Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il y avait réellement dans les produits que vous consommez ? Dans cette fiche on vous parle de l’analyse de drogue ! On vous explique quel est l’intérêt de faire analyser vos produits mais surtout comment et à qui s’adresser pour le faire !

  1. L’ANALYSE DE DROGUE
  1. QU’EST-CE QUE L’ANALYSE DE DROGUE ?

Les produits illicites issus du marché parallèle ne sont pas contrôlés et sont donc par définition inconnus. Ces produits peuvent contenir des produits de coupe inertes (produits qui n’ont pas d’effet sur l’organisme comme l’amidon ou la farine) ou adultérant (produits qui ont un effet non recherché sur l’organisme, comme du paracétamol ou de la caféine).

L’analyse de drogue permet de connaître la composition d’un produit et ainsi de savoir si la substance correspond aux attentes de l’usager. Analyser un produit permet donc de détecter la présence de ces substances de coupe inertes ou adultérant. En fonction de la technique d’analyse utilisée, on peut également quantifier la ou les molécules présentes dans un produit et on peut donc déterminer sa pureté.

  1. LES DIFFÉRENTES TECHNIQUES D’ANALYSE
  1. Les méthodes présomptives 

Les méthodes présomptives sont plus généralement regroupées sous l’appellation de « tests colorimétriques ». Le plus connu de ces tests est le « Réactif de Marquis ». Le principe de ce test repose sur le fait de verser un réactif sur le produit et en fonction de la couleur que va prendre ce réactif, cela donnera des indications sur sa composition.

Bien que pratique grâce à sa rapidité et à sa lecture immédiate, ce type de test présente des inconvénients car il permet seulement de supposer la présence d’un produit et non pas de l’affirmer. En effet, plusieurs produits peuvent réagir avec des couleurs plus ou moins similaires. Ces tests colorimétriques n’ont donc que peu d’intérêt sur des mélanges complexes (contenant plusieurs molécules actives), car ils ne permettent pas de séparer les molécules des unes des autres. Cette méthode d’analyse permet en revanche d’affirmer l’absence d’un produit.

Exemple :

Suite à la lecture d’un test colorimétrique, on peut supposer qu’un comprimé de MDMA contient de la MDMA mais on peut affirmer qu’il ne contient pas d’héroïne.

Où et comment faire un test colorimétrique ?

Les tests colorimétriques sont interdits aux professionnels et associations (décret du 14 avril 2005) mais aucun texte ne vient réglementer l’usage individuel de ces derniers. Vous pouvez donc vous procurer le matériel nécessaire sur internet et effectuer un test colorimétrique directement chez vous.

Les avantages :

  • Les résultats sont immédiats
  • Ces tests ne sont pas chers (environ 2 euros sur internet)
  • Vous pouvez faire vous-même ces tests

Les inconvénients :

  • Ce type de test est peu fiable : on ne peut que présumer la présence d’un produit
  • Ces tests ne fonctionnent pas pour les mélanges complexes
  • Les professionnels n’ont pas le droit de faire ces tests
  1. La méthode analytique qualitative

La Chromatographie sur Couche Mince (CCM) est une analyse qualitative qui permet d’analyser le contenu d’un produit en mettant en évidence avec certitude l’absence, ou la présence d’une substance ou d’un produit de coupe. Ce type d’analyse donne donc des résultats justes, et peut parfois être séparatif, ce qui rend l’analyse des mélanges complexes possible.

Exemple :

L’analyse qualitative d’une cocaïne présumée, permet d’affirmer qu’elle contient bien de la cocaïne, mais aussi deux substances adultérantes : du paracétamol et de la lidocaïne.

Où et comment faire une analyse qualitative ?

Les structures de Réduction des Risques et des Dommages (RDRD) peuvent mettre en place cette méthode d’analyse qualitative grâce au réseau mis en place et animé par Médecins Du Monde. Ce réseau se développe en France et favorise des accès de proximités et des rencontres entre intervenants et consommateurs.

Pour tester vos produits vous pouvez donc vous adresser aux associations de RDRD présents sur les lieux de la fête ou vous rendre directement dans ces structures.

Les avantages :

  • La CCM reste relativement rapide : les résultats sont donnés dans un délai compris entre 1 heure à quelques jours
  • L’analyse qualitative est fiable

Les inconvénients :

  • Cette analyse ne permet pas de rendre compte de la concentration des substances recherchées et donc de la pureté d’un produit
  1. La méthode analytique quantitative

Cette méthode analytique quantitative peut donner des résultats plus affinés que les méthodes qualitatives ou présomptives. En effet, ce type d’analyse permet non seulement de pouvoir identifier de manière certaine les substances présentes dans un produit mais surtout de pouvoir les quantifier et ainsi de mettre en évidence la pureté des produits.

Exemple :

L’analyse quantitative de la cocaïne présumée permet de mettre en évidence la présence de cocaïne à 40%, de paracétamol à 3% et de lidocaïne à 5%.

Où et comment faire une analyse quantitative ?

Pour le moment cette méthode d’analyse est développée uniquement en laboratoire notamment au travers de la veille sanitaire du dispositif SINTES piloté par l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT). Ce dispositif SINTES a pour but de détecter la présence de substances nocives dans les produits illicites mais aussi d’améliorer la connaissance et l’information sur ces produits.

Vous pouvez faire analyser votre produit via ce dispositif SINTES si vous avez ressenti un effet indésirable lors de sa consommation. Pour s’adresser au dispositif SINTES vous pouvez prendre contact avec un coordinateur régional du dispositif ou vous rendre directement dans un CAARUD ou CSAPA participant au dispositif.

Les avantages :

  • Cette méthode permet l’analyse de toutes les drogues et produits de coupe actifs
  • Cette analyse met en évidence la concentration des substances recherchées dans les produits

Les inconvénients :

  • L’analyse quantitative prend du temps : les résultats ne sont transmis que dans un délai de 5 à 30 jours
  • Vous ne pouvez faire une telle analyse avec le dispositif SINTES qu’en cas d’effets indésirables
  1. POURQUOI TESTER SES PRODUITS ?

L’intérêt de l’analyse de produits est à la fois individuel et collectif. En effet, les personnes souhaitant consommer un produit peuvent améliorer leurs connaissances sur celui-ci afin de réduire les risques en adaptant leur consommation.

Les consommateurs peuvent aussi faire remonter certaines informations au dispositif SINTES de l’OFDT ce qui leur permet indirectement de participer à la diffusion des messages de santé et de prévention afin d’informer sur les potentiels effets indésirables liés à la composition des produits. Cela donne également la possibilité aux professionnels de se tenir informés du marché et de rester au plus près des préoccupations des consommateurs et ainsi de pouvoir adapter leurs programmes de santé. L’OFDT et son dispositif de veille sanitaire SINTES informe ainsi globalement les usagers sur l’apparition sur le marché de substances non désirées.

Dernièrement, la veille sanitaire a pu mettre en lumière l’apparition de fentanyloïdes de synthèse présente dans des produits présentés comme Héroïne, notamment sur le Darknet. Ce travail d’analyse mené par l’OFDT permet également d’informer les usagers de l’augmentation progressive des taux de pureté des produits qui peut induire des effets non recherchés par les consommateurs.