matin, la préfète de l’Essonne « condamne sévèrement ces agissements » sans pour autant répondre aux demandes de dialogue ni chercher à briser ce cercle de violences. Idem en Bretagne où ce sont les saisies à répétition qui ont déclenchés ce teknival qui s’achève sur au moins 4 nouvelles saisies alors que clairement, cette fête qui se déroulait à l’écart de toute habitation, n’a pas créée de troubles et laissé un site nickel derrière elle. Quelle sera la prochaine étape? Une saisie qui terminera mal ou un teknival qui finira en émeute avec un jeune avec la main arrachée par une grenade comme au Faouët en 2003 ? Il serait naïf de penser que seules les forces de l’ordre sont en tort à chaque fois. Le choix de sites peu judicieux, des sonos beaucoup trop fortes ou des cultures abimées par les sound systems peuvent amener des réactions logiques des pouvoirs publics mais elles doivent être proportionnées et justifiées. Les saisies mettent de l'huile sur le feu plus qu'elles ne servent à maintenir l'ordre. Freeform, peut-être utopique, croit encore et toujours aux vertus du dialogue et à la primauté de la concertation sur le rapport de force. Fête libre, autorités et élus locaux peuvent trouver des terrains d’entente dans l’intérêt et le respect de tous ! Nous appelons donc ces préfectures à renouer le dialogue avec les collectifs d'organisateurs de leurs départements avant que la situation ne dégénère. C’est d’autant plus important qu’au niveau national, le gouvernement s’est engagé dans une démarche de concertation que ces incidents locaux risquent de rendre totalement illisible et inapplicable. . . . . . . Crédit photo https://www.facebook.com/tangtangpics/
Photos du journal
Bonne année à tous !
Photos du journal
SOUND SYSTEMS : LA JEUNE GÉNÉRATION EN FORCE ? Sondage: Depuis combien d’année posez-vous ? On entend souvent dire qu’il y a de plus en plus en plus de jeunes organisateurs de free party, et que depuis quelques années le nombre de collectifs tekno explose sur la scène française. Alors qu’en est-il vraiment ? Nous lançons ce sondage pour faire un état des lieux de l’âge des sound systems, et répondre à une interrogation…. Sound system : la jeune génération en force ? Pour répondre, passez sur notre site quelques secondes, c'est anonyme bien sur! https://freeform.fr/ageduson/
Photos du journal
Déjà plus de 400 sons ont répondu au sondage "SOUND SYSTEMS : LA JEUNE GÉNÉRATION EN FORCE ?" Il nous manque encore certains sons pour avoir une image "nationale" du truc, surtout dans les "vieux" noms.. Nous clôturons le sondage dans 48h00, alors faites tourner le lien aux potes. https://freeform.fr/ageduson/ A vos claviers ! https://freeform.fr/ageduson/ Rappel du bazar: SOUND SYSTEMS : LA JEUNE GÉNÉRATION EN FORCE ? Sondage: Depuis combien d’année posez-vous ? On entend souvent dire qu’il y a de plus en plus en plus de jeunes organisateurs de free party, et que depuis quelques années le nombre de collectifs tekno explose sur la scène française. Alors qu’en est-il vraiment ? Nous lançons ce sondage pour faire un état des lieux de l’âge des sound systems, et répondre à une interrogation…. Sound system : la jeune génération en force ? Pour répondre, passez sur notre site quelques secondes, c'est anonyme bien sur! https://freeform.fr/ageduson/
Photos du journal
◕◕600 ❥❥C’EST LE NOMBRE DE SOUND SYSTEMS FRANÇAIS QUI ONT RÉPONDU AU QUESTIONNAIRE « LA JEUNE GÉNÉRATION EN FORCE ? » ◕http://bit.ly/2DbqlUb. Jeunes crews ou orgas crées dans les années 2000, c’est une avalanche de réponses qui tombent et ça nous fait prendre conscience du nombre de collectifs et de la force de ce mouvement (on compte 630 réponses différentes exactement). Surtout qu’en lisant les résultats, on sait qu’un paquets de sons n’ont pas répondu. La question suivante pourrait être : combien de sons en France ? 1000 ? 2000 ? ❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤ RAPPEL DU QUESTIONNAIRE: LA JEUNE GÉNÉRATION EN FORCE6: Depuis combien d’année posez-vous ? On entend souvent dire qu’il y a de plus en plus en plus de jeunes organisateurs de free party, et que depuis quelques années le nombre de collectifs tekno explose sur la scène française. Alors qu’en est-il vraiment ? Nous lançons ce sondage pour faire un état des lieux de l’âge des sound systems, et répondre à une interrogation…. Sound system : la jeune génération en force ? Pour répondre, passez sur notre site quelques secondes, c'est anonyme bien sur! https://freeform.fr/ageduson/
Photos du journal
QUE SE PASSE-T-IL DANS LE 91 ? Si vous suivez l’actualité techno de ces derniers mois, vous avez probablement noté un certain nombre de saisies, manifestations, multi-sons revendicatifs, heurts avec la police, manif nocturnes etc. En fait, si les choses se sont accélérées récemment, la tension monte depuis cet été et nous avons fait un récapitulatif des événements de ces derniers mois : • 27 aout, 2 rassemblements de moins de 500 personnes. Les orgas voient les gendarmes dans la nuit. Les échanges sont cordiaux, ils baissent le volume quand on leur demande et ils arrêtent la soirée a l’heure négociée avec les gendarmes. Après démontage et nettoyage du site, les gendarmes reviennent, saisissent les sonos et les organisateurs sont entendus sur la base d’une agression sonore pour les deux manifestations (contrairement à ce qui est dit dans le Guide de la médiation). • 21 septembre : saisie lors d’une soirée de moins de 500 personnes, sud IDF. Une plainte pour agression sonore déposée par le maire de la commune servirait de base à cette saisie, même si, évidemment, les organisateurs n'ont jamais voulu nuire a quelqu'un en particulier, surtout pas au maire qu'ils ne connaissent pas. • 30 septembre, les collectifs d’Ile de France organisent une manifestation devant la préfecture de l’Essonne et adressent une demande de rendez-vous à la préfecture qui reste dans réponse. • 5 octobre : saisie lors d’une soirée de moins de 500 personnes, sud IDF • Le 7 octobre le soir, ils organisent une soirée revendicative qui rassemble une vingtaine d’organisations mais ne provoque pas de réaction ni de réponse à leur courrier. • 1/2/3 décembre, une vingtaine de collectifs organisent une soirée de contestation près d’Étampes pour faire « entendre » leur mécontentement. Ils génèrent donc des nuisances sonores. A la sortie de la fête, un véhicule contenant du matériel est arrêté et les enceintes saisies sur place mais le public se mobilise et récupère le matériel « de force ». Les policiers vont ensuite s’arranger pour arrêter sans heurts 2 camions qui sortent du site et les amener au commissariat pour une saisie. Un attroupement se produit devant le commissariat d’Arpajon suite à un appel de participants sur les réseaux sociaux. Des renforts sont appelés et les participants dispersés après utilisation de gaz lacrymogènes. • Du 4 au 6 décembre, Freeform cherche à rentrer en contact avec le médiateur sans succès. • Le 6 décembre, Freeform adresse un mail au directeur de cabinet pour échanger sur le sujet, sans réponse. • 13 décembre, Freeform informe le Groupe de travail interministériel des problèmes dans le 91. • 13 janvier : les collectifs d’Ile de France organisent une manifestation de nuit à Arpajon mais celle-ci avorte pour éviter un clash trop important avec les forces de l’ordre et une saisie du matériel et du véhicule d’un des orgas. • 13 janvier toujours, première prise de contact avec la préfecture qui annonce vouloir amorcer une concertation. • 14 janvier : manifestation sonorisée non-déclarée devant la gare d’Arpajon. La police saisie un groupe électrogène. • 18 janvier : un rendez-vous est fixé en préfecture, avec les collectifs d’IDF, Freeform, le référent national rassemblements festifs, le médiateur local et le cabinet de la Préfète de l’Essonne. • 20 janvier : Manifestation déclarée des collectifs d’IDF à Arpajon. https://www.facebook.com/events/360462691088659/ Et lundi prochain donc, ce sera la première réunion de concertation sur le sujet des free parties en Ile de France depuis …..au moins 10 ans. Autour de la table : le collectif des sound system d’Ile de France, Freeform, le référent national, le directeur de cabinet de la préfecture et le médiateur du 91. Nous espérons sincèrement que cette réunion sera fructueuse et quelle permettra de faire avancer le dialogue dans ce département qui à la triste réputation d’être celui oui il y a le plus de saisies en France.
Photos du journal
🚸☢🆓40% DES SOUND SYSTEMS ONT MOINS DE DEUX ANS !🚸☢🆓 Avec plus de 600 réponses vérifiées qui nous permettent d'avoir une palette assez large pour considérer les résultats comme représentatifs au niveau national, notre questionnaire "l'age du son" confirme ce que nous sentions sur le terrain: 41% des sound systems poseraient depuis moins de deux ans. Le nombre de collectifs explose ces dernières années et le milieu free party ne cesse de grandir, se renouveler, se réinventer…. La jeune génération est bien là en force ! Ce constat nous amène à penser qu’il faut continuer à renforcer la solidarité et la transmission des valeurs et des bonnes pratiques entre les sound systems. Petit message à tous les rageux en mode "la free party est morte depuis que j'y vais plus" rangez vos com dans les placards :-)
Photos du journal
NOUVELLE LISTE DES MÉDIATEURS A JOUR AU 12/02/2018 Suite aux nombreux retours sur des contacts erronnés, voici la nouvelle liste des médiateurs. De nouveaux médiateurs ont été nommés dans certains départements, et les contacts mail et téléphone ont été mis à jour. Si vous avez des difficultés à joindre un médiateur, contactez nous, que ce soit pour établir ou mettre à jour un contact, nous sommes là pour vous aidez dans vos démarches. https://freeform.fr/les-contacts-des-mediateurs/
Photos du journal
Comme vous le savez surement déjà, Facebook a modifié son algorithme et il vous fait rater certaines des publications de vos pages préférées. Pour continuer à ne rien rater des publications de @[1482807815320521:274:Freeform] et de @[488106748201591:274:L'Infrabase] sur votre fil d’actualité rendez vous sur la page puis dans l’onglet « abonnement » et cliquer sur voir en premier :)
Photos du journal
FREE PARTY : EGALITÉ DEVANT LES CAISSONS ? Tribune par l’équipe Freeform pour la journée des droits de la femme. La free party est elle aussi tolérante qu’elle le prétend ? Difficile de croire que 25 ans de techno aient effacé chez ses amateurs l’influence d’une société où la femme n’est pas vraiment l’égal de l’homme dans les esprits. Pas étonnant donc que le sexisme soit un problème qu’on retrouve aussi bien dans les champs que dans les clubs, underground ou mainstream, et que les acteurs du mouvement techno soient tout aussi confrontés à ce problème que le reste de la société. Mais le sexisme c’est quoi ? Nier l’égalité des sexes, attribuer un rôle ou une position à une personne selon son sexe, renier les libertés individuelles. Penser qu’une femme n’a pas sa place derrière les platines ou préférer voir jouer une « djette » parce que « c’est plus joli à regarder » c’est sexiste, tout comme s’étonner qu’une fille produise un live ou un mix de qualité… On compte à peine 10% de filles programmées sur les line up des festivals et des free party, pourtant les filles ne sont pas moins motivées et capables pour faire de la musique, ça interroge donc nos pratiques et la place des femmes dans la sphère techno. Mais le problème ne s’arrête pas à la scène, dans le public les filles ne sont pas épargnées non plus par les clichés : victime peut être de sa « dé-séxualisation » le dancefloor des free party qui se refuse à devenir un terrain de drague est devenu tout l’inverse : les filles qui assument leurs corps et leurs façons de danser deviennent des « teknopoufs », critiques venant d’ailleurs des hommes comme des femmes. Ces remarques et ces pratiques stigmatisent les femmes, dont la place et l’apparence sont encore largement mis sous contrôle en free party comme ailleurs ! Seul 7% des utilisateurs d’Ableton sont des utilisatrices. Les femmes osent moins se lancer dans l’apprentissage de la MAO, et celles qui produisent sont soumises à la pression et au manque de légitimité d’investir les espaces musicaux. Les femmes peuvent s’autocensurer, mais elles sont aussi souvent peu favorisées voir empêchées de s’investir dans certains domaines. On remarque une division sexuée des tâches dans le secteur musical ou l’organisation d’événement, et la free party ne fait pas exception. Déjà les sound systems sont souvent exclusivement ou au trois quart composés de mecs, et les quelques filles sont souvent dirigées vers un certain type d’activité comme la réduction des risques ou la décoration. On remet trop souvent en cause la place et la capacité des femmes à intervenir dans des domaines traditionnellement masculins, comme la technique, la logistique ou la musique. Peu de femmes dans les réunions de sound systems, on le voit a chaque fois et derrière les caissons… Est-ce que cela explique aussi les line up peu mixtes et les remarques du style « ton live n’est pas mal pour une fille ». Les schèmas de pensées patriarcaux et les barrières symboliques freinent la participation des femmes dans la production des musiques électroniques et l’organisation d’événements festifs. La free party se veut radicalement opposée aux clivages de la société et revendique un espace de liberté, d’expression et d’expérimentation sociale et musicale pour tous, alors continuons de nous remettre en question et de défendre nos valeurs !
Photos du journal
Alors que le vinyle issu de la première session Chrysaldisk part tout juste à la presse, l'équipe de Freeform cherche un nouveau duo pour participer au deuxième volet! Le projet Chrysaldisk est fait pour aider les compositeurs de musiques électroniques de la scène free party à sortir leur premier vinyle. Freeform propose à deux artistes de travailler ensemble sur un vinyle trois ou quatre titres, avec au moins une composition collective en duo et deux compositions individuelles. Le projet se déroulera sur un trimestre avec des formations liées à la production discographique et un accompagnement dans la réalisation du vinyle. Le vinyle sera pressé à 300 exemplaires et vous recevrez 25 copies chacun. Le reste sera vendu à prix coutant. (Freeform ne réalise pas de bénéfice sur ce projet). Si vous voulez participer à ce projet trimestriel il vous faut donc: - constituez un duo qui peut se retrouver en dehors de @[488106748201591:274:L'Infrabase] - pouvoir venir aux quatre sessions qui auront lieu sur trois mois dans nos locaux à Toulouse. - avoir déjà produit des morceaux (en solo ou en duo) et pouvoir nous les faire écouter. - ne jamais avoir sorti de morceau sur support vinyle. Si vous correspondez aux critères et que le projet vous motive, il vous suffit de remplir le formulaire en bas de cette page : L’équipe du studio de @[488106748201591:274:L'Infrabase] choisira ensuite le duo pour le premier projet et l’accompagnement. Les quatre sessions d'une journée seront réparties sur trois mois : - session 1 : Découverte du monde discographique - session 2 : Faire des choix professionnels - session 3 : L’autoproduction - session 4 : Mastering et post-production Compositeurs en tout genre : à vos claviers !! Inscriptions sur notre site: https://freeform.fr/projet-chrysaldisk/
Photos du journal
TEKNIVAL NEWS #3 LE POINT SUR LE SITE ET LES DISCUSSIONS AVEC LE GOUVERNEMENT SITE : Pour le site, comme promis, on a travaillé pour vous trouver un site sympa, pas une base aérienne avec bitume et tour de contrôle ! C’est un champ de 57HA qui se situe en Indre et Loire et qui fait partie d’un ancien camp militaire. Comme vous pouvez le voir sur la photo, c’est vraiment un lieu adapté : cadre sympa, entouré d’arbres, pas de village proche, bien desservi par des routes. DISCUSSIONS AVEC LE GOUVERNEMENT Freeform a envoyé un dossier avec la demande pour ce site, l’ensemble des points techniques et des demandes transmises par la Coordination Nationale des Sons qui garantissent l’organisation dans de bonnes conditions pour tous, autant les sons et le public que pour les secours et les riverains des communes alentours. (Pour ceux qui veulent plus de détails, on vous remet ça à la fin du message). Nous savons qu’une première réunion a eu lieu entre les différents services de l’état concernés et qu’une prochaine réunion aura lieu la semaine prochaine, on devrait donc avoir des réponses rapidement sur le OU et le COMMENT du Teknival. Du côté des sons, une réunion est prévue la semaine prochaine. Ce sera l’occasion pour eux d’étudier les réponses du gouvernement et de voir si ça leur convient ou pas. En fonction des réponses des uns et des autres, nous sauront si nous avons réussi ou pas notre mission : parvenir à trouver une solution qui convienne à tous ! #mediationforaver! ///L'équipe Freeform ♒ ♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒ ♒ ♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒ LES DEMANDES DE LA CNS POUR LE TEKNIVAL (Coordination Nationale Des Sons) Sur la question du terrain : • Les collectifs veulent pouvoir proposer et/ou valider le terrain sur lequel le teknival se passera. • Pour cela, nous souhaitons que soit connu deux mois avant la manifestation (un moins minimum). • Terrain d’au moins 50 ha, sans tour de contrôle et autres barbelés autour. (Cf. Base Otan, Cambrai etc.) • Nous voulons avoir le contrôle total sur l’aménagement interne du site. • S’il s’agit d’une mise à disposition, nous souhaitons une convention d’occupation en bonne et due forme spécifiant les dates d’entrée et de sortie, conditions de remise en état etc. Date et durée • Vendredi 27 avril au Mardi 1er mai. • Nous avons besoin de temps pour préparer, monter, démonter et nettoyer. Nous avons donc besoin de pouvoir être sur site plusieurs jours avant et après, sans être importunés dans notre travail comme n’importe quel festival. (Du lundi 23 au vendredi 4 mai). Sur la question de la réduction des risques et de la sécurité de participants : • Les associations de RDR doivent être partie prenante à part entière du dispositif de secours et participer à l’ensemble de a préparation et de la prise de décision. • L’implantation des postes de secours et le fonctionnement du dispositif de secours sera discutée avec les organisateurs comme sur un festival classique. • Les associations de RDR pourront mener des tests sur les produits et seront équipées d’un spectromètre et des moyens opérationnels pour s’en servir. • Une zone de repos sera mise en place pour les personnes quittant le site • Une quantité d’Éthylotests suffisante (10 000) sera mise à disposition des associations de RDR et des organisateurs pour assurer une vraie mission de sécurité routière Nettoyage, recyclage • Nous souhaitons être aidés dans le processus de tri des déchets que nous allons mettre en place. Demande de bennes à verre et de cages à plastique pour le tri à la commune ou au SITCOM (ou équivalent) le plus proche. Relations riverains et élus locaux • Organisation en concertation avec les services de préfectoraux de réunions d’information et de sensibilisation aux riverains et aux élus locaux pour présenter le projet de casser les inquiétudes et représentations Médias • L’initiative de la communication appartiendra aux organisateurs (sauf force majeur) et la communication se fera de manière conjointe avec le service com de la préfecture concernée. Financements : Les collectifs prendront en charge les éléments suivants : • Installations scéniques, décors, équipements techniques • Encadrement et gestion du rassemblement etc. • Sanitaires (WC + eau) • Éléments de régie générale (fléchage, éclairage etc.) • Location du site si possible • Installation des bennes à déchet sur site Nous souhaitons une aide de la collectivité pour les points suivant : • Secours et SDIS • Traitement des déchets • Éventuels aménagements routiers relevant de la DDE Point administratif : • Une autorisation de débit de boisson en bonne et due forme • Une prise de contact avec le SACEM pour expliquer que les musiques jouées ne sont pas du répertoire Contrôles et sécurité routière Si nous reconnaissons qu’il est important d’avoir des contrôles de sécurité routière en sortie de manifestations, nous insistons sur les points suivants : • Les fouilles globales et massives des organisateurs et participants doivent cesser car elles n’apportent rien. Des contrôles spécifiques et motivés peuvent être réalisés si nécessaire mais en aucun cas de matière systématique et industrielle comme lors des dernières éditions du teknival légal. • Dans l’ensemble, autant sur les sorties que sur les entrées, nous voulons un dispositif raisonnable et sécurisant, sans excès.
Photos du journal
♂ ♀♂ ♀ FREEFORM RECRUTE♂ ♀ ♂ ♀ 4 POSTES EN SERVICE CIVIQUE A POURVOIR ♀♂ ♀ SUR TOULOUSE ♀♂ ♀ ♀♂DEBUT DES MISSIONS EN MAI ♀♂ Vous avez entre 18 et 25 ans, vous êtes motivés pour vous engager auprès de l’association dans le soutien aux sound systems ? Vous pouvez nous rejoindre en étant volontaire en service civique. Nous proposons quatre missions de 8 mois (24H semaine) à partir de début mai. Deux postes sont liées à l’animation du studio de l’Infrabase et deux autres postes sont sur le domaine de la réduction des risques. Les missions commencent pour ma plupart début mai. (Toutes les infos sur le statut des volontaires en service civique ici : http://www.service-civique.gouv.fr/page/je-suis-volontaire ) Si vous êtes intéressés, vous nous laissez un message de motivation et un cv en pièce jointe sur le site du service civique. Si votre candidature est retenue vous serez convoqués pour un entretien à l’Infrabase début avril. ANNONCE RÉSERVÉE AUX GENS OPÉRATIONNELS ET MOTIVÉS :-) :-) Missions au studio https://www.service-civique.gouv.fr/missions/promouvoir-les-bonnes-pratiques-aupres-des-organisateurs-de-rassemblements-festifs-et-accompagner-les-jeunes-dans-leur-parcours-de-decouverte-artistique-1 Missions en appui aux orgas et soutien aux actions de réduction des risques https://www.service-civique.gouv.fr/missions/promouvoir-la-reduction-des-risques-par-la-diffusion-doutils
Photos du journal
TEKNIVAL NEWS#4 A lire, le communiqué de la coordination nationale des sons Réunis ce week-end, les collectifs nous ont confirmé à la fois leur confiance mais aussi la dead-line au dela de laquelle ils considèrent que cela n'a plus de sens de préparer un teknival déclaré. Du coté de Freeform, nous ne pouvons que suivre leur décision mais nous sommes tout a fait du même avis car préparer un truc aussi compliqué qu'un teknival légal en moins d'un mois nous semble impossible. Nous avons pris des engagements au niveau technique et financier mais sans savoir ou le teknival pourrait se passer et ce qui reviendrait de notre responsabilité ou de celle de l'état, cela devient vraiment compliqué pour tout préparer. Côté gouvernement, nous savons qu'ils travaillent pour étudier les sites que nous avons proposés et d'autre aussi. Nous espérons que tout sera réglé à la fin de la semaine et que nous pourrons vraiment commencer à bosser...ou ranger notre bonne volonté dans les cartons !
Photos du journal
TEKNIVAL NEWS#5, RETOUR SUR LES DEMARCHES DE FREEFORM Alors que nous sommes à la veille de la date limite concernant nos démarches pour un teknival déclaré, petit retour sur l’historique de nos démarches 16/12/2017 : Freeform fait le point sur le teknival du 1er mai avec la coordination national des sons (CNS). Les collectifs ne souhaitent pas s’engager dans une démarche de teknival légal sans avoir d’évolution sur la loi Marianni et les saisies régulières qui touchent la scène free. 20/12/2017 : Freeform fait le point avec le Comité de pilotage du Groupe de Travail Interministériel sur les Rassemblements Festifs (COPIL) sur les demandes des sons. Du coté des ministères représentés et particulièrement du ministère de l’Intérieur, il est rappelé qu’il n’y aura pas d’évolution du cadre légal des free parties, mais pas d’opposition à la déclaration d’un teknival légal. 27/01/2018 : Malgré le refus d’évoluer sur le cadre légal, la CNS décide, dans un but d’apaisement, de proposer dossier de déclaration de teknival, assorti de conditions qui concernent directement l’organisation, dans le but de donner une vraie dimension culturelle à l’événement et surtout d’avoir de bonnes conditions d’accueil pour les sons et le public. Elle confie un mandat à Freeform pour porter ce projet de déposer un dossier en bonne et due forme. Elle fixe cependant un cadre à cette demande. Sans réponse ferme sur le terrain et les financements (et les autres points) par le gouvernement un mois avant la date du teknival, cette proposition deviendra caduque. 08/02/2018 : Lors d’une réunion du COPIL, Freeform informe de cette volonté et présente le projet dans ses grandes lignes. 13/2/2018 : Freeform adresse un courrier au cabinet du Premier Ministre portant l’intention de déclarer une manifestation et une liste de terrains à étudier, dans le 37 et le 41. 24/02/2018 : Lors de la réunion de la CNS, les collectifs présents décident de porter précisément au 22 mars la date de fin de validité de la proposition de manifestation déclarée et concertée. 12/03/2018 : Freeform adresse au COPIL un dossier de déclaration détaillé, avec engagements financiers et techniques, plan d’implantation, assurance etc. 20/03/2018 : Une réunion interministérielle sur le dossier du teknival à lieu sous l’égide du cabinet du Premier Ministre. Un travail de vérification des sites commence 24/03/2018 : Lors d’une réunion de travail, les collectifs de la CNS acceptent de reporter la date au 30 mars pour laisser le temps aux préfectures de vérifier les terrains proposés. 30/03…..c’est demain.
Photos du journal
VICTOIRE / RESTITUTION POUR LES PIXELS APRES 3 ANS DE BATAILLE JURIDIQUE ! Une bonne nouvelle pour le Fonds de Soutien Juridique des Sound Systems et surtout pour les PIXELS. Dans ce dossier emblématique pour le fonds, nous avons bataillé 3 ans pour récupérer le matériel des Pixels qui avaient étés saisis en avril 2015 ! Pourquoi emblématique ? Car les Pixels avaient étés saisis sur le fondement de la loi Marianni alors qu'ils étaient moins de 500 sur site (450 comptage gendarmerie). Nous avons été au plus loin de ce que permet la justice française, c'est à dire la Cour de Cassation. 3 ans de procédure que le fonds a tenu a assumer malgré les couts énormes (4 procès - 1er instance - Appel - Cour de Cassation puis retour devant la cour d'Appel). Si nous restons déçus que le juge continue a pinailler sur la question de la limite et maintienne une amende de 700€ , nous sommes heureux que la cour ait reconnu que la sanction (saisie de plus de 10 000 euros de matériel) était largement disproportionnée pour des gens qui n'avaient pas enfreint la limite des 500....et qui ne souhaitaient pas le faire. Comme on dit toujours....surtout, ne lâchez rien, jamais !
Photos du journal
TEKNIVAL 1ER MAI 2018 COMMUNIQUÉ DE FREEFORM Comme nous l’annoncions dans Trax hier, aucun des terrains que nous avions proposé pour le teknival n’a été accepté et aucune autre proposition de site adapté ne nous a été faite. Le mandat que nous avait donné la Coordination Nationale des Sons précisait entre autres que le site devait être trouvé au moins un mois avant le teknival pour avoir le temps de préparer cet événement légal dans de bonnes conditions et surtout tenir les engagements financiers et logistique que nous avions pris ensemble. Ce délai est passé depuis un moment déjà et nous ne pouvons que déplorer l’échec de nos propositions et de notre démarche de médiation. Nous restons persuadés qu’il existe une voie de concertation qui permette aux sons et au public free d’avoir un événement qui leur corresponde dans un cadre acceptable pour les pouvoirs publics. Mais ce n’est pas cette année que nous pourrons le prouver ! Peut-être sommes-nous juste des utopistes mais qui ne tente rien n’a rien :-) Au-delà d’une utopie, c’était surtout un moyen pour nous de donner une place à cette culture que et à l’événement phare que représente le teknival dans un climat apaisé et concerté, c’est notre mission, notre but et le sens de notre action de défense et soutien à la scène free tout au long de l’année. Freeform abandonne donc le projet de teknival légal. Nous ne sommes pas naïfs : nous savons donc qu’un teknival illégal aura très probablement lieu comme les années précédentes. Nous espérons sincèrement que celui-ci se passera dans de bonnes conditions et que l’ensemble des parties prenantes ; sons, état, secours, public… sauront travailler ensemble pour réduire les risques au maximum.
Photos du journal
TEKNIVAL 1ER MAI 2018 COMMUNIQUÉ DE FREEFORM MERCI DE LIRE AVANT DE COMMENTER :-) Comme nous l’annoncions dans Trax hier, aucun des terrains que nous avions proposé pour le teknival n’a été accepté et aucune autre proposition de site adapté ne nous a été faite. Le mandat que nous avait donné la Coordination Nationale des Sons précisait entre autres que le site devait être trouvé au moins un mois avant le teknival pour avoir le temps de préparer cet événement légal dans de bonnes conditions et surtout tenir les engagements financiers et logistique que nous avions pris ensemble. Ce délai est passé depuis un moment déjà et nous ne pouvons que déplorer l’échec de nos propositions et de notre démarche de médiation. Nous restons persuadés qu’il existe une voie de concertation qui permette aux sons et au public free d’avoir un événement qui leur corresponde dans un cadre acceptable pour les pouvoirs publics. Mais ce n’est pas cette année que nous pourrons le prouver ! Peut-être sommes-nous juste des utopistes mais qui ne tente rien n’a rien :-) Au-delà d’une utopie, c’était surtout un moyen pour nous de donner une place à cette culture que et à l’événement phare que représente le teknival dans un climat apaisé et concerté, c’est notre mission, notre but et le sens de notre action de défense et soutien à la scène free tout au long de l’année. Freeform abandonne donc le projet de teknival légal. Nous ne sommes pas naïfs : nous savons donc qu’un teknival illégal aura très probablement lieu comme les années précédentes. Nous espérons sincèrement que celui-ci se passera dans de bonnes conditions et que l’ensemble des parties prenantes ; sons, état, secours, public… sauront travailler ensemble pour réduire les risques au maximum. TEKNIVAL 1st MAY 2018 FREEFORM PRESS RELEASE As we announced in Trax yesterday, none of the land we proposed for the teknival was accepted and no other suitable site proposal was made to us. The mandate given to us by the National Coordination of Sounds specified among other things that the site had to be found at least a month before the teknival to have the time to prepare this legal event in good conditions and especially to meet the financial and logistical commitments that we had taken together. This deadline has passed for a while now and we can only deplore the failure of our proposals and our approach to mediation. We remain convinced that there is a way of consultation that allows sounds and the public free to have an event that suits them in a framework acceptable to the public authorities. But it is not this year that we can prove it! Maybe we are just utopians, but whoever tries nothing has nothing. Beyond a utopia, it was above all a means for us to give a place to this culture that and the flagship event that represents the teknival in a calm and concerted climate, it is our mission, our goal and the meaning of our defense action and support to the free scene throughout the year. Freeform abandons the legal teknival project. We are not naive: we know that an illegal teknival will most likely take place as in previous years. We sincerely hope that this will happen in good conditions and that all stakeholders; sounds, state, rescue, public ... will work together to reduce the risks to the maximum.
Photos du journal
3 MOIS DE PRISON POUR UNE SIMPLE ORGA DE TEUF ? C’EST LA PROPOSITION DE LOI PORTÉE PAR 27 DÉPUTÉS DE L’OPPOSITION DE DROITE. #situnetoccupespasdepolitique LES POLITIQUES S’OCCUPENT DE TOI Marc Le Fur, député des Côtes d’Armor et quelques collègues des « Républicains » -opposition minoritaire à l’assemblée, proposent à l’assemblée une nouvelle loi visant à renforcer la répression contre les free parties. Cette loi permettrait de saisir le matériel 1 an sans jugement, de monter l’amende à 3750 euros et d’infliger une peine de prison de 3 mois pour les organisateurs. http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion0864.asp Dans les « motifs » de la proposition de loi, aucune compassion, aucune volonté de proposer quelque pistes pour aider les sons à trouver des terrains ou à déclarer. Rien sauf de la force brute pour faire disparaitre une culture ! Aucune consultation avec les associations du secteur ou même les ministères concernés, rien que de la bétise et l’ignorance qui provoqueraient encore plus de clandestinité, encore plus de difficulté pour la concertation et la réduction des risques…encore plus de colère et de distance entre les populations et les autorités. Nous allons au plus vite interroger le gouvernement actuel et les différents groupes politiques à l’assemblée pour connaitre leur position sur cette proposition de loi qui doit en rester une. Hors de question de laisser des gens incapables de trouver des solutions constructives proposer des lois dangereuses et très probablement non conformes à notre constitution. VIGILANCE !!! Merci à Produc’sounds pour la veille !
Photos du journal
SUR LA QUESTION DE LA PROPOSITION DE LOI ANTI-FREE PORTÉE PAR LES DÉPUTÉS LES REPUBLICAINS : LE GOUVERNEMENT ET L’OPPOSITION CE N’EST PAS PAREIL. LE GOUVERNEMENT EST DÉSIGNÉ PAR LA MAJORITÉ. LA MAJORITÉ, C’EST CEUX QUI ONT GAGNÉ LES ÉLECTIONS. L’OPPOSITION C’EST CEUX QUI ONT PERDU LES ÉLECTIONS, ILS N’ONT DONC PAS LE POUVOIR. ILS ONT QUAND MÊME LE DROIT DE PROPOSER DES LOIS MAIS LA MAJORITÉ DU TEMPS, ELLES NE SONT PAS VOTÉES. EN 2018 EN FRANCE, IL Y A UNE MAJORITÉ LA REPUBLIQUE EN MARCHE, C’EST LES POTES DE MACRON, ET DES GROUPES D’OPPOSITION : LES SOCIALISTES, LA FRANCE INSOUMISE, LES RÉPUBLICAINS (EX LE PARTI DE SARKOZY) ET QUELQUES AUTRES. DONC ARRÊTEZ DE DIRE « MÉCHANT GOUVERNEMENT » À PROPOS D’UNE LOI QUI VIENT DE GENS QUI NE SONT PAS AU GOUVERNEMENT ET QUI SONT EN OPPOSITION AVEC LUI… CELA NE VEUT PAS DIRE QUE CETTE LOI NE RISQUE PAS D’ÊTRE VOTÉE À L’ASSEMBLÉE SI UN MAXIMUM DE DÉPUTÉS DE TOUS BORDS LA SOUTIENNENT, MAIS EN TOUT CAS, ÇA NE VIENT PAS DU GOUVERNEMENT ACTUEL. SI VOUS ÉCOUTEZ LES INFORMATIONS, LAURENT WAUQUIEZ, LE CHEF DES RÉPUBLICAINS PASSE SES JOURNÉES À VOMIR SUR MACRON, ILS N‘ÉCRIVENT PAS DES LOIS POUR LEUR FAIRE PLAISIR. APPRENEZ COMMENT VOTRE PAYS FONCTIONNE ! #SITUNETOCCUPESPASDEPOLITIQUE, LA POLITIQUE S’OCCUPE DE TOI.
Photos du journal
https://lc.cx/WXA3 ❌❌PETITION CONTRE LA PROPOSITION DE LOI ANTI-FÊTE LIBRE DES « REPUBLICAINS » ❌❌ NOUS N'IRONS PAS EN PRISON POUR VOUS AVOIR FAIT DANSER !! SIGNEZ - FAITES TOURNER ❌❌ FREE PARTIES : SOUND SYSTEMS, PUBLIC ET ACTEURS ASSOCIATIFS TOUS SOLIDAIRES. https://www.change.org/p/freeform-petition-contre-le-projet-de-loi-anti-fete-libre-des-republicains
Photos du journal
L'INFO POUR DEFENDRE LA FETE LIBRE/ SIGNEZ ET PARTAGEZ LA PETITION: 15 000 SIGNATURES ! https://www.change.org/p/freeform-petition-contre-le-projet-de-loi-anti-fete-libre-des-republicains
Photos du journal
1: Nous sommes solidaires avec les sound systems qui seront présents à ce teknival. Nous comprenons leur colère et leur frustration. Ils ont donné un maximum pour que ce projet de légal aboutisse mais rien en retour. Il était logique et prévisible que ce 25ième anniversaire se tienne quoi qu’il arrive comme tous les ans depuis ...25 ans. 2: Nous ne serons pas au teknival car sinon nous risquerions d'être considérés comme organisateurs et que les conséquences légales pourraient être fatales pour nous. Nous avons annoncé l’annulation de notre projet de légal, cela voulait forcément dire que nous ne pourrions pas être présents. Cela fait mal au ventre et nous préférerions être au côté des potes à faire notre taf de médiation mais c’est comme ça. 3: Nous déplorons que toute l'énergie dépensée pour rédiger des arrêtés, mobiliser des gendarmes à travers toute la France, faire des barrages et des contrôles... n'ai pas été utilisée pour nous aider à trouver un terrain. Il aurait été tellement plus simple de travailler ensemble à un projet concerté que déployer une énergie folle pour empêcher un teknival qui, inéluctablement devait avoir lieu. C’est dommage qu’on mette autant d’énergie à se battre contre sa jeunesse et si peu à l’aider à vivre ses passions et ses engagements. 4 : Maintenant que c’est parti, nous demandons à tous les participants de se comporter avec le maximum d’intelligence et de diplomatie. Soyez courtois avec les gens qui seront sur votre route, les riverains, les élus, montrez leur que le mouvement est digne de respect. Respectez-vous aussi vous-même, soyez prudents, réduisez les risques, garez-vous intelligemment, nettoyez autour de vous, ramassez le bordel que d’autres moins clean que vous laissent trainer. Soutenez les sons, soyez solidaires. Soyez aussi sympa et aidant avec les secouristes et les pompiers qui sont seront sur site, ils sont là pour vous et il faudra les remercier car la plupart sont bénévoles. N’agressez pas les gendarmes ou les policiers que vous allez croiser, ils font leur taf, simplement. 5 : Ce cinquième message s’adresse aux forces de l’ordre et à la préfecture qui va devoir gérer ce teknival. N’oubliez pas qu’en face, ce sont des jeunes qui ne sont là que pour leur passion, qui veulent écouter de la musique, danser, faire la fête et se retrouver. Laissez les matraques et les gazeuses au placard, privilégiez la discussion et la concertation plutôt que le rapport de force! Personne n’a jamais réussi à stopper un teknival qui veut s’installer et ceux qui ont tenté n’ont réussi qu’une chose : faire des blessés inutiles. Main arrachée au Faouët, caillassage à la Crau…. Ne renouvelons pas ces drames inutiles. Plus vite le teknival sera posé, plus vite SIDPC, SDIS, secouristes et associations de réduction des risques pourront se mettre au travail. 6: Pas de six
Photos du journal
Nous relayons le communiqué de la COORDINATION NATIONALE DES SONS SUR LE TEKNIVAL ✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂✂ COMMUNIQUE DE PRESSE COORDINATION NATIONALE DES SONS NOUS, COORDINATION DE COLLECTIFS D’ORGANISATEURS DE FREE PARTY DE TOUS HORIZONS DEPLORONS QUE LE TEKNIVAL DU 1ER MAI QUI SE TENAIT A MARIGNY DANS LA MARNE S’ACHEVE SUR DES SAISIES DE MATERIEL ET UN RAPPORT DE DE FORCE ENTRE LES PARTICIPANTS ET LES AUTORITES. Il est clair que le choix du site était une erreur écologiquement et nous comprenons les inquiétudes des associations de défense de l’environnement, mais il ne faut pas dissocier ce choix du contexte global. Depuis des mois, les sound systems demandent à l’état un site pour organiser ce teknival dans de bonnes conditions mais ils n’ont fait qu’essuyer des refus. Poussés à la faute par les multiples arrêtés préfectoraux,les « frappes préventives » contre les lieux de vie des collectifs et les saisies de matériels de sound systems qui n’avaient même pas l’intention de participer au teknival, les organisateurs du « Collectif Pirate » ont choisi le site qui présentait le moins de danger possibles. Sur ce point et grâce à l’aide des secouristes et des pompiers, le bilan sanitaire reste bon pour une fête ayant réuni plus de 50 000 personnes sur 3 jours. Les riverains n’ont pas subi de nuisances majeures et la presse salue une manifestation et des participants à l’esprit positif et ouvert. Pour la fin de ce teknival, nous exigeons les deux choses suivantes : • L’arrêt des saisies de matériel qui ont déjà commencées depuis hier et la restitution immédiate des équipements, instruments de musique et véhicules déjà confisqués. Cela ne sert à rien de condamner des gens qui ne font que partager bénévolement leur passion et leur musique. Il fallait leur donner un terrain quand ils l’ont demandé plutôt que faire comme si ce 25ième teknival n’allait pas avoir lieu ! • Donner les moyens aux participants de nettoyer le site et limiter l’impact sur l’environnement en leur laissant le temps de faire le ménage et en leur fournissant des bennes à ordures pour évacuer les déchets qu’ils sont déjà en train de ramasser. On reproche aux sound systems d’être venus sur ce site, mais en 2001, 2003 et 2005, il était jugé apte à les recevoir et c’est l’état lui-même qui choisissait ce lieu. Comment comprendre qu’aujourd’hui on condamne des gens pour être revenus là ou on les avait obligés à aller quelques années auparavant ! Nous n’acceptons pas les façons de faire de ce gouvernement qui dit non, refuse le dialogue et ensuite emploie la matraque ! La fête libre à sa place en France, l’état doit aider tous ces citoyens à pouvoir exprimer leurs talents et leur diversité, pas les obliger à s’uniformiser ou a disparaitre ! COORDINATION NATIONALE DES SONS, Coordination de collectifs d’organisateurs de free parties. fondessons@gmail.com
Photos du journal
SAISIE DES PARAZYT SOUND SYSTEM LE JUGE ORDONNE LA RELAXE MAIS LE MATERIEL A ÉTÉ DETRUIT SANS ATTENDRE LE RESULTAT DU JUGEMENT !! #COLÈRE ! Nous venons d’apprendre la nouvelle par les avocats du Fonds de soutien juridique des sons. Les Parazyt, un sound system du sud-est c’était fait saisir son matériel lors d’une petite soirée de 150 personnes cet été. La soirée n’avait pas posé de problème particulier mais à la fin, une jeune femme qui y participait était partie se promener et avait fait une chute mortelle d’une falaise à plusieurs centaines de mètres. Les organisateurs avaient complètement collaboré avec la gendarmerie pour aider l’enquête mais une saisie avait quand même été ordonnée. Même si elle était limite légalement, on peut comprendre que vu la gravité de l’accident, les gendarmes aient réagi viscéralement. L’enquête a suivi son cours et la responsabilité des organisateurs n’a pas été engagée. Mais ce qui est incompréhensible, c’est qu’alors que le juge les a relaxés et qu’aucun reproche ne leur a été fait dans la gestion de l’accident, le matériel a été détruit AVANT le procès, sans même les prévenir et en dehors de tout cadre légal… c’est complètement illégal a priori. Une réaction officielle dans les jours à venir ! http://www.textes.justice.gouv.fr/art_pix/JUSD1508367C.pdf
Photos du journal
RETOUR SUR LES VIOLENCES ANTI-TECHNO ET HOMOPHOBES ORGANISÉES PAR LE POUVOIR, L’EXTRÊME DROITE ET LES RELIGIEUX EN GÉORGIE LE 13 MAI. Un article très intéressant de Matthew Collins dans Le Guardian / merci à @[100012792019170:2048:Cédric Chomel] pour la traduction ci-dessous. https://www.theguardian.com/music/2018/may/14/georgian-techno-fans-extremists-clash-tbilisi-fight-club-culture Heurts entre extrémistes géorgiens et ravers défendant la culture clubbing a Tbilissi Pour protester contre les descentes armes au poing de la police au Bassiani et au Café Gallery, des clubs techno de la capitale vendredi dernier, le public est descendu dans la rue et a dû faire face aux agressions des ultra-nationalistes radicaux géorgiens. Samedi soir, alors que les feux à main envoyaient des nuages de fumées dans le ciel qui surplombe les arches de la façade du parlement de Tbilissi, le principal boulevard de la capitale géorgienne a pris des airs de carnaval contestataire. Sur un beat féroce pulsant d’un sound system installé sur les marches, des centaines de ravers les poings en l’air ont protesté contre ces attaques envers les clubs les plus emblématiques de leur culture et de leur génération. Ils brandissaient des banderoles appelant à la tolérance ou dénonçant la répression. « Nous ne voulons pas d’un autre Poutine ici », « Notre amour fait plus de bruit que vos peurs ! » Le traumatisme restait palpable alors que, quelques heures plus tôt, les forces de police intervenaient en pleine soirée, armes automatiques sorties, dans une opération anti-drogue directement à l’épicentre de la culture techno géorgienne. Huit trafiquants auraient été arrêtés lors de cette opération déclenchée officiellement après la mort probablement liée à la drogue de cinq jeunes lors de soirées clubbing dans les semaines précédant l’opération. « Les gens étaient en train de faire la fête et de danser, puis d’un seul coup j’ai vu ces hommes armés arriver en courant dans le club » raconte Nutsa Kukhianidze qui travaillait au Café Gallery lors de cette opération. « Les policiers armés ont foncé sur le DJ, Bacho [Chaladze], et ils lui ont dit de couper la musique, puis ils se sont mis à hurler et ont fait se coucher tout le monde sur le sol ». Ces raids ont marqué le coup d’envoi d’un week-end dramatique ou les événements se sont enchaînés et qui s’est achevé par une contre-manifestation des ultra-nationalistes d’extrême droite géorgiens dimanche soir. La police anti-émeute a dû intervenir pour les empêcher d’attaquer les ravers. Ces militants du « Groupe d’unité civile » qui se décrivent comme de « vrais géorgiens » « défendant leur pays » ont déferlé sur le rassemblement en faisant des saluts nazis. Des nationalistes du « Mouvement de la marche des géorgiens » habitués des manifestations anti-migrants ont aussi qualifié les manifestants de «sodomites faisant l’apologie de la drogue ». Ils auraient été particulièrement choqués par les images d’une jeune fille dansant sur le monument aux morts dédié aux géorgiens tués par les troupes soviétiques en 1989. A l’extérieur des cordons de police, les manifestants ont été pourchassés et agressés verbalement. Marim Murusidze qui gère un label électro à Tbilissi explique qu’elle et ses amies ont du se réfugier dans la cour d’une église pour échapper à leur agresseurs. « Ils allaient nous tuer ». Les attaques de ces extrémistes sont le signe de divisions profondes au sein d’une démocratie émergente et encore dans un processus de transition fragile. Cela ramène aux incidents de mai 2013 où des milliers de chrétiens Orthodoxes extrémistes déclenchèrent leur vengeance sanglante contre un petit groupe de militants LGBT. Dans cette ancienne république de l’union soviétique aux mœurs sociales très conservatrices, les clubs attaqués sont des havres de tolérance et de valeurs progressistes. Le Club Bassiani, un dôme de béton et de plaisir caché sous le stade de football national est associé avec un club LGBT, le Horoom. Plus intime, le Café Gallery est un gay-friendly qui irrigue la culture techno géorgienne depuis 2010. L’homosexualité n’est légale que depuis 2000 et les lois interdisent la discrimination sur la base de l’orientation sexuelle. Mais le mariage gay reste illégal et la communauté LGBT devant encore faire face à une forte hostilité, ces clubs sont devenus des havres de paix. Le Bassiani est aussi connecté avec le « White Noise Activist Mouvement » qui milite pour des lois plus clémentes envers les consommateurs en matière de drogue. « Ce raid n’était pas une opération contre les dealers, c’était une opération contre la liberté » insiste Zviad Gelbakhiani, le copropriétaire du Bassiani. Comme les autres exploitants du lieu, il a été relâché au bout de quelques heures sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. À partir de 2010, la techno est devenue un mouvement de masse dans la jeunesse de ce petit état du Caucase et elle est devenue la bande son de la vie de milliers de jeunes géorgiens attirés par le mode de vie a l’européenne et un futur plus libéral en terme de mœurs. Cette génération a grandi dans les années suivant l’indépendance de la Géorgie ayant rejeté l’influence de Moscou pour se tourner vers l’Europe. Cette rupture a été scellée par la guerre brève et brutale contre la Russie en 2008 mais les changements dans le pays ont créé une scission entre libéraux et conservateurs dont les incidents de ce 14 mai sont le révélateur. « La liberté de parole de notre génération s’exprime à travers cet intermédiaire qu’est la techno » explique Gelbakhiani. « C’est un mouvement proche des valeurs occidentales progressives. Je pense que ceux qui essaient de nous faire fermer ne veulent pas que ces clubs existent car ils ne veulent pas du modèle occidental ». Les manifestations qui ont suivi les raids ont démontré l’air de liberté porté par la musique techno. Gelbakhiani ajoute « Ils ne nous laissent pas danser dans nos clubs, alors nous dansons dans la rue. Nous n’avons pas d’autre option. La question est : sommes-nous dans un pays libre ?». Si ces raids ont généré de la colère chez les jeunes, la police est soutenue par les géorgiens qui sont inquiets des risques liés aux drogues et acclamée par les religieux conservateurs. Le premier ministre Dimitri Khundadze, issu du parti « Le Rêve Georgien » justifie l’action en soutenant que « la promotion de la drogue est devenue massive dans notre société et son usage se généralise sans que nous réagissions ». Assez ironiquement, le maire de Tbilissi et ancien joueur de l'AC Milan, Kakha Kaladze avait nommé peu avant le premier «représentant de l'économie de la vie nocturne» pour développer le potentiel d'attraction de touriste de la capitale géorgienne. L'homme nommé par Kaladze, Sergi Gvarjaladze, un vétéran de la scène techno de Tbilissi, explique qu'après la couverture médiatique élogieuse donnée à celle-ci, les raids ont détruit son image de rendez-vous créatif et vibrant. « Ces personnes sont juste venues danser, donc voir des gens débarquer avec des fusils d'assaut dans le club est inacceptable, » a dit Gvarjaladze. Ce problème est dégradant pour le pays entier, il n'est dans les intérêts de personne actuellement. Nous devons seulement dialoguer. » Le ministre de l'intérieur explique que les raids ont été lancés après une opération d’identification de dealers qui étaient supposément affiliés aux discothèques. Il a insisté sur le fait que le « haut niveau de sécurité durant l’opération » était nécessaire pour « la lutte intransigeante contre la vente de drogues » dans la capitale. Mais, la médiatrice adjointe, Nino Lomjaria, a déclaré que les suspects avaient été arrêtés plus tôt dans la journée, et pas dans les discothèques. Ce qui a soulevé des questions à propos de la raison de cette opération armée. Certains soutiennent que c’était un avertissement à destination des jeunes ravers de Simili. « Je pense qu’ils veulent contrôler la jeunesse, les soumettre au gouvernement, les dissuader de dire quoi que ce soit. La même chose que sous le contrôle de l’Union Soviétique » a suggéré Kukhianidze. Avec la tournure des manifestations, cet avertissement suspect a eu un effet de retour de bâton. « Ils nous ont attaqué, donc nous sommes venus leur montrer ce qui ne va pas, et pourquoi nous ne sommes pas effrayés. » a dit l’un des organisateurs. Aussi affiché sur une pancarte, le message « We dance together, we fight together » (Nous dansons ensemble, nous luttons ensemble). De célèbres têtes de la scène techno ont exprimé leur soutien aux manifestants, dont Nina Kraviz, Black Madonna et le producteur espagnol John Talabot. De plus, un évènement en soutien à ceci a eu lieu Samedi soir. (((12 mai))) Mais pour clôturer le weekend, les ravers se sont vus assiégés et évacués du centre-ville, sous escorte policière. Le premier ministre géorgien a lancé un appel au calme à la nation. « C’était vraiment dur de voir des gens de mon âge avec autant de haine en eux. J’ai été transportée en bus d’une manifestation pacifique à un endroit que je ne connais pas pour ma sécurité, et ça, ça veut dire qu’on a un énorme problème. » Avant que les militants d’extrême-droite viennent attaquer, Gelbakhiani avait exprimé de l’optimisme à propos du déroulement de ce weekend de solidarité. « Les policiers ont montré leur puissance aux jeunes, mais heureusement les jeunes ont répliqué. L’importance de tout ceci n’est pas dans la danse et la fête, mais dans les valeurs. Elle est dans le combat pour la liberté. » Après l’attaque des extrémistes, il est devenu clair que ce combat est destiné à continuer ...
Photos du journal
PROCÈS DU 29 MAI 2018 COMMUNIQUÉ DE SOUTIEN POUR LES SOUND SYSTEMS SAISIS AU TEKNIVAL DU 1ER MAI 2018 A peine un mois après le teknival du 1er mai, quelques musiciens et des personnes qui transportaient de la sono se retrouvent devant le juge. Un délai record pour des saisies de matériel qui posent question. Si nous restons sceptiques sur la pertinence du choix du lieu de la manifestation en termes d’impact politique et écologique, notre soutien est total pour ces sound systems saisis. Dans ce dossier comme dans tous ceux que nous défendons tout au long de l’année, notre opposition est entière envers toute saisie de matériel liée à l’organisation ces rassemblements festifs et musicaux organisés par les amateurs passionnés que sont les sound systems techno. Il existe d’autres solutions que le rapport de force. Dans le cas du teknival ayant eu lieu à Marigny, nous dénonçons tout d’abord l’arbitraire de la méthode. On prend au hasard quelques personnes transportant des enceintes et on les arrête à la sortie du teknival et sans enquête aucune. On les accuse d’avoir organisé le teknival. Pourquoi eux ? Sur quels éléments factuels ? Le simple fait d’avoir suivi l’infoline et d’être venus faire de la musique ne suffit pas à en être l’organisateur ! Sur la forme ensuite : pendant 6 mois, Freeform a travaillé à préparer un teknival légal. Nous avons monté des dossiers, trouvé les moyens de financer le projet, proposé des sites. Le ministère de l’Intérieur a refusé toutes nos propositions. Il était donc logique et prévisible que le teknival allait avoir lieu. L’état n’a pris ni les moyens pour empêcher, ni les moyens pour autoriser. Du coup, ce sont quelques personnes prises au hasard qui seraient condamnés pour ce refus de trouver des solutions co-construites ? Ce n’est pas acceptable. Enfin, il est facile de reprocher a quelques passionnés d’avoir participé a un Teknival illégal alors qu’aucune solution ne leur ait proposée pour faire les choses dans la légalité. En octobre 2017, le gouvernement invitait les représentants des sound systems au ministère de l’Éducation pour une réunion de concertation. Lors de cette réunion, le ministère de l’Intérieur annonçait que si les revendications d’évolution du cadre légal demandées par les collectifs techno n'allaient pas être entendues, un accompagnement serait prévu pour le teknival et dans quatre régions pilotes ou de mini-teknivals (les multisons) pourraient avoir lieu. Depuis cette annonce d’octobre dernier, toutes les démarches liées au teknival légal ont échoué et le projet de régions pilotes, pourtant financé par la DJEPVA et la MILDECA n’a toujours pas reçu le feu vert du ministère de l’Intérieur. 7 mois se sont écoulés et tous les projets prévus au printemps et à l’été ont étés reportés sine die. Comment dans ces conditions reprocher à des passionnés de suivre le mouvement et de répondre à l’appel de ce qui est et qui restera le plus grand rassemblement de techno amateur français, un événement culturel majeur malgré le rejet dont il est l’objet, années après années, depuis un quart de siècle ? . . . PS: Nous rappelons aussi que des véhicules appartenant à des musiciens anglais ont étés saisis. Leur procès est prévu en septembre.
Photos du journal
Merci @[157907760246:274:Kauprod - Ekleptik6TM / Mecarytmik Prod] pour les stickers, ils ont rejoint leurs petits frère dans la case qui va bien :-)
Photos du journal
LE SUD 17, « NO GO ZONE » POUR LES SOUND SYSTEMS ? Suite à une série de soirées dans les environs de Montlieu La garde (Sud-Charentes) les élus locaux, la préfecture et les gendarmes organisaient le 8 juin dernier, une réunion publique en présence du député et du procureur. Quelques jours auparavant, nous avions échangé avec le maire de Montlieu et tenté de contacter la sous-préfecture de Jonzac pour préparer cette réunion et surtout essayer de trouver des solutions à long terme. Malgré plusieurs appels de notre part, la sous-préfecture a refusé de nous parler. Nous n’avions pas encore compris que ce refus n’était pas dû à un agenda trop chargé mais bien à une volonté de NE PAS DIALOGUER avec les organisateurs. Nous avons quand même décidé d'y être présents, aux cotés des sons et du Collectif Poitou-Charentes qui en fédère une partie. Lors de la réunion, nous avons pu entendre et comprendre les raisons de la colère des riverains. Depuis le début de l’année, un certain nombre de teufs ont eu lieu sur ces communes, presque toujours sur le même site et parfois pour des 48H avec de grosses sonos, alors que le plus proche hameau est situé à quelques centaines de mètres. C’est clairement une situation invivable pour eux et leur colère était palpable. Moins compréhensible était la position de la sous-préfecture qui n’envisage la gestion des free parties que dans un rapport de force, à l’opposé de la logique et même des règles de base de l’ordre public. En effet, s’il est logique de vouloir défendre la tranquillité publique pour une population soumise à rude épreuve depuis quelques semaines, les solutions ne passent pas uniquement par la confrontation. Les sound systems présents et le Collectif Poitou-Charentes qui avaient des excuses et des propositions à faire n’ont pu être entendus surtout dans le cadre d’un débat public ou les esprits s’échauffaient vite. Étonnant aussi la position du procureur qui nous explique que le seuil des 500 personnes est « relatif » et qu’il ordonnera les saisies même pour de petites fêtes, même sans nuisances. Par contre le fait qu’un riverain ait failli tuer des jeunes en retournant leur voiture avec un tractopelle ne semblait pas vraiment un problème majeur… Enfin, un tract très joliment mis en page (voir les photos) avait même été produit à l’attention des riverains, appelant à la « vigilance citoyenne » pour bouter la free en dehors de l’arrondissement de Jonzac. Tant pis pour les autres arrondissements et pour les départements environnants qui risquent par ricochet de voir leur nombre de soirées augmenter. L’objectif n’était pas de trouver des solutions viables mais simplement de chasser les sons hors de l’arrondissement. Comme le résumait un riverain : « les autres, on s’en fout ! » A aucun moment il n’a d’ailleurs été envisagé par les élus ou les riverains que les organisateurs puissent être des gens de leurs villages. On nous parlé de « haut lieu de la rave party » qui attire des gens de la France entière et meêm certains qui prendraient des billets d’avions pour venir de Turin, de Barcelone ou de Vienne pour venir se droguer dans LEUR village…. tant pi pour le teufeur charentais et encore un rendez-vous manqué entre la jeunesse et les pouvoirs publics. En conclusion nous passons donc ces deux messages : Un pour les sons : EVITEZ L’ARRONDISSEMENT DE JONZAC (SUD 17) DANS LES MOIS À VENIR, IL Y CLAIREMENT UN RISQUE DE SAISIE, MÊME POUR DE TOUTES PETITES SOIRÉES RESPECTANT LE CADRE LÉGAL ET NE PRODUISANT PAS DE TROUBLES. Et un autre pour les pouvoirs publics : Nous espérons sincèrement que ce refus de dialogue n’était qu’une réaction à la pression de l’opinion publique et que dans les mois à venir, nous saurons trouver ensemble des solutions constructives pour que les sound systems locaux puissent trouver leur place dans le paysage culturel du département de manière apaisée. À suivre !
Photos du journal
LE SUD 17, « NO GO ZONE » POUR LES SOUND SYSTEMS ? Suite à une série de soirées dans les environs de Montlieu La garde (Sud-Charentes) les élus locaux, la préfecture et les gendarmes organisaient le 8 juin dernier, une réunion publique en présence du député et du procureur. Quelques jours auparavant, nous avions échangé avec le maire de Montlieu et tenté de contacter la sous-préfecture de Jonzac pour préparer cette réunion et surtout essayer de trouver des solutions à long terme. Malgré plusieurs appels de notre part, la sous-préfecture a refusé de nous parler. Nous n’avions pas encore compris que ce refus n’était pas dû à un agenda trop chargé mais bien à une volonté de NE PAS DIALOGUER avec les organisateurs. Nous avons quand même décidé d'y être présents, aux cotés des sons et du Collectif Poitou-Charentes qui en fédère une partie. Lors de la réunion, nous avons pu entendre et comprendre les raisons de la colère des riverains. Depuis le début de l’année, un certain nombre de teufs ont eu lieu sur ces communes, presque toujours sur le même site et parfois pour des 48H avec de grosses sonos, alors que le plus proche hameau est situé à quelques centaines de mètres. C’est clairement une situation invivable pour eux et leur colère était palpable. Moins compréhensible était la position de la sous-préfecture qui n’envisage la gestion des free parties que dans un rapport de force, à l’opposé de la logique et même des règles de base de l’ordre public. En effet, s’il est logique de vouloir défendre la tranquillité publique pour une population soumise à rude épreuve depuis quelques semaines, les solutions ne passent pas uniquement par la confrontation. Les sound systems présents et le Collectif Poitou-Charentes qui avaient des excuses et des propositions à faire n’ont pu être entendus surtout dans le cadre d’un débat public ou les esprits s’échauffaient vite. Étonnant aussi la position du procureur qui nous explique que le seuil des 500 personnes est « relatif » et qu’il ordonnera les saisies même pour de petites fêtes, même sans nuisances. Par contre le fait qu’un riverain ait failli tuer des jeunes en retournant leur voiture avec un tractopelle ne semblait pas vraiment un problème majeur… Enfin, un tract très joliment mis en page (voir les photos) avait même été produit à l’attention des riverains, appelant à la « vigilance citoyenne » pour bouter la free en dehors de l’arrondissement de Jonzac. Tant pis pour les autres arrondissements et pour les départements environnants qui risquent par ricochet de voir leur nombre de soirées augmenter. L’objectif n’était pas de trouver des solutions viables mais simplement de chasser les sons hors de l’arrondissement. Comme le résumait un riverain : « les autres, on s’en fout ! » A aucun moment il n’a d’ailleurs été envisagé par les élus ou les riverains que les organisateurs puissent être des gens de leurs villages. On nous parlé de « haut lieu de la rave party » qui attire des gens de la France entière et meêm certains qui prendraient des billets d’avions pour venir de Turin, de Barcelone ou de Vienne pour venir se droguer dans LEUR village…. tant pi pour le teufeur charentais et encore un rendez-vous manqué entre la jeunesse et les pouvoirs publics. En conclusion nous passons donc ces deux messages : Un pour les sons : EVITEZ L’ARRONDISSEMENT DE JONZAC (SUD 17) DANS LES MOIS À VENIR, IL Y CLAIREMENT UN RISQUE DE SAISIE, MÊME POUR DE TOUTES PETITES SOIRÉES RESPECTANT LE CADRE LÉGAL ET NE PRODUISANT PAS DE TROUBLES. Et un autre pour les pouvoirs publics : Nous espérons sincèrement que ce refus de dialogue n’était qu’une réaction à la pression de l’opinion publique et que dans les mois à venir, nous saurons trouver ensemble des solutions constructives pour que les sound systems locaux puissent trouver leur place dans le paysage culturel du département de manière apaisée. À suivre !
Photos du journal
LE SUD 17, « NO GO ZONE » POUR LES SOUND SYSTEMS ? Suite à une série de soirées dans les environs de Montlieu La garde (Sud-Charentes) les élus locaux, la préfecture et les gendarmes organisaient le 8 juin dernier, une réunion publique en présence du député et du procureur. Quelques jours auparavant, nous avions échangé avec le maire de Montlieu et tenté de contacter la sous-préfecture de Jonzac pour préparer cette réunion et surtout essayer de trouver des solutions à long terme. Malgré plusieurs appels de notre part, la sous-préfecture a refusé de nous parler. Nous n’avions pas encore compris que ce refus n’était pas dû à un agenda trop chargé mais bien à une volonté de NE PAS DIALOGUER avec les organisateurs. Nous avons quand même décidé d'y être présents, aux cotés des sons et du Collectif Poitou-Charentes qui en fédère une partie. Lors de la réunion, nous avons pu entendre et comprendre les raisons de la colère des riverains. Depuis le début de l’année, un certain nombre de teufs ont eu lieu sur ces communes, presque toujours sur le même site et parfois pour des 48H avec de grosses sonos, alors que le plus proche hameau est situé à quelques centaines de mètres. C’est clairement une situation invivable pour eux et leur colère était palpable. Moins compréhensible était la position de la sous-préfecture qui n’envisage la gestion des free parties que dans un rapport de force, à l’opposé de la logique et même des règles de base de l’ordre public. En effet, s’il est logique de vouloir défendre la tranquillité publique pour une population soumise à rude épreuve depuis quelques semaines, les solutions ne passent pas uniquement par la confrontation. Les sound systems présents et le Collectif Poitou-Charentes qui avaient des excuses et des propositions à faire n’ont pu être entendus surtout dans le cadre d’un débat public ou les esprits s’échauffaient vite. Étonnant aussi la position du procureur qui nous explique que le seuil des 500 personnes est « relatif » et qu’il ordonnera les saisies même pour de petites fêtes, même sans nuisances. Par contre le fait qu’un riverain ait failli tuer des jeunes en retournant leur voiture avec un tractopelle ne semblait pas vraiment un problème majeur… Enfin, un tract très joliment mis en page (voir les photos) avait même été produit à l’attention des riverains, appelant à la « vigilance citoyenne » pour bouter la free en dehors de l’arrondissement de Jonzac. Tant pis pour les autres arrondissements et pour les départements environnants qui risquent par ricochet de voir leur nombre de soirées augmenter. L’objectif n’était pas de trouver des solutions viables mais simplement de chasser les sons hors de l’arrondissement. Comme le résumait un riverain : « les autres, on s’en fout ! » A aucun moment il n’a d’ailleurs été envisagé par les élus ou les riverains que les organisateurs puissent être des gens de leurs villages. On nous parlé de « haut lieu de la rave party » qui attire des gens de la France entière et meêm certains qui prendraient des billets d’avions pour venir de Turin, de Barcelone ou de Vienne pour venir se droguer dans LEUR village…. tant pi pour le teufeur charentais et encore un rendez-vous manqué entre la jeunesse et les pouvoirs publics. En conclusion nous passons donc ces deux messages : Un pour les sons : EVITEZ L’ARRONDISSEMENT DE JONZAC (SUD 17) DANS LES MOIS À VENIR, IL Y CLAIREMENT UN RISQUE DE SAISIE, MÊME POUR DE TOUTES PETITES SOIRÉES RESPECTANT LE CADRE LÉGAL ET NE PRODUISANT PAS DE TROUBLES. Et un autre pour les pouvoirs publics : Nous espérons sincèrement que ce refus de dialogue n’était qu’une réaction à la pression de l’opinion publique et que dans les mois à venir, nous saurons trouver ensemble des solutions constructives pour que les sound systems locaux puissent trouver leur place dans le paysage culturel du département de manière apaisée. À suivre !
Photos du journal
https://www.facebook.com/linfrabase/ Depuis son ouverture en avril 2017, l’Infrabase, le studio de @[1482807815320521:274:Freeform] à accueilli 150 sessions mix et lives d’artistes de la scène free. Les vidéos ont été vues 1 million de fois, prouvant la créativité et le dynamisme de la culture free ! Merci à toutes et tous ceux qui sont venus partager leur son en live et merci à la communauté pour votre soutien et vos nombreux partages. DJ, liveurs, vous êtes toujours les bienvenus pour une session, contactez-nous :-)
Photos du journal
☯☯QUESTIONNAIRE SOUND SYSTEMS☯☯ ☯☯La RDR en teuf, votre perception, vos besoins et votre capacité d'autonomie en tant que son en 3 minutes. ☯☯ https://freeform.fr/questionnaire-rdr/ Ce questionnaire entièrement anonyme s’adresse aux orgas de teuf qui posent principalement dans les régions pilotes (Bretagne, Pays de Loire, Centre et Occitanie) mais vous pouvez aussi y répondre si vous êtes dans une autre région. Il a pour but de faire un point sur votre perception de la RDR en teuf, des besoins tels que vous les estimez nécessaires et sur votre propre capacité à prendre en charge ces actions vous-même. L’idée de ce sondage est que vous y répondiez en tant que membre d’un sound system et donc que vos réponses portent aussi une part de réflexion collective sur la question. https://freeform.fr/questionnaire-rdr/ Il y en a environ pour 3 minutes, merci de votre aide !
Photos du journal
☯ DEJA 200 REPONSES, MERCI A VOUS! CONTINUEZ A FAIRE PASSER ! https://freeform.fr/questionnaire-rdr/ ☯QUESTIONNAIRE SOUND SYSTEMS☯☯ ☯☯La RDR en teuf, votre perception, vos besoins et votre capacité d'autonomie en tant que son en 3 minutes. ☯☯ https://freeform.fr/questionnaire-rdr/ Ce questionnaire entièrement anonyme s’adresse aux orgas de teuf qui posent principalement dans les régions pilotes (Bretagne, Pays de Loirerégion , Centre et Occitanie) mais vous pouvez aussi y répondre si vous êtes dans une autre région. Il a pour but de faire un point sur votre perception de la RDR en teuf, des besoins tels que vous les estimez nécessaires et sur votre propre capacité à prendre en charge ces actions vous-même. L’idée de ce sondage est que vous y répondiez en tant que membre d’un sound system et donc que vos réponses portent aussi une part de réflexion collective sur la question. Plus on aura de réponses, plus on aura une photographie juste sur la France entière. https://freeform.fr/questionnaire-rdr/ Il y en a environ pour 3 minutes, merci de votre aide !
Photos du journal
Dans le dossier "Facturation des forces de l'ordre sur les festivals", la pression dans les médias commence à porter ses fruits. Lire le CP conjoint de l'Intérieur et de la Culture. Rdv à l'automne pour faire le point sur les "dysfonctionnements" de ces facturations...Si vous organisez des trucs et que l'on vous propose ce genre de facture, n'hésitez pas à nous contacter ! Ce texte n'a plus longtemps à vivre ! "Gérard COLLOMB et Françoise NYSSEN souhaitent que la circulaire du 15 mai dernier puisse faire l’objet d’un bilan d’étape à l’automne 2018 dans le cadre du comité interministériel de suivi de la sécurité des établissements et événements culturels piloté par le Préfet GUEPRATTE.
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
On nous informe à l'instant qu'un arrêté interdisant le transport de son et l'organisation de teuf du 13 au 23 juillet dans la Marne a été signifié à des membres d'un son de là-bas par la gendarmerie. Faites tourner aux gens que vous connaissez dans le coin !
Photos du journal
Toute l'équipe de Freefom vous revient bronzée et motivée pour cette rentrée 2018! Pour fêter ça nous vous dévoilons aujourd'hui le premier morceau du vinyle L'INFRABASE 01 qui sortira en septembre. "VENTE D'ANGE" par Yakh Pour l'écoute: YOUTUBE https://www.youtube.com/watch?v=zpl3WiYUxFg SOUNDCLOUD: https://soundcloud.com/linfra…/yakh-vent-dange-linfrabase-00 N'hésitez pas à faire tourner un maximum! Et bonne rentrée à toutes et tous!
Photos du journal
Multison Pays de Loire, c’est parti pour le montage ! Après plusieurs semaines d’échanges et de rebondissements, le retour du multison 44 est confirmé depuis cet aprèm! Une douzaine de façades, près de 54 sons impliqués dans un lieu….magique. Ca a été long, compliqué et c’est grâce a la motivation des gars de Média’son (l’asso qui regroupe les sons qui préparent le projet) que cette teuf va pouvoir avoir lieu. Bravo à eux pour avoir surmonté le marathon administratif pour arriver à leur objectif, maintenant, c’est le vrai travail qui commence : aménagement du site, façades à brancher, décos à monter et teuf à gérer…une semaine de travail à fond ! L’équipe Freeform sera leurs côtés comme depuis le début pour les soutenir !
Photos du journal
▅ ▆ ▇ █ UNIQUEMENT POUR LES SONS ET ASSOS ACTIFS DE LA FETE LIBRE█ ▇ ▆ ▅ PAS CONCERNéS S'ABSTENIR 4ièmes RENCONTRES NATIONALES DE LA FÊTE LIBRE, C'EST PARTI ! ▅ ▆ ▇ █ UNIQUEMENT POUR LES SONS ET ASSOS ACTIFS DE LA FETE LIBRE█ ▇ ▆ ▅ PAS CONCERNéS S'ABSTENIR SAMEDI & et DIMANCHE 2 DECEMBRE 2018 Pour cette quatrième édition des rencontres, nous proposons à tous les sound systems français de partager un week-end de réflexion, d’échange et de formation sur tous les thèmes qui nous touchent : juridique, technique, réduction des risques… Comme les années précédentes, ce moment sera l’occasion de faire un point sur la situation de la scène free et de parler de l’avenir. Suivant vos demandes de 2017, nous avons musclé le volet formation (juridique et RDR) pour pouvoir vous aider à faire des fêtes plus sûres ! Comme chaque année, la participation est sur donation libre, avec hébergements et repas, et une fois encore, on vous prépare un lieu au top ! Les rencontres auront lieu en Loire Atlantique (44). Au programme : Échanges et réflexion Samedi 14H-15H30 : Bilan national: tour de table, bilan national et régional saison 2018. Point sur le fonds soutien et les procédures en 2018. Point sur les multisons. Samedi 18H30-20H : Coordination nationale des sons (réservé aux sound systems) Dimanche 14H30 – 15H30 : Bilan des ateliers et des rencontres, perspective 2019 Ateliers en groupes et formations – Samedi 16h- 18h30 et Dimanche 10H-12H30 Groupe 1 : Réduction des risques et des dommages en free party : formation de base et connaissance des risques en soirée (en 2 ateliers de 2H30) (Atelier et intervenants à confirmer) Groupe 2 : Atelier formation juridique : connaître vos droits et les défendre (Atelier de 2H30) Groupe 3 : Sonorisation, les techniques pour maximiser l’impact sur le dance floor et réduire les nuisances au voisinage. Groupe 4 : Comment rendre nos teufs écoresponsables ? Solutions simples et partage de savoir. PROGRAMME Samedi 1 décembre À partir de 8h30 : Accueil 13h30 – 14h30 : Repas Samedi 14H-15H30 : Bilan national et fond de soutien 16h – 18h30 : Ateliers Samedi 18H30-20H : Coordination nationale des sons (réservé aux sound systems) 20h30 : Apéro / repas Dimanche 2 décembre 9h00 : Petit déjeuner 10h30 – 12h30 : Ateliers, en groupe 13h30 – 14h30 : Repas 14h30 – 15h30 : Bilan des ateliers et des rencontres Ca se passe en Pays de Loire, pour plus d'information, envoyez nous un MP sur la page
Photos du journal
#PRTHRD 4: Faire analyser ses produits, à quoi ça sert ? La réponse en vidéo ici: https://www.facebook.com/assofreeform/videos/287517222086905/ Vous ne savez pas toujours ce qu’il y a dans les prods que vous consommez ? Aujourd’hui on vous parle de l’intérêt de les faire analyser mais surtout de comment et à qui s’adresser pour le faire ! Plus d'infos sur le site de Médecins du monde, ici https://www.medecinsdumonde.org/…/pays/f…/usagers-de-drogues Et aussi sur le dispositif SINTES de l'OFDT ici: https://www.ofdt.fr/enquetes-et-dispositifs/sintes/
Photos du journal
#STOPRÉPRESSION29 NOUS DEMANDONS L’ARRÊT IMMÉDIAT DES PERQUISITIONS ET DES SAISIES A DOMICILE ABUSIVES SUITE AU « MINI-TEKNIVAL » DE LANDIVISIAU (29) Depuis hier, nous ne cessons d’avoir des informations de jeunes qui participaient au mini-teknival illégal qui a eu lieu près de Landivisiau la semaine dernière. Ils nous contactent car ils ont vu débarquer chez eux, parfois chez leurs parents des gendarmes venus saisir du matériel ou des instruments de musique au motif qu’ils auraient pu servir à l’organisation de cette fête et ce une semaine après sa fin ! Nous ne contestons pas l’action de la justice dans le cas d’une fête illégale, elle est parfois légitime et si les sonos ont cassé les oreilles à la moitié du village, une plainte pour tapage nocturne et l’enquête qui va avec peut être compréhensible. De même nous supposons qu’une procédure pour organisation de fête non déclarée de plus de 500 personnes doit être entamée, ce qui n’est pas absurde. Mais ce qui ne va pas c’est qu’à l’heure actuelle, les gendarmes débarquent chez des gens dont l’implication dans l’organisation de la fête n’est pas du tout prouvée, mais surtout, qu’ils saisissent du matériel qui ne peut clairement pas avoir servi pour la fête. Une paire de platines hors d’usage, des enceintes de studio d’intérieur qui ne peuvent en aucun cas servir dans un champ, un contrôleur MIDI qui est resté dans une maison tout le week-end de la fête. Ces perquisitions sont menées assez brutalement et les parents de jeunes voient des gendarmes armés débarquer dans leur chambre pour leur piquer les enceintes qui sont de chaque côté de leur ordinateur ! La loi peut autoriser, dans certains cas à saisir du matériel qui a servi à commettre une infraction….pas n’importe quel instrument de musique qui sert à faire de la techno au hasard, chez un musicien qui a participé à la fête parfois seulement pendant quelques heures !!! Nous demandons formellement à la préfecture, au procureur et aux gendarmes de raison garder dans cette affaire. Les musiciens de la free party ne sont pas des terroristes. Qu’une enquête ait lieu et que le travail de la justice se fasse mais dans la sérénité et le respect. Nous déplorons que sur la base d’un projet de fête légale et coconstruite avec la préfecture, on aboutisse à telles extrémités. Comment sérieusement parler de reprendre le dialogue avec les gens de la scène free si une telle répression s’abat sans discernement et avec une lecture plus qu’abusive du cadre légal ? A quelques semaines de l’anniversaire du grand rassemblement contestataire qui se tient souvent en marge des Transmusicales de Rennes, nous déplorons que l’on jette de l’huile sur le feu au lieu de chercher le dialogue. Freeform et Arts et Culture demandent donc l’arrêt immédiat de ces saisies d’instruments et le respect du minimum de décence auquel ont droit les citoyens français, même s’ils sont fans de musique électronique et de fêtes libres. Communiqué conjoint des associations @[1482807815320521:274:Freeform] & @[220875711384571:274:Arts et Cultures - multison29] À faire tourner et partager sur les pages des médias et de tous ceux qui peuvent être concernés par cette information !
Photos du journal
FREEFORM FULL SUPPORT: APPEL AUX DONS POUR LE FONDS DE SOUTIEN DES SONS https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 Contre la répression de la fête libre, une seule solution, la solidarité ! Donnez pour le FSS 3 saisies le week-end d’halloween dans le nord, le sud-est et l’Occitanie, des platines, un clavier et des boites à rythme confisqués chez nos amis bretons, un juge qui ordonne la destruction du matériel des Parazyt pour une fête de 150 personnes sans même attendre le procès… Chaque week-end la répression contre la fête libre frappe sans discernement calages à 30 personnes au fond des bois et grosses teufs urbaines. https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 Grâce à votre générosité, depuis 2014, chaque sound system saisi en France bénéficie d’un soutien juridique et d’un avocat en cas de saisie s’il le demande. En 4 ans ce sont 90 collectifs qui ont bénéficié de cette aide. Contre la répression, les violences et le refus de faire une place à notre culture par le dialogue, nous nous sommes organisés et ensemble nous avons créé un outil de défense collective que même les organisations militantes classiques reconnaissent pour son efficacité. https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 Chaque week-end, partout en France, les avocats du fonds sont sur le front, assistent les sons dans leur procédures et les défendent grâce à vous. Redoutablement efficaces, ils permettent de récupérer le matériel 9 fois sur 10 dans un délai allant de quelques mois à plusieurs années. https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 Le « fonds de soutien des sons » association créée à l’initiative de la Coordination Nationale des sound systems, gère les dons et les demandes de soutien. 100% des sommes données sont utilisées pour la prise en charge des frais juridique. 0% de gestion, 0% de blabla, 100% d’action. Avec les élections municipales qui approchent et le climat de répression qui règne en France, nous savons que l’année 2019 s’annonce dure pour la fête libre. En 2016, lors du dernier appel au don, vous aviez donné plus de 7000 euros via le pot commun ! A nous tous de faire mieux cette année. https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 Liste des sons aidés par le fonds depuis 2014 : 1krevables, Akd Mix, Anonym09, Cat1 Sound System, Damage Kore, Elektrocution, Enket2tek, Gs Crew, Hors-Sujet, Ishebeltek, La Bande Passante, Mad56, La Manoucherie, Marmotek, Nizas Sound Systems, Pen Ar Bass, Peufratek, Psylosofs, Pixel, Rht, Rottweiltek, Snk, Strakelik, Stratospherik, Tabass Sound System, Telescop, Original One, Vnr, Vvf, Zibeulbeuz, Teknopod Youpi System, Teknorm, Genocidre, Tribu K Tare, Haztek , Archamp, Onsenbalek, Tout En Kamion, Kraken, , DFC, Bts, Tpt, Nrv, E3p, Pow Wow, Cpc, Sntk, Taptatek, Makab, Hypnomad, Zacolytek, Inkulpés, Parazits, Atakés, Incognito, Bass Alps, Malfeteurs, Skd, Corozone, XC6F, SKT, Teknovores, Teknival bretagne (divers sons et particuliers), Koaliso (divers son et particuliers), Noisy Familly, Raditek, Recreacircus, Epsylon, Indaloop, Uni-K, P.Kores, Wtf, Atk, Tecktris, Art Maniak… et beaucoup d’autres qui ont souhaité rester anonymes COMMENT SOUTENIR LA CAMPAGNE « FONDS DE SOUTIEN ». Faites un don et partagez l’image de la campagne. Si vous le voulez, vous pouvez utiliser cette image en photo de couverture sur votre groupe/page de sound system ou sur votre profil perso et copier le texte en description (attention, pensez a supprimer l’aperçu du potcommun)
Photos du journal
❌❌T’AIMES LA TEUF? TU VEUX AIDER LES SONS SAISIS À RÉCUPÉRER LEUR MATOS? ❌❌ ❌ FAIS UN DON AU FONDS DE SOUTIEN JURIDIQUE POUR PAYER LES AVOCATS.❌ https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 On s’en fout de la somme que tu donnes ! L’important c’est que TOUT LE MONDE fasse le geste. TU AIMES LA FREE = DÉFENDS LA, AIDES LES SONS À GAGNER LEURS PROCÈS TU SOUTIENS LES SONS ? METS CETTE IMAGE EN PHOTO DE COUVERTURE ET PARTAGE LA AVEC LE TEXTE ! Il faut que toutes les pages de ceux qui aiment le son se couvrent de NON AUX SAISIES ce week-end, ON COMPTE SUR VOUS. Objectif 10 000€
Photos du journal
▅ ▆ ▇ █ UNIQUEMENT POUR LES SONS ET ASSOS ACTIFS DE LA FETE LIBRE█ ▇ ▆ ▅ PAS CONCERNéS S'ABSTENIR 4ièmes RENCONTRES NATIONALES DE LA FÊTE LIBRE, C'EST DANS 15 JOURS / MP NOUS SI MOTIVéS ▅ ▆ ▇ █ UNIQUEMENT POUR LES SONS ET ASSOS ACTIFS DE LA FETE LIBRE█ ▇ ▆ ▅ PAS CONCERNéS S'ABSTENIR Déjà une quarantaine de sons participants! SAMEDI & et DIMANCHE 2 DECEMBRE 2018 Pour cette quatrième édition des rencontres, nous proposons à tous les sound systems français de partager un week-end de réflexion, d’échange et de formation sur tous les thèmes qui nous touchent : juridique, technique, réduction des risques… Comme les années précédentes, ce moment sera l’occasion de faire un point sur la situation de la scène free et de parler de l’avenir. Suivant vos demandes de 2017, nous avons musclé le volet formation (juridique et RDR) pour pouvoir vous aider à faire des fêtes plus sûres ! Comme chaque année, la participation est sur donation libre, avec hébergements et repas, et une fois encore, on vous prépare un lieu au top ! Les rencontres auront lieu en Loire Atlantique (44). Au programme : Échanges et réflexion Samedi 14H-15H30 : Bilan national: tour de table, bilan national et régional saison 2018. Point sur le fonds soutien et les procédures en 2018. Point sur les multisons. Samedi 18H30-20H : Coordination nationale des sons (réservé aux sound systems) Dimanche 14H30 – 15H30 : Bilan des ateliers et des rencontres, perspective 2019 Ateliers en groupes et formations – Samedi 16h- 18h30 et Dimanche 10H-12H30 Groupe 1 : Réduction des risques et des dommages en free party : formation de base et connaissance des risques en soirée (en 2 ateliers de 2H30) (Atelier et intervenants à confirmer) Groupe 2 : Atelier formation juridique : connaître vos droits et les défendre (Atelier de 2H30) Groupe 3 : Sonorisation, les techniques pour maximiser l’impact sur le dance floor et réduire les nuisances au voisinage. Groupe 4 : Comment rendre nos teufs écoresponsables ? Solutions simples et partage de savoir. PROGRAMME Samedi 1 décembre À partir de 8h30 : Accueil 13h30 – 14h30 : Repas Samedi 14H-15H30 : Bilan national et fond de soutien 16h – 18h30 : Ateliers Samedi 18H30-20H : Coordination nationale des sons (réservé aux sound systems) 20h30 : Apéro / repas Dimanche 2 décembre 9h00 : Petit déjeuner 10h30 – 12h30 : Ateliers, en groupe 13h30 – 14h30 : Repas 14h30 – 15h30 : Bilan des ateliers et des rencontres Ca se passe en Pays de Loire, pour plus d'information, envoyez nous un MP sur la page
Photos du journal
FREEFORM CHERCHE MOTION DESIGNER SUR TOULOUSE POUR LA PRODUCTION DE CLIPS // Rémunéré bien sur ;-) Contactez-nous par MP
Photos du journal
#UNITÉ CONTRE LA RÉPRESSION Victoire et restitution du son des SKT saisis en Mayenne en aout 2017. Donnez pour continuer à défendre les sons https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80 Saisis injustement pour défaut de déclaration alors qu’ils étaient moins de 300 au fin fond de la campagne mayennaise, les SKT ont étés défendus par l’avocate du Fonds de soutien juridique des sons qui a obtenu leur relaxe et la restitution du matériel ! Encore une fois, un son défendu contre les abus grâce à la solidarité de tous ! Pour que ça continue, faites un don sur https://www.lepotcommun.fr/pot/h7qr1n80
Photos du journal
MESSAGE DE FREEFORM POUR TOUS LES CAMARADES DE LA FÊTE LIBRE QUI ONT PRIS LE GILET JAUNE. Depuis quelques semaines, c’est une véritable explosion de colère rouge et de gilets jaunes autour de nous. Parmi les amis de la fête libre beaucoup s’impliquent et ce n’est pas étonnant quand on appartient à un mouvement qui porte déjà en lui des valeurs fortes de solidarité, de partage mais aussi de contestation. Assez brouillon au début, sans revendications claires et avec une forte implication d’organisations nationalistes, le mouvement « gilets jaunes » nous a posé beaucoup de questions et il était dur de prendre position. Depuis ce week-end, cette contestation commence à prendre une forme plus construite. Les différentes coordinations sont en train de faire le ménage en virant les militants frontistes et autres racailles d’extrême-droite, les revendications se précisent et le débat décolle de la question des taxes sur le carburant pour devenir un vrai questionnement sur les choix d’avenir de notre société. Nous tenons donc à apporter notre soutien à ceux qui, dans les manifestations et les blocages défendent l’idée d’un pays solidaire où les impôts servent à protéger les plus faibles et non à engraisser les plus riches ou les actionnaires de Vinci Autoroute. Pour beaucoup, c’est un baptême dans le monde compliqué de l’engagement « politique » au sens noble du terme. S’impliquer la vie de la cité (polis), c’est contester, refuser, manifester mais c’est aussi faire des choix et des propositions pour définir une autre façon de s’organiser et vivre ensemble. C’est compliqué et exigeant, fatiguant physiquement et émotionnellement. Il faut réagir très vite, apprendre, comprendre pour défendre votre vision des choses. La route est longue pour faire bouger un pays où la pensée ultra-libérale est devenue le socle de base de politiques publiques soumises aux cours de la bourse. Notre pays fonctionne sur un pacte de solidarité, hérité du Conseil National de la Résistance, des luttes syndicales et des engagements militants de nos ainés. La sécurité sociale, le service public, la gratuité de l’école, l’accès à la culture, l’éducation populaire et les transports en commun ont étés financés par l’argent de la collectivité, pour le bien-être de tous. Depuis quelques années, les libéraux ont décidé de capter ces richesses pour leur profit. Ils ont acheté des médias et des politiques pour créer l’illusion que la loi du plus fort était le seul avenir. Ils ont décidé à la fois de baisser leur contribution à la collectivité et de faire peser leur désengagement sur les plus pauvres, les retraités, les étudiants et les salariés... Ils ont pensé qu’ils pouvaient piocher sans vergogne dans le porte-monnaie des gens et mater leur opposition avec quelques gaz lacrymogènes. Cette contestation ne doit pas se résumer à changer pour d’autres qui seront les mêmes. Il faut être solidaires et unis, forts et présents au côté des mouvements et des organisations, structurés ou non, qui défendent nos droits et nos valeurs, en ce moment mais aussi tout au long de l’année. Nous apportons donc notre soutien à tous ceux qui s’engagent pour changer le monde ! L’équipe Freeform
Photos du journal
4ièmes rencontres de la fête libre, c’était ce week-end ! Merci aux 45 sons et aux organisations qui étaient présents. C’était un week-end studieux et les ateliers on fait le plein. RDR, formation son, éco-responsabilité, réduction des risques, tous ces thèmes ont étés travaillés en profondeur et la présence d’intervenants de qualité a permis à tous d’enrichir leurs connaissances et de mieux se préparer pour l’organisation de soirées ! Merci à tous pour votre présence et votre énergie !
Photos du journal
https://bit.ly/2Gd1oxK Hey, toi qui n'hésites pas à mettre 80€ dans de l'alcool, des clopes et des prods pour le week-end, ça ne te dirait pas de lâcher 5€ (et non 2 comme on l'a mit sur l'affiche) pour asso qui fait de la RDR en teuf ? https://bit.ly/2Gd1oxK Aides Techno+ Sud Ouest à financer leur véhicule d'intervention en teuf! https://bit.ly/2Gd1oxK Un jour, leurs conseils pourraient te sauver la vie, alors ne sois pas radin ! Plus d'info sur Techno+ SUD OUEST et leurs actions ici https://www.facebook.com/TechnoPlusSudOuest/ https://www.colleo.fr/cagnotte/9808/un-camion-pour-techno-sud-ouest?fbclid=IwAR1qp98LCeYDcjgwg4H_fwgLaIKLMbeNYvjGdLlpWB7Ch8Jf9oKr3geWGiM
Photos du journal
#Freeform Bilan 2018 - Perspectives 2019. On profite de ce début d’année pour faire un petit point de situation concernant Freeform et nos actions auprès de la scène techno. 2018 a clairement été une année compliquée pour l’association. En début d’année, les ministères de l’Education, la Culture et la Mildeca nous confiaient plusieurs missions : accompagner la mise en place de multisons dans des régions pilotes, mener des missions de médiation autour de ces régions et contribuer à y développer les actions de RDR. Nous avons renforcé l’équipe, lancé pas mal d’actions mais pour vraiment commencer, il nous fallait un dernier écrit du ministère de l’Intérieur qui expliquait aux préfectures des régions concernées comment ça allait se passer. Ce document n’est jamais venu et tout est devenu compliqué. Même si les sons engagés étaient très motivés, cela restait très difficile de faire avancer les projets et nous nous sommes cassés les dents contre les services de l’état en local qui ont souvent étés peu coopératifs. Grace à la motivation de certains sons, avec l’appui de la DJEPVA et de la MILDECA, deux belles fêtes ont pu aboutir : le Multison 44 et une 48h pour les 15 ans des PSK dans le 28 mais c’est tout. Pas beaucoup alors qu’on partait avec un objectif de 7 multi dans l’année. Et pour ces deux fêtes réussies, combien de déceptions, de réunions et de kilomètres inutiles ? Merci aux sons qui ont joué le jeu et dont le travail et la motivation ont étés mis à rude épreuve par ce mur d’incompréhension. Idem pour le 1er mai où nous avons porté le projet d’un teknival autorisé et co-construit avec les sons pour se prendre un refus dans les dernières semaines. Cela a créé beaucoup de stress et de questions sur le sens de notre intervention, autant pour nous que pour les collectifs. Sur le volet RDR, nous avons tenté de coopérer avec les associations du secteur pour arriver à un objectif qui était de permettre d’avoir plus de RDR dans les teufs de ces régions pilotes mais cela n’a pas été un franc succès. Si notre respect ira toujours aux acteurs communautaires historiques de terrain, d’autres rencontres furent plus ... étonnantes. Nous saurons en tirer des leçons pour l’avenir. Enrichissantes aussi les médiations que nous avons pu faire avec certains élus locaux, qui, il faut bien le dire, restent dans leur majorité fermés à tout type d’évolution dans leur perception de la free party. Il y a encore du travail de ce côté-là aussi, mais du 91 au 73 en passant par le 34 ou le 29, peu d’élus semblent vouloir accepter que la situation des free ne changera pas sans qu’ils fassent un effort pour faire une place aux sound systems. Du côté du Fonds de Soutien des Sound Systems, même si le nombre de saisies est un peu en baisse cette année, le travail est resté important tout au long de l’année. Nous sommes heureux d’avoir pu assurer la transmission de la gestion du fonds vers la Coordination Nationale des Sons, à qui nous envoyons tous nos vœux et l’assurance de notre soutien pour 2019…et bien au-delà ! De bonnes choses aussi, avec plus de 150 lives à l’Infrabase dans l’année, les vidéos de Party Hard qui vous ont bien plu, des rencontres nationales qui ont une fois de plus fait le plein, 3 vinyles avec Chrysaldisk et toujours beaucoup d’échanges et de conseils au quotidien pour les sons. De belles rencontres et du bon son, c’est toujours un plaisir. Mais malgré tout, il convient que nous tirions un bilan honnête et objectif de cette année, autant des échecs que des réussites qui ont étés les nôtres. L’appui aux teufs sans un soutien fort du ministère de l’Intérieur est possible mais il passe probablement par d’autres voies que les gros multisons ou teknivals qui restent des facteurs de crispation. Difficile de faire coïncider les valeurs humaines, le respect de l’environnement, l’engagement bénévole, la concertation, les bonnes relations avec les riverains et ces gros projets…même si c’est toujours un plaisir de voir 10 000 personnes booster ensemble lors d’une fête :-) A nous d’inventer d’autres façons de promouvoir ce en quoi nous croyons : une scène techno gardant ses spécificités dans un contexte apaisé où créativité, personnalités, transmission des savoir et convivialité peuvent s’épanouir harmonieusement. Nous avons toujours ce message d’espoir à faire passer aux organisateurs de teuf à travers la France entière. Dans les semaines à venir, nous allons retravailler, en interne mais aussi avec nos partenaires à redéfinir ce qui sera notre projet pour 2019 et les années à venir. Nous ne baisseront pas les bras car défendre et promouvoir la scène techno, avec tout ce que ce secteur comporte de pratiques amateurs, d’innovation et de créativité reste pour nous une envie et avant tout, une passion. Bonne année 2019 à tous et à très bientôt !
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Aujourd'hui, réunion chez @[157590517606787:274:MILDECAgouv] avec @[202866606417783:274:Ministère de la Culture] et @[1038891296255683:274:Ministère de l'Education Nationale] pour échanger sur le projet associatif de @[1482807815320521:274:Freeform] 2019. Pas mal d'évolution et des nouveaux projets au service des orgas en cours d'élaboration....à suivre! #MutatisMutandis
Adresse IP de la source
109.190.253.16
Photos du journal
Alors que les beaux jours sont encore loin, c'est le moment idéal pour prendre vos voitures (ou vos vélos) pour battre la campagne à la recherche de terrains pour faire la teuf au printemps :-) https://bit.ly/2E5yMmV Avant toute prise de contact avec les agriculteurs ou les propriétaires pour négocier une autorisation, prenez le temps de passer sur le site Géoportail pour connaitre son statut écologique. Pour la planète ET pour vos caissons, c'est important :-) Toutes infos pour savoir comment bien utiliser le site géoportail, c'est ici: https://freeform.fr/natura2000
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Nos vinyles sont disponibles chez votre disquaire préféré! Il y en a pour tous les goûts, car nous avons voulu montrer la richesse et la diversité des artistes évoluant dans le milieu de la Free Party. INFRABASE 00: Acidcore Indus INFRABASE 01: Tribe mentale haute perchée INFRABASE 02: Hardtek industrielle Egalement disponibles sur internet chez nos partenaires: Tekenligne vinyls shop : http://tekenligne.fr/fr/384_l-infrabase et Toolbox: http://www.toolboxrecords.com/fr/search/infrabase Et pour les professionnel.le.s : Underground Vinyls Dealer: http://undergroundvinylsdealer.com/fr/384_l-infrabase N'hésitez pas à faire tourner un maximum afin de faire découvrir ces artistes!
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
EN 2019, LE PÔLE SON DE L'INFRABASE ÉVOLUE ! Si vous voulez participer à son développement ou tout simplement apporter vos idées ou faire le bilan de ces deux dernières années avec nous, alors nous vous attendons: MERCREDI 27 FÉVRIER 2019 de 16h00 à 18h00 dans nos locaux situés au 38 rue des anges, 31200 TOULOUSE A l'ordre du jour: - Bilan des deux années du pôle son - Discussion autour de son devenir - Propositions pour le nouveau pôle son. Nous vous attendons nombreuses et nombreux.
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
DIFFUSION LIVES @ L’INFRABASE FREEFORM RECRUTE 2 VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE 10 MOIS – 24H/SEMAINE - TOULOUSE A PARTIR DE MARS 2019 Tu aimes la techno sous toutes ses formes, tu es motivé(e) pour t’investir dans un projet associatif au service de la culture électro et des pratiques amateurs ? Alors rejoins-nous en tant que volontaire en service civique pour la saison 2019. Pour avoir plus d’infos ou postuler, ça se passe ici : https://www.service-civique.gouv.fr/missions/animation-infrabase-et-studio-live-freeform-promouvoir-la-diffusion-artistique-accompagner-et-conseiller-les-jeunes-artistes-amateurs-dans-leurs-pratiques
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
3ème rencontre nationale "Jeunes, Fêtes et Territoires " du 15 au 17 avril 2019 (à l'occasion du Printemps de Bourges). Le mardi, plusieurs thèmes liés à la fête techno seront abordés et différents représentants des ministères concernés seront présents. Nous incitons fortement les organisateurs de fêtes amateurs avec lesquels nous travaillons à y participer.On affecte un budget de soutien pour la prise en charge des frais Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 11 mars et acceptées par ordre d'arrivée (places limitées) Ce colloque est organisé par la DDCSPP du Cher et la Ligue de l’Enseignement 18, avec le soutien actif :de la Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative du Ministère de l’Éducation et de la Jeunessede la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA). Cette manifestation a été présentée au comité de pilotage national sur les rassemblements festifs associant le ministère de l’Éducation et de la Jeunesse (DJEPVA), la MILDECA, le ministère des Solidarités et de la Santé, le ministère de la Culture, le ministère de l'Intérieur et le ministère de la Justice .Nous vous invitons à participer à ces 3 journées qui permettront d'aborder notamment :l'évolution des pratiques festives des jeunes (festivals, fêtes estudiantines, rassemblements estivaux, fêtes électro,etc..),la mise en place d'actions de prévention et de réduction des risques, la médiationl'innovation publique et l'engagement de la Jeunesse en milieu festif. Nous espérons la venue de nombreux partenaires à cette rencontre nationale destinée aux collectivités locales, aux services de l'Etat, aux organismes de prévention et de réduction des risques, aux associations de jeunesse et d'Education populaire, aux organisateurs de rassemblements festifs, festivals .... Clikez ici pour voir le programme prévisionnel du colloque et vous inscrire: https://freeform.fr/rencontre-nationale-jeunes-fetes-et-territoires-du-15-au-17-avril-2019/
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
A voir absolument si vous êtes de passage à Paris jusqu'en août, l'expo ELECTRO à la @[119924208048281:274:Philharmonie de Paris] @[404208539712176:274:Cite-de-la-Musique]. Un tour assez large des musiques électro depuis le mépris et la répression des années 90 jusqu’à la reconnaissance massive des années 2010. Plus d'infos ici: https://philharmoniedeparis.fr/fr/expo-electro Et une très belle critique dans Libération par @[704659441:2048:Olivier Lamm] https://next.liberation.fr/musique/2019/04/09/electro-a-la-philharmonie-une-exposition-en-mouvement_1720266?fbclid=IwAR1_VdS2Z6DhmgzQPxhA4-uteZvf4BioDw7Uuz42sq84ELih_8hZYwUDy00
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
3ème rencontre nationale “Jeunes, Fêtes et Territoires ” du 15 au 17 avril 2019 (à l’occasion du Printemps de Bourges). Le mardi, plusieurs thèmes liés à la fête techno seront abordés et différents représentants des ministères concernés seront présents. Nous invitons fortement les organisateurs de fêtes amateurs avec lesquels nous travaillons à y participer. On affecte un budget de soutien pour la prise en charge des frais Le programme complet ici: http://ligue18.org/pdf/pp_jeunes_fetes_territoires.pdf
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
FREEFORM RECRUTE 3 VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE 8 MOIS – 24H/SEMAINE - Toulouse - 30 avril 2019 Tu aimes la techno sous toutes ses formes, tu es motivé(e) pour t’investir dans un projet associatif au service de la culture électro et des pratiques amateurs ? Alors rejoins-nous en tant que volontaire en service civique pour la saison 2019. Envoies ton cv et une lettre de motivation ici : https://www.service-civique.gouv.fr/missions/accompagnement-des-organisateurs-de-rassemblements-festifs-dans-une-demarche-de-reduction-des-risques-en-concertation-avec-letat-2?fbclid=IwAR2_bP5_T52dFTEW0RQQGFKBS2Z61LPoHRnT_9K6i7_62XnwUPmVYOzLJpQ
Photos du journal
FREEFORM LANCE L'APPEL À INITIATIVES "LA BULLE D'R"! Vous avez un projet de festival électro, de rave ou de free déclarée en France ? Vous recherchez un soutien financier et un accompagnement pour donner toutes les chances à votre projet d’aboutir ? Votre fête se déroulera en extérieur ou dans un lieu atypique ? L’éco-responsabilité, la réduction des risques en milieu festif, la parité, le partage de connaissances et l’engagement sont des valeurs qui vous parlent ? Vous voulez mettre toutes les chances de votre côté et pouvoir offrir une manifestation culturelle de qualité à votre public, accueillir des artistes dans de bonnes conditions et bâtir un projet solide tout en conservant vos valeurs ? Freeform, avec le soutien de ses partenaires, vous propose de participer à l’appel à initiatives « La bulle d’R ». {n'hésitez pas faire tourner autour de vous, c'est ouvert à toutes et tous!} Pour plus d'infos, cliquez ici: https://freeform.fr/labulledr/
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
ALERTE SAISIES NATIONALE du 26 AVRIL au 6 MAI Dans le contexte de l’approche du teknival du 1er mai et étant donné que de nombreuses préfectures ont étés mise en alerte sur l’organisation cette 26ième édition du traditionnel rassemblement des sound systems, nous nous attendons à une recrudescence des arrêtés d’interdiction d’organisation de soirées et de transport de matériel sur les 10 jours à venir, n'importe ou en France, même dans le sud ou l'ouest. Il est très probable que même de petites soirées n’ayant rien avoir avec le teknival soient prises pour cible et importunées, même si elles réunissent moins de 500 personnes et/ou se déroulent conformément au cadre légal. Nous avons déjà eu des retours de problème de ce type le week-end dernier alors que le teknival est dans 10 jours. De même, comme nous l’avons vu en 2018, il est possible que des camions transportant du son pour des manifestations n’ayant rien à voir avec le teknival, ou même n’ayant rien à voir avec l’organisation d’une free soient ciblés. Si vous déplacez du matériel sur ces dates-là, essayez d’avoir des justificatifs de votre destination et de la raison du transport (contrat de location, flyer de soirée ou le matériel va être utilisé, même si la fête à lieu hors de France…). Nous ne pouvons que formuler des conseils de prudence et surtout, si les forces de l’ordre rentrent en contact avec vous, de privilégier le dialogue et la concertation. Dès le premier contact, expliquez le type de fête, le public attendu, la durée etc pour que votre calage à 200 ne soit pas confondu avec un teknival. Ce qui peut vous sembler évident ne l’est pas forcément pour les gendarmes qui ont étés mis en alerte par une préfecture sans beaucoup de précision. En cas de tensions, n’hésitez pas à nous contacter ou à joindre le Fonds de soutien juridique des sons pour des infos ou du conseil juridique.
Adresse IP de la source
81.185.163.71
Photos du journal
1ER MAI ET AUTRES TEKNIVALS FRANÇAIS, RETOUR SUR 26 ANNÉES DE FÊTES DEVENUES UN ENJEU POLITIQUE. Depuis l’abandon de la « doctrine Sarkozy » en matière de gestion des teknivals en 2016 par le ministère de l’Intérieur, le rôle de médiation d’une association comme Freeform est progressivement devenu obsolète sur cette manifestation d'ampleur nationale. Cependant, avec pour certains d’entre nous près de 25 ans d’implication dans cette mission de médiation entre les sons et les autorités, nous tentons de remettre les éléments en perspective sur le temps long. Retour sur 26 ans de teknivals français et de l’évolution des enjeux politiques qu’ils ont pu porter. 1993 – 1998 : les années d’insouciance Les premières éditions du teknival correspondent à l’émergence d’un mouvement free party français tout feu tout flamme, un peu fou et utopique, importé d’Angleterre par des collectifs impliqués à la fois musicalement et politiquement tels que les Spiral Tribe, UFO, Vox populi, Bedlam… Leur vision rencontre vite un écho auprès des jeunes français. De nombreux sound systems se forment, les rejoignent et prennent en main l’organisation de ces fêtes. Si le nombre de participants reste limité, les rassemblements durent parfois 8 jours non-stop et sont fréquentés par un public d’initiés : travellers, tribes françaises et européennes fortement impliquées dans cette culture émergente et le mode de vie qui va avec. Bien que non déclarés, les teknivals ne posent pas de problèmes majeurs aux autorités et se déroulent avec une tolérance relative. 98-2002 : La montée en puissance Sur cette période, les teknivals se multiplient et la fréquentation augmente. Ces fêtes, en devenant plus populaires, deviennent aussi un enjeu d’ordre public. Choix de sites hasardeux, difficultés à gérer l’afflux d’un public de plus en plus nombreux et moins conscientisé. L’image des teknivals se dégrade rapidement. Alors que les free aussi se multiplient sur le territoire, une loi vient tenter de mettre un coup d’arrêt à l’expansion du mouvement, c’est « l’amendement Marianni » qui donne un outil radical aux forces de l’ordre pour stopper ces fêtes : la saisie du matériel. 2002-2011 : Massification, structuration et doctrine Sarkozy. L’opposition à la nouvelle loi pousse à les sound systems à se structurer, des collectifs nationaux et régionaux voient le jour. Le teknival du Col de l’Arche, coup « politique » des sound systems, oblige les pouvoirs publics à commencer le dialogue avec leurs représentants informels. Le ministre de l’intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy prend le dossier en main personnellement et sur quelques années, une sorte de deal est passé entre les collectifs et le gouvernement. Les grands teknivals sont autorisés et co-organisés avec les sound systems en échange d’un assouplissement de la loi et d’une certaine tranquillité tout au long de l’année pour les simples free parties. Dans la même période, la médiatisation des teknivals entraine une fréquentation record qui culmine en 2006 à Chavannes ou plus de 80 000 personnes sont présentes. Le teknival, en plus d’une fête, est devenu un véritable outil politique pour les sound systems, leur porte d’entrée au ministère de l’Intérieur pour parler de la réalité de leur mouvement tout au long de l’année. À part un accroc en 2009 qui voit le teknival du 1er mai rebasculer dans l’illégalité avec de nombreux incidents et d’encore plus nombreuses saisies de matériel, la plupart des éditions se déroulent légalement et regroupent des sound systems venus de toute l’Europe. La « doctrine Sarkozy » : Du côté du gouvernement, on considère qu’il est plus simple d’accompagner les jeunes français dans leurs fêtes que de s’y opposer par la violence et sans grande efficacité. Une sorte d’équilibre s’établi jusqu’au début des années 2010, quitte à ce que le ministère de l’Intérieur force la main à quelques préfets peu motivés pour accueillir la fête dans leur département. Certains teknivals disparaissent (15 aout), d’autres (Trans’off, Teknival de Bretagne) sont transformés en initiatives innovantes comme les « multi-sons » dans l’ouest de la France qui proposent des alternatives légales à ces grands rassemblements. Sur le terrain les saisies sont très rares et les collectifs acceptent ces évolutions qui leur permettent de mieux préparer leurs fêtes et valoriser le côté culturel du mouvement. Des teknivals illégaux mais d’ampleur limitée ont toujours lieu et se déroulent généralement bien. 2012-2015 : la charnière Progressivement après 2012, les relations entre force de l’ordre et sound systems se dégradent peu à peu sur le terrain. Le contexte de montée en puissance d’une vision beaucoup plus sécuritaire de l’ordre public motivée par la menace terroriste y participe grandement. L’explosion du nombre de sound systems et la multiplication des fêtes sur l’ensemble du territoire aussi, même si dans leur grande majorité, elles se déroulent sans incidents. Les saisies et affrontements entre forces de l’ordre et free parties se multiplient. La concertation laisse place au rapport de force, les manifestations légales sont progressivement abandonnées et seul le teknival du 1er mai crée encore un lien entre institutions et sound systems. Il se déroule sur des bases militaires réquisitionnées par l’état mais les saisies répétées font monter la contestation contre cet événement qui devient peu à peu déconnecté de la réalité du terrain. Si le public est toujours très nombreux à Laon-Couvron (2012) Cambrai (2013) ou Reims (2014), les teknivals illégaux font progressivement leur retour en réaction aux nombreuses saisies. Devant le constat de cette dégradation du dialogue, l’association Freeform est créée pour tenter de remettre en place une surface de concertation entre les collectifs et le gouvernement. 2016 : La rupture Alors que les problèmes se multiplient, les sound systems réunis en collectifs régionaux décident de ne plus assumer leur part de l’accord tacite conclus avec les équipes de Nicolas Sarkozy. Du côté du ministère de l’Intérieur, le renouvellement des conseillers à fait oublier le travail qui avait mené à ce statut quo, certes en limite de la légalité, mais efficace sur le terrain. De part et d’autre, le pragmatisme laisse la place à une vision plus idéologique et les positions se radicalisent. Pour beaucoup de sound systems, il est illogique de participer à une fête autorisée une fois par an si tout au long de l’année la pression les empêche de s’exprimer. Ils demandent une évolution de la loi pour permettre à leur pratique d’exister de manière paisible et concertée sur l’ensemble du territoire. Freeform s’implique à leur côté pour évoluer la situation mais sans succès. Deux années de suite, le teknivals du 1er mai dans la moitié nord et celui du 15 aout (dans le sud) ont lieu de manière illégale et rassemblement plusieurs dizaines de milliers de personnes. Du côté de l’état, si les ministères de la Jeunesse, de la Culture et de la Santé prônent le dialogue, l’Intérieur refuse toute évolution du cadre légal, bien que celle-ci soit aussi soutenue par des parlementaires. Un projet de modification du décret d’application de l’amendement Marianni est même préparé et discuté jusqu’au cabinet du premier ministre en 2016 mais le ministère de l’Intérieur reste sur ses positions et emporte l’arbitrage. Les teknivals de Salbris (1er mai 2016) et Pernay (1er mai 2017) dans le nord et ceux du 15 aout de 2015 et 2016 dans le sud ont lieu sans réaction particulière et réunissent plusieurs dizaines de milliers de participants. L’édition de 2017 du 15 aout se déroulant sur la réserve naturelle de la Crau près de Marseille montre les limites de ce type rassemblements quand ils ne sont pas organisés par des équipes expérimentées, que ce soit légalement ou illégalement. 1er mai 2018 : Tentative de reprise de dialogue par les collectifs. Prenant acte du refus de faire évoluer la loi, les coordinations régionales et nationales des sound systems, reviennent une nouvelle fois autour de la table des négociations pour essayer de faire avec le cadre existant. Une grande réunion nationale est organisée avec l’ensemble des ministères concernés et les représentants des collectifs. Lors de cette réunion, un certain nombre de projets sont actés dont l’accompagnement à l’organisation de multi-sons légaux, des concertations locales pour les free parties et la possibilité d’organiser les teknivals dans des conditions convenant à tous. Avec l’accord de la coordination nationale des sound systems, Freeform prépare un projet de teknival autofinancé en grande partie mais il ne peut aboutir car le ministère de l’Intérieur refuse de réquisitionner un site adapté, condition sine qua none de l’organisation d’une fête légale. Nous devons donc jeter l’éponge. Une alternative contestataire est mise en place à la hâte et à lieu sur la commune de Marigny dans la Marne. Elle réunit plus de 60 000 personnes sur 3 jours sans incident majeur. Si le choix du site peut faire polémique, ce que nous regrettons le plus c’est le manque de courage politique qui fait que le ministère de l’Intérieur préfère laisser se faire une fête dans des conditions périlleuses plutôt que de s’engager fortement pour apporter des réponses positives aux initiatives responsables et sérieuses des collectifs. La même chose sera constatée tout au long de 2018 avec l’échec partiel de l’accompagnement des multisons que nous avons vécu. 1er mai 2019... ? Annoncé depuis de longs mois, le teknival va probablement réunir plusieurs dizaines de milliers de personnes ce week-end. Un grand nombre de préfectures organisent des réunions de préparation et dépensent une énergie folle pour prendre des arrêtés anti-rassemblement sur le territoire, fermer des sites et mobiliser des forces de l’ordre tout en espérant que le teknival se déroulera sur le département du voisin. S’engage alors un concours de rejet de patate chaude interdépartemental d’ampleur nationale qui pourrait faire rire si les enjeux n’étaient pas si importants. Alors, avant que se lance la grande machine du teknival pour la 26ième année consécutive, on a simplement envie de poser une nouvelle fois cette question aux pouvoirs publics: ne serait-il pas plus simple, moins cher et moins énergivore de faire une place à cette culture au lieu de la combattre et de creuser encore plus profondément le fossé entre la jeunesse et les institutions ? Basic.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
LIVER EN LIBERTÉ – Sessions de formation son En collaboration avec Bilal [DA KREW], Freeform lance une série de formation à l’attention des livers de la scène électro. L’objectif de ces sessions ? Vous aider à gagner de la liberté et de la créativité quand vous jouez devant un public ! Configuration des contrôleurs avec Ableton, création d’interfaces personnalisées à partir de manettes de jeu ou finger drumming, tout ce dont vous avez besoin pour vous sentir libre sur scène ! 1 session de 4 heures tous les mois / 15 € par formation avec adhésion à l’asso comprise / Limité à 5 participants @L’infrabase, le studio de Freeform à Toulouse ! Le calendrier : Mardi 14 Mai 14H30: Préparer un set pour une performance live et pour jammer en liberté. Mercredi 12 Juin 14H30: Utilisation du groove et autres techniques pour sortir des grilles rythmiques classiques. Mardi 02 Juillet 14H30: Humaniser sa composition. Mardi 10 Septembre 14H30: Atelier Finger Drumming pour controleurs à pads. Mardi 8 Octobre: Utiliser des contrôleurs de jeu ou DIY pour contrôler Ableton et hacking de manettes de jeu. Mardi 12 novembre: Perfectionnement Ableton Live (Racks, Chains et autres astuces). Mardi 10 décembre: Initiation MaxForLive (découverte de l’environnement de programmation et création de plugs-ins). Bilal [DA KREW] met 15 ans d’expériences sur Ableton Live et les contrôleurs MIDI au service du public désireux de développer le jeu live, la jam session, la programmation sur Max For Live, les contrôleurs Diy et autres astuces ludiques. Prérequis : Pratiquer le live et avoir quelques notions d’Ableton. Renseignements et inscriptions: 05 32 02 15 86 ou par mail contact@freeform.fr 38 rue des anges, 31200 Toulouse. Crédit photos lamachineareves.net
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Attention, les places des formations partent vite! Mardi 14 Mai 14H30: Préparer un set pour une performance live et pour jammer en liberté. Complet ! Informations : Bilal [DA KREW] met 15 ans d’expériences sur Ableton Live et les contrôleurs MIDI au service du public désireux de développer le jeu live, la jam session, la programmation sur Max For Live, les contrôleurs Diy et autres astuces ludiques. Prérequis : Pratiquer le live et avoir quelques notions d’Ableton. Renseignements et inscriptions: 05 32 02 15 86 ou par mail contact@freeform.fr
Photos du journal
9 projets sélectionnés pour l’appel à initiatives « LA BULLE D’R » ! Lancé fin avril, l’appel a reçu un accueil énorme par les acteurs de la scène électro et le nombre de projets que nous avons reçu a explosé en quelques jours. Ce sont plus de 60 projets qui nous ont étés envoyés alors que nous avions prévu d’en soutenir une dizaine simplement ! Au-delà de votre enthousiasme, ce qui nous a marqué, c’est la qualité et la diversité des projets que nous avons reçu. L’engagement, la motivation des associations mais aussi la volonté d’apprendre, de s’organiser et de progresser dans leur pratique nous a convaincu que notre objectif était le bon. Soutenir et encourager les initiatives de la scène électro, dans un esprit ouvert et éclectique est un vrai plaisir et nous motive au plus haut point ! Sound systems, assos universitaires ou collectifs de passionnés, la pratique amateur montre sa richesse et sa force en faisant résonner le son de toutes les familles de l’électro d’un bout à l’autre de la France. Au travail maintenant, autant pour Freeform dans sa démarche de formation, d’accompagnement et de médiation que pour les associations qui sont à fond mobilisés pour accueillir artistes et public dans les meilleures conditions possibles. Nous savons qu’ils sont là pour vous offrir de belles fêtes ! Nous vous tiendrons au courant des évolutions de ces projets et vous pourrez nous retrouver avec le dispositif « La bulle d’R » sur chacun de ces événements : • 21 juin, pour la fête de la musique à Bordeaux, « UNI-TEKNO », 4 sound systems dans le parc de l’université de Bordeaux. La fête est organisée plusieurs collectifs issus des différents univers de la scène électro, free et dub ( BDB Sound, Alchimy Stik'Events, Infinity Hi-fi, Wandem Sound et Volitions Acoustic). • 8 et 9 aout, le festival « LES CHAMPS SONORES », une première pour cette fête en extérieur et sur deux soir organisée par l’asso OCTO-SYMPHO. Deux scènes, du dub à la hard-techno ! • 23 et 24 aout, dans la Manche, le festival « BADGER », une première pour ce festival techno organisé par les bénévoles surmotivés de l’association éponyme. Programmation rap, house, disco, techno et trance. • 31 aout : ELECTRODAY, organisé par une association de Caderousse (84). Belle programmation électro pour cette grosse soirée dans un parc de la ville. • 14 septembre : Timelapse, fête électro dans un parc toulousain organisée par le Bureau des Arts de Toulouse Business school. • 20 et 21 septembre en Indre et Loir, le festival SARCUS, festival électro et déconnecté dans une ancienne abbaye organisé par l’association SARCUS FESTIVAL. • 28 septembre, grosse free déclarée organisée par le collectif MERQTEK dans le Doubs. • 11 octobre, fête électro à Centrale-Supelec dans le 91 ; organisée par l’association des Résidents de CentraleSupélec • 26 octobre, La Décale : Open Air Arts & Métiers, soirée électro organisée par VE Arts et Métiers.
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Salut à tous ! Depuis peu, Freeform est aussi sur Instagram, alors n'hésitez pas à venir nous rejoindre :)
Photos du journal
Un super projet avec des valeurs qui sont les nôtres, voici pourquoi nous vous le partageons ! Post d'origine sur la page @[522307158301369:274:Lesmixeusessolidaires] : https://www.facebook.com/lesmixeusessolidaires/photos/a.522313034967448/541759183022833/ LES MIXEUSES SOLIDAIRES 🎧🎼🙏 📌 LE CONCEPT Les violences faites aux femmes ne laissent pas indifférent.e.s, #femmes2019 a créé l’occasion d’agir concrètement pour que les choses s’améliorent. Le collectif a souhaité mettre son amour de la musique au service d’une cause qui reste un combat ; les violences faites aux femmes, rappelant que les femmes sont aussi les actrices de la lutte contre ce fléau persistant. Un positionnement festif, engagé et surtout solidaire, le projet #lesfemmes2019 a réuni une vingtaine de DJs féminines du département de l'Hérault : Miss Airie, Sin' Dee, Laura Vaï, Mellanie, Nikita, Shade Yōkai, Dess, Lolita, Zita Spagiari, Emeraldia Ayakashi, SadjoySan, Annoushka, Emilie Dada, Yuki, Vielle Bique, ,Miss Emy, Anna Washington et NJ Deejay. 📌 NOTRE MISSION Augmenter les ressources disponibles pour les femmes victimes de violences, en mobilisant autour d'un évènement artistique et musical le grand public, les institutions et les acteurs professionnels : 1- Un soutien financier : organisation de collectes dont les fonds sont intégralement reversés. 2- Un soutien matériel. 📌 LA PREMIERE EDITION #Femmes2019 Le 8 Mars, le collectif a pris d’assaut les platines de la Fabrik, à Montpellier, pour une soirée événement à l’occasion de la journée internationale des Droits des Femmes, qui a réuni plus de 400 personnes à l'intérieur comme à l'extérieur ! Car tous les dons étaient bienvenus, il a été proposé différents moyens de participer ; Cagnotte de contribution en ligne Leetchi La Fabrik,l'intégralité du cachet versé aux Djs, ainsi qu’un pourcentage de la recette du bar. Urne à participation libre pendant la soirée Cette campagne a permis de générer une cagnotte d’un montant total de : 2090 € La Fabrik : il y a eu 1 chèque de 800€ L'urne le soir même de la soirée à la Fabrik : 250€ Cagnotte Leetchi : 840€ PzClub : 200 euros Le 25 MAI 2019, l’ensemble des dons sont reversés au centre d’accueil CHRS Élisabeth Buissonnade, qui œuvre dans l’accompagnement (juridique, administratif hébergement d’urgence…), le conseil et l’écoute des femmes victimes de violences conjugales. <3 #femmes2019 remercie tous ceux qui ont contribué à aider cette cause ; public, ami.e.s et amours, toutes les djs qui ont acceptées sans hésiter de participer à cette initiative et Erik de La Fabrik. <3 📌 REVUE DE PRESSE Midi Libre : Montpellier : 20 femmes DJ de l'Hérault réunies le 8 mars pour récolter des fonds Claap : 20 Djettes mixent pour le journée de la Femme Grizette Magazine : Journée internationale des Droits des Femmes en Occitanie – Le programme du 8 mars 2019 Radio Clapas : Emission spéciale #Femmes2019 Et aussi Radio Aviva, Teckyo, Support Your Local Girl Gang, Montpellier Sortir, Le Mouvement, Delta FM, Evensi ... 📌 ET LA SUITE ? L'initiative de Sind'ee, rapidement suivie par Miss Airie ont été rejointes pars les autres DJ. Une grande partie du collectif est motivée pour continuer sur sa lancée en gardant le même axe : - Fédérer toutes les personnes pour qui la cause des femmes compte : femmes, hommes, entreprises, associations - Création d’une association LES MIXEUSES SOLIDAIRES - et d’autres actions similaires (soirées et happening sont ouvert.e.s à tout.te.s.) Stay Tuned ! Toutes les informations sur Les Mixeuses Solidaires : www.facebook/lesmixeusesolidaires.com Merci encore pour votre soutien, on compte sur vous ! CONTACTS : DONNEZ A L'ASSOCIATION / COMMUNICATION, PRESSE & INTERVIEWS / REJOINDRE LE MOUVEMENT : lesmixeusessolidaires@gmail.com
Photos du journal
Retrouvez nous sur les différents réseaux ! Instagram : https://www.instagram.com/assofreeform/ Youtube : https://www.youtube.com/freeforminfrabase Twitter : https://twitter.com/assofreeform Le Facebook de l'Infrabase : https://www.facebook.com/linfrabase/
Date de modification
30 janv. 2018 à 15:41
Orientation
1
Largeur initiale
6000
Photos du journal
Tu fais du live ? Tu souhaite laisser exprimer ton art ? Avec @[488106748201591:274:L'Infrabase] on t'offre la possibilité de venir dans nos studios pour jouer, t'enregistrer, et même diffuser ton set en direct (ou en rediff) lors des Teknokturn le Jeudi soir ! Que tu sois sur machines ou sur logiciel, n'hésite plus nous t’accueillons à bras ouverts 👽 (Prenez contact avec la page de l'Infrabase pour plus d'infos)
Date de modification
29 mai 2019 à 17:27
Orientation
1
Photos du journal
LIVER EN LIBERTÉ – Sessions de formation son En collaboration avec Bilal [DA KREW], Freeform lance une série de formation à l’attention des livers de la scène électro. L’objectif de ces sessions ? Vous aider à gagner de la liberté et de la créativité quand vous jouez devant un public ! Configuration des contrôleurs avec Ableton, création d’interfaces personnalisées à partir de manettes de jeu ou finger drumming, tout ce dont vous avez besoin pour vous sentir libre sur scène ! 1 session de 4 heures tous les mois / 15 € par formation avec adhésion à l’asso comprise / Limité à 5 participants @L’infrabase, le studio de Freeform à Toulouse IMPORTANT!!! Pré-requis: pratiquer le live, avoir quelques notions d'Ableton et amener son matériel (ordinateur + contrôleur) => Mercredi 12 Juin 14H30: Utilisation du groove et autres techniques pour sortir des grilles rythmiques classiques. => Mardi 02 Juillet 14H30: Humaniser sa composition Renseignements et inscriptions: 05 32 02 15 86 ou par mail contact@freeform.fr
Date de modification
29 mai 2019 à 17:55
Orientation
1
Largeur initiale
2100
Photos du journal
Hop hop hop deeeemandez le prograaaaaaamme ! Voici les artistes présents ce mois ci pour les Teknokturn en direct de nos locaux @[488106748201591:274:L'Infrabase] ! - 06/06 : @[517401018469674:274:Collectif Marcel Tong] - 13/06 : @[1940002956235293:274:On Top Non Stop / Booking & Sérigraphie] - 20/06 : @[1565139300368163:274:Gelify] - 27/06 : P'tit Louis Pensez à vous abonner à la chaîne Youtube : https://www.youtube.com/freeforminfrabase
Date de modification
29 mai 2019 à 18:21
Orientation
1
Photos du journal
Freeform @ Bordeaux avec l'asso Vie Étudiante Arts et Métiers. Prepa d'une grosse fête en Octobre via le dispositif La Bulle d'R ! . . . . #freeform #infrabase #toulouse #bordeaux #labulledr #associatif
Photos du journal
Suite à désistement de dernière minute il reste une place de libre sur la session de formation de demain avec Bilal ! => Mercredi 12 Juin 14H30: Utilisation du groove et autres techniques pour sortir des grilles rythmiques classiques. IMPORTANT!!! Pré-requis: pratiquer le live, avoir quelques notions d'Ableton et amener son matériel (ordinateur + contrôleur) Renseignements et inscriptions: 05 32 02 15 86 ou par mail contact@freeform.fr LIVER EN LIBERTÉ – Sessions de formation son En collaboration avec Bilal [DA KREW], Freeform lance une série de formation à l’attention des livers de la scène électro. L’objectif de ces sessions ? Vous aider à gagner de la liberté et de la créativité quand vous jouez devant un public ! Configuration des contrôleurs avec Ableton, création d’interfaces personnalisées à partir de manettes de jeu ou finger drumming, tout ce dont vous avez besoin pour vous sentir libre sur scène ! 1 session de 4 heures tous les mois / 15 € par formation avec adhésion à l’asso comprise / Limité à 5 participants @L’infrabase, le studio de Freeform à Toulouse
Date de modification
11 juin 2019 à 15:00
Orientation
1
Photos du journal
Photos du journal
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
APPEL A TEMOINS Pour dépôt de plainte nous recherchons des personnes tombées à l'eau suite à la charge de la police lors de la fête de la musique à Nantes ce vendredi Notre communiqué de presse: https://freeform.fr/…/COMMUNIQU%C3%89-DE-PRESSE-FDM-2406201…
Date de modification
24 juin 2019 à 12:28
Orientation
1
Photos du journal
Communiqué de presse de Freeform et Média’son ! Nous demandons l’ouverture d’une enquête pour comprendre ce qui s’est passé lors de la fête de la musique à Nantes et surtout pourquoi la police a chargé à coups de LBD et de lacrymo, créant un mouvement de panique et faisant chuter au moins 14 personnes dans l’eau ! Il est impossible de laisser passer une telle action qui pourrait avoir eu des conséquences mortelles ! Le texte du communiqué en entier ici https://freeform.fr/wp-content/uploads/COMMUNIQU%C3%89-DE-PRESSE-FDM-24062019.pdf
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
L'affaire de Nantes prend des proportions nationales! Nous voulons la vérité sur ce qui c'est passé et que les responsabilités des personnes ayant déclenché cette opérations soient posées clairement !
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
COMMUNIQUÉ DE PRESSE FREEFORM / MEDIASON Toulouse - 27/06 -14H50 VÉRITÉ POUR STEVE ET LES 14 PERSONNES TOMBÉES DANS LA LOIRE LORS DE LA FÊTE DE LA MUSIQUE À NANTES ! NOUS DEMANDONS UN RENDEZ-VOUS À M. Claude d’HARCOURT, PRÉFET DE LOIRE ATLANTIQUE. Lorsque nous avons commencé à réagir sur ce qui s’est passé à Nantes vendredi soir, nous pensions surtout à ceux qui étaient tombés dans l’eau, à la violence ce genre de chute quand elle arrive en plein milieu d’un moment de fête, précédée de l’explosion d’une grande lacrymogène qui vous aveugle. Nous voulions comprendre ce qui avait poussé la police à utiliser des gaz dans un lieu aussi dangereux, envers un public en très grande majorité festif et inoffensif. Nous avions aussi entendu parler de la disparition de Steve mais cela ne nous a pas apparu directement comme lié. Nous pensions qu’il allait revenir, qu’il était en garde à vue, chez une amoureuse ou au bord de la mer. Mais plus les jours passent, plus les faits se précisent. Têtus et brutaux les faits. Ce garçon sérieux et stable qui communique régulièrement avec ses proches était bien là lors de l’intervention de la police, au calme, posé entre deux sonos à attendre ses amis jusqu’à ce qu’on perde sa trace. Et plus de 5 jours après sa disparition, il faut bien commencer à se rendre à l’évidence. Il y a un vrai problème. Nous n’avions pas envie de poser les mots sur ce qui se passe de peur de figer les choses et de devoir admettre que cette disparition n’est peut-être pas que temporaire. Pourtant des questions claires se posent. • Quels sont les dispositifs mis en place pour rechercher Steve ? • Que s’est-il passé lors de cette intervention ? Était-elle nécessaire au regard du trouble à l’ordre public constaté ? • Est-ce parce qu’il s’agissait de musique électronique et de sound systems de free party que se justifiait une intervention immédiate ? • On nous informe que deux réunions avaient eu lieu en préfecture pour parler de l’installation des sound systems sur l’Ile de Nantes pendant la fête de la musique. Que s’est-il dit lors de ces réunions ? Qui y assistait ? Pourquoi les associations locales ou nationales pourtant en contact régulier avec la préfecture n’y ont pas étés associées ou informées des préconisations. • Pourquoi, alors que cela fait 20 ans que les sound systems s’installent à cet endroit, le quai n’était pas sécurisé ? Nous demandons conjointement un rendez-vous à M. D’HARCOURT, préfet de Loire Atlantique, afin d’avoir des réponses sur ce sujet et nous lui faisons entièrement confiance pour faire la lumière dans cette affaire. Nous renouvelons aussi notre confiance à l’IGPN et aux magistrats qui vont instruire la centaine de plaintes groupées qui sont déposées afin que nous ayons des réponses dignes de la république. Tout notre soutien va à la famille de Steve, à ses amis et à tous ceux qui ont étés choqués par cette intervention. https://freeform.fr/communique-de-presse-fdm2/
Date de modification
27 juin 2019 à 13:56
Orientation
1
Photos du journal
NOUS SOUTENONS TOTALEMENT CETTE ACTION ! Marche de soutien aux victimes de l'intervention violente des forces de l'ordre, aux proches de Steve et à sa famille. Le rassemblement se fera samedi 29 juin à 14H30 (rendez-vous 14H) devant la préfecture pour marcher ensemble jusqu'au Quai Wilson. L'objectif est d'apporter notre soutien et de condamner ce qu'ont vécu les jeunes présents lors des faits! Le déroulé de cette marche se fera en musique à la demande de ses amis, les proches souhaitent que cette marche reste neutre c'est à dire qu'aucun symbole désignant une quelconque "appartenance" politique n'est souhaitée pour le moment. Que vous puissiez venir ou pas, copiez cet appel et faites le circuler sur les réseaux sociaux pour montrer la force de votre soutien ! IMPORTANT: Cette marche prend place dans un climat de recueillement et pour dénoncer des violences. Il en va du bon sens qu'aucun débordement n'est souhaité, ne ne sommes pas là pour revivre ce que nous dénonçons.
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
COMMUNIQUÉ FREEFORM & MEDIA’SON 01/07/2019 – 15H15 POINT PRESSE MEDIA’SON & FREEFORM - MERCREDI 3 JUILLET 12H Lieu : Devant la préfecture de Nantes, place Roger Salengro Objet : Compte-rendu de notre réunion avec la préfecture qui doit avoir lieu à 10H30 et le point sur le dépôt de plaintes groupé en présence du conseil juridique de Média’son. Suite à notre demande de rendez-vous adressée au préfet de région M. D’Harcourt le 27 juin dernier, nous avons rendez-vous mercredi 3 juillet à 10H30 à la préfecture de Nantes. Pour rappel, nous avions sollicité cette audience afin d’avoir des informations sur les points suivants : • Quels sont les dispositifs mis en place pour rechercher Steve ? • Que s’est-il passé lors de cette intervention ? Était-elle nécessaire au regard du trouble à l’ordre public constaté ? • Est-ce parce qu’il s’agissait de musique électronique et de sound systems de la culture free party que se justifiait une intervention immédiate ? • On nous informe que deux réunions avaient eu lieu en préfecture pour parler de l’installation des sound systems sur l’Ile de Nantes pendant la fête de la musique. Que s’est-il dit lors de ces réunions ? Qui y assistait ? Pourquoi les associations locales ou nationales pourtant en contact régulier avec la préfecture n’y ont pas étés associées ou informées des préconisations. • Pourquoi, alors que cela fait 20 ans que les sound systems s’installent à cet endroit, le quai n’était pas sécurisé ? Au regard des évolutions du dossier et notamment de la disparition de plus en plus inquiétante de Steve, d’autres questions seront surement à l’ordre du jour. A l’issu de cette réunion, nous ferons un point presse sur les réponses que nous aurons obtenu à nos interrogations. Ce point presse sera aussi l’occasion pour le conseil de l’association Maitre Marianne Rostan de présenter plus en détail le dossier des plaintes groupées qui seront déposée dans cette même journée. Nous vous donnons donc rendez-vous à 12H devant la préfecture, côté Place Salengro. Lien du communiqué : https://freeform.fr/communique-de-presse-fdm-01072019/
Date de modification
1 juil. 2019 à 15:41
Orientation
1
Photos du journal
COMMUNIQUÉ DE PRESSE FREEFORM Nantes - 03/07 - 12h00 LES RÉPONSES QUE NOUS AVONS OBTENUES CE MATIN NE SONT PAS DU TOUT SATISFAISANTES ! Lorsque nous avons lancé notre premier communiqué, juste après la fête de la musique, nous réagissions simplement à une intervention de la police qui avait eu pour conséquence de faire tomber des jeunes dans la Loire alors qu’ils ne faisaient que participer à une manifestation culturelle. C’était suffisamment brutal pour susciter notre indignation mais nous n’avions pas encore pris conscience de l’horreur que cette information comportait en elle-même. L’un d’entre eux manquait à l’appel. 10 jours plus tard, nous devons faire face à la violence et la réalité de ce fait. Steve est probablement tombé dans la Loire suite à cette intervention. Steve est probablement mort noyé cette nuit-là. Pour une association comme Freeform, dont l’une des missions est notamment de soutenir et de relayer les politiques publiques envers la jeunesse, de soutenir l’engagement dans la culture, de former et d’informer les jeunes sur les risques que comporte l’organisation d’une manifestation culturelle, nous n’avons pas pour habitude de leur expliquer que ce sont les forces de l’ordre qui peuvent consister le danger. Pourtant ce soir-là et pour la première fois en France, un jeune est mort des conséquences de l’action de la puissance publique dans une fête techno. De l’action de ceux qui sont censés les protéger. Nous avons voulu rencontrer le préfet pour comprendre ce qui s’est passé. Nous attendions de lui qu’il nous explique ce qui a pu rendre cela possible. Nous voulions le rencontrer car nous croyons qu’il est important que les pouvoirs publics aient une parole de vérité. Nous voulions le rencontrer car nous ne pouvons pas admettre que des responsables de la police osent se demander pourquoi un jeune de 24 ans a bien pu SAUTER dans la Loire alors qu’il ne savait pas nager. Ce matin nous avons eu quelques réponses mais elles ne sont pas satisfaisantes. La stigmatisation dont font preuve les amateurs de musique électronique et ceux qui fréquentent les free parties comme Steve l’était est depuis longtemps un facteur de risque. Le refus des pouvoirs publics de leur donner une place et le respect auquel ils ont droit comme tous les citoyens français est pour nous une des raisons qui ont conduit à ce drame. Les réponses que nous avons obtenues ce matin ne sont pas suffisantes. Nous allons suivre de près les différentes actions légales en cours et surtout les plaintes déposées ce jour mais surtout nous allons nous tourner vers le ministre de l’intérieur Monsieur Castaner mais aussi les ministres de jeunesse et de la culture pour savoir quelles suites ils comptent donner à cette affaire et quelles mesures ils proposent pour qu’un tel drame ne se reproduise plus. Nous demandons justice pour Steve mais aussi des décisions concrètes pour que notre pays ne connaisse plus jamais d’autres 21 juin 2019. Lien du communiqué : https://freeform.fr/communiquepressefdmrdvpref/
Date de modification
3 juil. 2019 à 12:29
Orientation
1
Photos du journal
15 jours déjà ! Ou est Steve ?
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
COMMUNIQUÉ FREEFORM 02/08 – 15H30 Manifestations prévues samedi à Nantes et partout en France : Freeform soutient la position de la famille et des amis de Steve. Ni la colère, ni la violence ne doivent faire obstruction au recueillement et à la justice ! Cet appel s’adresse autant à ceux qui participeront aux défilés qu’aux forces de l’ordre. Depuis plus d’un mois, nous sommes fortement impliqués sur ce drame. Avec Média’son et Maitre Marianne Rostan, nous avons passé des heures sombres et nuits blanches à espérer, à interpeler, à saisir puis à comprendre et pour finir à devoir accepter l’inacceptable. Depuis un mois, nous avons porté le questionnement sur le point légal, médiatique et institutionnel. Nous avons bougé ciel et terre pour que la vérité soit faite et nous le ferons encore dans les mois à venir. Depuis un mois, nous avons placé notre confiance dans la justice et même si l’annonce des résultats de l’enquête IGPN nous a largement déçu par ses lacunes et ses omissions, nous savons que les enquêtes aboutiront et que la vérité sera faite. Le temps des médias, le temps des politiques, le temps de la colère, le temps du deuil, tous ces moments s’entrechoquent et se mêlent depuis plusieurs jours, nous poussant dans nos retranchement, franchissant parfois les limites de l’acceptable mais nous restons fermes et bornés : nous faisons confiance à la justice. Libre à chacun de penser ce qu’il veut, de nous considérer faibles ou utopistes, procéduriers ou agressifs. Pour nous, il n’y a pas d’autre voie que celle-ci. Samedi, plusieurs appels ont étés lancé pour des manifestations et des rassemblements à Nantes et partout en France, en hommage à Steve ou contre les violences policières plus généralement. Nous trouvons magnifique cet élan de solidarité national mais nous tenons à rappeler que la famille et les amis de Steve ne s’y associent pas mais surtout que, de notre point de vue, tout débordement desservira la cause de la justice. Nous adressons ce message autant aux forces de l’ordre et aux préfectures qu’aux participants à ces rassemblements. Samedi, c’est un peuple digne qui doit défiler. Samedi ce sont des forces de l’ordre dignes qui doivent encadrer ces manifestations, dans le respect de la vie humaine et des colères qui s’expriment. Celui qui jettera la première pierre ou la première grenade blessera la république et la mémoire de Steve, celui qui y répondra ne vaudra pas mieux. Le drame de Nantes a dépassé tous ceux qui étaient impliqués ce soir-là. Il est devenu une cause nationale car il nous renvoie tous à ce que nous avons de plus profond, a ce qui fait le lien d’une nation : sa capacité à vivre ensemble, à progresser et à tirer les leçons de ses erreurs par le dialogue et l’action des institutions, si imparfaites soient-elles. Cela se fera dans le calme et la dignité ou cela ne se fera pas et les conséquences en seront terribles pour tous.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Au festival Les champs sonores, les équipes d' @[100000867103067:2048:Ekinox Rdr] et de la @[523175114498432:274:Croix-Rouge française] en briefing / échange de savoirs et de pratique avant de prendre leurs postes dans La Bulle d'R. Un beau moment et une intervention en totale complémentarité. Merci à ces deux organisations et à leurs bénévoles !
Date de création
9 août 2019 à 20:34
Date de modification
9 août 2019 à 20:34
Fabricant de l’appareil photo
HUAWEI
Modèle de l’appareil photo
EML-L29
Largeur initiale
3968
Exposition
2308000/1000000000
Nombre d’ouverture
180/100
Sensibilité ISO
50
Distance focale
3950/1000
Adresse IP de la source
2a02:842a:f:a501:f5cc:5bd:64ba:34c3
Photos du journal
voilà voilà...sans commentaires. Il est vraiment temps que les conséquences de cette affaire soient tirées.
Date de modification
11 sept. 2019 à 12:51
Orientation
8
Adresse IP de la source
2a02:842a:f:a501:f929:afdd:f5f9:643f
Photos du journal
Projet de loi « anti-free parties » déposé par le groupe Les Républicains au sénat, la position de Freeform. Le 22 octobre sera proposé au vote une loi ayant pour objectif de réduire le seuil de déclaration pour les rassemblements festifs à 300 personnes, monter l’amende à 3750 euros et surtout l’assortir d’une peine de prison de 3 mois. Bien que cette loi soit déposée par l’opposition et que jusqu’à présent leurs projets de lois sont généralement repoussés par la majorité, il convient cependant de rester très vigilant sur ce sujet car : • Le groupe LR dispose de la majorité au sénat (210 sièges sur 348) il a donc des chances d’être adopté. Etant donné la nature et les propos très stigmatisants du texte, il ne faut pas laisser passer et il faut exprimer des points de vue différents et étayés de manière forte, même s’il s’arrête au sénat. • Une député de la majorité (LREM) du Gard a exprimé sa volonté de soutenir ce texte à l’assemblée nationale, ce qui du coup, si elle trouve un nombre de soutiens suffisants présente un vrai risque. Nous allons donc entreprendre les actions suivantes afin que cette loi reste dans les cartons et si possible ne soit pas votée au sénat : • Entreprendre un travail de persuasion juridique et éthique devant la commission au Sénat qui va étudier cette proposition afin de démontrer son absurdité et le fait que le cadre légal actuel est déjà totalement inadapté et inapplicable. Que menacer de prison toute personne qui regrouperait plus de 300 personnes pour écouter de la musique de manière privée serait une atteinte majeure à la liberté de réunion et à la démocratie. • Dans le cadre de nos échanges avec le gouvernement et les différents ministères, nous allons alerter et demander la position officielle des services concernés. En 2018, le ministère de l’Intérieur avait répondu à une question d’un député à l’assemblée nationale sur le sujet en disant qu’il n’était pas favorable a une évolution du texte, ni dans le sens de l’augmentation du seuil a 1500 comme nous le demandions, ni vers une baisse comme ce député le demandait. http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-7288QE.htm Il est important d’avoir leur position et qu’ils s’engagent à communiquer avec les députés de la majorité pour leur expliquer en quoi cette solution qui pourrait sembler « efficace » a ceux qui ne connaissent pas le sujet, est en fait une aberration. La question free party se réglera par le dialogue et la concertation, en mettant des lieux et du soutien à disposition des collectifs, pas en adoptant des lois absurdes. Nous avons aussi demandé que la CNS (coordination nationale des Sound Systems) soit auditionnée par cette commission car les sons sont les premiers concernés et doivent être entendus en tout premier lieu. Nous vous tiendrons au courant des retours et évolutions du dossier. Sources : https://www.senat.fr/leg/ppl17-711.html http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl17-711.html http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-7288QE.htm La pétition signée par plus de 20000 personnes lors de première présentation de ce texte: https://www.change.org/p/freeform-petition-contre-le-projet-de-loi-anti-fete-libre-des-republicains
Adresse IP de la source
2a02:842a:f:a501:11ff:22a5:aae7:bf20
Photos du journal
Adresse IP de la source
77.136.198.31
Photos du journal
Adresse IP de la source
77.136.198.31
Photos du journal
#TEK’STEVE’ALL la colère légitime de la fête libre Le 21 juin dernier, lors de la fête de la musique à Nantes, un jeune homme est mort, plusieurs sont tombés dans l’eau et des dizaines ont été brutalisés par des gaz ou par des coups. Ceci n’est pas arrivé par hasard. C’est le fruit de la conjonction d’une bavure policière, d’un acte inqualifiable que la justice se chargera de qualifier, mais aussi de 25 ans de mépris et de tentative d’invisibilisation d’une pratique culturelle pourtant bien vivante en France, la free party. L’attitude de la mairie de Nantes en est un exemple parlant. Si elle s’estime « tolérante » en laissant depuis près de 20 ans les sound systems s’installer et jouer chaque année sur l’Ile de Nantes, ses choix n’en sont pas moins révélateurs du mépris qui existe envers cette pratique. Personne n’aurait pensé à laisser des concerts « conventionnels » s’installer pour la fête de la musique dans le noir, sur un site clairement dangereux et sans aucune sécurité à part un bateau pour repêcher les participants s’ils tombent à l’eau. Mais pour des teufeurs, sous-citoyens patentés, c’est acceptable. Bannis du centre-ville par arrêté municipal, escortés hors des zones plus sécurisées par la police municipale, ils étaient à leur place symbolique, à la marge. Car c’est bien à la marge et même hors des marges, si c’était possible, que les élus locaux veulent voir les teufeurs. On a beau chercher et faire de la médiation depuis 25 ans bientôt, ils se comptent sur les doigts d’une main les maires de France qui considèrent la free party comme une pratique culturelle comme une autre. Ceux qui sont disposés à prêter des terrains et à mettre des moyens pour que la fête se déroule dans de bonnes conditions, comme ils le font pour d’autres pratiques culturelles ou sportives, sont tellement rares que leur action est souvent huée par leurs administrés et qu’ils doivent bien vite abandonner leurs idéaux d’équité. Tellement à la marge qu’il existe une loi spécifique pour ces free parties. Au mépris de notre constitution qui interdit les textes discriminant une pratique culturelle spécifique, cette loi est l’une des plus dures en termes d’exigence envers les organisateurs. Là ou les autres soirées techno ne doivent déclarer leur existence en préfecture qu’à partir de 1500 participants, c’est au-dessus de 500 que ceux qui préfèrent une version plus underground de cette forme de fête doivent se signaler, au risque de voir leur matériel confisqué en cas de défaut. Sur le terrain heureusement, les forces de l’ordre sont plus tolérantes et rares sont les interventions quand le seuil est dépassé. Sur les 4000 free parties qui ont lieu chaque année en France, environ 1500 dépassent sortent clairement du cadre, mais seules 70 amendes et 7 confiscations définitives (dont certains dossiers sont en appel ou en cassation) ont été prononcées par les tribunaux en 2018, preuve que juges et gendarmes sont plus clairvoyants que législateurs et édiles. Reste que cette loi et la stigmatisation de cette forme de fête créent un contexte propice à l’arbitraire et au rapport de force. Avec les années, le fossé se creuse entre une partie de la jeunesse et les autorités. La récente proposition de loi du groupe Les républicains au Sénat montre bien cette incompréhension. Alors que les uns demandent des lieux pour faire leur faite et du soutien, les autres veulent criminaliser la pratique et envoyer les organisateurs en prison dès qu’ils réunissent plus de 300 personnes. Nous avons eu l’occasion de nous exprimer auprès du rapporteur de cette PPL dont le caractère démagogique en période d’élections municipales n’échappe pas aux connaisseurs des modes de fonctionnement du Sénat. Ce week-end, en signe de protestation, les collectifs techno appellent à un grand rassemblement pour dénoncer de manière sonore l’injustice de ce que s’est passé à Nantes et de manière plus générale du traitement qu’on inflige à leur culture. Malgré les postures et le sentiment qu’ont les acteurs de la free party qu’il n’existe pas de solutions ni d’intérêt à dialoguer avec des élus et des institutions qui leur ferment la porte depuis des années, avec Freeform et même si nous avons quelque part aussi jeté l’éponge et entériné l’inexistence de volonté politique, nous restons profondément persuadés que les seules voies de sorties par le haut restent le dialogue, la concertation et la co-construction. L’enjeu de ce « Tek’Steve’All » au-delà du temps de recueillement et de contestation, sera la capacité des pouvoirs publics et des élus à se saisir du dossier pour que des drames comme celui de Nantes ne se reproduisent plus. Nous ne pouvons accepter et nous n’accepterons jamais qu’un jeune soit tué au nom de la tranquillité publique. Une place doit être faite pour cette culture et les mentalités doivent évoluer rapidement. 25 ans après l’émergence de cette culture et alors que de nouvelles formes de fêtes qui vont encore bousculer les lignes sont sur le point d’apparaitre, il serait utile que les élus n’accumulent pas les trains de retard sur les pratiques de leur jeunesse.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Nous apprenons avec une grande tristesse le décès de Valentine Rueff AKA Kim. C'était l'âme de Déviations Sonores, une Dj de talent, une animatrice radio exigeante et surtout une activiste passionnée. De tous les combats pour la reconnaissance des musiques électroniques, adhérente de Freeform, engagée, militante, énergique, attentionnée malgré des soucis de santé qui auraient pu la faire se fermer au monde, elle se battait pour les autres et pour sa passion. Les mots manquent pour parler d'elle. Son départ brutal laisse un vide. La techno perd une grande dame.
Adresse IP de la source
2a02:842a:f:a501:c129:5d65:713:d57d
Photos du journal
Communiqué de presse 22/10/2019 Ass Freefrom – Tlse 20H15 Une proposition de loi votée par le Sénat ce jour interdit de se réunir pour faire la fête et écouter de la musique chez vous sans en demander le droit à votre maire, sous peine d’écoper de 3750€ d’amende. Nous dénonçons ce texte qui porte une atteinte grave à la liberté de réunion. Portée en toute discrétion par le groupe Les Républicains à la faveur d’une niche parlementaire, la proposition de loi votée ce mardi 22 octobre au sénat ce mardi visait à l’origine à criminaliser l’organisation de « free parties », ces fêtes techno alternatives et gratuites ou vont danser les jeunes depuis plus de 20 ans. Fortement bancal et inapplicable, ce texte étend son champ d’action à tous les « rassemblements festifs à caractère exclusivement musical » qui doivent dorénavant faire l’objet d’une déclaration en mairie quel que soit le nombre de participants. Si vous prévoyez d’être plus de 500 vous devrez en faire la déclaration en préfecture. Qu’est-ce qu’un rassemblement exclusivement festif à caractère musical ? Le texte adopté par le sénat est très précis dans les sanctions mais reste complètement général sur ce qu’il cible. En l’occurrence, on prétend viser les fêtes techno, sans savoir si l’on parle de free parties, de raves ou des fêtes électro en général, mais dans les faits la formulation est si large que tout type de fête peut être concerné pourvu qu’on y diffuse de la musique. Le texte est lisible ici : https://www.senat.fr/petite-loi-ameli/2019-2020/71.html Quelles sont les peines encourues ? • Confiscation de votre sono, des instruments de musique et même de votre véhicule personnel s’il a servi à transporter le matériel. • Une amende pouvant aller jusqu’à 3750 euros • Jusqu’à 120 heures de TIG • Des sanctions complémentaires. Qui cela va-t-il toucher ? Tout groupe de personne qui se réunit pour faire la fête et écouter de la musique dans un lieu non-aménagé pour (bar, discothèque, salle de concert...). En gros que ce soit pour une boom, un anniversaire ou un concert privé dans votre jardin, vous devrez en faire la déclaration à la mairie au moins un mois avant. La loi ne fixant pas de seuil minimal, même le fait de se réunir à 4 sur un terrain privé pour écouter le dernier album de David Guetta pourra vous couter cher si le maire le décide, et ce même sans aucune nuisance sonore. L’association Freeform qui défend les musiques électroniques et les pratiques amateurs alerte donc l’opinion publique, le gouvernement et les députés ayant un minimum de bon sens pour que ce texte soit rejeté lors de son passage à l’assemblée. En s’obstinant contre la techno, les sénateurs LR et leurs soutien viennent de commettre en toute discrétion et devant un sénat vide un texte absurde et dangereux. Une fois de plus, nous appelons à la concertation et l’échange avec les jeunes organisant et participant à ces fêtes plutôt que de privilégier la répression et finir par voter des textes au caractère anticonstitutionnel évident dont les dommages collatéraux seraient ahurissants.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
Photos du journal
@@[1482807815320521:274:Freeform] pour t'y retrouver dans la jungle de la réglementation et des conseils pour t'en sortir ! https://freeform.fr/organisateur-de-fetes/
Adresse IP de la source
2a02:842a:f:a501:1d8c:a6b2:880e:d24
Photos du journal
#rdr #drugs #ivketamine Un produit peut en cacher un autre. Connaissez vos prods ! :)
Photos du journal
#teuf #freeparty #rdr #techno #tekno #memes Retrouve la liste des asso de rdr en France sur le site de @AssoFreeform freeform.fr https://freeform.fr/liste-assos/
Photos du journal
Protégez vos oreilles :) #rdr #teufeur #teufeuse #freeparty #tekno #clubbing #raveparty #music
Photos du journal
Dans la fête ou dans la vie, on ne laisse pas tomber les amis :) #teuf #tekno #techno #freeparty #clubbing #festival #raveparty #rdr
Photos du journal
Même en orga, prenez soi de vous ! #teuf #rdr #festival #tekno #rave #freeparty @assofreeform vous aime ! #techno
Photos du journal
Tu peux trouver des éthylotests dans la plupart des soirées, ou t’en procurer gratuitement auprès des assos de RDR. Ne mets pas ta vie ni celle de tes amis en danger ! #rdr #reductiondesrisques #prevention #alcool #ethylotest #party #freeparty #meme #memes #instamemes #scoobydoo #drive #rave #freeparty #festival #festoch #club
Photos du journal
L’alcool et les produits épuisent ton corps et ta tête, assure-toi d’avoir le temps de te reposer après une soirée !
Photos du journal
LE DISPOSITIF LA BULLE D’R RECONDUIT EN 2020 ! La Bulle d’R, c’est un dispositif qui accompagne les jeunes organisateurs de festivals ou de soirées électro en leur proposant un soutien financier, des formations adaptées et une médiation auprès des autorités. Nous avons suivi 9 équipes durant l’année 2019 et après un bilan général positif, le projet va continuer à évoluer en 2020. Un nouvel appel à initiatives va bientôt être lancé, les modalités seront accessibles dès le mois de janvier. Alors commencez à préparer vos projets et restez connectés !
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
FREEFORM RECRUTE 3 VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE 8 MOIS – 24H/SEMAINE - Toulouse – 17 Février 2020 Tu es passionné(e) par la culture électro, tu es motivé(e) pour t’investir dans un projet associatif au service de la musique et des pratiques amateurs ? Tu es intéressé(e) pour travailler auprès d’organisateurs de festivals et sur les enjeux du milieu festif ? Alors rejoins-nous en tant que volontaire en service civique pour la saison 2020 ! Pour avoir plus d’informations et postuler : https://www.service-civique.gouv.fr/missions/accompagner-les-jeunes-organisateurs-de-rassemblement-festifs-dans-une-demarche-de-valorisation-de-lengagement-associatif-et-de-reduction-des-risques
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
@assofreeform ça bosse pour vous en mode fourmilière !
Photos du journal
L'extrême-droite signe encore une attaque infâme sur la fresque en hommage à Steve à Nantes. Pour ajouter à l'insulte il est inscrit: « Justice Milla Esteban Marin » ce qui fait référence à l’adolescente qui avait fait polémique après ses propos sur la religion musulmane, et Esteban impliqué dans l’agression de Clément Méric. #justicepoursteve !
Photos du journal
Covid-19 _ Tenez vous au courant des consignes des services de santé dans votre département. Si vous êtes dans une zone à risques, mieux vos reporter que de faire prendre des risques à votre public et à vos potes ! On vous aime / prenez-soins de vous et de vos amis !
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Mesures prises #Morbihan Interdiction rassemblements collectifs sur #Morbihan du 1/3 au 14/3
Orientation
1
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Photos du journal
COVID-19, MORBIHAN ET RASSEMBLEMENTS FESTIFS, LE POINT PAR FREEFORM A l’heure actuelle, la situation est la suivante : Sur les communes les plus touchées (Clusters) à savoir : Auray, Carnac, Crach’, Brech’et Saint-Pierre-Quiberon, il est interdit d’organiser quoi que ce soit comme rassemblement public, festif, sportif ou autre. Sur les communes avoisinantes : Quiberon, Plouharnel, La Trinité-sur-Mer, Saint-Philibert, Locmariaquer, Pluneret, Ploemel, Erdeven, Locoal-Mendon, Sainte-Anne-d’Auray, Plumergat, Landaul et Pluvigner. Dans ces communes, tout rassemblement un Établissement recevant du public (ERP) ne pourra excéder LA MOITIE DE LA CAPACITE autorisée au titre de la réglementation propre à ces ERP, à l’exception des lieux d’hébergement. Pas de consignes spécifiques pour les événements de plein air mais vu le temps ...:-) Si vous êtes sur un rassemblement privé, essayez d'adapter ces consignes. Ne soyez pas 50 dans votre salon a danser toute la nuit et réfléchissez bien à comment vous protéger, protéger vos amis et leur entourage. Vous devez aussi prendre toutes les mesures que vous jugez nécessaires pour lutter contre la diffusion du virus : mise à disposition de lave-mains ou de gel, aération des locaux et sensibiliser les gens au fait que s’ils se sentent malades, ils peuvent rester chez eux au chaud et appeler le 15 dans le doute ! Pour le reste du département, pas d’interdiction particulières hormis rassemblements de plus de 5000 personnes mais la prudence et les conseils au-dessus reste valables + les conseils individuels habituels (lavages de mains, masques pour les malades, toux en mouchoir ou coude...etc.) En cas de doutes, appelez le 08 130 000, numéro de renseignements gratuit. On vous aime ! Prenez soin de vous!
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Comme tout le monde, nous sommes sous le choc de l'annonce du ministre de la Santé qui interdit tout rassemblement de plus de 1000 personnes. Bien sur, nous sommes responsables et conscients du risque mais nous pensons qu'une telle annonce doit être accompagnée d'un vrai dispositif d'information et de soutien. Nous allons faire le point avec les différentes organisations et ministères concernés et on revient vers vous dès qu'on a plus d'informations!
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
👉 ORGAS, SOUNDSYSTEMS, BENEVOLES OU INTERESSES PAR LA REDUCTION DES RISQUES EN MILIEU FESTIF DANS LE 81 🎗🚐 L'association Tarn Espoir vous propose de vous soutenir en mettant à votre disposition du matériel RDR de conso, bouchons d'oreilles, préservatifs, flyers etc... N'hésitez pas à venir les rencontrer sur Albi, Castres, Graulhet ou sur l'équipe mobile 🚐🚐 ! Contact tel: 0615052819 & 0630560255 Contacts Facebook: Caarud Tarn Espoir et @[100009218347075:2048:Rdrtarn Festif] FAITES TOURNER !
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
TEKNO PARTIES vs COVID-19 En début de semaine, nous avons tous pris dans les dents cette annonce : tous les rassemblements et en particulier ceux qui nous font vibrer, concerts, festivals, free ou soirées doivent être limités à 1000 personnes maximum, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Dans certains départements très touchés (Morbihan, Oise, Haut-Rhin, Hérault) les mesures sont encore plus drastiques. Ces décisions touchent assez violemment bon nombre d’entre-nous qui préparaient de beaux projets dans les semaines à venir. Nous ne savons pas pour combien de temps elle va s’appliquer ni surtout si elle ne va pas être durcie dans les jours à venir. Certains pays européens ont déjà limité les fêtes à 100 personnes, d’autres ont tout interdit comme en Italie. Au-delà du choc de l’annonce brute, nous avons cherché à comprendre pourquoi il est important de respecter cette consigne et en quoi nous contribuerons en faisant cela à réduire la propagation de l’épidémie. Nous avons cherché à comprendre car une décision ne peut s’accepter et s’appliquer que si on perçoit les raisons qui la motivent. Tout d’abord, la menace est réelle. Ce n’est pas une « grippette » et en aucun cas nous n’avons le droit de choisir de laisser mourir quelques milliers des plus faibles d’entre-nous, nos ainés, nos malades, par intérêt financier ou pour notre confort. Nous n’allons pas compter les cadavres en se disant que nous refusons de faire quelques efforts pour eux. En nous rassemblant, même si la plupart d’entre nous sont jeunes, en pleine santé et ne risquent rien, nous augmentons le risque de devenir porteurs du virus et de le propager une fois rentrés de la fête. A nos parents, nos voisins ou des inconnus dans la rue, au travail… Le fait d’arrêter les grands rassemblements participe à réduire ce brassage des populations et cette dispersion du virus…et par là, la vitesse à laquelle se répand l’épidémie. En la ralentissant, on permet plusieurs choses : • Etaler l’arrivée des malades dans un système de soin déjà bien fragile et permettre une meilleure prise en charge de chacun d’entre eux. • Gagner du temps sur le printemps qui arrive et avec lui probablement une baisse très sensible de la force de l’épidémie. • Gagner du temps sur la grippe et les autres maladies de saison qui fragilisent aussi nos ainés et saturent le système de soin. • Et enfin, donner un maximum de temps aux chercheurs des équipes mobilisées sur la planète pour trouver des médicaments adaptés à ce virus. Pour toutes ces raisons et pour d’autres encore, nous pensons que mes décisions prises en termes de limitation de public sur nos rassemblements sont nécessaires. Nous invitons tous les organisateurs, notamment ceux qui préparaient depuis longtemps de grosses fêtes sans forcément qu’elles soient déclarées à les réduire en termes de volume de public attendu…ou à les reporter. Décaler une teuf d’un mois n’a jamais tué personne, le Coronavirus si. Soyez à l’écoute des consignes dans vos départements, n’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions. Bon courage à toutes et tous dans cette épreuve qui s’annonce.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
🚑🚑🚑!!! ATTENTION !!! 🚑🚑🚑 RASSEMBLEMENTS INTERDITS EN DESSUS DE 100 PERSONNES SUR TOUTE LA FRANCE. Pour vous, vos amis et le reste de la population, soyez responsables, respectez les consignes des services de santé et évitez de vous rendre sur des manifestations susceptibles de regrouper plus de 100 personnes. En participant à des rassemblements de taille importante malgré les risques vous contribuez à la diffusion du virus et vous mettez les plus fragiles en danger. Concernant les organisateurs, nous n’avons pas de certitudes mais nous il semble prévisible qu’en préparant des rassemblements malgré les interdictions, vous courrez le risque de réactions et de sanctions largement plus radicales qu’à l’habitude. Soyez solidaires et respectueux, une vie vaut plus qu’une teuf. 🎧🎧🎧🎧🎧🎧🎧🎧🎧🎧
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Photos du journal
📢📢FREEFORM REDUIT SES ACTIVITES ET REPORTE LE LANCEMENT DU DISPOSITIF « LA BULLE D’R » 2020 EN ATTENDANT QUE LA SITUATION SE STABILISE.📢📢 Etant donné la situation et tant que durera la période d’interdiction de rassemblements, notre action perd beaucoup de son sens et vos questions en termes de conseils orga ou rdr festif sont devenues…beaucoup moins nombreuses ! De plus, lancer notre dispositif de soutien aux organisateurs « la bulle d’R » en ce moment n’aurait que peu de sens sans savoir quand vont finir les limitations et surtout dans quel état sera le pays après cette crise. Nous sommes en train de réfléchir à comment on pourra réorganiser notre dispositif et le déployer après la fin de l’épidémie. Nous serons présents pour vous aider à repartir et faire bouger ce pays qui aura alors besoin de toutes les énergies pour aller vers l’avenir. D’ici là, on passe en service réduit avec au programme : • Une vidéo de RDR sur la freebase que vous pourrez prendre votre temps de regarder oklm 🤸 • Des retours en musique 🎶 sur les lives de l’Infrabase histoire de vous aider à vous souvenir de ce que c’est qu’une basse qui claque ! • Des conseils qu’on a pu donner par le passé pour vous aider à imaginer les projets que vous pourrez mettre en place quand tout sera fini et une veille info sur les essentiels !🎁 • Des infos et des news en fonction de l’évolution de la situation.🤖 On répond aussi toujours à vos questions par mail, sur Facebook ou par téléphone ! Voilà, prenez soins de vous et de vos proches, que vous soyez confinés ou au travail, on est de tout cœur avec vous ! 👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦👨‍👨‍👧‍👦
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
🤣créateur : Helicoptek ou Technoflex, on sait pas mais elle bonne :-)
Photos du journal
A toutes celles et tous ceux qui sont en première ligne à soigner les gens, à celles et ceux qui bossent encore pour faire tourner la boutique, aux grand-parents et aux ados qui pètent un plomb à tourner en rond dans leur lieu de confinement, aux malades et à ceux qui ont perdu un proche, à toutes celles qu'on a l'habitude de croiser sur les dance floors ou au comptoir d'un bar et qu'on à hâte de revoir, à tous les orgas qui ont mangé leur chapeau et à toutes les djs qui n'ont plus de public, à tous les rêveurs et les rêveuses qui vont encore devoir raver dans leurs apparts pour quelques temps encore, à tous celles et ceux qu'on ne veut pas perdre et pour qui on est inquiets. A tous et à bien d'autres, on vous le dit bien fort: LES BEAUX JOURS REVIENDRONT ET NOUS DANSERONS ENSEMBLE. PRENEZ SOINS DE VOUS - ON VOUS AIME
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
COVID-19 : QUE FAIRE POUR ETRE SOLIDAIRES ACTIVEMENT ? DONNEZ-NOUS VOS IDEES ET PRESENTEZ VOS INITIATIVES. Dans cette période où le monde traverse une crise violente, on a envie de prendre notre part à la nécessaire solidarité qui nous permettra à tous de passer l’épreuve de la moins mauvaise manière possible. On voit des initiatives ici et là, des cagnottes pour les hôpitaux, des paniers repas pour les soignants. On a décidé de contribuer à cet effort collectif mais on ne sait pas quelle est la meilleure manière de le faire. Rejoindre une initiative qui existe déjà, relayer des actions, inventer notre propre truc… quelque chose avec une identité techno ou un truc neutre. Autant de questions auxquelles il n’est pas simple de répondre seuls. En tant qu’asso, on a un peu de moyens et surtout une certaine force de travail qu’on peut mettre au service d’une action mais avant de lancer quoi que ce soit on voudrait avoir une vision un peu large de ce qui se fait, entendre vos avis, que vous nous expliquiez ce que vous faites ou ce que vous avez vu qui vous semble intéressant. Une fois qu’on aura un catalogue d’idées et avec votre soutien on lancera une campagne nouvelle,un soutien à une initiative ou à une collecte existante on ne sait pas encore mais quelque chose pour contribuer avec notre petite énergie à améliorer la situation. A vous !
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
https://covid19.reserve-civique.gouv.fr/ Vous voulez vous engager pour aider à combattre les ravages du virus, la réserve civique propose des missions un peu partout en France
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
ARTISTES / COMPOSITEURS ''FONDS DE SECOURS SACEM'' Le fonds de secours de la Sacem est ouvert depuis ce jeudi 2 avril 2020 - 10h00. Pour la scène des musiques électroniques, les Artistes Auteurs Compositeurs DJ membre de la Sacem peuvent solliciter cette aide en se connectant sur leur ESPACE MEMBRE avec leur identifiant et leur mot de passe. Une aide d’urgence de 1 500€, 3 000€ ou 5 000€ pourra être versée selon votre situation. Cette somme vous est donnée, vous n’aurez pas à la rembourser. Ce fonds de secours a été mis en place pour répondre aux besoins de celles et ceux qui connaissent des situations de grande détresse liées aux effets de la crise sanitaire du Codiv-19. Ce fonds de secours est ouvert jusqu’à la fin de l’année 2020 et une seule demande d’aide par sociétaire est possible. Un e-mail sera envoyé au demandeur dans les meilleurs délais pour l’informer de l’issue donnée à sa demande.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
📢📢L'APPEL DES INDEPENDANTS, ACTE 2📢📢 🆘 ❤️ 🏳️ORGANISATEURS AMATEURS, CET APPEL EST AUSSI POUR VOUS 🆘 ❤️ 🏳️ Engagés au présent et acteurs de l'avenir Le 11 mars dernier, alors que l’ampleur de la crise était encore incertaine, 30 structures indépendantes lyonnaises engagées dans tous les secteurs de la création et des médias (musiques, livre, arts visuels, numérique, arts de la scène, cinéma, magazines, radios, web, podcasts, photographie, graphisme, design...) lançaient un appel à la confiance et la solidarité face à l’ampleur de la catastrophe globale qui s’annonçait et dont nous pressentions qu’elle allait frapper brutalement nos secteurs. Très vite, l’appel a été rejoint par plus de 300 structures en France : festivals, salles de concert, producteurs de spectacles, collectifs d’artistes, auteurs et acteurs de la création, médias en ligne ou imprimés, labels, éditeurs, lieux d’accompagnement, prestataires techniques... Avec la fermeture des lieux, l’annulation des événements et les règles de la « distanciation sociale » antinomiques de l’essence même de notre fonction, nos structures, coopératives, entreprises et associations d’intérêt général, déjà structurellement fragiles, ont été les premières frappées par les conséquences économiques de la crise ouverte par le Covid- 19. Nous avons cependant choisi de suspendre toute communication et diffusion de cet Appel, par respect pour les victimes et la primauté de l’urgence sanitaire. Mais nous avons continué à travailler collectivement, à nous battre pour préserver des emplois, à mesurer l’ampleur des dégâts sur chacune de nos structures – et plus largement sur la société. La suite ici https://appeldesindependants.fr
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
🔋🔋🔋Rassemblements festifs: Freeform reprend ses activités de soutien aux organisateurs amateurs !🔋🔋🔋 Depuis deux mois, la violence de la pandémie a mis toute forme de rassemblements festifs en pause, mais dans nos cœurs, l’envie de se retrouver, de faire la fête, d’écouter de la musique et de célébrer la vie ensemble n’a jamais failli. Elle a simplement été mise en veille par prudence et responsabilité. La lente décrue des contaminations ainsi que les récentes et renouvelées déclarations du gouvernement situent la reprise progressive des rassemblements au cours de l’été, à l’automne plus sûrement. Faisant le pari d’une issue positive tout en restant malheureusement prêt à un retour en arrière si les conséquences l’imposent, Freeform souhaite contribuer à la reprise qui s’amorce de manière constructive et utile. Une partie non négligeable de la relance de l’activité culturelle et festive de notre pays va reposer sur vous, les organisateurs amateurs dont la jeunesse, le dynamisme, la réactivité et la passion sont un moteur qui n’attend que le feu vert des autorités de santé pour se remettre en marche. La crise économique qui se dessine après la crise sanitaire va renforcer de manière drastique leur rôle indispensable. Pour se faire, vous aurez besoin de soutiens. Soutiens tout d’abord car dans l’avenir qui se dessine et tant que le virus n’est pas éradiqué, les pratiques vont devoir évoluer. Il va falloir inventer, en concertation avec les spécialistes, des modalités opérationnelles pour permettre de concilier rassemblements festifs et épidémie de basse intensité. La mission est compliquée car il y a une antinomie entre distanciation sociale et fête mais des solutions opérationnelles peuvent être inventées pour réduire les risques à un niveau acceptable. Soutiens ensuite de la part des pouvoirs publics, que ce soit au niveau des communes qui les accueillent ou des ministères en charge de réguler et d’accompagner ces pratiques. Les organisateurs auront besoin d’aide et de moyens. Mais surtout, car vous êtes habitués à donner le meilleur à votre public avec peu de moyens et beaucoup de motivation, ils auront besoin d’une oreille attentive et bienveillante. Les initiatives citoyennes, qu’elles soient issues d’organisations étudiantes, de collectifs ou d’associations locales de jeunes devront être encouragées et accueillies de manière positive et non plus avec méfiance comme ce fut trop souvent le cas par le passé. A sa petite échelle, avec ses faiblesses et ses imperfections, l’association Freeform se met de nouveau au service des organisateurs amateurs, quels que vous soyez, dans leur diversité formidable. La fête à toujours été nécessaire et elle le sera encore plus après la fin de l’épidémie, autant pour aider a surmonter les traumatismes qu’elle a engendré que pour retisser les liens qui nous permettent de faire société. La vie va reprendre ses droits, et nous serons là pour vous aider à lui redonner des couleurs.
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
Ca bouge dans la procédure judiciaire des plaintes déposées par les participants brutalisés par la police lors de fête de la musique de Nantes en 2019. Petit à petit, le dossier progresse. Nous venons d’être informés que le parquet de Rennes avait décidé d’ouvrir une information judiciaire sur la base des plaintes déposées. Ce n’est donc plus l’IGPN qui suivra le dossier mais un juge d’instruction indépendant, appartenant au tribunal judiciaire de Rennes. Les différentes pièces du dossier sont en train d’être numérisées même si les conditions actuelles ont contribué au retard pris dans le traitement de l’affaire. Cela va permettre aux plaignants de se porter partie civile et à leur avocate, Maitre Marianne Rostan, d’avoir accès au dossier et de demander la réalisation d’actes d’investigations. les vraies questions vont pouvoir être posées et nous attendons des réponses! Affaire à suivre donc
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
📣📣📣INFO RASSEMBLEMENTS FESTIFS📣📣📣 Suite aux nouvelles annonces concernant la phase 2 du déconfinement et les évolutions pour les rassemblements festifs et culturels de toute nature on rassemble toutes les infos et on vous fait un point en début de semaine sur ce qui va être possible ou pas! ❗❗POUR RAPPEL❗❗ D'ici là et surtout pour ce week-end, les rassemblements de plus de 10 personnes sont toujours interdits hors des lieux d"habitations et les jardins privés. ❗Attention, les lieux comme des champs et bois etc, même si vous avez l'autorisation du propriétaire ne sont pas considérés comme des lieux d'habitations et vous risquez 135 euros d'amende par personne. Idem pour les plages, DFCI et autres donc soyez prudents! ❗
Adresse IP de la source
85.170.217.208
Photos du journal
🧩🧩NOOSPHERE EN PHASE #2, LES NEWS !🧩🧩 Suite au passage en phase 2 du déconfinement, voilà les nouvelles pour le festival. Nous continuons de travailler sur l’organisation du festival. Les « bonnes nouvelles » dans la lutte contre pandémie nous permettent maintenant d’avoir un sérieux espoir qu’il puisse avoir lieu. Nous travaillons activement pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Nous reprenons contact avec la mairie et la préfecture pour relancer la machine ! Nous allons aussi chercher des soutiens financiers du côté des pouvoirs public pour que les surcouts que vont entrainer les nouvelles précautions (plus de points d’eau pour le lavage de mains, plus de WC, plus de douches, nettoyages plus fréquent des installations, etc. ) ne soient pas reportés sur le prix du billet ! Pour être raccord avec le calendrier des autorités sanitaires, nous repoussons l’ouverture de la billetterie au 22 juin, le jour ou nous rentrerons en phase 3, nous serons prêts et ce sera le feu ! En attendant, si vous êtes motivés pour vous impliquer dans cette aventure et soutenir le projet, n’hésitez pas à postuler comme bénévoles sur le fest. On a besoin de volontaires ! #UNITEDwewillsurvive #noosphèrevousaime ! Merci pour votre soutien et votre confiance !🔋🔋🔋 L’équipe Noosphère
Photos du journal
Les oubliés de la culture : les prestataires ! Enquête Flash sur 55 prestataires en Pays de la Loire par @[1521140071507374:274:Le Pole - Pays de la Loire] https://lepole.asso.fr/article/2164/les-oublies-de-la-culture-les-prestataires?
Adresse IP de la source
2a01:cb1d:886e:f000:2077:10c3:9589:3aaf
Photos du journal
Portait de l'avocate Marianne Rostan et de son combat dans le dossier des violences policières de la FDM à Nantes en 2019. https://www.mediacites.fr/portrait/nantes/2020/06/18/un-an-apres-la-mort-de-steve-marianne-rostan-inlassable-avocate-du-droit-a-la-fete/ Extraits "Il y a un an, l’avocate parisienne de 32 ans s’est retrouvée catapultée dans l’affaire judiciaire et médiatique de l’été : la disparition et la mort de Steve Maia Caniço, quai Wilson à Nantes, la nuit de la fête de la musique, après une intervention très controversée des forces de police . _________________________________________________ Porte-voix de ses clients, elle a connu un tourbillon médiatique estival : « Au départ de cette affaire, le point de vue de ces jeunes n’était pas représenté sur les plateaux de télé, affirme-t-elle d’un ton vif derrière l’écran. Si je n’y allais pas, il n’y avait personne pour porter leur voix. » Un baptême du feu pour cette pénaliste qui a prêté serment il y a six ans. « C’est mon premier dossier médiatisé, ce n’est pas évident lorsqu’on est jeune avocat », confie-t-elle." _________________________________________________ L’affaire Steve : « Point d’orgue de plusieurs années de répression » Selon elle, méconnaissance du droit et préjugés débouchent sur des histoires rocambolesques. Comme cette affaire d’octobre 2019, lors de laquelle les gendarmes ont exigé des mis en cause qu’ils gardent les poubelles de la soirée chez eux. Des scellés putrescibles à conserver jusqu’à la tenue de l’audience ! Gardes à vue, saisies de matériel, assignations à résidence… « L’affaire Steve est le point d’orgue de plusieurs années de répression de la part des pouvoirs publics et des forces de l’ordre », lance-t-elle. _______________________________________________ « Une dimension politique derrière ces fêtards » « Elle met beaucoup de cœur dans son boulot », témoigne Victor Lacroix, président de l’association nantaise Média’Son. Sur l’affaire Steve, « elle a donné une masse de travail hallucinante et un engagement personnel énorme », abonde Samuel Raymond de Freeform. Son implication est appréciée des teufeurs. Comme Jérémy Bécue, tombé dans la Loire le soir du 21 juin. « Elle montre qu’on n’est pas des monstres, qu’on est comme tout le monde, sauf qu’on ne va pas en boîte, on préfère faire nos soirées dehors avec du gros son », résume le jeune homme de 25 ans. ________________________________________________ Préalable à l’ouverture du procès, l’enquête du juge d’instruction rennais pourrait prendre encore des mois, voire des années. La personnalité déterminée et la technicité de la pénaliste seront assurément des atouts pendant la procédure. « Elle est très technique, pugnace et ne se laisse pas démonter », raconte Samuel Raymond, qui l’a vue plaider. « Elle recadre les événements, revient sur les faits. Elle martèle aux magistrats : vous n’aimez peut-être pas les gens qui écoutent de la musique et qui fument, mais le droit c’est le droit. »
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
COMMUNIQUE DE PRESSE Fête de la musique 2020, un an depuis les incidents ! #justicepoursteve ! En juin 2019, lors de fête de la musique nantaise, une charge de la police brutalisait des dizaines de participants, provoquait la chute de plusieurs personnes dans la Loire dont Steve Maia Caniço. Nous avions appris son décès presque un mois plus tard. Pour nous, la fête de la musique ne sera plus jamais la même tant que la justice n’aura pas condamné les responsables de cette horrible soirée et reconnu que des fautes graves ont été commises lors de l’intervention de la police. En soutien à la marche de la famille et des amis de Steve prévue dimanche 21/06 à 15H, pour tout ceux qui ne pourront être à Nantes et qui sont solidaires, nous ne fêterons pas la musique mais nous mettrons en berne la page de l’association à partir du vendredi 19/06. Nous proposons à tous ceux qui veulent montrer leur soutien de l’exprimer sur les réseaux sociaux au moyen d’un visuel et du hashtag #justicepoursteve ou tout autre moyen, et ce de manière massive. Sur le volet juridique de l’affaire, nous annonçons, conjointement avec l'association Médiason et l’avocate des autres victimes des violences de ce soir-là, maitre Marianne Rostan, l’organisation d’une réunion d’information pour faire le point sur l’enquête et les procédures en cours dès que les éléments du dossier lui auront été transmis par la justice. Association Freeform 18/06 – 15H
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Montrons notre soutien à la famille et aux amis de Steve Maia Caniço, disparu il y a bientôt un an ! #justicepoursteve
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
FREEFORM RECRUTE 2 VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE 6 MOIS – 24H/SEMAINE - Toulouse – Dès que possible Tu es passionné(e) par la culture électro, tu es motivé(e) pour t’investir dans un projet associatif au service de la musique et des pratiques amateurs ? Tu es intéressé(e) pour travailler auprès d’organisateurs de festivals et sur les enjeux du milieu festif ? Alors rejoins-nous en tant que volontaire en service civique pour la saison 2020 ! Pour avoir plus d’informations et postuler : https://www.service-civique.gouv.fr/missions/accompagner-les-jeunes-organisateurs-de-rassemblement-festifs-dans-une-demarche-de-valorisation-de-lengagement-associatif-et-de-reduction-des-risques
Photos du journal
#PHASE4 DECONFINEMENT Hier soir nous étions en visio conférence avec le ministre de la Culture et les acteurs de la filière des musiques électronique pour discuter de l'avenir et du soutien à notre secteur. Pas d'annonces particulières mais pas mal de points évoqués autour de l'aide pour les DJ et artistes sans statut d'intermittent, les soutiens pour les organisateurs pro, les aides pour les festivals annulés, les amateurs etc. Nous avons aussi parlé du soutien financier nécessaire pour les organisateurs quand les soirées reprendront, notamment pour s'équiper en dispositifs sanitaires, lave-mains etc. Nous avons aussi évoqués le besoin très fort des publics de faire la fête et de l'urgence de préparer l'entrée en phase 4 du déconfinement avec au moins l'autorisation des manifestations en plein air. Tout cela sera rediscuté ce jour dans une réunion interministérielle qui se déroulera aujourd'hui à partir de 11H à Bercy avec les ministre de la Culture, de l'Intérieur, du Tourisme et de la Cohésion sociale. On vous tient au courant si des annonces importantes sont faites!
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
COVID19 et SOIREES ELECTRO – POINT DE SITUATION AU 20/07/2020 A la lecture des nouveaux décrets pris ces derniers jours et de la reprise de l’épidémie, il sera très compliqué d’organiser des soirées dansantes cet été. A l’heure actuelle et principalement au regard du décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020, notre analyse basée sur les retours de plusieurs préfectures et de nos partenaires institutionnels, pose les points suivants : En vertu de l’article 45 du décret du 10 juillet, seules les manifestations avec du public assis sont autorisées de fait, même dans les lieux de plein air et ce avec une distance d’un mètre entre chaque participant et respect des gestes barrières, tel qu’il est précisé dans l’article 1. Il ne semble pas non plus possible de déterminer des places assises et de laisser le public danser autour en raison de l’impossibilité d’empêcher les participants de se rassembler en groupes de plus de 10 personnes. Vous pouvez proposer des mesures alternatives mais l’autorisation reste à l’appréciation de la préfecture qui sera sensible aux conditions locales de reprise de l’épidémie et des clusters dans le département. Cela constitue un facteur d’incertitude certain pour votre organisation. De plus, au regard des nouvelles mesures concernant le port du masque obligatoire, proposer que le public porte des masques ne semble pas une option alternative envisageable car dans les faits, il est presque impossible de faire respecter cette disposition pendant toute la manifestation. Les participants qui ne porteraient pas de masques s’exposent à une amende de 135 euros par personne et c’est à vous de prendre les mesures pour veiller au respect du port du masque. C’est donc un motif de refus pour les autorisations des manifestations et ce, quelle que soit la fréquentation envisagée. A la vue de ces points, toute fête publique, payante ou gratuite ayant pour vocation de faire danser le public semble compliquée à organiser légalement sans risquer une annulation de dernière minute. En effet, en cas de violation des interdictions citées précédemment, le préfet peut faire interdire la manifestation (article 29 du décret). Nous avons de nombreux exemples en Occitanie, PACA , Bretagne… Si vous êtes en train de préparer un projet dansant pour cet été, nous ne saurions que vous conseiller de vous rapprocher le plus vite possible de votre préfecture et la mairie du lieu où doit se tenir la fête pour faire le point avec eux. Concernant les manifestations privées ou non déclarées, c’est aux organisateurs de se poser la question de leur responsabilité et l’absence d’intervention immédiate des forces de l’ordre ne signifie pas que ce soit forcément une bonne idée de se réunir à plusieurs centaines pour danser au regard de la reprise de l’épidémie sur l’ensemble de la France. Organisateurs et public s’exposent à des sanctions importantes mais aussi a une responsabilité morale (et éventuellement pénale) s’ils étaient la cause de l’apparition d’un cluster important. Nous n’avons pas d’informations concernant la durée de ces directives, mais ce qui est certain, c’est que plus vite nous arriverons à faire disparaitre le virus en respectant ensemble les gestes barrières et les préconisations, plus vite nous pourrons reprendre une vie festive normale.
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
POINT DE SITUATION CADRE LEGAL RASSEMBLEMENTS FESTIFS DANSANTS Au 11/08/2020 Nous avons participé à la rédaction d’une fiche réflexe qui fait le point sur ce qui est légal ou pas en ce moment, comment déclarer une manifestation et les points sanitaires importants à prendre en compte pour que celle-ci soit autorisée dans un contexte ou le COVID19 reste actif. On vous laisse la découvrir mais quelques points importants sont à prendre en compte : 1/ Toute manifestation ouverte au public, regroupant de plus de 10 personnes et se déroulant sur la voie publique ou dans espace autre qu’un lieu festif habituel (salle de spectacle, erp…) doit être déclarée en préfecture sinon les participants risquent 135 euros d’amende. 2/ S’ils sont déclarés, les rassemblements DANSANTS peuvent être autorisés en plein air. Le port du masque est fortement recommandé et il est conseillé de constituer des espaces délimités pour des groupes restreints (10 personnes), compte tenu des risques de propagation du virus. Cela peut se faire par des limites physiques, des marquages au sol ou une configuration spécifique. Les rassemblements dansants en intérieur restent interdits pour l’instant. Ce sera à vous de proposer des solutions que les préfectures peuvent accepter ou non. En fonction des échanges, ce sera la préfecture qui décidera de l’autoriser. A télécharger sur notre site. https://freeform.fr/fiche-reflexe-rassemblements-festifs-jeunes-11-aout-2020/
Adresse IP de la source
2a01:cb1d:886e:f000:845a:baed:3042:f6
Photos du journal
Au regard de la remontée de l'épidémie, les autorités durcissent les sanctions contre toutes rassemblements festifs non déclarés, qu'ils réunissent plus ou moins de 500 personnes. Nous vous rappelons donc le nouveau le cadre légal en vigueur à l'heure actuelle: depuis le 17 juillet dernier, tous les rassemblements festifs publics regroupant plus de 10 personnes doivent être déclarés. (Public= manifestation ou une personne se présentant spontanément peut être accueillie gratuitement ou contre le paiement d'une place) que ce soit sur terrain privé ou dans l'espace public. En cas de non déclaration et même à moins de 500 vous risquez une amende de 135 euros par personne, une saisie et d'autres poursuites comme la mise en danger de la vie d'autrui qui peuvent aller jusqu'à de la prison. Pour éviter les ennuis, nous vous conseillons de déclarer vos rassemblements en suivant la procédure indiquée ici: https://freeform.fr/fiche-reflexe-rassemblements-festifs-jeunes-11-aout-2020/ Si vous faites une déclaration, contactez-nous pour être accompagnés et soutenus. En cette période d'épidémie, notre avenir et la vitesse à laquelle nous pourrons reprendre une vie normale dépend de tous. Chacun à notre niveau, faisons de notre mieux pour éviter un reconfinement même si certains gros événements légaux (#puydufou...) ne sont pas aussi exemplaires...la connerie des puissants ne doit pas nous empêcher d'agir en solidarité avec les plus fragiles !
Adresse IP de la source
2a01:cb1d:886e:f000:d063:3b1e:4715:bd9e
Photos du journal
Soyez prudents, protégez-vous, protégez les autres :-) Masque, gel hydro-alcoolique...basic
Adresse IP de la source
2a01:cb1d:886e:f000:d990:c1ab:fed0:16d8
Photos du journal
Soyez prudents, protégez-vous, protégez les autres 🙂 Masque, gel hydro-alcoolique...basic & simple
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
SOUTIEN AU FESTIVAL MILLESIME ! Après l’annulation de dernière minute, l’état doit prendre ses responsabilités et assurer un remboursement de l’ensemble des pertes des organisateurs ! Le festival Millésime devait être une des rares manifestations électro légales de l’été. Jusqu’en début de semaine, la préfecture donnait son feu vert aux organisateurs qui s’étaient engagés à faire respecter les gestes barrières et le port du masque par le public. On peut difficilement aller plus loin. Malheureusement, hier dans la soirée, la nouvelle frappait les organisateurs qui étaient déjà en train de monter les infrastructures: la préfecture, au regard de l’évolution de la pandémie, décidait de ne plus autoriser la manifestation. Qu’une préfecture tire le frein à quelques heures d’un festival est compréhensible, le principe de précaution, surtout dans une ville en zone rouge prime. Cependant, lorsqu’un projet culturel et son organisateur sont sacrifiés pour l’intérêt commun, il semble indispensable que la collectivité prenne en charge les pertes générées par cette annulation. Le spectacle vivant est une économie fragile et sans soutien, les organisateurs ne se relèveront pas de ce coup dur. Nous réclamons la mise en place de vrais dispositifs d’indemnisation pour les organisateurs, amateurs ou professionnels qui prennent des risques pour faire vivre la culture. La reprise culturelle, cet hiver ou au printemps ne sera faite que par des structures qui s’engagent. Pour que leur motivation et leur agilité soient récompensées, il est impératif que l’état déploie autour d’eux un filet de sécurité en cas d’annulation de dernière minute. Des mesures dans ce sens sont en train d’être prises pour le secteur culturel notamment grâce aux 200 millions débloqués pour le CNM, cependant, nous déplorons qu’elles soient réservées aux structures ayant au moins un salarié, ce qui exclut des organisateurs amateurs et passionnés qui font pourtant vivre la culture électro tout au long de l’année. Nous déplorons aussi que lors du rendez-vous que leur a accordé le cabinet de la ministre de la culture en début de semaine, les lobbyistes de Technopol, autoproclamés représentants du secteur des musiques électroniques, aient écartés le soutien aux petites structures et aux amateurs de la même façon. Fidèles à nos habitudes de défense de l’intérêt général avant les intérêts particuliers, nous promouvrons une ouverture large du soutien aux organisateurs lors des Etats généraux des festivals et au sein du groupe de de travail interministériel sur les rassemblements festifs.
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
MISE AU POINT SUITE A NOTRE COUP DE GUEULE CONCERNANT LA POSITION DE TECHNOPOL SUR LE SOUTIEN AUX MANIFESTATIONS ANNULEES Hier nous poussions un cri d’alarme concernant la position défendue par Technopol au nom des acteurs des musiques électroniques lors de leur rendez-vous avec le ministère de la Culture. Ce jour, Technopol reconnait un problème de formulation sur le sujet : « Le CR a été mise à jour puisque nous avons mal exprimé nos propos au sujet des ETP. En effet c’est une poste pour palier au fait que certaines structures n’ont pas de CDI. Néanmoins les structures ne pouvant pas justifier d’un ETP devront pouvoir être éligibles au fond de sauvegarde sur simple détention d’une licence d’entrepreneur de spectacles. Nous sommes désolés de cette mauvaise interprétation et il est clair que nous sommes conscients de la situation des TPE et associations que nous défendons tous ici. Merci à Freeform d’avoir pointé cette imprécision. » Nous remercions Technopol pour cette mise au point sur cette position qui était assez peu compréhensible. Par ailleurs et pour éviter la légitime suspicion d'entre-soi que peut représenter une délégation composée quasi exclusivement de membres de Technopol s'exprimant au nom de la "sphère électronique" (voir la composition de la délégation sur l’image) et en l'absence d'une organisation structurée de manière formelle avec un mandat précis, nous ne saurions que leur conseiller d'inviter lors des échanges avec les pouvoirs publics des organisations extérieures. Nous ne parlons pas pour Freeform qui dispose de ses propres modalités de travail et d'interaction avec les pouvoirs publics et n'est pas une organisation représentant le secteur mais des structures type Le Socle, la CNS, le CAN ou d'autres organismes regroupant des acteurs de terrain même s'ils n'ont tous pas une dimension nationale. Nous souhaitons bonne route à cette initiative unitaire émergente !
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Face à l’annulation de sa cinquième édition prévue les 18, 19 et 20 septembre 2020, le @[573956839445069:274:Sarcus Festival], premier festival « sans portables» se réinvente en transformant un château-monastère en lieu de culture et de déconnexion, en plein coeur du Val de Loire. Toute les infos ici: https://dartagnans.fr/fr/projects/transforme-un-chateau-avec-le-sarcus-festival/campaign
Orientation
1
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
#MobilisationArtEtCulture #Communiqué #COVID19 A lire et à partager, le dernier communiqué de la MCAC "Plus qu'une re-lance économique, une re-vitalisation culturelle !" >> http://ufisc.org/structuration-professionnelle/75-actualites-structuration-pro/389-mcac-covid19-communique-09-09.html "Nous sommes des milliers d’acteur·trice·s artistiques et culturel·le·s, structures citoyennes, associations, coopératives, sociétés à finalité sociale, représentatif·ve·s de la grande majorité du tissu culturel qui maille notre pays. La moitié de ce tissu est en grand danger de disparition, au risque de voir s'effondrer des pans entiers de liens culturels et sociaux. Les mesures de relance annoncées, qui proposent un soutien sur deux ans à nos secteurs sinistrés et fragiles, sont évidemment les bienvenues. Toutefois, ce plan de relance ignore complètement, par la dichotomie qu'il affiche entre secteur privé lucratif et secteur labellisé par l’Etat, la diversité de l’écosystème culturel fourmillant de milliers de structures d’initiative privée et citoyenne, aux buts autres que lucratifs. Celles-ci inventent pourtant jour après jour une autre économie, plus sociale, plus solidaire, plus citoyenne et écologiquement responsable. (...) "
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
volé sur le net ...
Orientation
1
Adresse IP de la source
109.26.11.140
Photos du journal
Couvre-feu dans les grandes villes, nouvelles sanctions contre les organisateurs de soirées privées ou publiques en préparation... Les rassemblements festifs organisés par les jeunes vont être durablement impactés par les nouvelles mesures sanitaires ! Nous demandons d’urgence l’ouverture d’un dialogue et des mesures compensatoires concrètes pour les contraintes imposées aux jeunes au nom de l’intérêt collectif. Les mots ne suffisent pas, il faut des engagements fermes pour l’avenir. Nous mettrons tout en oeuvre pour que la concertation et la solidarité prime sur la force et les sanctions !
Orientation
1
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
Concernant les interdictions de rassemblements festifs, nous devons attendre la publication des décrets d'application mais il parait déjà presque certain (et c'est la principale différence avec avant) que les fêtes privées qui se déroulent sur des lieux privés mais pas des habitations - par exemple un champ ou un hangar- ne seront plus autorisées. Idem pour les fêtes privées dans des salles louées. Nous avons une incertitude sur les fêtes privées à domicile, est-ce qu'il y aura des limitations de nombre ou pas, ce n'est pas fixé, même si les recommandations officielles sont de se limiter à 6 personnes. Nous ferons une publication qui récapitulera le tout dès que les textes officiels seront sortis.
Orientation
1
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
Tribune libre //// /// en hommage à Samuel Paty tombé sous les coups de l'intégrisme religieux, en soutien à la liberté de pensée, contre l'obscurantisme porté par les religions et leurs représentants les plus radicaux. La manif pour tous et son cortège de catholiques traditionalistes, les juifs orthodoxes, les musulmans intégristes, les adventistes américains et toutes autres catégories de croyants énervés ont toujours voulu nous obliger à penser comme eux et à agir comme eux. La France s'est battue contre l'oppression catholique, il a fallu lutter contre le clergé réfractaire et occuper des églises pendant la révolution pour libérer ce pays de la mainmise de la religion, ne l'oublions jamais. Après ces accès de violence, ce furent des années de lutte dans les écoles et les associations de notre pays pour libérer les français de la tutelle mentale des prêtres. Cela ne s'est pas fait en un jour. Cela ne s'est pas fait dans le consensus et l'amour. Pendant près de cent ans des maitres d'école, les hussards noirs de la république nommés par Jules Ferry puis leur descendants, les instituteurs de l'école publique, ont dû traquer l'obscurantisme jusqu'au fond des campagnes, bannir les symboles religieux de l'école et remettre les curés à leur place, dans leurs églises. Aujourd'hui nos armes ont changé, ce sont le savoir, la tolérance et le respect mais le fond reste le même. Le combat pour la liberté de penser, de s'exprimer n'est pas celui qui a pour but de laisser les religions reprendre la place qu'elles avaient dans nos vies il y a 200 ans mais bien celui qui nous engage à défendre la laïcité. La laïcité, ce n'est pas une place pour chaque religion à l'école. La laïcité c'est définir un espace neutre et libre de toute propagande pour que les enfants puissent apprendre et comprendre le monde et ensuite, faire leur choix librement de manière éclairée. La laïcité, c'est aussi, pour les associations, par l'éducation populaire, le soutien à l'engagement de la jeunesse, dans les combats pour la parité et la diversité, une valeur dont nous sommes fiers. Dans l'espace privé, chacun est libre de ses croyances et même si, pour beaucoup d'entre nous, il est compliqué de comprendre qu'on puisse encore croire en un dieu quelconque, la liberté de culte est une valeur que nous respectons. En essayant d'expliquer à ces élèves ces injonctions contradictoires mais pourtant si essentielles, un enseignant qui ne faisait qu'appliquer les programmes scolaires a perdu la vie. Nous lui témoignons tout notre amour. S. Raymond, pour Freeform
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
Même si l'époque n'est pas à la fête, nous continuons à travailler pour vous ! On en a profité pour faire un peu de rangement ! Retrouvez les 25 fiches conseils orgas "fête libre" mises à jours sur notre site. Valable hors période covid bien entendu .... https://freeform.fr/category/petites-fiches/
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
La nouvelle application sur le Covid19 est sortie, en espérant qu'elle sera plus utile la dernière. A activer quand vous sortez, dans les transports ou au bureau...et pour ceux qui ont la chance de ne pas être en couvre-feu, lors de vos sorties ! Pour la télécharger : 📍 https://apps.apple.com/app/id1511279125... 📍 https://play.google.com/store/apps/details...
Orientation
1
Adresse IP de la source
92.133.81.65
Photos du journal
Salut à toutes et tous ! Nous prenons la parole car ces derniers jours, nous avons étés l’objet de réactions violentes et d’insultes suite à deux messages où nous avons osé partager des informations sur la lutte contre l'épidémie. Ces réactions violentes nous ont beaucoup choqué et attristé. A l’heure ou plus de 300 personnes meurent chaque jour et alors que nous savons tous que d’ici une dizaine de jours le nombre des victimes quotidien sera probablement autour de 1000 (☠️), il nous semble important de donner aux gens les informations et le peu d’outils que nous avons à notre disposition pour nous défendre. Nous avons fait la même chose en promouvant l’usage du masque et là aussi nous nous étions fait insulter 🌚🌚 Nous voulons mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes. Non, nous n’avons pas mis notre esprit critique en veille. Oui nous savons que des erreurs ont été commises, que les gouvernements successifs ont fait des choix économiques qui nous privent d’un service hospitalier public digne de ce nom. Oui, on sent que la crise est parfois mal gérée et que le manque d’anticipation se paie cher. Oui, la communication du gouvernement est désastreuse, ordres et contre-ordres se succèdent dans le désordre le plus insupportable alors que nos vies, nos métiers, nos passions sont en train de mourir à petit feu.🌑🌑🌑🌑🌑 Nous avons pris de plein fouet l’annulation de notre festival en juillet, nous avons dû repousser 3 fois puis abandonner l’appel à initiatives Bulle d’R, notre action perd tout son sens et nous sommes souvent proches de jeter l’éponge. A quoi bon faire du conseil et de l’accompagnement d’organisateurs quand il n’y a plus d’espace pour les festivals et les soirées… ? Cela ne nous empêche pas de considérer que la seule solution pour s’en sortir c’est de le faire ensemble en protégeant les plus faibles et même si cela nous coute cher. 🚑🚑🚑 Certains d’entre vous on fait le choix de nier l’existence ou le niveau de danger de cette épidémie. D’autres considèrent qu’il est plus important de sauver l’économie ou la fête que les plus fragiles et les personnes agées. Nous avons du mal à comprendre cela mais nous ne venons pas vous insulter sur vos pages, groupes ou profils lorsque vous vous exprimez. C’est une question de respect ❗❗❗ Si notre engagement vous déplait, si vous n’êtes pas d’accord avec ce que nous publions, dites-le nous, argumentez, proposez, contrez… nous aimons le débat musclé et la la confrontation des idées. Mais nous n’accepterons plus les insultes.👿👿👿 A l’heure actuelle, nous estimons que notre rôle est de relayer les consignes de prudence, d’informer et de nous engager pour aider les médecins, les infirmiers et les hôpitaux à combattre ce virus 🚑🚑🚑🚑 Nous l’avons fait et nous le referons encore, pas plus tard que demain, car cela nous semble la seule solution pour protéger les plus fragiles. On le fait parce qu’on vous aime, qu’on aime la vie par-dessus tout et qu'on veut retrouver le monde qu'on aime, celui qui danse qui rigole et qui fait la fête! On est peut-être naïfs, niais, manipulés mais merci de nous le dire avec correction ;-) 💟💟💟💟💟💟💟💟💟💟
Orientation
1
Adresse IP de la source
2a01:cb1d:8842:cf00:586d:8d1f:e135:c3bd
Photos du journal
Pas grand chose à ajouter ! Bises à toutes et tous !
Orientation
1
Adresse IP de la source
2a01:cb1d:8842:cf00:81b4:26b5:31d6:3e88
Photos du journal
Trop vrai ....
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
📚📚📚📚 10 LIVRES SUR LA CULTURE TECHNO 📚📚📚📚 En attendant de pouvoir vous évader sur les dancefloor, on vous propose de trouver votre dose de fête et de son en mode lecture ! Avec le soutien de quelques amis (merci à eux!), nous avons rassemblé 10 ouvrages qui parlent de la culture de la fête électro. Ces livres racontent l’histoire de la techno, des clubs aux raves et aux free, celle de cette contre culture underground. Ils nous rappellent ces nuits qui n’en finissent plus et qui nous manquent. Cette première sélection en appellera d’autres ! Aidez-nous à enrichir cette liste en partageant les noms de vos ouvrages favoris en commentaires, on fera une publication avec dans quelques jours ! Nous vous proposons des liens d’achats mais pensez d’abord à vous renseigner dans les librairies proches de chez vous qui pratiquent la livraison ou le click and collect. 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 « Acid test » de Tom Wolfe. EN 1968, Tom Wolfe nous conte l'histoire de Ken Kesey et de son groupe, les Merry Pranksters, alors qu'ils parcouraient les Etats-Unis dans un autobus scolaire couvert de peinture fluorescente, appelé « Further », parvenant à la révélation personnelle et collective à travers la consommation de LSD et d'autres drogues psychédéliques. Le roman relate leur parcours à travers le pays, ainsi que les fêtes « Acid Tests », les premiers spectacles des Grateful Dead, et l'exil de Kesey au Mexique. Un bus, du son psychédélique, de la déco et des visuels, la route de fêtes en fêtes. Et s’ils avaient tout inventé? L’acheter :https://www.ombres-blanches.fr/recherches/fiche-resultats/recherche/tom-wolfe/acid-test/9782757880166.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Je sors ce soir" de Guillaume Dustan. Je sors ce soir, c'est, après une longue absence, une replongée dans la nuit gay du ghetto parisien. Tout est finalement plus simple dans cet espace d'abandon, de détachement, où la musique relaie la parole, et où les rythmes donnent un espace aux corps. Refuge où l'on essaie de s'immerger quand l'oubli des êtres et des situations est en fait impossible. Grave, et inquiet, retenu, Je sors ce soir est la chronique d'un soir comme un autre, fait de rencontres, de boisson, de drogue, de très vides heures d'errance immobile, un soir qui n'est pas sûr de son lendemain. L’acheter : https://www.cultura.com/je-sors-ce-soir-9782867445798.html#ae846 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 « Free party : Une histoire, des histoires ». Guillaume Kosmicki Un livre qui laisse la parole aux acteurs du mouvement free party depuis ses débuts. Chaque témoignage nous livre un aperçu de ce qu'est la free party. On peut alors comprendre ses aspirations, ses grands moments, ses déceptions, son évolution etc. Tous les témoignages sont recueillis par Guillaume Kosmicki qui a lui même participé aux mouvement pendant plusieurs années. L’acheter : https://lemotetlereste.com/musiques/freepartynouvelleedition/ 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "French Touch - 1995-2015, Une épopée électro" / Stéphane Jourdain. Ce livre raconte à la manière d'un reportage les coulisses de ce mouvement musical, les jolis contes et les gueules de bois, l'argent facile, les trahisons retentissantes, les soirées hype à l'autre bout du monde. De l'éclosion d'une scène rave en France au dernier souffle de la french Touch 2.0. L’acheter : https://www.decitre.fr/livres/french-touch-9791027800414.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Techno Rebels, les renégats de la funk électronique " de Dan Sicko. À sa parution en 1999, ce livre est d'emblée devenu la bible de la techno. Sicko vous entraîne sur les pistes de ce genre inclassable et en dépeint les figures pionnières, aussi fascinantes que diablement novatrices. C'est aussi le rêve collectif d'une ville, Detroit, que Sicko retranscrit : depuis les fêtes underground des années 80 jusqu'au boom électronique de la décennie suivante, en passant par les débuts des «Belleville Three», LES créateurs du son techno : Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson. Sicko décrit un véritable phénomène culturel, tant l'émergence de cette scène tient du miracle, une conjonction de facteurs inattendus et explosifs : une époque, un lieu, des moyens techniques et des personnalités hors du commun, qui éclaboussent encore la scène musicale mondiale. L’acheter : https://www.ombres-blanches.fr/recherches/fiche-resultats/recherche/dan-sicko/techno-rebels---les-renegats-de-la-funk-electronique/9791030411980.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Ibiza Mon Amour" de Yves Michaud. Comment cette île, hier dans la misère la plus noire, est devenue une marque connue dans le monde entier ? Pourquoi attire-t-elle autant les VIP que les touristes low-cost, les clubbers que les familles ? Et comment, concrètement, assouvit-on les désirs de millions d’individus chaque jour ? Le philosophe Yves Michaud a enquêté trois ans au coeur de cette île qu’il connaît bien pour y vivre à mi-temps depuis les années 80. Enquête journalistique impressionnante mais également travail sociologique et philosophique car le regard de l’intellectuel curieux et malicieux est toujours là. Son propos n’est pas de condamner ni de faire l’apologie d’Ibiza mais de regarder les choses telles qu’elles sont. Car ne nous y trompons pas : Ibiza n’est pas un ailleurs exotique, c’est un miroir tendu sur nos sociétés occidentales. Voici le vrai visage de l’hédonisme contemporain. L’acheter : https://www.ombres-blanches.fr/recherches/fiche-resultats/recherche/yves-michaud/ibiza-mon-amour---enquete-sur-l-industrialisation-du-plaisir/9782841115204.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Der Klang Der Familie" de Sven Von Thulen. Montage sulfureux d'entretiens avec les acteurs de la scène techno de Berlin, Der Klang der Familie plonge le lecteur dans les méandres tortueux des clubs et de la vie nocturne de Berlin. Là où est née une véritable culture musicale. Servie par la verve de l'oralité et de l'humour pince-sans-rire, cette fresque montre que la techno est une démarche aussi bien artistique que politique ou, pour mieux dire, apolitique. L’acheter : https://www.decitre.fr/livres/der-klang-der-familie-9791030405729.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Electrochoc" de David Brun Lambert et Laurent Garnier. 1987, Manchester : dans un entrepôt reconverti en club la musique s’apprête à vivre sa dernière grande révolution. Vingt-cinq ans plus tard, la house music est un phénomène mondial. Ses artistes sont devenus des idoles ou bien les hérauts de nouvelles avant-gardes artistiques, quand l’ esthétique techno est omniprésente dans notre paysage culturel. Depuis les ghettos noirs-américains de Détroit et Chicago jusqu’à l’explosion planétaire à l’orée des années 2000, du triomphe de la techno dans les charts internationaux à l’avènement du peer-to-peer, Laurent Garnier raconte, à travers son expérience et ses souvenirs, l’épopée électro : ses moments clés, ses acteurs, événements et lieux phares, ses histoires sécrétés, ses excès et ses enjeux. Acteur essentiel et témoin privilégié de l’aventure électronique, il dévoile de l’intérieur les coulisses de l’odyssée techno. L’acheter : https://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/litterature-etrangere/electrochoc 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Global Tekno" de Jean Yves Leloup et Pierre Emmanuel Rastouin. Véritable voyage initiatique mené aux sources de la musique techno actuelle (New York, Detroit, Chicago), Global Tekno relate l'épopée de cette culture des clubs et des raves : depuis sa naissance dans les ghettos américains jusqu'à son explosion dans les métropoles européennes (Paris, Barcelone, Vienne), sans oublier son passage par Londres, Ibiza et Berlin. L’acheter : https://www.gibert.com/global-tekno-voyage-initiatique-au-coeur-de-la-musique-electronique-8323061.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 « Ocean of sound ; ambient music, mondes imaginaires et voix de l'éther » de David Toop. Ce livre parle de voyages, certains réels, d'autres imaginaires, et d'autres encore, prisonniers de l'ambiguïté entre les deux. Les musiciens sont devenus des voyageurs virtuels, créateurs d'un théâtre sonique, les émetteurs de tous les signaux reçus de l'autre côté de l'éther. de Claude Debussy à Aphex Twin, de Luigi Russolo à Autechre en passant par Edgar Varèse, Miles Davis, Sun Ra, Alvin Lucier, Brian Eno et mille autres compositeurs, David Toop plonge le lecteur dans de vertigineux espaces sonores au-delà des catégories musicalo-commerciales, du paris fin de siècle aux raves technos, de l’Amazonie au japon. Sans doute l'un des plus beaux ouvrages jamais consacrés au son. L’acheter : https://halldulivre.com/livre/9782841621736-ocean-of-sound-ambient-music-mondes-imaginaires-et-voix-de-l-ether-david-toop/
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
❌🤣❌🤣❌CECI N'EST PAS UN MESSAGE SPONSORISE ❌🤣❌🤣❌mais puisqu'on était à vous parler de bouquins sur l'électro, on fait une petite place à la sortie d'ELECTRORAMA par l'équipe de @[30642895754:274:Tsugi] qui a eu lieu il y a deux jours ! (On a piqué la chronique sur le site de Tsugi vu qu'on n'a pas encore lu le livre, mais bon, vu les noms de gens qui on travaillé dessus...on leur fait confiance :-) ) Electrorama retrace 30 ans de musiques électroniques en France, en 250 pages bourrées d’images magnifiques signées par les meilleurs photographes du genre, Pierre-Emmanuel Rastoin, Philippe Lévy, Agnès Dahan, Jacob Khrist, Olivier Degorce… Dans cette anthologie, on y retrouve les meilleurs interviews et portraits publiés depuis la naissance du magazine, mais aussi de nombreux articles inédits qui racontent l’histoire de la dernière des grandes révolutions musicales. Electrorama évoque aussi bien l’époque héroïque des premières raves que l’effervescence politico-musicale actuelle des collectifs queer qui ressuscitent l’underground. Tout y est raconté : la french touch, la Techno Parade, l’histoire des clubs emblématiques, les festivals les plus importants, les free parties clandestines… Il y a tout et beaucoup plus encore dans ce livre. À la fin de l’ouvrage, une « timeline » très détaillée revient, année après année, sur tous les événements qui ont écrit l’histoire de cette musique en France : les sorties d’albums, les ouvertures de clubs, les naissances de festivals, les expositions, les films, mais aussi malheureusement les interdictions de soirées qui ont rythmé les années 90 à l’époque où cette musique était diabolisée. Le grand format permet de laisser respirer les photos et les documents, mis en valeur par l’élégante maquette du directeur artistique de Tsugi, Xavier Pouleau. Electrorama (aux éditions Marabout) 250 pages 39 € - c'est un peu cher mais vu qu'on fait des économies sur les sorties en ce moment 🤣🤣🤣 Disponible dès aujourd’hui en « click & collect » dans toutes les bonnes libraires ou sur Hachette.fr, Fnac, Place des librairies Message pour l'équipe @[30642895754:274:Tsugi] ...si vous voulez nous l'envoyer pour qu'on le mette dans la biblio de l'asso, n'hésitez pas :-)
Orientation
1
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
Envie de vous casser la tête et de partir loin ? Essayez-vous à la lecture de ces ouvrages qui vous aideront à replacer votre mouvement dans un cadre plus large. Mieux comprendre d’où l’on vient pour savoir où on va ! 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "L'Etat face aux rave-parties. Les enjeux politiques du mouvement techno", Loïc Lafargue de Grangeneuve. Résumé : En France, les rave-parties - ces fêtes techno souvent clandestines qui ont défrayé la chronique au long des années 2000 - sont dans le collimateur des autorités. De fait, si les raves ont longtemps constitué un espace de liberté, les institutions ont vite tenté de les réprimer et/ou de les encadrer, et plutôt avec succès. Cette musique et ces regroupements a priori apolitiques ont été considérés essentiellement sous l'angle de l'ordre public . autrement dit, les fêtes techno , "non commerciales", qui auraient pu relever des compétences du ministère de la Culture, sont aujourd'hui principalement gérées par le ministère de l'Intérieur. Pourtant, les conflits de normes demeurent nombreux parmi les acteurs publics qui encadrent les raves. L’acheter : https://www.decitre.fr/ebooks/l-etat-face-aux-rave-parties-9782810710379_9782810710379_2.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Effervescence Techno, ou la communauté trans(e)cendentale" de Stéphane Hampartzoumian. Résumé : Cet ouvrage propose une analyse et une interprétation sociologique du phénomène techno, qui loin d'être anecdotique, est selon l'auteur, un événement susceptible d'éclairer la réalité sociale contemporaine dans son ensemble. L'étude s'appuie sur l'observation du phénomène techno en France de 1990 à 2000, notamment sur les bases d'une historiographie du mouvement, ainsi que sur une série d'entretiens avec les participants. Ce livre est l'une des premières études sociologiques publiées en France sur le phénomène techno. L’acheter : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Le phénomène techno" de Etienne Racine. Résumé : Depuis le début des années 90, le phénomène techno ne cesse de prendre de l'ampleur en France et dans la plupart des pays occidentaux. Les fêtes légales (clubs, raves) ou illégales (free-parties, teknivals) regroupent des milliers de participants autour de la musique et de la danse. Ces grands rassemblements suscitent fascination et interrogation inquiètes, provoquant des réactions politiques contrastées.Les fêtes techno entraînent-elles la mise en danger — consommation de drogues, lieux insécurisés... — d'une partie de la jeunesse ? Ne constituent-elles pas, au contraire, par leur dimension iconoclaste, des espaces salutaires de rupture et d'authenticité artistique?Étienne Racine, ethnologue de la génération techno — il fut longtemps DJ — nous initie à cet univers du rythme et de la nuit et étudie, sans rien éluder, ces pratiques festives. Dans cet ouvrage exhaustif et impartial, il met au jour une véritable mouvance culturelle, avec son langage, ses modes de communication, ses références, et plus profondément, ses aspirations. L’acheter : https://www.decitre.fr/livres/le-phenomene-techno-9782849520031.html 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Rap, Techno, Electro... Le musicien entre travail artistique et critique sociale". De Morgan Jouvenet. Résumé : Rap, techno, électro, house, jungle, trip hop, ces styles musicaux font partie du paysage discographique français depuis la fin des années 1990. À travers les succès commerciaux retentissants ou les coups d'éclat de leurs animateurs, ils sont apparus comme des fenêtres ouvertes sur les plaisirs, les désirs, et les maux de la jeunesse. L'auteure entraîne le lecteur loin des clichés réducteurs associant ces cultures musicales à une "perte de repères" ou à une mauvaise humeur à la mode. En peignant d'une manière vivante les relations de travail et au travail dans un milieu artistique fondé sur la mobilité, l'ouvrage permet de comprendre les évolutions récentes du monde du disque vers une réactivité et une souplesse toujours plus grande. L’acheter : http://www.editions-msh.fr/livre/ 📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙📕📗📘📙 "Techno 2 : une subculture en marge" de Lionel Pourtau. Résumé : Depuis trente ans, la musique techno est associée à un foisonnement de pratiques culturelles et festives. À côté de la techno paillettes et jet-set des raves d’Ibiza ou des clubs de Londres, il y a la techno plus rugueuse des free parties et des teknivals, avec ses « teuffeurs » en treillis, sillonnant l’Europe en camion pour essayer, quelques années durant, de vivre de façon alternative. Après avoir dressé la sociologie de ces communautés (Techno, 2009), Lionel Pourtau s’intéresse ici aux interactions qu’elles ont nouées, souvent malgré elles, avec le reste de la société. L’acheter : https://www.cnrseditions.fr/catalogue/sciences-politiques-et-sociologie/techno-2/?fbclid=IwAR2H0eosArfxQZa5ZQnH1XdwRtqJXRy2XXkmhyCFG6OetVMIGwIo-n8WoVM
Orientation
1
Adresse IP de la source
85.170.216.95
Photos du journal
Le sondage est terminé, merci a toutes et tous pour vos réponses ! 🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶 ENQUETE POUR LA MISE EN PLACE D'UN NOUVEAU DISPOSITIF D'APPUI AUX ORGANISATEURS 🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶🎶 Quand les événements vont reprendre,, on sera là pour vous épauler. EN attendant, on travaille à la mise en place d'un nouvel outil et on aurait besoin de vos avis ! Si vous organisez des soirées, festivals ou concerts et que vous avez quelques minutes à nous consacrer pour répondre à ce questionnaire, ce serait super utile pour nous ! Merci d'avance a toutes et tous ! 💋💋💋💋💋💋💋💋💋💋💋💋💋💋💋
Adresse IP de la source
85.170.216.95